jeudi 26 juillet 2012

Le retour des années 80, la 205 GTi en moins

Qui aurait cru que les socialistes iraient aussi loin dans le délire ? PSA : la gesticulation gouvernementale va couter cher.
Françoise Fressoz, la journaliste du Monde, avait mis en garde contre un retour au socialisme de 1981 sur son blog (le 12 avril 2012le 7 mai 2012  et le 20 juillet 2012) et l'ensemble des observateurs avait prévenu Flamby Mollande François Hollande que l'état de grâce durerait au maximum deux jours. 

Jusqu'ici, on a pas été déçu : les socialistes se sont montrés plus vrais que leur caricature. Retraite à 60 ans, hausse du SMIC, blocage des loyers, recrutement de prof, celles et ceux qui n'attendaient pas de bon sens n'ont pas été surpris. Mais Hollande a aussi réussi à trahir son propre électorat et les valeurs qu'il était censé incarner. Restaurant le Laurent, jets privés Tulle Paris, république des fils à papa, népotisme, légions d'honneur distribuées sans discernement, affaires de famille médiatisées, les électeurs de Flamby en ont eu pour leur argent. 

Mais là où ca devient triste, c'est sur la politique économique et industrielle du gouvernement. Face à un Sarkozy un peu désemparé lors du débat télévisé du 2 mai 2012 (relisez le verbatim du débat sur le site de Ouest France), Hollande, de manière assez prétentieuse, reprochait à l'ex-président de ne pas pouvoir grand chose contre les contraintes du monde réel. Avec Hollande, et surtout Montebourg, on allait voir ce qu'on allait voir !! 

Face à un marché automobile atone et en surcapacité, qu'est ce que nous sort le ministre ? "Les 8 leviers d'action du Plan automobile"  
  • Encourager l'achat de véhicules écologiques populaires 
  • Soutenir la trésorerie et l'investissement des acteurs de la filière, en particulier les PME 
  • Permettre à la filière de rebondir grâce à l'innovation 
  • Faire émerger les entreprises stratégiques par une solidarité accrue entre les entreprises de la filière
  • Préserver l'emploi dans le cadre d'un dialogue social exemplaire 
  • Faire émerger de nouveaux emplois à travers la création d'une véritable filière française de la déconstruction et du recyclage automobile 
  • Mettre en place une collaboration étroite avec les collectivités locales, très impliquées dans le soutien au secteur automobile 
  • Réorienter les règles européennes et internationales en faveur d'un juste échange
source Ministere et Challenges.

Ajoutons la palme : Promotion du Made in France. Les cinéastes Cédric Klapisch et Luc Besson vont réaliser des "publicités en faveur de l'automobile française", pour mettre en valeur le savoir-faire "made in France".

La vérité, c'est. que le plan de Montebourg, socialiste de gauche, est une copie conforme du plan de Fillon, socialiste de droite. Rappelez vous les Etats Généraux de l'automobile le 20 janvier 2009


Il y avait déja : la prime à la casse  (pour soutenir le marché et encourager les propriétaires d’un véhicule ancien et polluant à le remplacer par une nouvelle voiture plus « verte »)+un milliard d’euros pour soutenir l’activité de crédit des filiales bancaires des constructeurs +un fonds d’investissement de la filière de 600 M€ +crédit impôt recherche+400 M€ d’aides d’ici 2012, dont la moitié sera consacré à des études sur le véhicule plus propre)+des prêts bonifiés seront octroyés pour le financement de projets collaboratifs en faveur du véhicule décarboné (source : Industrie Gouv.)

Apparemment, ça n'a pas marché. Alors pourquoi Montebourg s'acharne t-il avec des solutions qui coutent de l'argent au contribuable et ne serviront pas à aider les employés de PSA ? De plus, est-il logique d'aider, par des bonus, les acheteurs de voitures à 40 000 euros

Les libéraux ont un plan pour le secteur automobile : ne rien faire ! Il faut faire confiance au marché. Les gens qui travaillent pour PSA ne sont pas idiots. Ils veulent que leur entreprise vive, malgré le fait que le marché Européen soit saturé. La stratégie qu'ils doivent suivre pour que leur firme survive, eux seuls sauront la trouver, et tout comme la 205 a sauvé PSA au milieu des années 80, ce sont bien les clients de Peugeot et de Citroen qui décideront du sort de PSA, pas le gouvernement. PSA, comme toutes les entreprises, a besoin, non pas d'aide, mais de stabilité juridique et fiscale.
Peut-être que cesser de prendre des mesures anti voitures (radars, voies sur berges parisiennes fermées pour cause de plage, impots et taxes en tout genre) fait partie de la stabilité juridique et fiscale requise.


compilation pub peugeot 205 par Peugeot_sport206


En plus, franchement, on peut dire que même dans la bétise, le gouvernement Hollande-Ayrault n'a pas de  chance. Quel coup du sort que le jour de l'annonce de leur plan d'aide au secteur auto, Renault annonce avoir des problèmes de finalisation de son prochain véhicule électrique ...? Flamby la poisse !


Sur le même sujet
Peugeot un licenciement boursier ?
PSA Aulnay Game Over
Peugeot Moissy-Cramayel : une bonne leçon pour les amateurs de politique industrielle
Milliards jetés par la fenêtre (de la mondialisation)
Face à la désertification intellectuelle : contrer Terra Nova
Encore une très belle pub Peugeot

Aucun commentaire:

Publier un commentaire