lundi 4 octobre 2010

Baisser les impots, pourquoi ?

Chapeau au staff de la rue de la Boétie !
Les militants UMP sont très bons. Le premier ministre Francçois Fillon avouait hier soir sur M6 que "Oui, les impots augmentent en France", contrairement à la promesse présidentielle de 2007. Les militants, notamment les Jeunes Pop qui manifestement n'ont pas encore pris conscience du poids des charges sociales notamment, étaient déjà en train de changer leur fusil d'épaule, en devançant les "éléments de langage". Les justifications ?

- la France a juste connu la pire crise depuis 1929
- 10 milliards de hausse d'impots, ce n'est rien, finalement, pour la France
- il fallait éliminer des niches fiscales injustes et économiquement inefficaces

Alors, pourquoi chez les libéraux, on continue à se battre pour la baisse des impots ? A cause d'un disque rayé resté bloqué sur le Tube des années 80, "Reagan & Thatcher baissent les impots ?".
Non. Les libéraux ne veulent pas détruire la société, ils proposent un autre projet de société, fondé sur la responsabilité individuelle.

Passons sur les erreurs. Quand le gouvernement nous dit "l'Espagne n'a pas d'ISF", il a raison. Par contre, quand il dit "la pratique fiscale allemande induit de facto un bouclier fiscal", il est dans l'erreur. Mediapart, politique.net, Rue89, Impots Utiles, ont beau rappeler que le concept de bouclier fiscal
n'existe pas chez nos voisins, notre gouvernement en fait encore usage.

Au sujet de la crise, sommes nous les seuls à l'avoir subit ?
Les 10 milliards, si ca n'est rien, pourquoi ne les donnent (les laissent, en réalité) -ils pas aux français ?
L'élimination des niches injustes, oui, mais quid de la remise à plat de toute la fiscalité (flat tax, prélévement à la source, forte baisse des prélévements obligatoires etc) ?

En réalité, le pouvoir actuel, rivé sur la conservation d'un rating Moody's Fitch S&P qui ne nous empeche pas de payer notre argent plus cher que celui preté à l'Allemagne, semble incapable de réduire drastiquement le role de l'Etat. Les prélevements atteignent des sommets. Les contribuables et citoyens s'y retrouvent-ils, au moins ?

Non. La liste des défaillances d'Etat est longue. Ici, des gens (9 millions de français !) qui ne peuvent plus se soigner, faute d'argent, alors que nous aurions le meilleur et le plus généreux système social et médical du monde. La, des usagers de la SNCF en rade. L'Etat a pourtant fort à faire avec ses missions régaliennes telles que la sécurité, la justice, la police, la diplomatie. On le voit en Afghanistan et au Pakistan ou à Bruxelles.

Un programme très clair consisterait pour l'Etat à :

- vendre ses participations (Aéroport de Paris, EDF, France Telecom, France Television, GDF Suez, Renault, etc)
- liquider ses actifs non rentables (réseau secondaire SNCF)
- augmenter la productivité des services qu'il tient toujours à assurer, comme l'enseignement, en boostant le nombre d'éleves par classe par exemple.
- arreter toute forme de subvention aux entreprises. Une entreprise est faite pour faire du profit ou disparaitre, à la différence des associations loi 1901.
- donner leur indépendance aux territoires non métropolitains dont le couple rendement fiscal / bénéfices non monétaires est notoirement bas

Les français savent que moins d'Etat, c'est la possibilité pour Mieux d'Etat. Alors pourquoi ne pas se saisir de cette chance ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire