dimanche 5 octobre 2014

PMA, GPA, la très hypocrite méthode du gouvernement Valls

Alors comme ça, Manuel Valls est contre la GPA (1) ?

Le premier ministre doit avoir un sacré kiné !

Comment peut-on pratiquer une volte-face pareille sans se froisser un ou plusieurs muscles ?

Quand Manuel Valls parle à l'un des médias de la communauté gay, il affirme "Contrairement à ce que disent ceux qui sont par principe hostiles à la GPA, je crois que si celle-ci est maîtrisée, elle est acceptable, et j’y suis donc favorable" et " Je comprends que certains au PS aient peur d’une dérive vers une marchandisation du corps des femmes qui pourrait se révéler immaîtrisable. Mais au-delà de ces précautions, c’est une évolution qui est incontournable"(2).

Quand il parle à l'un des médias de la communauté catholique, il dit, au contraire "la GPA est et sera interdite en France. C’est le choix très ferme du président de la République et de son gouvernement. La France n’a jamais varié sur ce sujet. Elle est opposée à la légalisation de la GPA qui est, il faut le dire, une pratique intolérable de commercialisation des êtres humains et de marchandisation du corps des femmes".(3)

Manuel Valls n'illustre t-il pas la navigation à vue de ce gouvernement auquel il est impossible d'accorder la moindre crédibilité ? 

Souvenons-nous : pourquoi des gens qui n'avaient jamais manifesté auparavant, y compris contre le matraquage fiscal, avaient choisi, il y a un an, de défiler dans les rues de la capitale ?
Peut-être qu'une minorité était motivée par la haine de l'homosexualité. 
Mais pour la majorité, celle qui n'avait rien contre le fait que les gays vivent leur vie, ils affirmaient que leurs craintes concernaient la filiation, sujet qui, précisément, mobilisait les militants LGBT.

Car, rappelons le, jusqu'à l'adoption de la loi du mariage pour tous, seul un des deux parents gays bénéficiaient des attributs tels que l'autorité parentale. 

En France, pays où l'Etat se mêle de tout, y compris de définir le mariage, l'union de deux individus donne des droits de parentalité. Toucher au mariage, c'était donc redéfinir ce qu'est une famille, personne ne pouvait l'ignorer. 

Or, ils se trouve qu'aujourd'hui, la gestation pour autrui, une des pommes de discorde entre la Manif Pour Tous et les militants LGTB, est de facto légalisée. Pourquoi ? 

Début septembre, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) avait déclaré que la France ne pouvait pas ne pas retranscrire les actes de naissance des enfants nés de GPA à l'étranger. (4)

Autrement dit, si la GPA est interdite en France, elle ne l'est pas partout ailleurs, et donc les français qui y ont recours à l'étranger, ne peuvent pas être sanctionnés, puisque les enfants existent.
Il suffit donc aux gens qui veulent des enfants et qui veulent avoir recours à la GPA d'aller à l'étranger. C'est d'autant plus facile que des sociétés viennent démarcher les clients potentiels, en France (5).

Il y a donc toutes les raisons pour qu'on continue à penser, si on est contre la GPA, qu'il faille manifester contre la loi du mariage pour tous.

 

Et, une fois de plus, le Parti Socialiste se retrouve pris dans ses contradictions.

Il est évident que si on pense que l'égalité doit pouvoir aller jusqu'au fait d'être égaux devant le potentiel de parentalité, alors il faut légaliser la PMA pour les couples de femmes et la GPA pour les couples d'hommes, puisque jusqu'à preuve du contraire, les couples d'hommes ne peuvent pas faire d'enfants.
Or, cette idée de légaliser la GPA se heurte à une autre idée typiquement socialiste : protéger les individus y compris contre les contrats qu'ils signent librement. Au PS, nombreux sont ceux qui pensent, comme au sein de la Manif Pour Tous, que la GPA est une exploitation du corps des femmes et que ces petites choses fragiles sont exploitées, incapables de décider par elles mêmes.

L'hypocrisie du gouvernement Valls consiste à se prononcer contre la GPA en France alors qu'elle est accessible dans certains pays voisins ou lointains.
Pourtant, Hollande et Valls auraient pu faire appel de la décision de la CEDH, comme le demandaient certains, notamment socialistes, soucieux de primauté du droit interne (6). Ils ne l'ont pas fait. Valls et Hollande se réfugieront derrière l'avis d'une instance européenne pour justifier de l'impossibilité de ne pas interdire les conséquences de la GPA en France, tout comme ils se réfugient derrière les injonctions de Bruxelles pour expliquer qu'il faudra bien réformer la dépense publique en France.

Quelle hypocrisie ! Voila un gouvernement incapable d'assumer son point de vue, appuyé par l'avis d' Homosexualité Et Socialisme (HES) (7), les militants LGBT, les associations pro GPA ... bref par des gens qui ont voté pour Hollande.

En ne faisant pas appel de la décision de la CEDH, Valls et Hollande ont accepté qu'en droit, les conséquences des actes, l'existence des enfants, soient plus importantes que l'acte lui même. C'est normal, les militants LGBT ont décidé que les soit-disant "fantômes de la République" devaient être régularisés.

Dans ce torrent d'hypocrisie, la seule force du gouvernement a consisté à faire croire que le débat sur la GPA était un débat gentille gauche/méchante extrême droite, taisant l'avis des socialistes qui s'opposent à la GPA (8), voire au mariage gay tout court.

En ce qui concerne la question de la GPA comme pour d'autres, on ne peut espérer que deux choses : de la cohérence, et de l’honnêteté. Le Parti Socialiste semble manquer des deux. On ne peut pas refuser aux gays la GPA, surtout si elle existe et qu'elle est déjà employée, après avoir accordé le mariage gay. 

En revanche, si des conservateurs devaient revenir au pouvoir, ils ne devraient pas arrêter à l'abolition de la loi Taubira. Ils auront aussi à interdire la PMA, y compris pour les couples "hétéros" infertiles. Le droit à l'enfant ne peut pas être à périmètre variable.

Evidemment, la voix libérale, elle, demeurera souverainement ignorée ...



(4) Yagg GPA: La France ne conteste pas la décision de la CEDH 26 septembre 2014
(5) Le Figaro GPA: Offres d'ovocytes à 300 m de l'Assemblée 3 octobre 2014
(6) Atlantico GPA : "Pourquoi nous demandons à François Hollande de faire appel de la décision de la CEDH" 25 septembre 2014
(7) http://www.afmeg.info/spip.php?article232
(8) La Croix Dix députés PS s’élèvent contre la GPA 23 septembre 2014
(9) La Provence Marseille : un mariage homo annulé sur l'autel d'une discrimination ? 2 octobre 2014




Sur le même sujet

Le Parisien Libéral Gestation pour autrui (GPA) : ils font rire, ces socialistes ... 30 janvier 2013
Contrepoints PMA, GPA : les socialistes contre l’égalité 4 février 2014
Contrepoints Abandon de la PMA pour les couples gays : entre-deux gouvernemental 30 avril 2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire