samedi 5 février 2011

Pour sortir de la crise, le capitalisme

Conseil de lecture du jour : Pour sortir de la crise, le capitalisme, de Geoffroy Roux de Bezieux.
Ce diplomé de l'ESSEC qui ne s'est pas contenté de gérer des parts de marché pour un célèbre fabriquant français de shampoing chez nos voisins et amis britanniques et polonais. Il a développé sa vocation d'entrepreneur en créant the Phone House puis Breizh Mobile. 1500 emplois, bravo !

D'une manière générale, on est assez loin du propos politicien. L'emploi est la priorité des français ? Le pouvoir actuel, en place depuis 2007, propose de recruter plus de fonctionnaires (Après avoir confirmé la fermeture de la compagnie CRS de Saint-Pierre en fin de semaine dernière, [Brice Horefeux] y renonçait lundi, tout en annonçant l'arrivée de 140 fonctionnaires supplémentaires, soit l'équivalent d'une compagnie., source La Provence) tandis que le Parti Socialiste, qui paie pour les emplois fictifs de Mauroy (20 ans après ...), veut un plan de recrutement d’agents pour Pole Emploi  et l'interdiction des licenciements. Par contre, l'égalité salariale hommes femmes tout de suite, conformément à la loi et au bon sens, le PS ne le propose pas pour tout de suite ;-) . Ils se donnent 5 ans pour réduire l'écart de moitié !

Chez les libéraux comme à Alternative Libérale, on sait une chose : l'emploi est crée par les entrepreneurs et les PME, donc il est impossible de décréter la création d'emploi ni de prévoir où et quels genre d'emploi seront crées. Ca dépend des nouveaux produits et de la demande ! La politique économique doit donc se borner à faciliter la vie des entrepreneurs, pour qu'ils puissent créer, développer ou fermer des boites rapidement ! Autrement dit : alléger le code du travail, baisser les charges, laisser les gens pouvoir faire le choix d'accumuler du capital en touchant leur salaire complet.

Bonne lecture !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire