mercredi 24 février 2016

Des questions sur les chiffres du chômage

Les chiffres de chômage pour le mois de janvier ont été publiés. Ils montrent une amélioration pour la catégorie A de France métropolitaine. 




Le chômage a baissé de 0,8% le mois dernier. C'est évidemment une bonne nouvelle pour les ex chômeurs qui ont retrouvé du travail. Surtout que, depuis que Hollande est au pouvoir, le nombre de chômeurs est passé 4,4 millions en mai 2012 à 5,5 millions en novembre 2015

Mais ces chiffres de janvier 2016, selon Marc Landré, journaliste au Figaro, incluent une hausse "inhabituellement forte" des radiations pour défaut d'actualisation. C'est aussi le constat de RTL (1)




Les sorties enregistrent dans le même temps une hausse de 3,0%, une évolution qui recouvre une augmentation sensible des reprises d'emploi déclarées (+5,1%), des arrêts de recherche (+5,6%) et des radiations administratives (+4,0%). Quant aux cessations d'inscription pour défaut d'actualisation, le principal motif de sorties, elles sont en hausse de 1,5% sur trois mois après une baisse continue depuis l'automne (2).  

Les radiations et les stages ? Est-ce là, la méthode que Hollande privilégiera pour oser se représenter en 2017 ? 

D'autre part, en France (y compris Dom), le nombre de demandeurs d’emploi s’élève à et 5 764 300 pour les catégories A, B, C (–0,3 % sur un mois, +4,1 % sur un an).

Du coup, au vu de ces chiffres, on peut rappeler ce que Ségolène Royal disait, à l'époque, c'est à dire en 2011, quand le chômage progressait, puisque même pour la stat affichée pour la catégorie A métropolitaine, les chiffres sont au mieux peu clairs :





Que nous dit Eurostat ? Le chômage en France est plus élevé en France qu'au Royaume Uni, aux Pays Bas, en Allemagne, en Lettonie, en Suède, en Finlande, en Irlande, au Danemark, en Belgique ...

Pourtant, parmi la population de 15 à 64 ans, hommes et femmes, le taux d'emploi est faible en France. Alors que 80% des Suisses en age de travailler disposent d'un emploi (Allemagne, 74%), en France, c'est 64%.

Les faits montrent qu'on ne peut donc accuser ni l'euro (il existe en Finlande ou aux Pays Bas) ni les 40h (cf la Suisse), certains veulent sortir de l'euro, d'autres passer aux 32h.
Le chômage est donc un problème intrinsèque à nos choix, ici chez nous en France.C'est notre code du travail, nos choix de société, anti outsiders et pro outsiders, qu'il faut interroger.

Oui, Ségolène Royal a raison, si on estime que la politique peut s'attaquer au taux de chômage : Le chômage a encore progressé, la France n'est ni présidée ni gouvernée. 
Son tweet de 2011, dans une perspective dirigiste, est encore d'actualité. 

Évidemment, il en couterait trop, à un socialiste, d'avouer qu'il ne peut rien pour l'emploi, ce sont les entreprises qui le créent, mais qu'en revanche, son rôle en tant que politicien est de créer un environnement favorable à la création d'emploi, c'est à dire un environnement pro business, donc de stabilité juridique et fiscale.
Dans ce contexte, il n'est pas certain du tout que la loi travail présentée par El Khomri et Valls  soiot la réponse adaptée, même si, en ce qu'elle représente une sorte de loi Hartz, elle était sans doute nécessaire.

En tout cas, bravo au gouvernement qui, après avoir rendu à la droite française avec son très controversé (à gauche) projet de loi sur le travail, dit PJL El Khomri, rend maintenant un hommage involontaire à Winston Churchill, qui disait "Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées".


(1) RTL Chômage : le nombre de demandeurs d'emploi en baisse de 0,8% en janvier 2016 24 février 2016
(2) Zone Bourse France-Baisse de 0,8% du chômage en janvier 24 février 2016

Aucun commentaire:

Publier un commentaire