dimanche 7 octobre 2012

Nous devons tous faire de la politique !

Avez-vous lu la tribune des Arvernes, ces Gracques de droite, publiée par le Monde et intitulée "Les "pigeons" doivent faire de la politique" ?

En effet, comme le note Vincent Bénard sur. Contrepoints ou sur Objectif Eco, la "révolte" des pigeons, pour sympathique qu'elle ait été, ne va sans doute pas déboucher sur un recul gouvernemental sur la question des plus values, tout au plus à quelques aménagements mineurs et décevants.

Les blogueurs libéraux ont beau se sentir très concernés par la bagarre en cours en France entre le gouvernement et les entrepreneurs, comme le note Libertarien, qui linke les commentaires de Charles Beigbeder, Aurélien Véron et Arnaud DassierFranck BoizardL'HérétiqueEmmanuel Martin , Stéphane Montabert (qui démonte de manière très drôle la tentative de contre-feu Made in Libé), Ordre Spontané, et H16, il est clair que rien ne pourra se faire en terme de réforme de la fiscalité si des politiques ne disent pas clairement sur quel périmètre l'Etat devra se recentrer

Lutter contre l'omniprésence d'un état ultra socialiste n'est pas qu'une simple réaction à la pression fiscale, dont Alain Madelin rappelle que le coté illogique finit par nuire au potentiel économique de la France, c'est aussi la nécessaire réponse à une gauche socialiste qui a été élue sur le rejet du Sarkozysme, symbole, disaient-ils, de la dérive populiste et du mépris de la démocratie. Ils en voulaient pour preuve le développement d'un état policier. Or, on constate, en octobre 2012, que pas plus qu'entre 2007 et 2012, les citoyens n'ont de contrôle sur des dérives policières (heureusement isolées, comme à Lyon ou à Marseille), les opérations militaires dans lesquelles la France s'engage (du Liban au Mali, en passant par le Tchad ou la Cote d'Ivoire) ou la videosurveillance que l'on impose aux citoyens à Paris comme à Amiens tout comme il n'y a pas de contrôle sur la spirale de nouvelles taxes et la poursuite de la hausse de la dépense publique..

Les commentateurs degôche sont très indulgent avec le pouvoir actuel. Ce pouvoir t il demandé à Delanoé s’arrêter la video surveillance ? A t-il cessé les contrôles d'identité au faciès ? A t-il stoppé l'arrestation et la détention de mineurs sans papiers isolés et l'expulsion des immigrés clandestins ? A t -il demandé la fermeture de la ZAPI 3 de Roissy ? A t-il supprimé la Hadopi et la Loppsi ? Est-il revenu sur la fusion de la DST et des RG ? Que les degôche ne mettent pas cet immobilisme qui ressemble au sarkozysme tant critiqué sur le dos de la crise, ces mesures ont tout à voir avec la volonté de l'Etat, quelque soit la couleur politique du gouvernement, de tout contrôler. Cette possibilité est évidemment accrue en cas de présence d'un Etat pour lequel les citoyens et contribuables paient tant d’impôts que la possibilité est effectivement laisser à l'Etat de vouloir tout faire, y compris de protéger les individus contre leurs propres choix individuels et libres. 

Tout le monde est concerné par la politique, car elle s'occupera de tout le monde, des #geonpi entrepreneurs aux buveurs de bière, en passant par les investisseurs en capital, les patrons de PME classiques,  les salariés à heures sup, les automobilistes ou les jeunes. 

Que chacun comprenne bien : le but n'est pas de demander des baisses d’impôts à l'Etat, le but est de demander une baisse de la dépense publique et une égalité de droits entre citoyens et fonctionnaires, et, le tout, dans un esprit de cohérence. Si on veut moins d’impôts, il faut accepter la baisse de toutes les dépenses publiques.

Et pour faire de la politique, il y a Alternative Libérale, le Nouveau Centre, le Parti Libéral Démocrate et le Parti des Libertés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire