lundi 27 mai 2013

Videosurveillance, plan Vigipirate et police

L'agression dont a été victime un militaire, la semaine dernière à la Défense, mais aussi les interpellations survenues hier soir en marge de la Manif pour Tous amènent vraiment les simples citoyens que nous sommes tous à nous poser des questions sur la nature du système de sécurité soi-disant mis en oeuvre pour nous protéger. 
Commençons par le plan Vigipirate. Quelqu'un peut-il sereinement dire ce que la mise en oeuvre de ce plan a apporté, aux franciliens notamment, à part la banalisation de la présence militaire sur le sol national ? Qui désormais trouve anormal de voir des hommes lourdement armés en train de déambuler dans une gare ou un centre commercial ? Vigipirate est pourtant un régime d'exception. 

L'interrogation sur la pertinence de Vigipirate n'est pas que purement rhétorique  On l'a vu la semaine dernière à la Défense, les deux collègues qui accompagnaient la victime de l'agression n'ont pas pu déployer de scénario de protection. On peut même aller plus loin et poser une question iconoclaste : est-ce qu'un fusil d'assault Famas est le bon outil en milieu urbain et civil, dans une galerie marchande telle que celle des 4 Temps ? Quel militaire osera tirer au milieu d'une foule, afin de stopper la fuite d'un terroriste ? 

Du coup, on se dit que les moyens technologiques auraient du prendre le relais. Manifestement, ce ne fut pas le cas. Comment se fait-il qu'un endroit aussi videosurveillé que la Défense ait pu permettre à un terroriste de fuir ? N'est ce pas la preuve qu'au mieux, la videosurveillance ne supprime ni la délinquance, ni l'insécurité mais permet éventuellement, pour un coût financier très élevé, de résoudre les affaires, ex post ? 

En revanche, la où la police se montre efficace, c'est face aux manifestants de la Manif pour Tous. Alors que les casseurs du Trocadéro, qui ont gaché la remise du trophée du PSG, ont finalement été peu arretés et condamnés, on apprend que les forces de l'ordre ont procédé à l'interpellation et à la mise en garde à vue de 293 manifestants anti mariage gay. 

Question : quels sont les principes qui animent les responsables de la sécurité et de la justice ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire