mardi 10 mai 2011

10 Mai 1981 : l'extrémisme opportuniste au pouvoir

Vous n'allez pas y échapper, 15 ans après sa mort, l'Homme de la Nièvre de Vichy aux dents longues revient.
On ne reviendra pas sur son parcours, son enfance ultra réac, sa jeunesse Croix de Feu, son début de carrière vichyste et decoré (Pétain lui a quand même remis une francisque !), ses merveilles en tant que Ministre de l'Intérieur, tout ceci tient vraiment du cauchemar.

Marie-Ségolène Royal fait honte quand elle affirme sans ciller que "Mitterrand avait de la tenue, de l'allure et du charisme dans l'exercice du pouvoir, [...] qu'il détestait les vulgarités de langage, les familiarités déplacées, [...] c'était une manière de nous respecter [...] il avait le même charisme sur la scène internationale que pour s'adresser à un paysan, fut-il de la Nièvre ou du salon de l'Agriculture". La Présidente de la région Poitou-Charentes n'ignore pas que nous sommes toujours le plouc de quelqu'un. Edouard Balladur rapporte de manière assez cruelle à quel point la façon de manger qu'avait Mitterrand lui faisait horreur, par exemple

Commencons par une question simple : François Mitterrand vivait-il dans un monde en ligne ? Mitterrand aurait-il survécu ne serait-ce qu'une minute avec Youtube et Dailymotion ? Les attentats bidons, les fausses factures, le passé d'extreme droite, le Rainbow Warrior, les délits d'initié, les "suicides" de nombreux "amis" dont François de Grossouvre (dont il semble peu réaliste, religieusement et psychologiquement parlant, qu'il ait pu se donner la mort volontairement), comment cela aurait-il pu rester caché ? L'Internet, c'est un peu différent de la presse au ordre qui cache au public des doubles vies et des filles cachées.

Ensuite, Mitterrand était aussi, comme Sarkozy, un "nabot" d'un mêtre soixante et quelques. Pourquoi moque t-on la taille de Sarkozy et pas celle de son illustre prédecesseur ? La différence c'est l'époque.

En réalité, s'il y a bien une seule chose qui puisse éventuellement rendre le président Sarkozy sympathique, au delà ou plutot en dépit de son autoritarisme, de son ultra étatisme, de sa politique ultra socialiste de nouveaux impots et de nouvelles lois liberticides, c'est bien la nature et la succession des attaques xénophobes, disons le clairement, dont il fait l'objet depuis 2006, à la fois de la part de l'extrème droite et de la gauche.

On reproche, à gauche comme à l'extreme droite les origines hongroises ou juives de l'actuel Président de la République, ce qui explique sans doute pourquoi l'actuel locataire de l'Elysée se sent tellement obligé, depuis la fin des années 90, de prouver à ses amis Auvergnats que lui aussi, il peut se montrer plus xénophobe que les xénophobes. A gauche, elles servent implicitement à démontrer que si on est pas de Corrèze depuis x générations, alors il est logique que l'on pratique la politique du parti de l'étranger, tandis que du coté du parti de la fille à papa de Saint Cloud, elles servent à créer ce climat malsain qu'heureusement les libéraux démocrates centristes combattent. 

En opposant l'allure innée de Mitterrand aux mauvaises manières acquises du Président de la République, Marie-Ségolène Royal, comme sa collègue de Saint Cloud, ne font en réalité que défendre une vision archaique et condescendante du monde, qui fait aussi froid dans le dos que ce retour de de délinquant (1) polygame (2) d'extrème droite (3) de Mitterrand sur tous les écrans.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire