dimanche 1 février 2015

#circo2504 : abstention !

Pour succéder à Pierre Moscovici, le commissaire européen socialiste chargé de mettre en oeuvre à Bruxelles ce qu'il était incapable d'appliquer à Paris (1), une élection législative partielle a été organisée dans le Doubs ce dimanche

L'enjeu est de taille : c'est celui de la majorité absolue à l'Assemblée Nationale (2) et donc la capacité de l’exécutif à faire passer ses projets de loi. Même en comptant sur les voix de Thomas Thévenoud ou de Sylvie Andrieux (3), cela devient difficile.

Notez que l'opposition au Parti Socialiste ne devrait absolument pas se réjouir du fait que le parti du président de la République et du premier ministre perde le contrôle de l'Assemblée Nationale : en effet, Valls et Hollande, en échec sur à peu près tous les sujets (dette, déficits publics, chômage, croissance etc ...) sauf sur ceux qui concernent l'extension du champ d'action de l'Etat, et la restriction des libertés publiques. Si le PS ne parvenait plus à mettre en oeuvre son programme, chacun peut être sûr du fait que Manuel Valls et François Hollande exploiteront cette excuse pour masquer leur incompétence.

Toujours est-il que 13 candidats ont sollicité les suffrages des électeurs. Voici les résultats du premier tour de la 4eme circonscription du Doubs (#circo2504) :

Inscrits 66 825
Abstention: 40 389 soit 60,44% des exprimés
Votants: 26 436 soit 39,56 % des exprimés
Blancs: 446 soit 1,69 % des votants
Nuls: 281 soit 1,06 % des votants
Exprimés: 25709 soit 97,25 % des votants

Sophie MONTEL (Front National): 8 382 voix, 32,60%
Frédéric BARBIER (Parti Socialiste): 7 416 voix, 28,85 %
Charles DEMOUGE (UMP): 6 824 voix, 26,54 %
Vincent ADAMI (Front de Gauche-PCF-PG-NPA-MRC): 941 voix, 3,66 %
Bernard LACHAMBRE (EELV): 799 voix, 3,11%
Michel TREPPO (Lutte Ouvrière): 404 voix, 1,57%
Alde VINCI (Parti de la France): 315 voix,1,23 %
Jean-Claude BONNOT (Fédéraliste): 152 voix, 0,59%
Yannick HERVÉ (Union Populaire Républicaine): 147 voix, 0,57 %
Ismaël BOUDJEKADA (Indépendant): 137 voix, 0,53 %
Antonio SANCHEZ (Communistes): 127 voix, 0,49 %
Marc Ouchebbouk (Indépendant): 40 voix,0,16 %
Nicolas ROUSSEAUX (Rebond Citoyen): 26 voix, 0,10 %

Notons déjà que ni l'UDI, ni le Parti Libéral Démocrate n'ont présenté de candidats. 

Ensuite, observons le profil des candidats arrivés en tête : Sophie Montel est une cumularde professionnelle de la politique (députée Européenne et conseillère régionale), Frédéric Barbier est un professionnel de la politique (Vice-président du Conseil Général du Doubs / Ancien Député) et un cadre de la quasi fonction publique (employé par ERDF), Charles Demouge est un retraité de la fonction publique et un professionnel de la politique, quand à Vincent Adami (4), c'est aussi un professionnel de la politique, dont le père faisait déjà de la politique.

Le plus drôle, c'est la réaction des uns et des autres suite à ces résultats, qui ont vu le FN arriver en tête, et le PS arriver en second. 
Immédiatement, le PS en a appelé à "l'esprit du 11 janvier" et au "Front Républicain" (5). 

Mais si on y réfléchit une minute, comment l'UMP pourrait appeler à voter PS, et ensuite expliquer que l'UMPS n'existe pas ? 

D'autre part, en appeler au Front Républicain signifie que le FN ne serait pas un parti légal, en accord avec les lois de la république. Dans ce cas, pourquoi Manuel Valls ne dissout pas ce parti immédiatement ?

Si la stratégie est d'exclure les extrêmes comme le Front National, ce qui pourrait se comprendre, dans ce cas, Hollande va t-il s'excuser d'avoir rendu hommage au communisme (6), et le candidat socialiste de la 4eme circonscription du Doubs, Frédéric Barbier, va t-il annoncer très rapidement qu'il ne veut pas des voix de Vincent Adami, le candidat Front de Gauche ? 

D'ailleurs, comment Vincent Adami, soutenu par Syriza (7), pourrait appeler à voter Pasok Parti Socialiste ? Son fit naturel, c'est le Front National, tout comme Syriza est associé, en Grèce, à un parti nationaliste de droite anti libérale.

Enfin, et de manière plus fondamentale, programmatique, quelle différence entre la politique anti libérale que le FN propose, et ce que veut Frédéric Barbier, justice sociale, politique de réindustrialisation, services publics etc ? 


Même sur les maronniers mensongers, le PS et le FN sont d'accord, cf le cumul des mandats !

Il y a bien une différence entre le FN et le PS, mais elle est de degré, pas de nature. FN comme PS veulent toujours plus d'Etat. 

Dans ce contexte, il n'y a qu'une seule décision à prendre pour les électeurs : abstention !
Quand à l'UMP, elle serait fort inspirée de cesser son allégeance aux valeurs républicaines (8)






samedi 31 janvier 2015

Contribuables Associés, un site web conspirationniste selon l'Express ?

L'Express est un hebdomadaire qui, selon un rapport de la Cour des comptes publié en février 2013, aurait reçu plus de 6,2 millions d'euros par an d'aides directes de l'État, de 2009 à 2011, soit 23 centimes par exemplaire diffusé (1).
L'Express, c'est aussi ce media connu pour ses Unes tapageuses sur l'immobilier ou sur l'islam, et pour l'écharpe rouge de son médiacrate cumulard de directeur de la rédaction.

Malgré ou à cause de ces évidents atouts ;-), l'Express vient d'être revendu par un groupe belge de medias, le groupe Roularta, au pourtant talentueux homme d'affaires Patrick Drahi (2), qui a manifestement l'intention d'associer cet hebdomadaire au  quotidien Libération et à la chaine TV d'infos continue i-24news (3).

Et alors, que donne l'Express nouvelle formule ? Est-ce que vous pensez qu'ils vont enquêter sur les risques liés à la surveillance de masse par les services secrets, à commencer par la NSA (4) ? analyser la réalité des chiffres du chômage en France (5) ? Creuser le cas de ces militaires français qui rejoignent l'Etat Islamique en Irak et au Levant (Daech) (6) ? Se poser des questions sur les risques liés à l'intelligence artificielle (7) ? Allons donc !

Pourquoi ne pas se concentrer sur les vrais sujets, surtout s'ils sont conformes à ceux que Najat Belkacem décrète d'importance nationale (8) ? 

L'Express, à l'écoute du gouvernement, n'a donc pas hésiter à publier l'article suivant : Conspirations, rumeurs, parodies: l'annuaire des sites "d'infaux (9).

Bonne idée, direz-vous ! Après tout, combien de personnes, y compris assez intelligentes pour devenir députée et chef de parti, ne sont-elles pas tombé dans le panneau d'un site parodique (10) et ont pris pour argent comptant ce qui n 'était qu'une blague ?

Simplement, la méthode est un peu dérangeante, pour ne pas dire choquante. Passons sur le fait que le journaliste de l'Express n'ait pas signé son article, en dépit des leçons de morale de son employeur (11). Ce n'est pas la blogosphère qui niera les avantages de l'anonymat ! Merci à l'Express de le confirmer, donc. Non, le problème, c'est cet amalgame : Conspirations, rumeurs, parodies, comme si on pouvait mettre sur le même plan de l'information alternative (donc vraie mais non reprise par la presse mainstream), des sites conspirationnistes (qui plus est contradictoires entre eux), des sites parodiques (donc ouvertement faux) et des sites et blogs militants ?

Ainsi, parmi la longue liste de sites recensés comme transmettant des informations douteuses ou fausses, l'Express parvient à mettre www.contribuables.org/, le site web de l'association Contribuables Associés.



Passons sur le fait que le journaliste (le stagiaire ??) de l'Express se ridiculise en n'étant pas capable d'écrire correctement "Fausses rumeurs sur la retrait des fonctionnaires européens (Le Monde)". En français, cela donnerait plutôt Fausses rumeurs sur la retraitE des fonctionnaires européens (Le Monde).

L'Express met en lien un article de décodage du Monde (12), qui affirme, texto "On l'a vu, la rumeur est ancienne [...] Tout part de l'association « Sauvegarde retraites », proche de la mouvance « contribuables associés » ou « SOS éducation ».

Oui, vous avez bien lu. Etre proche de tel ou tel groupe, et non pas être tel ou tel groupe, suffit à vous classer dans la rubrique "conspirationnistes" de l'Express. 

Et quand bien même Contribuables Associés eut effectivement, une fois, réellement publié une information fausse, est-ce que cela ferait de ce think tank de 350 000 membres un site web plus conspirationniste que TF1 (13) ou le Monde (14)

Voila où nous en sommes, chers citoyens et contribuables.

Non seulement il devient dangereux de penser différemment du gouvernement ou des journalistes, mais en plus, même si nous n'achetons pas ou plus cette presse, nous sommes quand même forcés de les subventionner.

Mais si mais le journaliste veut creuser les sujets sur lesquels Contribuables Associés enquête, il pourra étudier l'usage de l'IRFM par les députés (15), le coût des emprunts toxiques ou l'inefficacité de la dépense publique, par exemple.




(1) Cour des Comptes Plan d'aide à la presse écrite 2009-2011 février 2013
(10) BFM TV Boutin piégée par "Le Gorafi" sur BFMTV 4 février 2014
(13) Bug Brothers blog Loppsi: TF1 manque à l’honnêteté de l’information 15 février 2010

vendredi 30 janvier 2015

Claude Bartolone : valeurs à géométrie variable ?

Un jury de sept journalistes politiques a  décidé d'accorder à Steeve Briois le prix "d'élu local de l'année" (1). Que des journalistes politiques préfèrent attribuer des prix à des élus (vive l'entre-soi !) plutôt que d'informer le public sur les suites de l'audition de Valérie Trierweiler le 15 décembre dernier (2), analyser l'usage élu par élu de leur indemnité forfaitaire de représentation (IRFM) ou détailler la liste des villes qui ont emprunté en francs suisses, passons. 

Steeve Briois, c'est qui ? C'est un Ch'ti de 42 ans, gay selon Libération (3) ou Yagg (4), maire de la ville d'Hénin-Beaumont depuis 2014 et député européen élu aux élections européennes de juin 2014. C'est aussi et surtout un membre du Front National. En tant qu'élu, Briois n'est donc, a priori, ni plus ni moins méprisable que les autres élus, surtout en comparaison de ceux condamnés par la justice mais qui continuent à siéger à l'Assemblée Nationale, comme Sylvie Andrieux (5).
Les journalistes politiques ont récompensé Briois afin de saluer le travail d'implantation locale effectué par le parti d'extrême droite.  

Ce prix, apparemment, il ne fait pas l'unanimité : 


Mais c'est surtout Claude Bartolone, le président de l'Assemblée Nationale, qui s'est fait remarqué. Attention, Claude Bartolone, c'est un modèle ! Il emploie sa femme à l'Assemblée Nationale (6), il cumule plusieurs fonctions (député de la 9e circo. de la Seine-Saint-Denis, président de l'Assemblée nationale, conseiller municipal du Pré-Saint-Gervais et conseiller communautaire), il vote contre l'amendement Courson sur la fiscalisation de l'Indemnité Représentative de Frais de Mandat (I.R.F.M.) , mais qu'est ce que tout cela à coté du fait d'être socialiste ?

Et qu'est ce qu'il a fait, à l'occasion du prix remis à Briois ? C'est simple : Bartolone a refusé d’assister à la remise du prix « d’élu de l’année » de Briois. Pour quel motif ? Parce qu'il "ne me voyais mal partager une coupe de champagne et des petits fours avec le membre d’un parti dont le président d’honneur avait évoqué les chambres à gaz comme étant un point de détail de l’histoire" Pour Claude Bartolone, le FN n'est pas un parti comme les autres. (7).

Cette fidélité de Claude Bartolone aux valeurs de lutte contre le fascisme et ses héritiers, le président de l'Assemblée Nationale pourrait s'en enorgueillir. Hélas, elle tombe doublement à plat. 

D'abord, Claude Bartolone n'est pas cohérent quand il veut à tout prix établir des filiations idéologiques définitives entre les différents membres du FN, liens qu'il n'établit pas pour ses collègues du Parti Socialiste.
Claude Bartolone part du principe que puisque Jean-Marie le Pen est un révisionniste en relativisant l'importance de la shoah, sa fille l'est également. Dans ce cas, pourquoi Claude Bartolone fréquente t-il François Hollande (dont le père était un militant d'extrême droite (8)), Manuel Valls (dont le père s'est accommodé, selon la thèse d'Emmanuel Ratier, du franquisme (9)), François Rebsamen (dont le père aurait été un soldat SS dans la Wehrmacht ! (10)), après ne pas avoir quitté le Parti Socialiste quand le public a appris qui était François Mitterrand, à savoir un militant d'extrême droite, puis un employé de Vichy,  un partisan de l'Algérie Française puis l'ami de Paul Touvier et Maurice Papon ?




Ensuite, les électeurs du  Front National ne se sentent pas redevables de l'héritage de l'extrême droite, pas plus que leurs élus nouvelle génération d'ailleurs. C'est d'ailleurs la même chose au Front de Gauche vis a vis des crimes du communisme.
En revanche, le FN, qui se présente toujours comme le parti anti système et persécuté par l'establishment, gagne des voix et des forces à chaque fois que des gens comme Claude Bartolone se posent en donneurs de leçons.
Ces dernières semaines, un débat idéologique de fond émergeait au sein de l'extrême droite (12) : il opposait Aymeric Chauprade et Marion Maréchal le Pen à Marine le Pen et Florian Philippot. Ce débat, Claude Bartolone l'a fait passer au second plan. Il a aussi permis à Marion Maréchal le Pen de formuler des menaces contre un journaliste, c'est à dire de se faire de la com' à bon compte auprès de son électorat (11).

Bravo Claude Bartolone ! A croire qu'il ne lit pas les sondages !

La lutte contre le Front National pourrait être noble si elle n'était non seulement complètement vaine, mais en plus illogique. Le FN est un parti légal et ses membres, en 2014, n'ont pas participé à la Shoah.  Si Claude Bartolone veut vraiment lutter contre le FN, alors il faut qu'il commence par lutter contre les valeurs nationalistes et socialistes. Problème : alors que le FN est un parti socialiste cohérent, le PS de Bartolone, lui, hésite. Le combat contre le FN (et contre tous les partis socialistes), sur le plan des valeurs et non pas par simples incantations, c'est chez les libéraux que cela se passe. Au protectionnisme que propose le FN, préférons lui l'ouverture que promeut le Parti Libéral Démocrate !



(2) Valeurs Actuelles Valérie Trierweiler au tribunal le 15 décembre 19 novembre 2014
(3) Libération Briois : ah ben c’est gay… 24 mars 2014
(4) Yagg Steeve Briois, le maire gay et FN de Hénin-Beaumont, «élu local de l’année» 28 janvier 2015
(5) Le JDD Condamnation confirmée pour la députée PS Andrieux 23 septembre 2014
(6) Atlantico Claude Bartolone : il embauche sa femme dans son cabinet 25 septembre 2012
(7) BFM TV Claude Bartolone sur le Front national: "ce n'est pas un parti comme les autres " 29 janvier 2015
(8) Le Monde François Hollande avec son père, une opposition sans révolte 22 mai 2012
(9) YouTube Manuel Valls, homme au double visage
(10) Enquête & Débat François Rebsamen a-t-il menti sur son père en prétendant qu’il était résistant ? 12 avril 2014
(11) Atlantico Steeve Briois désigné "élu local de l'année" : Marion Maréchal-Le Pen s'en prend à Gilles Leclerc
(12) Europe 1 Au Front national, une chef mais deux courants 28 novembre 2014

jeudi 29 janvier 2015

Les dérapages du Tous Charlie

Fermez les yeux. Les cigales chantent, nous sommes à Marseille, dans une classe il y a plusieurs dizaines d'années en arrière.
"Monsieur Berlaudier ! Comment traduisez-vous "Paete, non dolet" ? 
-Euh... "Péter n'est pas douloureux." 
Rires. 
-Comment ! Silence ! 2h de consigne. Prenez votre passeport, ..M. Berlaudier"
Source :Marcel Pagnol, le temps des secrets (1).


Rouvrez les yeux et prenez une des actu du jour :

Dans une école primaire de Nice, les élèves d'une classe de CE2 discutent du drame avec leur instituteur. 
- Êtes-vous Charlie ?», demande-t-il. 
Ahmed, 8 ans, répond que non. Pourquoi ? «Parce qu’ils ont caricaturé le prophète. Moi, je suis avec les terroristes.» 
Le prof alerte son directeur. Ce dernier décide de convoquer le gamin, puis ses parents, qui raisonnent leur rejeton. Mais il ne s’arrête pas là. Le 21 janvier, le directeur de cette école, située dans le sud de la ville, dépose plainte au commissariat pour «apologie du terrorisme» (2).


On ne va pas forcément comparer une blague potache avec des propos idiots. 

Mais, première question : qu'est ce que le professeur d'une classe de CE2 (est-ce que vous vous rappelez de votre niveau de conscience politique en CE2, vous, chers lecteurs ??) avait à demander à des gamins de 8 ans, donc, s'ils étaient Charlie ?

Deuxième question : est-ce que la réponse du gamin (ou plutôt ce qu'il a répété après avoir sans doute entendu un frère ou ses parents en discuter) valait autre chose qu'une heure de colle ou une bonne gifle ? 

Troisième question : sachant que ce gamin de 8 ans (!!) a été convoqué par la police (!!), ne risquera t-il pas de constituer t-il pas un vecteur privilégié de haine anti-française d'ici quelques années ? 


Récapitulons. Nous sommes tous Charlie, c'est à dire tous attachés à la défense de nos valeurs, dont la liberté d'expression, mais :

  • un gamin de 8 ans est mis en examen pour propos qui ne lui appartiennent sans doute pas (tiens, où sont les associations de gauche qui protestaient, sous Sarkozy, contre les interventions de police dans les écoles (3) ?)
  • la ville de Clichy se pose des questions sur une expo qui pourrait heurter la sensibilité des musulmans (4) (mais, pas d'amalgames) quelques semaines après la polémique Houellebecq sur son dernier roman, "soumission"(5).
  • Hollande ne s'excuse pas d'avoir rendu hommage à feu le roi Abdallah d'Arabie Saoudite, tout en rappelant que nous sommes toujours en guerre contre le terrorisme et le fondamentalisme (non, il n'y a pas de contradictions !). 
  • dans le cadre d'une simple législative partielle, Manuel Valls en appelle à "l'esprit du 11 janvier" (6), sous entendant que seul le PS "défend les valeurs de la République"  (mais, non, il n'y a pas de récupération ...)
  • La gauche et l'extrême gauche se félicitent de l'existence des lois Pleven, Gayssot et Taubira, "anti expression raciste", oubliant par la même qu'elles sont à l'origine directe de la concurrence mémorielle dont on voit les conséquence aujourd'hui.


Les réveils en sursaut, c'est mauvais pour le cœur. Certes, il était temps que la France (enfin, plus
précisément la France bobo) se réveille en prenant conscience du décalage, voire du gouffre qui existe entre les valeurs qu'elle affiche et celles qu'elle poursuit.

Oui, il y a des questions à se poser quand à l'existence de systèmes de pensée qui, à l'évidence, ne favorisent pas le vivre ensemble. De là à dire que nous devrions tous penser la même chose, de préférence sous l'égide de ce que peut raconter l’exécutif socialiste, il y a un pas que nous serons nombreux à ne pas franchir, surtout si ce dernier n'est pas capable de surmonter ses contradictions idéologiques.

Tous Charlie, vraiment ?

Vous verrez ! Puisque le gouvernement est en total échec sur le chômage (7), la lutte "contre le terrorisme" sera la carte unique qu'il jouera jusqu'en 2017. C'est plus simple de faire des sites web rigolos (8) que de remettre tout le monde au travail, aspirants djihadistes y compris. 






(1) MarcelPagnol.com le forum
(5) Contrepoints « Soumission » de Michel Houellebecq 10 janvier 2015