vendredi 23 mai 2014

@Paris : pourquoi fêter le Ramadan et pas Pâques ?


Oui, il est temps de se demander pourquoi les contribuables parisiens devaient financer des fêtes liées au Ramadan, quand ils ne se sentent pas concernés.

Certains diront (et peut être qu'ils n'auront pas tort, mais qui peut le savoir, faute de chiffres sur le sujet) que l'islam est la religion numéro 1 à Paris et en Ile de France et que les catholiques, minoritaires au niveau national (moins de 5% des français) pèsent moins.
On peut accepter une idée pareille, si elle est conforme à la réalité. Mais dans ce cas, on a un problème de cohérence. Les services publics, parisiens notamment, ferment le dimanche mais ouvrent le vendredi, pour ne prendre qu'un seul problème (1).

Plus sérieusement, que nos concitoyens musulmans fêtent le Ramadan n'est pas le problème, encore qu'un jeûne diurne en plein été, chacun en connait les risques et limites, notamment sur le plan professionnel.  Le problème, c'est le traitement différencié.

La solution passe évidemment, pour le coup, par le respect du principe de laïcité (que les socialistes aiment tant nous servir à toutes les sauces) et qui rejoint ici la bonne gestion des finances publiques : que la ville de Paris ne se mêle pas de religions !

La Mairie de Paris n'a qu'à louer des salles aux organisations religieuses musulmanes qui veulent organiser des fêtes. Ca fera en plus rentrer un peu d'argent dans les caisses d'une ville qui, rappelons le, est à court d'un milliard d'euro puisque Delanoé et Hidalgo, après l'avoir tant réclamé au gouvernement (Fillon), ont fini par laisser tomber (2).


(1) Delanopolis Les ratés du communautarisme municipal : les bouddhistes discriminés ! 21 juillet 2013
(2) Municipales 2014 à Paris Dossier qui fache : le milliard d'euros des Parisiens 8 mars 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire