mercredi 18 mars 2015

Pas d'élections cantonales à Paris !

La classe médiatique est donc en train de s'emballer pour des élections cantonales départementales qui n'intéressent pas les français (abstention prévue : 57% (1)). C'est d'autant plus méritoire que les journalistes français sont majoritairement des parisiens ou des franciliens (en plus d'être de gauche, mais ça c'est une autre histoire). Or, à Paris, il n'y a pas d'élections cantonales départementales. Pourquoi ? Parce que la ville et le département sont liés. Le conseil municipal de la ville de Paris qui se tient en ce moment est immédiatement suivi du conseil général du département de Paris. Anne Hidalgo, maire de Paris en même temps présidente du conseil départemental.

Vous direz : en s'intéressant aux cantonales départementales, les journalistes ne font que le boulot, qui consiste à informer, et non pas à parler des sujets qui les concernent. Après tout, les départements ne s'occupent-ils pas de distribuer de l'aide sociale, gérer la protection maternelle et infantile, gérer de la voirie, administrer des collège ? 

Enfin, ça, c'était avant (ou pas, on ne sait pas exactement), puisque le gouvernement, en ce moment même, est en train de proposer une réforme territoriale, qui devrait inclure des changements au niveau des compétences assumées par le département (2). A la base, le département aurait du disparaître, puisqu'il devenait un échelon de trop entre la commune, les intercommunalités, la région, l'Etat et l'Europe. Mais finalement, il a sauvé sa tête, prouvant l'inutilité de la réforme actuellement menée (3). Même le découpage électoral, les nouveaux cantons, n'a pas pu se calquer sur une division administrative existante, telle que la commune !
Rétroprojeter des images de Versailles
dans le tunnel de la A1 à Saint Denis :
le projet de Donnedieu de Vabre
Source France 3 Ile de France

Qui peut sérieusement penser que si le département avait disparu, il n'y aurait plus de gestion de la voirie ? 

Tout récemment, un ex ministre, Renaud Donnedieu de Vabres, a par exemple proposé d'embellir les abords de l’autoroute A1 entre Paris et Roissy, afin, notamment, de présenter un meilleur visage de l'arrivée dans la capitale aux touristes qui y viennent. 
Mais pourquoi personne ne rappelle que le département de Seine Saint Denis semble à ce point incapable de faire fonctionner sa direction départementale de l'équipement que c'est l'Etat qui a été chargé de nettoyer les décharges que l'on peut voir sur les bas cotés (4) ? 

Si l'autoroute A1 devient un bel accès à la capitale (5), ce qui contribuerait, in fine, à toute l'Ile de France, ce ne sera pas grâce au conseil général départemental de Seine Saint Denis ! 

Et que ce soit sur cet exemple trivial ou sur d'autres, y compris en matière d'éducation ou de sécurité, les français sentent bien, confusément, que l'Etat (c'est à dire l'argent des autres, moins la commission prise par le système) ne peut plus rien pour nous tous. 
Tant mieux, quand on voit comment il gère ... Il ne reste plus qu'aux journalistes à informer jusqu'au bout ! Y compris en relatant les faits qui ne vont pas forcément dans le sens de la classe politique interventionniste !







(2) Gouvernement La réforme territoriale 10 mars 2015

Aucun commentaire:

Publier un commentaire