mardi 3 avril 2012

Gauche, droite, frontières floues

Oublions le Parisien de ce jour, qui titre "Selon notre enquête exclusive BVA, réalisée auprès de 2807 personnes, François Hollande l’emporterait largement au second tour contre le président sortant."

Prenons plutôt l'un des vrais marqueurs de la politique menée pendant 5 ans, notamment son volet fiscal. Par quoi commencer ? Par l'abaissement du seuil de taxation des plus values sur cessions de valeurs mobilières, au premier euro de cession ? Par la création de la taxe Coca Cola ? Ou par des éléments plus fondamentaux encore, comme l'abolition du pourtant logique paquet fiscal de la loi Tepa ?
A force de se soumettre à la critique de gauche, l'UMP a fini par, comme le note la Tribune, Nicolas Sarkozy a augmenté les impôts des riches, mais il a visé les revenus, et non le capital. Les gagnants sont donc les rentiers au patrimoine élevé et aux revenus relativement faibles, qui ont bénéficié de la baisse de l'ISF.

Est-ce qu'on peut parler de Sarkozy comme du président des riches (et dynamiques entrepreneurs) ? Pas tout à fait.


Et pendant que le gouvernement taxe les entrepreneurs et la finance, François Hollande, de manière ultra surprenante, fait des déclarations choc devant la CGPME :  il s'engage à garantir le principe de non-rétroactivité des lois - une mesure prioritaire pour la CGPME - et surtout une stabilité juridique pour éviter une profusion de textes (source : le Figaro), autrement dit un début de commencement de stabilité juridique et fiscale, le minimum en termes d'environnement favorable au développement des entrepreneurs.

On peut se dire que tout ça, ce sont des mots, et qu'une fois élu, Hollande, poussé par ses alliés communistes, aura une politique cohérente avec la vision de gauche. Toujours est-il que les 51 taxes et impots crées ou relevés depuis 2007, eux, existent, et que le Président de la République concentre sa campagne sur le toujours plus d'Etat au lieu du mieux et moins d'Etat.

Il reste trois semaines pour que l'UMP se mette à l'écoute de la galaxie libérale (Alternative Libérale, Parti Libéral Démocrate, Nouveau Centre, Les Libéraux du Modem, les Réformateurs, Gauche Libérale) plutôt que de chercher à faire concurrence aux socialistes de gauche et de droite. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire