mercredi 21 juillet 2010

Gratuité des écoles françaises de l'étranger : ineptie totale

Un projet gouvernemental prévoit de rétablir "l'égalité" entre citoyens devant l'école, en rendant gratuites, comme en France, les écoles françaises de l'étranger.

* 1ere erreur : rien n'est gratuit. Les citoyens paient de leur impot, l'école, en contrepartie du contrat social actuel (rappel : l'Education Nationale est le 1er poste de dépense de l'Etat). Et les élèves des écoles françaises de l'étranger paient des droits d'inscription (parfois pris en charge par les entreprises, pour les expats) variable selon les revenus des parents qui, toujours pour les expats, ne paient pas toujours d'IRPP en France, pour diverses raisons.

* 2eme erreur : en disant "écoles françaises de l'étranger", on a l'impression qu'un fonctionnaire de l'Education Nationale est allé en mission à l'étranger ouvrir une école. Or, sur les 461 établissements concernés, on a en quatre catégories : établissement en gestion publique directe, établissements privés conventionnés, établissements non conventionnés, établissements non homologués. Voir le site de l'AEFE pour cela.

Les professions juridiques sont très fortement représentées au sein du gouvernement. A défaut de comptables sachant équilibrer un bilan (en réduisant les dépenses), on a au moins des bons avocats capables de lire une loi.
Et la Loi (Ferry) est très claire : "l’instruction primaire obligatoire pour les
garçons et filles âgés de 6 à 13 ans (16, depuis) . L’école publique est gratuite et laïque"
.
Autrement dit : 1.l'instruction (pas l'école, l'instruction) est obligatoire. 2. l'école publique (et seulement elle) est gratuite.

Conclusion : l'école pas publique n'est pas gratuite. D'ailleurs l'école publique n'est pas gratuite non plus, les contribuables en savent quelque chose !
Si le gouvernement actuel veut nationaliser les écoles françaises de l'étranger, il faut, par souci d'égalité, qu'il nationalise aussi l'enseignement privé en France. Bon courage !
A plus court terme, que le gouvernement actuel se concentre plutot sur les inefficacités au sein de l'Education Nationale (taux de quasi illetrisme en explosion, nombre croissant de jeunes sans qualifications).

PS : saviez-vous que la loi Evin s'applique aussi à Londres ? Regardez le reglement intérieur du lycée français de Londres, page 4.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire