vendredi 6 juin 2014

#DDay70 : un hommage, des questions






Nous nous souvenons du sacrifice de ces jeunes hommes débarqués du Nouveau Monde, ainsi que des forces françaises d'Afrique, venus libérer la France du joug national socialiste.

En revanche, les commémorations du 6 Juin 2014 soulèvent des questions. Rappelons que le 6 Juin 1944, c'est le débarquement en Normandie des forces armées anglo-américaines, composées de britanniques et ressortissants du Commonwealth, ainsi que d'américains principalement. Quelques français (les 177 du Commando Kieffer ainsi que quelques dizaines de soldats incorporés à l'US Army), quelques Polonais, Belges, Norvégiens, Néerlandais,  Tchécoslovaques et Grecs complètent le tableau, certes, mais l'énorme majorité des 156 000 soldats sont des anglo-américains. 

Du coup, on se demande bien ce que font sur les plages de Normandie Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie et Angela Merkel, chancelière allemande. Que nous voulions rendre hommage à l'Armée Rouge des Soviétiques et à la victoire de Stalingrad peut se comprendre, mais la place de Poutine n'est-elle pas alors plutôt au 8 mai, commémoration de la fin de la guerre ? 
Quand à Merkel, sa présence est encore plus surprenante. Que nous soyons aujourd'hui en paix avec l'Allemagne va évidemment de soi. Mais à quel titre Merkel est-elle en Normandie ? 

Si Hollande voulait faire une célébration rassemblant tous les belligérants de la Seconde Guerre Mondiale, pourquoi n'a t-il pas invité les présidents Algériens, Marocains, Sénégalais et Camerounais également ? En plus, dans le cas de l'Algérie, cela aurait été bien plus pertinent que de les faire venir au 14 juillet prochain sur les Champs Elysées ...

Bref, même dans ce qui, dans le cadre des institutions et de la pratique de la Veme République, apparaît comme étant une prérogative du Président de la République, Hollande arrive à embrouiller un message pourtant limpide à la base : les français remercient les anglo-américains d'avoir combattu les nazis en Normandie puis jusqu'à Berlin.






Sur le même sujet 

L'Opinion TextO’ : Vladimir Poutine au D-Day, l'invité qui dérange ?


Contrepoints D-Day 2014 : Hollande participe ! 

5 commentaires:

  1. heu... on invite les Russes parce qu'ils faisaient partie des Alliés (et dans les trois de Yalta, on ne compte pas la France...) et les Allemands parce que justement ça ferait bizarre de fêter la "victoire sur les Allemands" sans eux comme si ils étaient toujours nos ennemis.
    Il y avait aussi des français dans les SAS qui ont été parachutés à 200km vers l'intérieur des terres (côté Bretagne) pour ralentir les renforts

    c'est bien de s'opposer à Hollande mais là c'est vraiment de la pure mauvaise foi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ok, pourquoi pas, mais si on fait du 6 juin la commémoration non pas du débarquement anglo américains mais la célébration de la victoire des alliés, où sont les chefs d'Etat africains, Adrien ?

      Supprimer
  2. si il n'y avait pas eu l'operation bagration le 21/06/1944, les americains seraient encore à Caen !
    Ce ne sont pas les américains ou les russes qui ont gagné, c'est la somme des alliés qui ont pu finir cette guerre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dans ce cas, il manquait bien certains alliés.

      Supprimer
  3. Alors que Barack Obama, Vladimir Poutine ou la reine d’Angleterre ont été accueillis en grande pompe par la France et François Hollande, l’Afrique a été la grande oubliée de ces cérémonies. Pourtant les « tirailleurs sénégalais » ont écrit dans le sang l’histoire de la France lors de la seconde guerre mondiale. Venant d’Afrique Noire et du Maghreb, compagnons du Général De Gaulle dès le début de la Résistance, ils n’ont pas eu la reconnaissance de leurs pairs et de l’Histoire.

    Allez sur
    L’Afrique oubliée des cérémonies de commémoration du débarquement
    Afrik.com

    RépondreSupprimer