vendredi 4 juillet 2014

Bravo Manuel Valls, meilleur imprésario de Dieudonné !

La cause était entendue. Etant donné que, pour le pouvoir, Dieudonné avait franchi la ligne qui sépare les humoristes (qu'on aime ou qu'on aime pas, affaire de goûts personnels) des politiciens d'extrême droite (pour qui on vote ou pas, affaire de goûts), alors Manuel Valls s'était lancé dans une croisade personnelle qui, confondant buts et moyens, a impliqué de piétiner la séparation des pouvoirs, donc le caractère démocratique de la France. 
En effet, rappelons quand même que le 1er ministre, ex ministre de l'intérieur, n'est pas exactement censé donner d'instructions au Conseil d'Etat. C'est pourtant ce qui s'est passé le 9 janvier dernier. Valls voulait, première en France, interdire a priori un spectacle. Il avait émis un arrêté préfectoral. Or, les avocats de Dieudonné avaient saisi un tribunal administratif pour protester contre cette décision administrative.  Le tribunal administratif de Nantes avait suspendu cet arrêté préfectoral interdisant le spectacle "Le Mur".  Le ministre de l'Intérieur avait alors "immédiatement" contre-attaqué en saisissant le Conseil d'Etat (1). Cette haute cour avait suivi les recommandations de Valls (2), mais, ce faisant, les dégâts avaient été énormes.



Déjà, on découvrait à l'occasion de cette affaire un Valls colérique, pour qui le droit semble peu importer s'il s'est pas conforme à sa vision du monde, fidèle au visage qu'il avait déjà montré dans l'affaire DSK (3)

Ensuite, même des gens de gauche avaient protesté contre le principe qui consiste à vouloir interdire un spectacle a priori (4), ce qui est évidemment la porte ouverte à l'arbitraire le plus total. Si l'UMP devait revenir au pouvoir un jour, comment le PS expliquera qu'interdire Dieudonné c'est bien, mais que lutter contre des pièces de théatre ouvertement christianophobes (5), c'est mal, c'est fasciste ? Le PS, en acceptant que Valls lutte contre Dieudonné pour lutter contre l'antisémitisme, accrédite paradoxalement l'idée qu'il existe des haines plus ignobles que d'autres. Autrement dit, la gauche progressiste active un des moteurs de Dieudonné, la concurrence des mémoires.

Qui plus est, Valls, en pressant le Conseil d'Etat, a jeté le discrédit sur cette institution, qui ne s'était jamais prononcé aussi vite sur une affaire. On pouvait légitimement avoir l'impression d'une décision express. Pire, en permettant que le juge Stirn (6), l’arrière petit neveu de Dreyfus, interdise le spectacle de Dieudonné,  Valls a donné du grain à moudre aux "théories du complot". 

Enfin, et c'est le reportage de Canal + ci dessous qui le montre, Dieudonné remplit plus que jamais des salles. Autrement dit, la victimisation a fait de la publicité gratuite. Bravo Manuel !


Enquête sur le réseau Dieudonné - 30-06-2014 par enquete-debat

Fallait-il chercher à faire interdire les spectacles de Dieudonné ? Non, bien sûr !

Maintenant, c'est dommage de constater qu'un des points soulevé par l'affaire Dieudonné, la concurrence mémorielle, n'a absolument pas été traité. On le sait, le tournant psychologique de Dieudonné s'est produit quand il s'est vu refuser des subventions pour produire un film sur la traite négrière et le commerce des esclaves, une histoire qui n'est toujours pas si claire que ça pour certains négationnistes comme pour Najat Belkacem (7). Il existe en effet, dans notre pays, une concurrence des mémoires en totale contradiction avec l'idéal républicain que les français partagent. Cette concurrence mémorielle aboutit à ce que une agression contre une personne qui se trouve être gay est forcément un acte homophobe (8) ou une agression contre un de nos concitoyens de confession juive un acte forcément antisémite, par contre un viol explicitement dirigé contre une française blanche n'est rien du tout (9), il ne vaut même pas la peine d'être à la Une des médias mainstream.

Dieudonné est le fruit de cette histoire des concurrences mémorielles. A partir du moment où il existe une hiérarchie implicite des races, en fonction des souffrances passées endurées, il est parfaitement rationnel que chacun cherche à tirer la couverture à soi, et à dénoncer le traitement de l'histoire de chacun.
Tant que la "gauche progressiste" se montre incapable de définir une nouvelle doctrine sur la liberté d'expression, et s'en remet aux actes autoritaires de Valls, alors il n'y a aucune raison de voir son succès diminuer au cours des prochains mois.
Dieudonné est la mauvaise conscience de cette gauche progressiste qui a honte de ses racines (Jules Ferry et l'apologie de la colonisation) et de ses origines familiales (le grand père de Valls colon (10), le père de Hollande extrémiste de droite (11), le père de Rebsamen SS (12)). Mais tout enfant de la gauche qu'il est, il semble que Dieudonné ait encore de la ressource, cf son projet de créer une compagnie d'assurance (13) !






(1) BFM TV Dieudonné: le Conseil d'Etat, saisi par Valls, 9 janvier 2014
(2)  le Monde Dieudonné : le Conseil d'Etat maintient l'interdiction du spectacle à Nantes 9 janvier 2014
(3) Le Parisien Libéral Affaire DSK : insupportable réaction de Manuel Valls 16 janvier 2011
(4) Valeurs Actuelles Jack Lang : la circulaire de Valls sur Dieudonné "n'est pas conforme au droit" 8 janvier 2014
(5) Le JDD "Christianophobie" : la contestation gagne les députés UMP 7 décembre 2011
(6) Nouvelles de France Dieudonné : le tandem Valls/Stirn nous rapproche de Minority Report 12 janvier 2014
(7) Lyon Capitale Najat Belkacem chahutée sur l'esclavage 8 avril 2009
(8) Causeur Homophobie : Wilfred de Bruijn, victime et calomniateur 24 septembre 2013
(9) Atlantico La France orange mécanique à Evry : “violée parce que toutes les Françaises sont des putes” 17 avril 2014
(10) Le grand pere de VALLS - Ancien colon au Sierra Leone
(11) L'internaute LES 10 SECRETS DE FRANÇOIS HOLLANDE Un père à l'extrême droite
(12) Enquete & Débat François Rebsamen a menti à propos de son père qui était bien collabo 12 avril 2014
(13) L'échelle de Jacob Dieudonné veut lancer une banque et une assurance 4 juillet 2014

Aucun commentaire:

Publier un commentaire