samedi 18 mai 2013

Paris, l'Ile de France et la question racaille

Pourquoi la plus belle ville du monde voit sa qualité de vie dégradée par le phénomène des bandes de jeunes délinquants, et comment y remédier ? 

Comment se fait-il qu'à chaque manifestation de masse, la Techno Parade, le titre de champion du PSG, le 14 Juillet, on se retrouve avec les mêmes bandes de quelques dizaines d'individus, tous de sexe masculin, très souvent arabes ou noirs, la plupart du temps au look typique et caricatural des jeunes racailles de banlieue ? Est ce que ce phénomène est évitable ? 

Depuis les incidents, dramatiques pour l'image de Paris, du Trocadéro, où, rappelons le, les riverains ont vu leurs voitures détruites et des touristes ont vu leur bus dévalisé (lire Vu du Trocadéro : l'Etat n'est vraiment plus la solution, il est le problème !), les explications raciales resurgissent, à droite et au sein de l’extrême droite. A gauche, quand on ne parvient pas à faire porter le chapeau sur les "Identitaires" ou les "Ultras", on mentionne en filigrane l'influence arabe du Qatar. 

Il n'est évidemment pas possible (et encore moins souhaitable) de mettre un policier derrière chaque jeune de banlieue montant dans un RER. La vérité, c'est que le phénomène racailles, c'est ce que veulent presque tous les français. 
Combien de fois voit-on des adultes, normalement constitués, baisser les yeux devant un gamin de 14 ans en train de fumer à l'intérieur d'une rame du métro ? 

La théorie, c'est que l'ensemble de la machine, à commencer par la famille, puis le système scolaire, aurait dû parvenir à faire intégrer à tous, outre des connaissances de base (savoir lire, écrire et compter), des habitus acceptés et partagés par tous, pensait-on. Ne pas cracher par terre, se découvrir la tête dans des lieux clos, parler à voix raisonnable sont autant de valeurs qui sont certes relatives mais qui font partie du savoir vivre français classique. 

Il est manifestement trop tard pour un certain nombre d'individus, mais on sait également que le système carcéral est la pire réponse possible. En effet, la prison est aux petits délinquants ce que les MBA sont aux cadres sups du CAC 40 : des accélérateurs de carrière. Il faut donc explorer le champ des peines alternatives. 

Clairement, un changement de système s'impose, et il est temps de sortir du relativisme culturel lié à la prégnance des valeurs de gauche. Les racailles jouent sur la culpabilité française vis-à-vis de la en quoi les français de 2013 sont-ils responsables des choix répressifs de François Mitterrand, ministre en 1954 ? 
colonisation, algérienne notamment ? Mais
Le système scolaire n'est pas adapté aux individus les plus violents (voir l'excellent : la journée de la jupe,. avec Isabelle Adjani). Pourquoi continuer à maintenir la fiction de l'école unitaire, égalitaire donc inéquitable ? 


C'est en réalité très simple, de lutter contre le phénomène racailles. Comme nous l'écrivions le 20 Juillet 2010, Vive la délinquance des racailles ! Les racailles sont en réalité le miroir grossissant de tous les travers socialistes et ultra étatistes de notre pays. Tant qu'on acceptera que des agriculteurs, des chasseurs, des pécheurs, des syndicalistes ou des ouvriers de Continental cassent, brûlent et détruisent, sans sanctions, pourquoi voulez-vous que des jeunes à la dérive se comportent mieux ? 
Tant que la justice ne sanctionnera jamais les politiciens qui couvrent du sang contaminé, de l'amiante, des bavures policières ou des bombardements meurtriers au Mali, pourquoi voulez-vous que la culture du silence
disparaisse des "quartiers" ?
Tant que les étudiants constateront que, quoi qu'il se passe, les enfants de profs réussissent systématiquement mieux que tous les autres, y compris les enfants de cadres sups du privé ou de commerçants  pourquoi voulez-vous que ceux qui se sentent mal à l'aise à l'école ne cherchent pas à perturber les cours ?  
Tant que des familles observeront qu'en cumulant tout, des aides aux HLM, il est possible de vivre mieux que si on se levait chaque matin pour aller travailler, pourquoi voulez-vous que les racailles intègrent la culture du travail ? 
Tant que, grâce à la guerre contre la drogue qui rend le travail des dealers toujours plus rentable, un jeune de 12 ans peut gagner plus que son père de 40, pourquoi voulez-vous que le trafic diminue ? 

Pour reconstruire un pays où chacun pourrait vivre à peu près paisiblement, il faut commencer par supprimer cette culture typiquement française d'un pays qui a tous les droits mais aucun devoir. 

Si vraiment les politiciens voulaient lutter contre le phénomène racaille, voila ce qu'ils feraient :

  • rendre le travail payant et la vie aux crochets des autres impossible
    • privatisation des HLM
    • suppression des minima sociaux
    • suppression du concept d'allocations familiales
  • faciliter l'accès au travail en Ile de France
    • faire rouler les RER 24h/24
    • supprimer l'autorisation préalable du STIF pour l'ouverture de lignes privées de bus
    • alléger le code du travail pour encourager la liberté contractuelle
  • fin de l'intervention publique dans l'histoire du pays
    • suppression des lois mémorielles, qui entretiennent les revendications
    • débat sur la guerre d'Algérie et les guerres coloniales 
  • Fin de la France-Afrique 
    • transition énergétique pour moins dépendre de l'uranium et du pétrole
    • fermeture d'ambassades en Afrique 
  • Arrêt de la guerre contre la drogue
    • dépénalisation de la possession, de la consommation et de l'échange de produits stupéfiants
  • Autonomie totale des établissements scolaires du pays, qui deviendraient libres de faire leur pédagogie, leurs recrutements et leurs diplômes
  • Recentrage de l'Etat sur ses seules missions régaliennes (police, justice, armée et diplomatie) afin de faire moins mais mieux, et notamment, faire appliquer des lois simples et compréhensibles
  • Alignement du droit public sur le droit privé, afin qu'il soit possible d'être sur un pied d'égalité dans un procès contre la police ou la Sécurité Sociale
  • Election au suffrage universel direct des commissaires de police, qui seraient élus après une campagne, afin que les citoyens soient associés aux choix politiques de la police 
  • Inversion de la charge de la preuve dans les cas de légitime défense des citoyens et allègement des restrictions au port et à l'usage d'armes à feu
Au vu de cette liste, qui peut croire que la lutte contre la petite délinquance liée au phénomène des racailles
soit une priorité en France ? Tant que l'UMP et le PS privilégieront, pour diverses raison,  le dirigisme et l'étatisme, rien ne changera. Tant qu'on créera les conditions de formation d'un ressentiment contre la société, au lieu de faire notre les propos de Margaret Thatcher ("il n'y a pas de société, il n'y a que des individus"), alors il se trouvera des racailles qui voudront s'en prendre à la "société". 

La banlieue n'a surtout pas besoin de social. Par contre, les habitants de la banlieue, comme tous les habitants de ce pays, ont besoin d'une politique tournée vers les gens.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire