dimanche 26 décembre 2010

Que sont devenus les confiseurs ?

On comprend mieux pourquoi Chantal Jouanno déclarait, de manière assez inattendue, son amour du PSG il y a quelques jours !



La native de Vernon,  qui était plus connue pour son attrait pour les tatamis que pour le Parc, est donc candidate à la Mairie de Paris en 2014, et en plus sur un ticket avec le premier ministre François Fillon ! On a beau aimer les Etats-Unis, on a un peu de mal à comprendre cette histoire de ticket.

C'est sur, Paris est un ministère (voir le post Grande nouvelle : Paris est un ministère du 17 Novembre dernier) mais on ne savait pas que la ville etait dirigée par un Président et un Vice Président. Remarquez, c'est sur que ca en jette plus, notamment pour la TV, un Air Force One que un Rue-Poubelles-Un !
Parce qu'ils finiraient presque par en oublier qu'être Maire de Paris, c'est d'abord et avant tout (volet 1) gérer les impots des parisiens (donc trouver le moyen de les baisser), gérer des places de crèches, du ramassage de poubelles, de la refonte de plaques d'égouts aussi bien que (volet 2) du développement économique ou de la réception de personnalités. L'actuelle Maire du 7eme arrondissement, par exemple, elle a de la chance, elle a une bonne excuse pour ne pas s'occuper du volet 1 du business, puisqu'elle travaille à Strasbourg.

Bref, que Madame Jouanno et sa collègue députée Européen s'étripent sur le bilan ou les idées est un bon teaser, c'est le genre de rivalité que les journaliste adoreront suivre. Par contre, la où Madame Jouanno marque un point, c'est sur le fait de n'avoir ni bilan ni idées, à la différence de sa rivale qui a un bilan catastrophique. Mais la où ca pose problème, c'est que les deux concurrentes ne semblent avoir pris la mesure ni de la situation de la droite à Paris (qui ne gère que quelques arrondissements de l'Ouest genre 7eme-8eme-15eme-16eme-17eme), ni celle des parisiens (qui veulent moins d'impots et mieux de services publics).



Sur quoi compte la droite parisienne pour revenir aux affaires en 2014 ? Sur la chance ? Sur le fait que Londres soit repassée à droite ? Alexander Boris de Pfaffel Johnson  (Boris Johnson), maire de Londres, a un profil qui le situe quelque part entre Eric Zemmour (pour le coté journaliste de droite) et Alain Madelin (pour le coté libéral libertaire) avec une touche de Jean-François Copé (pour le coté élitiste conservateur), soit à peut prêt rien qui ne le rapproche de mesdames Jouanno et Dati, pour peu que le raisonnement par analogie fonctionne. De plus, il n'est pas sûr du tout que l'ère des Maires socialistes de à la tête des capitales Européennes soit finie. Berlin est toujours dirigée par Klaus Wowereit, Bruxelles par Freddy Thielsmans, même Genève est socialiste !  

La route est donc très longue jusqu'à l'Hotel de Ville ! 

L'election de 2014 ne sera pas un duel UMP vs PS mais un choix entre la gauche ultra socialiste, les écolos, les centristes libéraux démocrates enfin réunis (Alliance Centriste, Modem-Nouveau Centre-Alternative Libérale-Parti Radical Valoisien) et la droite. 



En attendant respectons la trève des confiseurs !

Lire aussi  "Que ferait le Parisien Liberal si vous lui confiez les clefs du 1, Place de l'Hôtel de Ville - 75196 Paris cedex 04 ?"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire