mardi 3 décembre 2013

Les questions au gouvernement (#QAG) que l'on entendra pas cette après-midi

Dans toutes les démocraties représentatives du monde, le peuple élit des représentants qui siègent dans un parlement, pour voter le budget, voter les lois et contrôler l'action du gouvernement. Tous les mardis, les députés posent des questions au gouvernement, afin d'en contrôler son action. Toutefois, les députés ne posent pas de questions au hasard.

D'une part, les questions sont filtrées par les groupes parlementaires. D'autre part, les réponses ne sont pas spontanées, mais lues par un ministre qui fait travailler son cabinet. Voila pourquoi on ne risque pas d'entendre les questions suivantes :


  • libertés civiles : est-il acceptable, Mr le Premier Ministre, d'avoir fait voter une loi de programmation militaire qui donnera aux agents du fisc tous les droits, y compris celui d'enregistrer des conversations téléphoniques privées ou lire les emails des gens, et ce alors qu'officiellement, vous avez protesté contre l'espionnage de la NSA ? 
  • déficit budgétaire : Mr Cazeneuve, le budget 2014 prévoit de collecter 1 euro de taxes et impots divers et variés quand l'Etat va dépenser 1,20 euros. Quand allez-vous réduire la dépense publique de 20% ?
  • syndicats dans réforme fiscale : Mr Moscovici, le Premier Ministre a ouvert, sans vous prévenir, le chantier de la réforme fiscale. Comment cela se fait-il que des syndicats (CGT, etc) soient associés à ce chantier (mais quelle est leur légitimité sur le sujet ?) et pas les associations de contribuables comme Contribuables Associés ?
  • armée : Mr le Drian,  et si on suspendait le plan Vigipirate ? Pourquoi lutter contre le terrorisme en France alors qu'il semble que nous armions des terroristes en Syrie ? 
  • gestion de la zone exclusive maritime : Mr Cuvillier, pourriez-vous confirmer le fait que la France ait vendu l'Ile de Tromelin ? 
Au lieu de ça, les socialistes se félicitent pour leur lutte contre la prostitution, la consommation d'énergy drink ou, bientôt, l'abaissement de la limite de vitesse sur les routes. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire