jeudi 27 novembre 2014

Pendant que Christiane Taubira commente une décision de justice aux Etats Unis ...

Le garde des sceaux de la République Française, Christiane Taubira, a cru bon commenter une décision d'un jury populaire de l'état du Missouri, visant à ne pas inculper Darren Wilson, un policier, pour homicide volontaire de Mickael Brown. 



Chacun arguera du fait que Christiane Taubira a bien le droit d'avoir ses opinions personnelles, y compris quand il s'agit de ne rien dire quand son collègue et désormais supérieur Manuel Valls innove et crée des dangereux précédants en violant les libertés civiles (1), dans le cadre de l'affaire Dieudonné. Taubira n'a rien trouvé à redire à Valls, à ce moment la. Pourquoi ? 

En revanche, ce que chacun pourra constater, c'est que pendant que Christiane Taubira commente une décision de justice aux Etats Unis, elle ne parle pas de la violence policière, ici, chez nous, en France. Le sujet serait-il trop tabou (2) ?

Certes, toujours sur Twitter, Christiane Taubira avait évoqué le cas Rémi Fraisse. 



Mais où sont les critiques contre le ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve ? La solidarité franc-maçonne (3) (4) (5) serait-elle plus forte que la nécessité de la dénonciation des méthodes de répression du ministère de l'intérieur ? 

Et sans aller jusqu'à ce cas extrême, qui s'est soldé par la mort d'un manifestant, pourquoi n'a t-on pas entendu Christiane Taubira sur le cas de ce retraité parisien en frappé par un policier ? 

En France source : le Parisien

Et où était Christiane Taubira quand il fallait dénoncer les violences, ici chez nous en France, dans le contexte de la répression de la Manif Pour Tous ?

D'autre part, on sait que la coalition de gauche qui soutient François Hollande est très attachée aux promesses du candidat Hollande. Pourquoi n'entend-on pas Christiane Taubira pour rappeler que la suppression des contrôles d'identité au faciès était justement une promesse de campagne (6) ? Voila un sujet précis, concret, qui correspond à une violence symbolique et qui est, de plus, un de ces fameux "marqueurs de gauche", sur lesquels on entend pas la garde des sceaux. Pourtant, et ce alors qu'il parait que ce gouvernement socialiste dit lutter contre la méchante extrême droite, les contrôles d'identité sont un héritage direct, parmi d'autres mesures, de Vichy (7). 

Enfin, il existe une inégalité fondamentale que n'évoque jamais ce gouvernement pourtant, dit-il, tellement attaché à l'égalité. C'est le fait que lors d'un procès entre un policier et un citoyen non policier, le policier pourra toujours invoquer le délit d'outrage à agent, et gagnera toujours. C'est légal, certes, mais pourquoi ne pas supprimer cette loi ? On n'entend pas Christiane Taubira suggérer aux parlementaires de mettre un tel projet de loi à l'agenda. Il y a pourtant des rapports qui montrent que certains policiers abusent des plaintes pour outrage à agent (8). Pourquoi Chistiane Taubira ne tweete t-elle pas pour dénoncer les abus des policiers en matière d'outrage à agent, ici chez nous en France, surtout qu'en plus, alors que le citoyen paie sa défense, c'est le contribuable qui paie celle du policier ? 

Les Etats Unis en général, et le Missouri en particulier, n'ont rien d'idéal, c'est certain, mais pas plus que l'Europe en général et la France en particulier sont non plus exempts de critiques. En revanche, ce qui est certain, c'est qu'une personne aussi littéraire et éloquente que Christiane Taubira ne peut pas ne pas connaitre le proverbe qui parle de la paille du voisin et de la poutre chez soi.

En France, pas dans le Missouri

L'Hérétique écrit que Christiane Taubira devrait réfléchir avant de parler (9). Soyons plus précis : Christiane Taubira ferait mieux d'abandonner Twitter pour se mettre au travail (le vrai, pas celui qui consiste à aller défendre le mariage pour tous à l'Assemblée Nationale). Entre la surpopulation carcérale, et les violences policières dont des français de tous ages (10) (11) (12), de toutes conditions (13) (14), sont victimes tous les jours, il y en a, effectivement, du boulot ! Oui, il y a du racisme dans la police aux Etats Unis, c'est d'ailleurs une opinion et non pas un délit la bas, mais commençons par être irréprochables, ici chez nous en France. Il parait que, en tant que ministre, Christiane Taubira a un certain role à jouer pour atteindre cet objectif ...





(1) Liberté, libertés chéries Les Invités de LLC : Serge Sur : Jour de deuil pour la liberté 10 janvier 2014

mercredi 26 novembre 2014

Les #QAG qu'on entendra pas cette après-midi à l' @AssembleeNat

Article 20 de la Constitution française
Le Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation. Il dispose de l'administration et de la force armée. Il est responsable devant le Parlement
Article 24
Le Parlement vote la loi. Il contrôle l'action du Gouvernement. Il évalue les politiques publiques. 
Article 48 
Une séance par semaine au moins [...] est réservée par priorité aux questions des membres du Parlement et aux réponses du Gouvernement.



Suggérons à nos députés quelques questions à poser au gouvernement, afin qu'ils en contrôlent effectivement l'action 



  • Question pour Manuel Valls, 1er ministre : Mr le Premier Ministre, vous dites être un grand républicain, un garant du vivre ensemble. Allez-vous vous exprimer et condamner les actes christianophobes qui jalonnent l'actualité (1), ou bien allez-vous considérer qu'il existe certains groupes religieux qui n'ont pas droit au respect, en France ? Le cas échéant, si vous préférez ne pas condamner, allez-vous enfin proposer de supprimer les lois Gayssot et Pleven qui portent atteinte à la liberté d'expression (2) ? 
  • Question pour Jean-Marie le Guen, ministre des relations avec le parlement : comment se fait-il que  vous n'ayez toujours pas signé la pétition de Contribuables Associés et la PPL visant à proposer l'inéligibilité des élus fraudeurs (3) ? Allez vous dire à Sylvie Andrieux, condamnée à de la prison ferme (4), à défaut de pouvoir la forcer à démissionner, que sa présence au sein de l'Assemblée Nationale, sur ces bancs, constituent une insulte à l'attachement à nos institutions, et que cette remarque est aussi bien valable pour Patrick Balkany ? Votre propre sous évaluation de votre patrimoine, de 700 000 euros, détectée par Médiapart (5), vous empêche t-elle de tenir un tel discours ? 
  • Question pour Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères : vous êtes assisté par un secrétaire d'État aux Affaires européennes, Harlem Désir. A quoi sert-il, puisque par définition, toutes les matières ministérielles françaises sont Européennes, étant donné que la France est un des 28 états membres de l'Union Européenne. Allez-vous proposer, par souci d'économie, de supprimer ce poste de secrétaire d'état aux affaires européennes ? 
  • Question pour Christiane Taubira, ministre de la justice : la France se targue d'être le pays des droits de l'homme et la gauche se targue, parait-il, de faire autrement que ces prédécesseurs. Cependant, le nombre d'arrestations ne baisse pas, et les prisons sont toujours aussi pleines. Allez-vous, plutôt que de commenter ce qui se passe aux Etats-Unis, faire en sorte que le pays des droits de l'homme traite ses prisonniers convenablement ? Quels sont les plans, à la fois, de construction de prison, de dépénalisation des délits les moins graves et de recherche de peines alternatives à la prison ? Quelle réforme de la comparution immédiate envisagez vous également ?
  • Question pour Jean-Yves le Drian, ministre de la défense : le Président de la République, en cohérence avec l'embargo sur les exportations vers la Russie, a décidé de suspendre la livraison de deux frégates à livrer à la Russie sine die (6). Quelles conséquences prévoyez-vous ? L'Ukraine sera t-elle à 2014 ce que la Serbie a été à 1914 ?
  • Question pour François Rebsamen, ministre du travail : Il parait que le débat ouvert par votre collègue Emmanuel Macron est clos (7). Est-ce que vous pouvez nous expliquer comment, vous, vous arrivez à assurer vos fonctions de ministre du travail et de conseiller municipal de la ville de Dijon, en 35 heures par semaine ? 
  • Question pour Bernard Cazeneuve, ministre de l'intérieur : après l'affaire du Tireur Fou, où le coupable, Abdelhakim Dehkar, était mû par des idéaux d'extrême gauche (8), après les violences de Nantes, où les "antifas" se sont illustrés, allez-vous, en cohérence avec des précédentes décisions de dissolutions de groupuscules d'extrême droite, demander la dissolution du NPA, de Lutte Ouvrière et autres groupuscules d'extrême gauche ? Ou bien considérez-vous, à juste titre, que dissoudre un groupe ne fait pas disparaître des idées, et que, du coup, Manuel Valls a eu tort de dissoudre l'Oeuvre Française et les Jeunesses Nationalistes suite à l'affaire Méric ? 
  • Question pour Pascale Boistard, la secrétaire d'État aux Droits des femmes : le Parti Socialiste, malgré l' affaire Jacques Maheas (9), malgré l'affaire Yacine Chaouat (10), se veut le parti qui protège l'intégrité physique et morale des femmes et respecte les gens en général. Or, on apprend que, selon le Point (11), vous êtes mise en cause pour harcèlement. Considérez-vous que vous êtes toujours légitime dans l'exercice de vos fonctions ministérielles, ou alors allez-vous porter plainte en diffamation contre Le Point et la jeune femme qui vous accuse ? 
  • Question pour Michel Sapin, ministre des finances : pouvez-vous confirmer que les français, écrasés par les impôts, doivent, contre leur gré, financer toujours plus des syndicats toujours moins représentatifs ? (12) Le Parti Libéral Démocrate le rappelle (13), les salariés refuseraient, si on le leur demandait, de payer une cotisation supplémentaire pour financer les syndicats !
  • Question pour Najat Belkacem, ministre de l'éducation nationale : Madame la ministre, une de vos collègues s'est récemment illustrée en notant qu'elle n'avait pas le temps de lire. Oserions nous vous recommander de prendre le temps de parcourir "Virage européen ou mirage républicain" de Nelly Guet (14), afin de réfléchir à un avenir pour une éducation dont le caractère méritocratique est désormais clairement une fiction ? 



Tout ceci fait parti des sujets dont on aimerait entendre plus parler. Mais non, vous verrez que les députés discuteront des chiffres truqués de la délinquance, du barrage de Sivens, un sujet local, ou de telle ou telle subvention. Après tout, les vrais sujets, l'équilibre budgétaire, le bon fonctionnement des missions régaliennes de l'Etat, l'égalité devant la justice et le respect des libertés civiles sont des questions de second ordre ...




(4) Le Monde La députée Sylvie Andrieux condamnée en appel 23 septembre 2014
(12) Le Point Sapin : les syndicats lui disent merci ! 26 novembre 2014 
(13) Parti Libéral Démocrate Refusons la rente syndicale 26 novembre 2014

mardi 25 novembre 2014

Femen : étonnante bienveillance du système politico-médiatique ...

Chacun admettra que dans la France de 2014, la liberté d'expression, voire de blasphème, est une liberté à laquelle une majorité d'entre nous est attachée.
Notamment, chacun sera d'accord avec l'idée que l'on puisse critiquer librement les religions, à commencer par celle qui est si intimement liée à l'histoire de notre pays, le catholicisme.

Cependant, on pourra toujours être étonné par la différence de traitement médiatique entre deux types d"incidents pourtant similaires : les actes islamophobes, et les actes christianophobes.

Prenez l'incident de novembre 2013 de la Grande Mosquée de Paris . Des tags avaient été inscrits sur la façade extérieure (1). L'ancien maire de la capitale, Bertrand Delanoé, avait dénoncé l'acte et l'avait qualifié " irresponsable, d'intolérables et de trahison du pacte républicain qui nous lie tous" et Anne Hidalgo avait apporté son "soutien" et son "amitié" au recteur, Dalil Boubakeur. 

En revanche, il semble que les incidents du 22 octobre 2014 qui ont frappé, toujours dans le Veme arrondissement de Paris, la facade de l'église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, n'aient pas fait l'objet de commentaires particuliers de la part des responsables politiques et autres éditorialistes spécialisés dans l'anti racisme. 

Autre exemple, les Femen, ce groupe d'activistes pour lesquelles Anne Hidalgo a de la bienveillance (2). Hier, elles se sont illustrées dans la cathédrale de Strasbourg. En protestation contre la venue du Pape
Source : France 3 Alsace
François au Parlement Européen, une Femen est montée torse nu sur l'autel du choeur de la cathédrale Notre-dame de Strasbourg. Un article du quotidien le Parisien précise que "son action a duré près d'une minute. Puis elle a rapidement disparu dans la foule des visiteurs de la cathédrale, sans être inquiétée" (3) (malgré la présence de nombreux témoins, sans parler du fait que Strasbourg est une ville videosurveillée, comme quoi, cet outil prouve une fois de plus son inutilité !). Sauf erreur, ni Hollande, ni Valls n'ont condamné ce geste.

Par contre, quand des activistes Hommen perturbent un match de tennis ou quand des militants identitaires montent sur le toit d'une mosquée en construction, force est de constater qu'ils sont cloués, à juste titre ou pas, au pilori médiatique (4). 


Pourquoi les pouvoirs publics et le Parti Socialiste s'empressent de dénoncer tous les actes qui peuvent avoir une tonalité islamophobe mais laissent la lutte contre la christianophobie au parti russe ou à l'extrême droite ? Mystère. On peut se sentir ni proche de Poutine ni en phase avec les valeurs d'extrêmes droite et penser que, au contraire, la justice ne devrait pas laisser ce genre de deux poids deux mesures s'installer. Soit on devrait dénoncer tous les extrémistes anti religieux, soit on ne devrait en dénoncer aucuns. 

Si le Parti Socialiste avait une once de bon sens, il réfléchirait à cette situation qui consiste à monter les français les uns contre les autres, tout en laissant l'impression que l'idée de justice ne l'intéresse pas. Quand on pense que Hollande parlait d'une France apaisée ...




(1) 20 Minutes Des tags racistes sur la mosquée de Paris 19 novembre 2013
(2) Le Lab Europe 1 Anne Hidalgo : "j'ai de la bienveillance pour les Femen" 6 janvier 2014

vendredi 21 novembre 2014

Triste sortie de route de Kader Arif

Kader qui ? Kader Arif, personne (en dehors du Parti Socialiste Midi Pyrénées) ne connaissait, c'est normal. Kader Arif était, jusqu'à ce vendredi 21 novembre 2014, l'inutile alibi (arabe fils de harki) au sein d'un ministère secrétariat d'état tout aussi inutile (les anciens combattants).
II n'aura pas eu le temps de se payer
des cravates dignes de ce nom

Il a présenté sa démission ce vendredi, au lendemain des révélations de Mediapart. Une perquisition l'avait visé le 6 novembre, dans une enquête sur des marchés passés par le conseil régional de Midi-Pyrénées à une société dont les associés sont le frère, la belle-sœur ou les neveux du secrétaire d'État aux anciens combattants.

Voila donc un authentique apparatchik local, fils de prolo immigré,qui passe à la trappe, certes pour des erreurs condamnables par la justice, mais qu'il faut relativiser au vu du montant en jeu : Les deux sociétés des frères et cousins de Kader Arif, spécialisées dans la sonorisation et l'éclairage d'événements publics, ont empoché deux millions d'euros (de chiffre d'affaires, pas de bénéfices !) pour leurs prestations. Quel idiot, ce Kader Arif ! Il n'aura pas eu le bon gout, lui et sa famille, de faire perdre des dizaines de millions d'euros au contribuable forcé d'investir dans une banque publique (1), puis d'être promu pour cela !

La culpabilité de Kader Arif ne fait pas de doutes si ces marchés ont été attribués sans appel d'offre.On espère simplement que la lutte anti corruption, Mediapart et la justice seront aussi promptes à juger Huchon (ah bah en fait non, il a été jugé (2) et il est toujours en poste) ou Fabius (3) ?
Enfin, ministres ou pas, l'existence d'un casier judiciaire bien fourni semble être un must have dans le club privé de la Hollandie !

Cherry on the cake, le gouvernement Valls, pourtant ultra rigoureux sur le plan budgétaire (lol ...) n'a pas jugé bon supprimer ce sous secrétariat au vide, et a nommé un successeur à Kader Arif.



(1) Contrepoints Royal câlin à la BPI 21 février 2013
(2) Le Post Jean-Paul Huchon condamné en correctionnelle: pourquoi les médias n'évoquent pas l'affaire ? 18 février 2010
(3) L'Observatoire des Subventions D'où vient l' argent de Thomas Fabius ? 21 février 2014