jeudi 9 décembre 2010

Pas que des anges

Julian Assange, le nouveau ennemi public numero 1, est certes allé assez fort. Après tout, il ne s'attaque qu'aux secrets diplomatiques et militaires de la première puissance mondiale.
Toutefois, notez quand même la nature et la puissance des moyens mis en oeuvre pour l'appréhender :

- large couverture médiatique
- influence directe sur les sociétés pour qu'elles coupe Assange de ses ressources, financières notamment
- diffusion d'un avis de recherche bien opportun

Depuis le 11 Septembre, nous avons collectivement accepté d'abandonner un peu de nos libertés, au profit de notre "sécurité". Jospin a accru les pouvoirs de la police notamment, autorisée à fouiller n'importe quel véhicule sans mandat. Huchon, par ailleurs aux prises avec la justice, a mis en place un système généralisé de surveillance des usagers du métro. Delanoé fait passer la vidéosurveillance sans débat avec les parisiens. Les passagers Européens du transport aérien sont maintenant obligés de se soumettre à des usages nouveau, du type abandonner tout produit de consistance vaguement liquide. Ne parlons pas du gouvernement actuel qui fait du nombre de garde à vue un critère de gestion.

C'est ce que voulait les terroristes. Ils n'étaient pas en guerre contre l'Occident, la nature décentralisée du pouvoir le résilient, comme l'a montré le rebond de l'économie New Yorkaise et Etats Unienne après le 11 Sept. Ils étaient en guerre contre le mode de vie Occidental. Plus nous adoptons les pratiques du Parti Communiste Chinois, plus nous filtrons Internet, plus nous demandons à des serveurs informatiques de ne pas héberger telle ou telle activité, plus nous acceptons que le gouvernement influe sur la grille des programmes de la première chaine TV du pays, plus les ennemis de la liberté sont heureux.

Comment rattraper le coup ? Bonne question. Commencons au moins par utiliser les elections pour nous exprimer, et pour rejeter les ultra étatistes adeptes d'un socialisme type 1984. Et coupons l'Etat des ressources qu'il prélève pour imposer toujours plus de controle.

2 commentaires:

  1. Vous avez tout à fait raison. Notamment sur la garde à vue abusive, véritable scandale en démocratie française. Il y a même eu des morts.

    Sans oublier les hôpitaux psychiatriques, où on pousse les gens à se suicider. Y compris ceux internés à tort.

    RépondreSupprimer