vendredi 28 septembre 2012

Montebourg au charbon (lol)

Montebourg au charbon ? lol ... Comme d'habitude, Libération a le sens de la formule.

Simplement, en quoi le fait qu'un politicien aille dans une usine va changer quoique ce soit au sort de cette usine ?

Il se trouve que, si on en croit le Figaro, que dès 2003, l'extinction des hauts-fourneaux lorrains était bien programmée à l'horizon 2010-2013, au plus tard. «Arcelor justifie sa stratégie par la nécessité de poursuivre l'amélioration de la compétitivité et de la rentabilité», constatait en 2005 le Conseil régional de Lorraine, préoccupé par les réductions de postes, non seulement chez Arcelor mais aussi chez ses sous-traitants.

Question : à part faire publier des rapports, qu'a fait le président du conseil régional de Lorraine, un socialiste inspecteur des impôts, depuis 2005, après avoir constaté que les salariés de Florange étaient en danger ? A t-il mis sur pieds des programmes de formation ? A t-il favorisé des créations d'entreprise ? A t-il conseillé aux Lorrains de prendre des cours de Luxembourgeois ?

Montebourg veut maintenant "trouver un repreneur pour Florange". Est-il à ce point éloigné de la réalité de l'économie de marché pour ignorer que ce boulot de trouver un repreneur, des centaines voire des milliers de gens y travaillent, en ce moment même ? Même si Montebourg n'aime pas les banquiers d'affaires (sauf s'ils trouvent un boulot pour sa compagne), il doit quand même savoir que ces gens sont payés pour faire faire des transactions, et, mieux, se mettent à chercher des acheteurs et des vendeurs avant même d'être payés. Si il y a un acheteur pour l'usine de Florange (et un vendeur, parce qu'il faudrait quand même s'assurer du fait que Mittal soit vendeur), alors la transaction se fera.

Montebourg peut donc rentrer à Bercy, où il pourra :


  • aider Moscovici à identifier des baisses de dépense publique plutôt que des hausses d’impôts
  • régler cette histoire avec Mathieu Pigasse
  • réfléchir aux contradictions d'un gouvernement qui dit tout faire pour relancer l'activité économique mais met des batons dans les roues des énergéticiens et des mineurs.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire