samedi 4 octobre 2014

Dernière idée d'@Anne_Hidalgo : s'occuper des sachets plastiques

Non mais, Allo quoi ! comme dirait vous savez qui.

La ville de Paris est à la recherche de 400 millions (1), la fin de la bulle immobilière met en danger l'édifice clientéliste mis en place par le pouvoir socialiste (2), les visiteurs qui débarquent Gare du Nord ont une image catastrophique de la ville (3), la saleté des rues demeure une honte, mais de quoi s'occupe la maire de Paris ? 


Oui, vous avez bien lu : L’Exécutif parisien propose d'interdire les sacs plastiques à usage unique (source : Ville de Paris).

Bon, quand on passe au delà du titre, en fait on comprend que la ville de Paris n'a aucun moyen d'interdire, elle peut "juste" se contenter d'engager une concertation avec les commerçants parisiens pour arrêter la distribution de ce type de sacs. C'est déjà plus raisonnable, et cela ne correspond pas vraiment à l'affirmation très péremptoire d'Anne Hidalgo. Une concertation à 61 000 (si on en croit les chiffres de la CCIP), donc. 

Ça, c'est bien une méthode socialiste. Les super effets d'annonce qui s'adressent, non pas aux citoyens et contribuables, mais à différents partenaires d'une majorité qui ne partage rien. 

En effet, comment Europe Ecologie Les Verts ont-ils pu choisir, en quelques heures, de fusionner leurs listes avec celles du PS Parisien alors qu'ils ne sont d'accord sur rien ?

Un seul exemple ? le pic de pollution de la semaine dernière. Valls et Hidalgo n'étaient pas d'accord avec l'analyse de Christophe Najdovski (5). 

Par contre, puisqu'Anne Hidalgo veut s'occuper de sacs plastiques, pourquoi n'interdit-elle pas les ignobles sachets verts plastiques qui remplacent les poubelles publiques, mis en place "pour raisons de sécurité", plutôt que de s'immiscer dans la façon dont les commerçants gèrent leurs affaires ? 

Commerçants qui, au passage, n'ont pas attendu Anne Hidalgo soit pour faire payer les sacs plastiques, soit pour proposer des alternatives comme les sacs réutilisables. La stratégie de Monoprix en est un bon exemple.

Comme souvent, l'écologie passera par chacun d'entre nous, à partir de solutions décentralisées, et certainement pas par des injonctions venues d'en haut. 

Et puis pendant qu'Anne Hidalgo joue à l'écolo comme Marie-Antoinette jouait à la fermière, elle ne s'occupe pas de son boulot : 
  • gérer les 50 000 fonctionnaires (6) de la Ville de Paris (plus que l'ensemble de la fonction publique directement employée par l'Union Européenne)
  • essayer, dans la mesure du possible et dans le respect de la vie privée, de s'assurer que les animateurs recrutés dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires sont des gens équilibrés et non pas des violeurs d'enfants (7)
  • expliquer pourquoi Delanoé, qui n'est plus conseiller municipal, a toujours un bureau à la mairie de Paris (8)
  • boucler le budget, récupérer le milliard d'euros des parisiens donnés à Hollande et Ayrault alors qu'ils étaient tant réclamés à Sarkozy et Fillon (9)
  • assurer la propreté de la ville afin que les rats cessent de proliférer aux Tuileries (10)


Bref, est-ce trop demander à Anne Hidalgo de se concentrer sur ce pour quoi elle a été élue ? (Enfin, élue ... le XVeme arr, où elle s'est présentée, a clairement dit non, mais le système électoral parisien est ce qu'il est). 


(8) Observatoire des Subventions qui paye le bureau et la secrétaire de Bertrand Delanoé 9 juin 2014
(10) Le Monde Les rats ont pris leurs quartiers aux Tuileries 29 juillet 2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire