dimanche 12 avril 2015

Un pouvoir en mode bulldozer

Fatigue (1) contre la vacuité de l'opposition, écho de la faiblesse intellectuelle de la majorité ? Rage sourde (2) contre des élus qui se moquent des électeurs, citoyens et contribuables ? A ces deux qualificatifs qu'utilisent les blogueurs l'Hérétique et H16, et que nous sommes nombreux à partager à 100%, il convient cependant de ne surtout pas se tromper sur le constat que l'on peut formuler sur la classe politique. Hollande et les socialistes (toujours majoritaires à l'Assemblée Nationale, rappelons le ...) ne sont pas inactifs, ils sont en mode bulldozer.

Le Président Hollande, initialement, avait été élu pour "réparer la France" que le Sarkozysme avait "abimé". Chacun se souvient en effet des coups de com', des outrances verbales, du bling bling, de l'autoritarisme, du clanisme également.
Mais force est de constater qu'au delà d'une certaine forme, mieux maîtrisée par un François Hollande élevé par un père d’extrême droite et une mère même chrétienne "de gauche" dans les meilleures écoles du pays que par un fils d'immigré aux parents divorcés, rien n'a changé, les choses sont même pire.

Les coups de com' ? La capacité qu'a Ségolène Royal à raconter tout et son contraire n'est même plus digne de faire l'objet de commentaires. Les outrances verbales ? Quand on installe à Matignon un premier ministre qui trouve qu'il n'y a pas assez de white, de blancos à Evry (et donc trop de blacks, de negros ?), on réalise que la barre est placée très haut. Le bling bling ? Alors que Air Sarko One et l'usage par la présidence du Pavillon de la Lanterne, à Versailles, étaient vivement critiquées par l'opposition, l'actuelle majorité a décidé de se taire face à la sarkozysation de Hollande.  Le clanisme ? Les dernières nominations ne laissent aucun doute sur l'existence de l'Etat PS.
L'autoritarisme ? C'est peut être l'aspect le plus inquiétant du quinquenat. Qu'il ne concerne que les affaires internes au PS et au gouvernement, à la rigueur, pourrait être acceptable. Après tout, cela  se passe entre adultes consentants, et si des Bac + acceptent de se faire humilier par souci de leur carrière, cela les regardent.

Mais cet autoritarisme s'étend bien au delà.

Faute de pouvoir agir et faute de vouloir agir sur ce qui devrait être l'essentiel (recentrer l'Etat sur ses missions régaliennes, équilibrer le budget), le Parti Socialiste a décidé de transformer la France autrement, et pas qu'un peu.

Qu'est ce qui peut bien faire que les députés, qu'ils soient de la majorité ou de l'opposition, préfèrent sécher les sessions de vote à l'Assemblée Nationale, et laisser une poignée de députés socialistes pro gouvernement décider de mesures aussi importantes que l'acceptation par défaut du don d'organes en cas de décès ?
Pourquoi si peu de monde pour s'exprimer pour ou contre la généralisation du tiers payant ?


Quand est-ce que les élus se souviendront que, comme l'a écrit Montesquieu, le pouvoir arrête le pouvoir ?
Si le gouvernement est en roue libre totale sur certains dossiers, notamment des sujets sociétaux, c'est aussi parce que certains ne font pas leur boulot !

S'ils le faisaient sérieusement, ils ne laisseraient pas Manuel Valls agiter des chiffons rouge relatifs à des dangers virtuels (3), pendant que le premier ministre agit, même pas en coulisse mais bien au grand jour, pour faire peser des dangers bien réels pour nos libertés (4). 





(1) L'Hérétique Vacuité insondable au MoDem et à l'UDI 11 avril 2015

Aucun commentaire:

Publier un commentaire