samedi 12 octobre 2013

Automobilistes Parisiens, pourquoi vous n'arrivez plus à vous garer dans la rue ?

Alors, Automobilistes Parisiens, pourquoi vous n'arrivez plus à vous garer dans la rue ? 

Il y a plein de raisons, l'élargissement des couloirs de bus et des trottoirs, les pistes cyclables, les emplacement réservés aux Autolib, ceux réservés aux Vélib, mais aussi les emplacements abusivement réservés par les voituriers des grands restaurants. 

Mais il y a aussi une raison qui est un dommage collatéral d'une mesure idiote : l'immatriculation obligatoire de tous les scooters, y compris les 50 cc, et la politique d'amendes massives pour stationnements sur les trottoirs qui a suivi. 

Souvenez-vous, l'ancienne majorité a adopté, on le sait, une politique répressive de tous les instants. Elle a notamment fait passé l'immatriculation obligatoire de tous les scooters, pour notre sécurité à tous bien sur ! Il s'agissait évidemment de lutter contre les vols et les trafics, voire contre le terrorisme. 

Est ce que les vols et les trafics ont diminué ? Non, bien sur. Il y a encore 65 000 deux roues volés en France tous les ans (détail inconnu entre les 50 et + de 50cc). Par contre, les amendes, elles, pleuvent. Conclusion : les conducteurs de deux roues ont compris le message, ils se garent bien sur la chaussée, et non plus sur les trottoirs. 



Or, comme pour les hausses d'impots que le PS attribue à l'ancienne majorité (mais n'a rien fait en 16 mois pour les supprimer), le pouvoir actuel n'a abrogé ni l'immatriculation des 50 cc ni la politique d'amende pour stationnement illégal. 

Voila pourquoi il y a de moins en moins de places de parking à Paris. Et que les socialistes de Madame Hidalgo ne viennent pas nous dire qu'ils ne peuvent rien faire, que cela relève de la loi et de la préfecture de police. Le cumul des mandats, seul ou en couple, rend possible le fait de discuter des conséquences directes des lois votées au parlement sur la vie quotidienne des gens, non ? Ainsi, Anne Hidalgo pourrait, au lieu de se dissocier de Hollande, en discuter avec son mari, député socialiste habitant le XVeme mais élu du 92 (allez comprendre) ou à sa tête de liste dans le XVIIeme, Annick Lepetit, sans parler des Le Guen et autres Bertinotti. 




5 commentaires:

  1. De mémoire, je ne me souviens plus exactement des chiffres, 88000 places de moins, ces dernières années : places Vélib', Autolib' (bientôt Scootlib' ?), cinq fois plus de places handicapés (pour les députés sans doute). Sans rapport, pour quand les places pour les homosexuels d'ailleurs ? Et pour la diversité ? Histoire de ratisser son électorat... Et pourquoi pas les places hallals tournées vers la Mecque ?.
    J'espère que cette nase d'Hidalgo ne sera pas élue, mais là je rêve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne sera pas facile de virer Anne Hidalgo, Vlad.

      Supprimer
  2. A Lausanne en Suisse ville de gauche depuis plus e 20 ans aura bientôt réussi efficacement à chasser les voitures de la ville bien avant les dealers qui pullulent et le problème des mendiants rooms dont on sait depuis peu qu'ils sont pour la plupart exploités par des réseaux maffieux et aussi bien avant d'avoir régler le problème des bagarres géantes sur la voie publique presque chaque weekend aux heures de fermeture des boîtes de nuit.

    D.J

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour régler le des bagarres aux heures de fermeture des boîtes de nuit du coté de St François ou du Flon, faut juste régler le probleme des frontaliers français en Suisse, non, DJ ;-) ?

      Supprimer
  3. @ Parisien,

    Les les frontaliers ne sont pas le problème de ses bagarres géantes à Lausanne. Généralement ils rentrent tous chez eux en France dés le vendredi soir. Moi je pense ( et beaucoup le pensent aussi ) que c'est le fait d'avoir surtout règlementé les heures de fermeture des boîtes de nuits qui sont les mêmes pour tout le monde et que quand cela ferme on se retrouve avec une foule de personne massé dans la rue. Une libéralisation sur les horaires de fermeture cela n'arriverais pas comme c'est le cas à Zurich. Lausanne compte environ 40 boîtes de nuit dont la majorité se trouve au centre ville dans le quartier du Flon.

    Et en Suisse s'en prendre à la police ou déclencher des bagarres sont des délits dont les auteurs ne risques pas grand chose pénalement. Généralement jours-amendes avec sursis.

    D.J

    RépondreSupprimer