vendredi 7 octobre 2011

La crise n'est pas prête de cesser

Quel politicien de premier plan ne promet pas de s'attaquer à la crise ? Des promesses, plus ou moins fortes, on en entend à droite et à gauche. Le gouvernement prend des mesures, et l'opposition socialiste promet d'en prendre encore plus.
Mais qu'est ce que la crise ? Ce le sont-ils demandé, tous ces décideurs ? 
La crise, la génération des trentenaires l'a toujours connu. Fermetures d'usines, faillites, crise bancaires (Crédit Lyonnais, Saving & Loans), chomage permanent en France, croissance faible, on connait. 

Heureusement pour les politiciens, 2008 est arrivé, avec ses Lehman, ses Kerviel, ses Paulson, ses subprimes. Alleluia ! Le coupable a enfin été trouvé et désigné ! 
Peu importe si sur le plan purement factuel, le ralentissement économique aux Etats Unis a commencé avant la faillite de Lehman Brothers, fin 2007 quand le marché de l'immobilier a ralenti. 

2008 a été une bénédiction pour les politiciens de tout poil. Après avoir planté des graines de destruction massive dans l'économie, ils ont pu sortir les moissoneuses batteuses pour tenter d'arracher les monstroplantes qu'ils avaient eu même semé. Bien sûr que Dexia ou les autres ne sont pas des fictions, et qu'il faut sanctionner les comportements délictueux. Mais pourquoi en est on arrivé la ? 

Il n'y a pas plus régulé que Dexia, dont la mission consiste à financer les collectivités locales Françaises, notamment, et à être une banque de dépot en Belgique et au Luxembourg. Des représentants des Etats sont au conseil. d'administration. Et pourtant ils sont en difficulté. Avez vous entendu parler de problèmes chez Lazard ou Rothschild, de vraies banques capitalistes ? 

Sur Facebook, vous verrez un apppel "Occupez la Défense", en écho à Occupy Wall Street. C'est bien, mais c'est Occupez le Palais du Sénat ou l'Assemblée Nationale qu'il conviendrait de faire. Ce sont eux qui votent les plans de soutien à l'économie, les aides à telle ou telle entreprise ou les lois favorables à telle ou telle profession. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire