mercredi 23 mars 2011

Les députés Européens font aux autres ce qu'ils ne voudraient pas qu'on leur fasse

Vous vous souvenez qu'avant 1995, on pouvait entrer dans la Bibliothèque Sainte Genevieve ou à Beaubourg sans avoir à ouvrir son sac, mais sans pour autant être un terroriste potentiel ?

Et le temps préhistorique où la règle des bouteilles d'eau interdites dans l'avion aurait passé pour une blague, vous vous en rappelez ?

Et puis le temps où la police n'aurait jamais été légalement autorisé à pénétrer chez vous pour poser des micros ou des mouchards ?

Certains diront : le 11 Sept est passé par la, c'est fini tout ca. En plus, avec le revival de Aigle de Fer qu'on, est en train de tourner au sud de la Mediterrannée, le risque terroriste va très certainement être relevé (...  :-(    )  .

Dans ce cas, on aurait du mal à comprendre que les législateurs, primary targets en cas d'attaque terroriste, ne se soumettent pas aux lois et réglements qu'ils votent. C'est pourtant ce qu'ils font : aviez-vous entendu parlé de l'affaire des scanners poubellisés du Parlement Européen ? C'est le Sunday Times et le Telegraph qui en parlent, "Scanners bought by the European parliament at a cost of more than £500000 to improve security at its headquarters have never been used ".

Rappel important : les législateurs ont adopté le principe des scanners corporels suite à l'incident du vol " Northwest 253 Amsterdam-Detroit" du 26 décembre 2009 alors qu'il avait été démontré, dès fin janvier 2010, que l'alerte terroriste était soit un exercice, soit un risque accepté par les autorités dans le cadre d'une enquète plus large. (voir le témoignage de Kurt et Lori Haskell [source : Detroit News], deux passagers qui ont vu qu'on avait aidé le soit disant terroriste à contourner la sécurité aéroportuaire, ou celui de Patrick F. Kennedy, fonctionnaire état-unien du département d'Etat, qui a admis devant le congrès que l'on a délibérément laissé venir aux US un type armé d'une bombe dans un avion source : US Department of State ).

Donc, les députés européens adoptent le scanner corporel, et puis évitent soigneusement de se l'appliquer à eux-mêmes. Ca rappelle cette affaire Kouchner à l'aéroport de Montreal (voir le post Mr le Ministre, les controles aeroportuaires vous répugnent ? Nous aussi !  du 11 Juin 2010).
Mesdames et messieurs les députés Européens, faites simple : levez le pied, ne faites plus de lois liberticides et n'engagez plus de dépenses inconsidérées. Les citoyens s'en porteront mieux, les contribuables qu'ils sont, également.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire