vendredi 30 août 2013

#NonALaGuerreEnSyrie : un mot d'ordre qui agrège les extrêmes ? Vraiment ?

Nombreux ont été les lecteurs d'un très surprenant titre du Monde : #NonALaGuerreEnSyrie : un mot d'ordre qui agrège les extrêmes. On apprend dans cet article que parce que les deux Fronts (de Gauche et National), par anti américanisme, tweetent contre la guerre, donc tous ces tweetos qui reprennent le hashtag  #NonALaGuerreEnSyrie sont peu ou prou motivés par un agenda anti-américain. 

L'analyse d'Europe 1 ou du HuffPost ne semblent pas si éloignées, non plus. En effet, l’extrême droite restant ce qu'elle est, il est évident que faire référence à celle ci dans un article, en l'associant à un courant d'idée ou à un mouvement politique n'est pas vraiment de nature à laisser le choix aux gens opposés aux valeurs des extrémistes, de gauche comme de droite. 

Le Pape François, Hervé Morin, François Bayrou, Pierre Laurent, Pierre Lellouche, l'évêque catholique d'Alep (1) et d'autres encore mettent en garde sur la #Syrie. Seraient-ils TOUS vendus à Assad ou à l'extrémisme de gauche et de droite ?

Comment la presse française peut ne pas refléter le fait qu'au moins 40% des français sont contre ce conflit (2), y compris des centristes et des libéraux ? 

Est-ce que les parlementaires britanniques qui, eux aussi, rejettent cette guerre, sont des extrémistes de gauche et de droite ?


Source : BFM TV
Quid de Guido Westerwelle, ministre allemand des affaires étrangères (3) ? Est-il aussi acquis à la cause extrémiste ?

Guido Westerwelle, homologue de Laurent Fabius,
un dangereux extrémiste ?


Alors profitons de ce post pour relayer l'appel des Chrétiens Démocrates à manifester contre la guerre en Syrie mardi prochain, puisque le Président Hollande n'exclut pas des frappes (4) avant d'avoir échangé avec les parlementaires avant mercredi. 

Question : alors que la France fait face à des déficits publics énormes et que les français n'en peuvent plus de la pression fiscale, et alors que la France est déjà engagée militairement au Mali, en Afghanistan, est-il raisonnable d'aller faire la guerre à un autre pays sur un motif qui n'est toujours pas clair (nous ne savons pas si ce sont les rebelles islamistes ou bien l'armée régulière de Bachar El Assad qui a utilisé du gaz contre des civils) et pour des objectifs militaires vraiment flous ? 

Si vraiment le Président Hollande veut travailler dans l’intérêt des Français, les gens qui l'ont élu, et des Européens, nos partenaires, alors peut-être pourrait-il 
  • nous dire ce qu'il en est sur le chômage, l'insécurité et les déficits publics ; nous éclairer sur les affaires Guerini, Andrieux, Dalongeville, Cahuzac ... et ce que le PS compte faire pour y remédier, car elles nuisent à l'image de la France et à son profil de démocratie occidentale. 
  • faire le point sur les Opex actuellement menées par l'armée française, à savoir : Mali, Afghanistan, mer au large de la Somalie, Liban, Tchad, Cote d'Ivoire, Kosovo (5)
  • relayer la pétition de Jean-Louis Borloo (UDI), demandant un moratoire fiscal (6) au niveau national
  • relayer l'appel de l'UDI à convoquer une session extraordinaire du Parlement Européen, avec la Syrie pour sujet de discussion
  • appuyer la demande de nos partenaires allemands, à savoir l'audit des stocks d'or de la Federal Reserve (7)


(4) L'Essentiel du Luxembourg Hollande n’exclut pas des frappes avant mercredi 30 Août 2013
(7) deutsche-wirtschafts-nachrichten Hedgefonds-Manager: Das Gold der Bundesbank ist weg

Sur le même sujet 

Contrepoints Mais qu'allons-nous faire en Syrie ?




Aucun commentaire:

Publier un commentaire