dimanche 27 février 2011

Sunday's closed

Un dimanche de (relativement) beau temps, de fin de vacances pour la zone C Paris-Créteil-Versailles, quelle idée de vouloir bricoler chez soi ?

Il y a une majorité de législateurs effectivement contre le travail dominical.

A droite, de l'UMP Canal Historique à Christine Boutin, valeurs familiales oblige, on nous dit : le travail dominical fragilise la famille (source : le Figaro).
A gauche, du NPA au PS en passant par les anti libéraux de tout poil, adeptes de la théorie du travail tripalium, on nous dit : les salariés travaillent le dimanche sous la contrainte.(source : Libération).

Comme, à Paris, on a une alliance objective entre la gauche ultra étatiste et la partie la plus conservatrice de l'UMP, les parisiens ne peuvent profiter ni du Casto de la Place Clichy ni du Monop des Champs ni du BHV.

Du coup, on est amené à franchir les fameuses barrières d'octroi portes du Périf pour s'aventurer en Far Ouest, du coté des Hauts de Seine.


Tiens, c'est ouvert le dimanche. Sur quoi va t-on tomber ? Sur des salariés exploités ? Sur des clients coupés de leur famille ? Sur un univers cheminant entre Germinal et l'attaque de la diligence de Lucky Luke ?


En fait non. D'un coté, des gamins heureux de sortir avec leurs parents. Photo non truquée.


De l'autre, des salariés, jeunes, peut etre célibataires, en tout cas heureux d'aller travailler, et qui n'ont sans doute pas eu à choisir longtemps entre le fait d'aller gagner de l'argent ou aller tracter sur les marchés pour le NPA ou pour le Parti Communiste Chrétien Démocrate.
Realisé sans trucage également.



A la Mairie de Paris de voir si elle veut recréer de l'activité dans Paris, ou bien si son modèle est vraiment la downtonisation du centre, à l'américaine,  avec toutes les conséquences fiscales que cela peut avoir (cf la Ville de Bruxelles) .

Alors, chers législateurs, n'hésitez plus. Le travail, non pas juste le dimanche, mais tout le temps, libérez le !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire