mercredi 28 août 2013

CP : Non-réforme du système de retraites : Alternative Libérale dénonce le statu quo

Communiqué de presse d'Alternative Libérale


Il n'existe pas de groupe humain dans lequel les générations jeunes et actives s'occupent de leurs aînés, inactifs. La situation de la France d'après-guerre, largement dépendante du compromis avec les communistes, a toutefois détourné ce principe de bon sens en imposant la retraite par répartition, fondée sur des hypothèses démographiques exceptionnelles.
Aujourd'hui, le régime français de  retraite par répartition est en déficit structurel. Actuellement de 7 milliards d'euros, le déficit devrait atteindre le montant de 20 milliards d'euros dans 7 ans. Face à ce déficit, Alternative Libérale rappelle qu'il existe trois paramètres pour ajuster le système de retraite par répartition :
- l'age de départ à la retraite
- le taux de cotisations
- le montant des pensions
Si on accepte, comme le fait l'actuel gouvernement Ayrault, l'effort de sauver le régime français de  retraite par répartition en allongeant les délais de cotisations, alors on peut simplement regretter le fait que l'actuelle équipe au pouvoir ne fait que voter avec 10 ans de retard la réforme Fillon de 2003. Pourtant, le Parti Socialiste manifestait contre la réforme qu'il applique aujourd'hui, en 2010. Alternative Libérale regrette la démonétisation de la parole politique, qu'implique cette volte face.
Alternative Libérale regrette que le gouvernement élude plusieurs injustices : l'inégalité entre les salariés du public et ceux du privé, l'existence des régimes spéciaux, l'ouverture de la capitalisation aux seuls fonctionnaires (par le biais de la Prefon).
Alternative Libérale invite le gouvernement à explorer la voie médiane de la retraite par points qu'on mis en oeuvre un certain nombre de nos partenaires Européens, tout en laissant les français libres de décider eux mêmes de  leur age de départ à la retraite, du taux de cotisations qu'ils sont prêts à payer, à l'organisme de leur choix.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire