mercredi 13 juillet 2011

Les politiciens français et les PME

Encore un domaine où la quasi totalité de la classe politique française se moque du monde et des electeurs !
Quel homme ou quelle femme politique n'a pas déclaré sa flamme aux PME ?

- le gouvernement actuel adore les PME ! Il a poussé Oseo à renforcer son aide aux PME
- le Président de la République en a rajouté une couche, en terme de plan PME
- Martine Aubry et le Parti Socialiste sont à fond derrière les PME (ca n'est pas une rumeur !)
- même la fille à papa de Saint Cloud s'engage pour les PME !

Les créateurs de petites entreprises le savent, pour créer et gérer une PME, il faut

- des clients
- une structure juridique
- des fonds pour financer des collaborateurs ou autres facteurs de production

Bref, quelqu'un de malin, organisé, avec un bon réseau, capable de répondre à un besoin client est a priori mieux armé pour gérer une PME que celui ou celle qui n'a pas tout ça.

Comment se fait-il que, parmi tous les aspirants aux fonctions électives, hors avocats (qui d'ailleurs ne sont absolument pas des PME mais des professions libérales), aucun de tous ceux qui déclament urbi et orbi leur amour des PME n'aient jamais eu, des près ou de loin, d'expérience PME ?

Quand on gagne pendant des années 10 ou 20.000 euros par mois comme la plupart des politiciens de la Caste des 500 (un peu comme Christian Jacob, voir le Post "10 999 euros par mois, c'est pas très terroir ...")


Stefanovitch : la caste des 500 par unmondelibre

et qu'on a démontré sa capacité à travailler, est ce qu'on est pas justement armé pour créer une entreprise sans le défaut d'un grand nombre de PME françaises, le manque de fonds propres ?

Au lieu de promouvoir des PME, pourquoi les Fillon, Royal, Aubry, fille à papa de Saint Cloud, Borloo & co, ne créent ou ne reprennent pas des PME ? 
Bayrou se demande pourquoi on ne fabrique pas de machine à laver en France. Qu'est ce qui l'empèche de recruter un ingénieur et des équipes, de chercher des batiments et de se lancer ? 

La plupart des hommes et femmes politiques sont aussi des parents. En toute honneteté, conseillent-ils à leurs enfants, au moment de faire leurs choix d'orientation, de se diriger vers un CAP boulangerie ou plomberie, ou bien vers des Khâgnes ? Pourtant, le type qui passe son CAP, s'il n'est pas trop mou, peut, en 10 ans, se retrouver à la tête d'une entreprise utile et prospère.

La vérité c'est qu'aucun homme ou femme politique star n'a envie de remplir des DADS, négocier des baux, payer des taxes et impots à n'en plus finir, travailler pour des boites inconnues.  Ils ne le conseillent pas à leurs proches non plus. Même quand ils arrêtent momentanément ou définitivement la politique, ils ne créent pas de petite boite, à part Michel Noir. Ils préfèrent aller pantoufler dans des grands groupes publics ou "privés" dépendant de l'Etat.
Ces politiciens sont d'accord pour attirer Disney ou Microsoft Europe chez eux une fois que ces boites ont atteint une taille de classe mondiale, mais tiennent pour quantité négligeable le type qui cherche à créer le nouveau Microsoft. En plus, le créateur ne demande rien, en fait, si ce n'est qu'on le laisse en paix.
On veut plus de créateurs ? Commençons par instaurer le salaire complet (pour aider les gens à accumuler du capital), la stabilité fiscale et juridique, et laissons vivre les gens.

Parmi les candidats à la présidentielle 2012, on dirait qu'Hervé Morin, entrepreneur à succès, semble l'avoir compris un peu plus que les autres. Il faut sortir du bougisme qui consiste à faire croire quee

- la reprise dépend du politique
- l'entrepreneuriat dépende du politique
- les champions nationaux aident les PME

Un entrepreneur c'est un type qui, dans son coin, repère une opportunité de marché. Pas besoin de banque publique d'investissement pour l'aider. Juste de la stabilité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire