vendredi 28 décembre 2012

La controverse libérale : le cas Morsay

Morsay est un cas. Inconnu jusqu'il y a peu de la sphère libérale stricto sensu voire politique, Morsay est au contraire une star du net, pour de bonnes et de mauvaises raisons.

Ce rappeur, apparemment également brocanteur (?) à Clignancourt, a gagné ses lettres de noblesse quand Brice Hortefeux, fidèle à une tradition stupide qui consiste à donner de l'importance à des vidéos de rappeurs anti flics, ainsi que Frédéric Mitterrand et les associations "LGTB" ont porté plainte contre la chanson "J'ai 40 meufs".

Bien joué ! La suite a été une sorte de "tweet clash / blog war" contre un jeune francilien dénommé Vinceneil., un autre rappeur.

Depuis, il semble que Morsay ait décidé de se lancer en politique, ou du moins faire connaitre ses idées. Elles sont d'inspiration libertarienne : Morsay note que Sarkozy et Hollande, c'est le même combat, toujours plus d'Etat et moins de libertés. 

Quelque part, la démarche de Morsay est logique. Bien que, par provocation/ignorance/jeu, la banlieue aime afficher un discours de gauche, elle est fondamentalement anti-socialiste. La jeune UMP Camille Bedin l'a bien montré dans son dernier essai, pourquoi les banlieues sont de droite. D'ailleurs, la gauche n'aime pas la banlieue non plus. Elle préfère le 6eme arr, et si elle soit aller dans le 11eme, le 18eme ou à Montreuil, elle préfère que ce soit avec le moins d'arabes et de noirs possible. Comme la droite, direz-vous ? Certes. Mais en plus hypocrite.




Sarkozy était bien plus socialiste que libéral, mais il y a beaucoup plus de communautés de valeurs entre les jeunes outsiders et l'ancien président de la République qu'avec François Hollande, qui diffère de Sarkozy sur un point : il a un pedigree parfait, au contraire de Sarkozy le parvenu mal élevé

Le projet libéral vise à réconcilier les valeurs de liberté économique que la droite défend mollement (en fait, pas du tout puisqu'elle a fait explosé les impôts et les déficits) et les valeurs de libertés civiles que la gauche dit défendre. Ce projet libéral est donc en mesure, si des gens comme Morsay sont la pour le porter, de séduire des électeurs qui ont compris il y a bien longtemps que l'Etat est le problème, et non pas la solution.

A suivre ! En attendant, visitez http://www.morsay.net/.

Il se passe quelque chose en France.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire