vendredi 1 octobre 2010

Sortir de la crise des finances publiques

si besoin était, chacun ne peut désormais être que convaincu du fait suivant : les déficits publics ne créent pas d'emplois, et ils ne relancent pas l'activité (marchande). Pour des raisons différentes, l'Irlande, la Grèce et le Portugal rejoignent progressivement le camp des états à problemes, la France parle de plan de rigueur qui n'a que le nom.

Il est impossible en l'état actuel d'imaginer pouvoir équilibrer les dépenses et recettes, seules à même de stabiliser la dette publique, dont le remboursement des intérets devient le premier poste de dépense publique, avant l'éducation ou la défense. Pourquoi ? Parce qu'avec 7 millions de fonctionnaires centraux ou territoriaux et assimilés (personnels hospitaliers, militaires et autres) , soit plus d'un actif sur 4, toute reflexion sur les finances publiques ne peut que déboucher sur des solutions difficiles à mettre en oeuvre.

Augmenter les recettes, alors ? Mais lesquelles ? Ceux qui payent l'IRPP (50% des ménages n'en payent pas) sont déjà archi taxés, la TVA est dans la moyenne européenne et les francais se plaignent deja des prix, quand aux impots liés au patrimoine au sens large, soit ils portent sur une base tellement réduite qu'ils sont symboliques et contre productifs (ISF) ou visant direcetment les petits épargnants des classes moyennes.
C'est donc du coté des dépenses qu'il faut regarder, et sans tabous.

En se souvenant qu'Alternative Libérale communique régulièrement sur la necessité de lutter contre l'endettement excessif , le 24 Juin dernier comme lors des Européennes 2009,


Alternative Libérale : campagne officielle européennes
envoyé par AlternativeLiberale. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

relisons la lettre de Turgot au Roi, base de ton programme économique de bon sens. (notez l'ironie qui consiste à télécharger cette lettre sur le site web de Bercy).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire