dimanche 4 novembre 2012

Mariage gay: l'Église "pas dans son rôle" ?

David Assouline, porte-parole du Parti socialiste, juge que l'Église "n'est pas vraiment dans son rôle" quand le cardinal André Vingt-Trois s'oppose au mariage homosexuel, "d'autant qu'il s'agit du mariage civil dans la République laïque". 
Le sénateur de Paris rappelle que l'ouverture du droit au mariage et à l'adoption pour les couples homosexuels était un engagement de campagne de François Hollande, le 31e de ses "60 engagements pour la France". Or,  Le cardinal André Vingt-Trois a fustigé hier la mariage homosexuel, "une supercherie qui ébranlerait un des fondements de notre société".

 

Il est temps que ce débat sur le mariage des gays se termine.

D'une part, en ce qui concerne ses opposants, il s'agit d'un combat perdu d'avance puisque les socialistes sont majoritaires à l'Assemblée Nationale. Le projet de loi sera donc adopté. (Lire Le mariage gay va être adopté, cessez de vous en préoccuper !, un post du 15 septembre 2012)

D'autre part, des propos christianophobes resurgissent ici et la à l'occasion de ce débat. Quand on lit sur le blog de par ailleurs sympathiques personnes qu'elles envisagent de se faire débaptiser parce que l'Eglise Catholique fermerait les yeux sur le scandale des prêtres pédophiles, ces mêmes personnes oublient de parler du silence des ministres de l'Education Nationale vis-à-vis des instituteurs et enseignants pédophiles. Les employés de l'Education Nationale sont pourtant amenés à transmettre les valeurs de la République. Educsol.education.fr nous informe que l'École transmet les valeurs de la République : liberté, égalité, fraternité ; laïcité ; refus de toutes les discriminations. Si on s'accorde à dire que les curés pédophiles doivent être lourdement sanctionnés parce qu'ils sont censés transmettre les valeurs du bien, alors cela doit aussi être le cas des profs. Le Pape a officiellement communiqué sur ce scandale et a présenté ses excuses. Quid de Vincent Peillon, ministre de l'Eucation Nationale ?


Pretres pédophiles: excuse du pape Benoit 16 par every-videos

Qui plus est, ce focus sur les propos d'André XXIII, Mgr Barbarin & co est un excellent prétexte saisi par certains socialistes pour ne pas avoir à s'exprimer sur 
Comme il est plus facile car légal d'etre cathophobe/christianophobe que de s’élever contre les propos de représentants d'autres religions, pourtant plus influentes que le catholicisme (rappel : il n'y a que 4.5% des français qui sont des catholiques pratiquants), alors certains socialistes s'engouffrent sur le créneau. 

Enfin, il est quand même curieux de dénier à l'Eglise Catholique le droit de s'exprimer sur certains sujets de société mais d'autoriser le CFCM à s'exprimer sur ces mêmes sujets de société ou de ne pas voir les socialistes s'exprimer quand l'égalité devant des examens publics est brisée, pour cause de fêtes religieuses. 

Il existe pourtant une solution simple : supprimer le mariage civil, et autoriser quiconque en émettant le souhait de s'unir civilement à tout(es) autre(s) personnes adulte et consentante à pouvoir le faire. 

C'est d'ailleurs la où on voit que les socialistes et les gays ne sont pas toujours les progressistes qu'ils disent être. En effet, quand on voit les partisans du mariage des gays protester contre "l'amalgame" entre suppression de la référence à la différence des sexes dans le mariage et possible évolution future vers la polygamie, non seulement on a envie de leur rappeler qu'il s'agit d'une évolution logique de leur réflexion, mais qu'en plus ces propos sur le trouple/polyamour ont été amenés par des personnes ou des médias proches de la sphère "LGBT" (Tetu, Les Inrocks, Elle). 
Soit il y a le modèle traditionnel (un homme + une femme et la plupart du temps, des enfants), soit toutes les combinaisons sont possibles. Il n'y a pas de raisons que les gays refusent à d'autres minorités ce qu'ils revendiquent pour eux.

C'est bien pour cela que les libéraux et les libertariens sont pour les unions civiles gays : chacun devrait avoir le droit de vivre comme il veut, avec qui il veut, selon ses valeurs, qu'elles fussent influencées par l'Eglise Catholique ou par autre chose. Mais ne mélangeons pas tout. Rebaptisons le mariage civil en contrat d'union civil. Quand aux droits des enfants, pourquoi la loi devrait s'en méler, alors que des avocats et des notaires ont les compétences et la légitimité pour rédiger des contrats ? On pourrait très bien vivre dans un pays où le droit commun (deux parents hétéros ont des droits sur leurs enfants) cohabiterait avec d'autres droits. Après tout, en ce qui concerne le seul cas de l'héritage, pourquoi voulez-vous que la seule règle d'égalité entre frères et soeurs et l'impossibilité de déshériter ses enfants subsiste ? Cette règle ultra jacobine, héritée de la Révolution Française, est en contradiction avec la diversité historique des systèmes familiaux telle que Emmanuel Todd l'a analysé. Les socialistes ne vont quand même pas nous dire qu'ils n'ont pas lu les écrits de ce  démographe et idéologue de gauche ? 

Finalement, David Assouline et les autres socialistes ont peut-être raison. Il est plus simple de critiquer l'Eglise Catholique que de mesurer toutes les implications de l'ouverture de boites de Pandore révolutionnaire. Après le mariage des gays, il y aura forcément le débat sur la procréation médicalement assistée, la gestation pour autrui, la filiation, etc. Les socialistes ne sont pas prêts à affronter ces débats, surtout avec 10% de chomeurs, 90% de dette/PIB et une armée française engagée au Tchad, au Liban et bientôt au Mali.

1 commentaire:

  1. tu pars du principe que la loi sera votée, attendons de voir...

    RépondreSupprimer