lundi 8 avril 2013

Une possible affaire Fabius tétanise l'Elysée


Libération n'a manifestement pas vu que le cauchemar a commencé il y a un moment. 
Le problème n'est certainement pas le manque d'éthique de socialistes donneurs de leçons. Les français ne se faisaient aucunes illusions depuis le jet privé Tulle-Paris ou depuis l'affaire du restaurant le Laurent. Les socialistes semblent autant accros aux avantages que leurs collègues du précédent gouvernement. Ou, comme dirait H16 : Une classe politique vraiment pas classe.

Le vrai problème, c'est l'enfermement progressif du citoyen dans un cadre coercitif dont nous ne faisons que percevoir les effets. Que Cahuzac, peut-être Fabius si les allégations de la presse se vérifient, soient victimes collatérales de l'acharnement des grands pays type France, Allemagne et Etats Unis d'Amérique contre le secret bancaire n'est qu'une petite réjouissance. Car cela traduit surtout le fait que l'interventionnisme croissant des grands pays dans les lois des petits pays, depuis des années, commence à porter ses fruits. Les armes, parfois illégales comme le recel de documents volés, utilisées par des démocraties, pour traquer ses citoyens, se retourneront contre nous tous, car il y aura toujours un poste de fonctionnaire supplémentaire à créer, une guerre à financer, une retraite à payer. 

Le cauchemar, c'est que le PS a (logiquement) emboîté et amplifié les pas de l'UMP en mode toujours plus d'Etat, toujours plus de lois. Jamais personne à la tête de l'Etat ne semble se dire que si même le ministre du budget fraude, c'est peut-être, éventuellement, parce qu'il pourrait y avoir juste un petit peu trop d’impôts et trop de dépense publique.

Comment des pays démocratiques comme la France peuvent accepter des législations à portée mondiale comme Fatca (le droit des Etats Unis à exiger de n'importe quelle banque, partout dans le monde, le fait de devenir un agent collaborateur de l'IRS, le fisc américain) ? La liberté de la Suisse et du Luxembourg, c'est aussi notre liberté. 

A court terme et pour revenir à notre situation politique nationale, pour paraphraser A toi l'honneur, le remaniement, c'est maintenant ? En fait, ça serait plutôt : la dissolution, c'est maintenant.  Nous n'en pouvons plus de cette majorité socialiste sectaire et donneuse de leçons (sauf quand elle se rend au Maroc, lire Hollande au Maroc avec ses fatmas, Valérie et Najat Najat Vallaud-Belkacem, sa ministre laïque des Femmes, se voile ! sur le blog de PasiDupes, et demandez-vous pourquoi la religion a droit de citer la bas mais pas ici chez nous en France)

NB : 8h18 : d'après BFM Business Radio, Fabius a démenti les infos selon lesquelles il aurait un compte en Suisse

Aucun commentaire:

Publier un commentaire