mardi 19 juin 2012

Red carpet for French tax exiles


On peut dire que David Cameron, premier ministre britannique et héritier spirituel de Lady Margaret Thatcher, a fait le buzz ce matin. Enfin une petite phrase qui nous rappelle à nous français que nous ne sommes pas tous seuls sur Terre. 

Certes, les choses ne sont pas si simples et toutes les entreprises ne vont pas franchir le Channel, surtout que les 75% concernent les revenus de la personne et non pas les profits des entreprises. Mais cette petite phrase permet de rappeler deux choses. 

  • D'une part, le socialisme n'est vraiment efficace en économie fermée (lire Pas de socialisme et d'étatisme en économie ouverte . En ce sens, Arnaud de Montebourg, qui doit être en train de négocier un partenariat entre l'armée et la douane (lire  Montebourg est prévenu), ou la fille à papa de Saint Cloud (une socialiste cohérente puisque nationaliste) ont raison : si on veut que la France préserve non pas son niveau de vie mais son système social, alors il faut au mieux faire du mercantilisme type Colbert (vendre un maximum aux autres sans rien leur acheter, un peu comme on a fait pendant des dizaines d'année en Afrique) ou, au pire, une fermeture des frontières type RDA (ce que les socialistes de droite avaient d'ailleurs bien compris eux aussi, lire  transformer la France en RDA ). 
  • D'autre part, que font encore en France des entreprises comme Total ou BNP Paribas. Leur siège social, si on suit la logique socialiste, devrait plutôt être en Angola, au Gabon ou en Belgique. On ne peut qu'espérer qu'au vu de l'avalanche de taxes qui s'annonce, un maximum d'entreprises du CAC 40 votent avec leurs pieds et partent ailleurs, à Londres ou à Luxembourg par exemple. 

Bravo David Cameron ! Après l'OCDE ou Angela Merkel, voila encore une voix pour dire que ramener la retraite à 60 ans, relever le SMIC, recruter 60 000 nouveaux profs, prélever marginalement 75%+12.5% ou taxer à tout va n'est pas hyper compatible avec la politique que mènent nos voisins. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire