lundi 10 décembre 2012

Ce gouvernement a un plan : l'ultra étatisme

Le prisme, pour ne pas dire le biais des médias, est quand même quelque chose d'incroyable. Prenez l'opinion communément admise selon laquelle le gouvernement actuel serait de type "social démocrate", c'est à dire, implicitement, "modéré", favorable à une France "apaisée" et "réformiste". 
Plus que de France apaisée, c'est de France anesthésiée et endormie dont il conviendrait de parler. 

Il y a tant d'exemples dans l'actualité qui montrent que le gouvernement Ayrault a un plan très clair : l'ultra étatisme, l'ultra socialisme et l'abandon progressif des libertés civiles.

Prenez la "polémique" sur le prix du gaz. Le même jour, on nous annonce que le gouvernement a autorisé GDF Suez à augmenter le prix du gaz de 2,4% le 1er janvier 2013, et que les tarifs sociaux du gaz et de l'électricité seraient étendus à 830.000 personnes supplémentaires. Pourquoi cette usine à gaz supplémentaire (sans jeu de mots ^^) ? D'un coté, on prend, de l'autre, on donne. Le gouvernement français est complètement schizophrène. En interdisant les forages de prospection de gaz de schiste, il empêche de faire baisser le prix du gaz comme aux Etats-Unis. En détenant 35.7% du capital de GDF Suez, il intervient dans la stratégie de ce groupe qui s'effondre en bourse (sans cracher sur ses dividendes). En créant des exemptions pour les ménages à faibles revenus, il entretient des trappes à pauvreté.

Aurore Martin, prisonnière politique ?
Prenez l'affaire Aurore Martin, qui constitue, tout simplement, la première extradition d'un ressortissant de ce pays depuis que de Gaulle a quitté le pouvoir. Les enquêtes de la presse, que ce soit le Nouvel ObsMediapart, Sud Ouest, l'Humanité ou Europe 1, sont formelles (et on n'a pas entendu que Hollande ou Valls allaient attaquer ces publications pour diffamation) : le gouvernement était au courant de cette arrestation politique, pour un délit non punissable chez nous, de ce coté ci des Pyrénées, et il est intervenu pour que cette arrestation ait bien lieu. Où sont les socialistes, eux qui hurlaient au fascisme à chaque discours de leurs prédécesseurs à l'Elysée ? Est-ce qu'ils approuvent cette vision de la séparation des pouvoirs ainsi que ce nouvel esprit des lois ?

Quand les français sont des roms
D'ailleurs, où sont ces mêmes socialistes quand le ministre de l'intérieur affirme tranquillement "Les populations roms ont vocation à revenir et rester en Roumanie" ? Si le ministre de l'intérieur a raison de dire cela, alors approuve t-il les propos de l'UDC Genève vis-à-vis des français frontaliers vivant à Annemasse ? (Les criminels étrangers étant ici les français). Et si le ministre de l'intérieur a raison, alors peut être que les socialistes devraient présenter leurs excuses auprès de Besson, Hortefeux, Guéant & co, eux qui on poursuivi la même politique de chasse aux roms ?
Rappel : Valls disait "Les gens du voyage travaillent pour la plupart et sont des compatriotes. On est en train, une nouvelle fois, de réveiller cette peur qui existe et qui est ancestrale à l'égard des gens du voyage, c'est tout à fait insupportable, ces problèmes doivent échapper à la caricature" en Août 2010 (alors même que Aubry et Ayrault mettaient en oeuvre les mesures Hortefeux dans leurs villes respectives. Et le PS, par la voix de Pouria Amirshahi, secrétaire nationale aux droits de l'Homme disait : "Plutôt que de prendre la mesure des questions que pose l'intégration des gens du voyage, français (une majorité) ou étrangers, la droite continue de se fourvoyer dans un discours démagogique, agressif et stigmatisant".

Hollande, même combat ?
Et que dire du fait que François Hollande (Président de la République, exécutif  et Manuel Valls (Ministre de l'Intérieur; exécutif) ont écrit une lettre au tribunal de grande instance de Paris (judiciaire) dans le cadre d'une affaire privée entre Trierweiler et deux écrivains ? ALLO ! Le président de la République est censé être garant de l'indépendance de la magistrature ! On l'a suffisamment entendu entre 2007 et 2012. La séparation des pouvoirs est un principe constitutionnel depuis 1789. Où sont les réactions politiques ?

Il y a une logique très claire derrière cela. Alors que Sarkozy et son gouvernement socialiste de droite s'appuyait sur l'addiction de l'électorat de droite au culte du chef pour nous imposer toujours plus d'Etat et toujours moins de libertés, Hollande et et son gouvernement socialiste de gauche ne remet rien en cause sur le fond mais agit plus habilement sur la forme. Est-ce qu'il faut défendre un groupe du CAC 40, une militante gauchiste basque ou des roms ? Non, a t-on envie de répondre en première approche.  Mais en fait : si. Simplement, la remise en cause de leurs droits n'est que le prélude à la mise en coupe réglée de tous nos droits. Que chacun, surtout les électeurs de Hollande qui ont voté pour le maire du Tulle pour sanctionner ce méchant qu'était Sarkozy, y pensent. Notre-Dame-des-Lande est juste un avant gout.
Dans ce contexte, l'indulgence de Bayrou envers Hollande, ce faux social démocrate et ce vrai représentant d'une gauche haineuse, sectaire, laïcarde et ultra étatiste, est décidément absolument incompréhensible. En même temps, la structure du système politique français explique pourquoi les élus préfèrent légiférer sur l'huile de palme plutôt que de se poser en gardiens des principes constitutionnels.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire