jeudi 7 juillet 2011

Au royaume des aveugles

La dernière idée de ces chères élites ultra étatistes qui décidemment ont du mal à gérer la crise, c'est de vouloir en finir avec les agences de notation.
Vous savez, Fitch, Moody's et Standard & Poor's ?
Le sujet avait déjà été abordé sur ce blog (voir le post : Grece, question et réponse du 29 Avril 2010).

Ils nous font rire, les Lagarde, Merkel et autres anti agences de notation. Déjà, il n'y a pas besoin de créer d'agence Européenne, elle existe déjà. Eurostat est chargé, notamment, de surveiller les finances publiques. La BCE elle aussi, fait un travail d'évaluation des titres. la question est de savoir : qu'est ce que nos fonctionnaires ont fait, depuis Lehman en septembre 2008, quand on s'est rendu compte que Fitch, Moody's et Standard & Poor's évaluaient mal les risques inhérents aux produits structurés ? Réponse : pas grand chose. De toutes façons, si la Grèce truque ses comptes, ni Moody's, ni Eurostat ni KPMG ni la mère Michel ne seront en mesure de détecter la fraude.

On nage en plein brouillard et les opposants aux agences de notation se baladent avec un fumigène, histoire d'en rajouter une couche ? Baissons d'abord les dépenses, pour équilibrer nos budgets et arreter la progression de la dette publique.

NB : les agences de notation, si décriées, ne font pas que downgrader des pays. Elles en upgradent aussi, quand les choses vont bien, comme au Brésil. A t-on entendu Lagarde ou Merkel protester contre cette observation d'un risque plus faible sur les investissements au Brésil ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire