lundi 18 novembre 2013

PS - PCF/FDG : quand les digues se fissurent

Le Monde publie ce matin : UMP-FN : quand les digues se fissurent; Le Monde a évidemment raison : une partie de la droite, sans doute influencée les idées socialistes de droite et par le brillant parcours de Guillaume Peltier, rêve de rapprochement avec l'extrême droite. 

Lisez un extrait ce cet article du Monde ci-dessous : 

L'UMP et le FN répètent inlassablement le même message : il n'y aura pas d'accord national entre leurs partis. Des passerelles existent pourtant entre la droite et l'extrême droite. Dans les médias, Valeurs actuelles contribue à brouiller les lignes idéologiques en se voulant l'hebdomadaire de la droite extrême, obsédé par les thématiques de l'islam ou de l'immigration.

Dans le milieu universitaire, l'Union nationale interuniversitaire (UNI) proche de l'UMP, rassemble des militants de la droite « dure » et d'autres d'extrême droite.

Au niveau local, des élus de la droite républicaine se rapprochent du FN à l'approche des élections municipales. Des contacts existent déjà. Avec la famille Le Pen directement à la manœuvre. Trois exemples concrets illustrent cette porosité dans le Sud-Est : Avignon, Nice et Saintes-Maries-de-la-Mer.

Seulement, ce que le Monde a oublié, c'est qu'entre le PS et le PCF ou le Front de Gauche, les digues se fissurent aussi. 
Voila ce que le journaliste aurait pu ajouter : 

Le PS et le FDG répètent inlassablement le même message : il n'y aura pas d'accord (1) national entre leurs
partis (2). Des passerelles existent pourtant entre la gauche et l'extrême gauche. Dans les médias, Le Monde Diplomatique contribue à brouiller les lignes idéologiques en se voulant l'hebdomadaire de la gauche extrême, obsédé par les thématiques de l'anti libéralisme ou du refus de la libre circulation des personnes, des idées, des marchandises ou ou des idées.

Dans le milieu universitaire, l''Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) proche du PS, rassemble des militants de la gauche « dure » et d'autres d'extrême gauche (3).

Au niveau local, des élus de la gauche républicaine se rapprochent du PCF et/ou FDG à l'approche des élections municipales. Des contacts existent déjà.  directement à la manœuvre. Trois exemples concrets illustrent cette porosité dans l'ensemble du pays : Brest (4), Brignoles (5) ou Toulouse (6)..

En réalité, ce sont les deux grands partis principaux qui, faute de prise sur le réel et de fond idéologique, sont attirés par leurs extrêmes. Quand une élue UMP caricature Taubira sur Facebook (7), quand un élu PS ramène la sénatrice Ghali à sa seule qualité d'arabe (8), quand des militants UMP sifflent le Président Hollande, quand des militants PS sifflent Sarkozy ou caricaturent l'ancien président en nazi (9), quand une élue UMP veut "remettre les immigrés dans les bateaux", quand un député socialiste affirme que les exilés fiscaux sont des traîtres, on voit bien dans quelle direction l'UMP et le PS regardent : pas vers le centre. 

Face aux extrêmes qui pèsent sur l'UMP, le centre doit affirmer son ancrage libéral, démocrate et pro fédéralisme Européen.
Les français doivent refuser d'accorder du crédit au FN, un parti d’extrême gauche.




Mais ils devraient aussi refuser d'accorder des voix aux partis porteurs des idées communistes, auxquelles le Président Hollande a rendu hommage. 


(5) L'Humanité La politique en bref...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire