dimanche 13 octobre 2013

Vivre local, à Paris ou ailleurs, c'est possible ?

Apparemment, nous dit Casino, c'est en partie possible !





Seulement, pour ne prendre qu'un seul exemple, la bière Gallia Paris coute en moyenne 1.74 € la bouteille, soit un prix sensiblement plus élevé que ses concurrentes. (1) Question : est ce que tous les français ont les moyens de vivre aux prix français ? Vu le succès de voitures comme les Dacia Logan, on peut en douter.

C'est Nouvelles de France qui, d'autre part, pose une excellente question : L’Oréal devra-t-il fermer la moitié de ses usines françaises si Marine Le Pen est élue en 2017 ? (2). En effet, pour ne prendre que les salariés de l'usine d'Aulnay, sans parler de ceux du siège à Clichy, travaillent-ils uniquement pour le marché français ? Non, bien sûr. 

En réalité, nous pourrions vivre dans une France démondialisée, pratiquant un "protectionnisme intelligent". Simplement, la vie en France serait  différente de celle que nous connaissons aujourd'hui. Nous serions obligés d'adapter toute notre économie en la tournant vers notre marché intérieur, en abandonnant l'idée de spécialisation, si des mesures de rétorsion venaient à émerger.  

Voila pourquoi les Front National et Front de Gauche s'attirent/s'aiment/se haissent autant, ils ont le même programme (cohérent malgré tout) de retour vers quelque chose qui ressemblerait à la RDA. Et voila pourquoi les partis socialistes de gauche (PS) ou de droite (UMP) louchent tant vers leurs extrêmes : si, comme eux, on préfère une dose plus ou moins forte de socialisme, d'étatisme et d'interventionnisme aux mécanisme de marché, alors on ne sera jamais mieux disant que les deux Fronts, qui eux ont un projet culturel en phase avec leur projet économique. 

Dans ce contexte, voila pourquoi les libéraux français sont associés aux centristes : c'est bien parce que l'Europe a quand même pour projet de libéraliser les économies des pays membres, que le projet libéral et le projet centriste (Européen fédéraliste) sont cohérents. Etre fier de la culture française (*) et de ses produits (marchands ou non) et bâtir un pays compétitif nous rendra capable de conserver un coup d'avance sur la concurrence. Mais nous ne croyons pas à cela, alors oui, nos pouvons tout de suite commencer à fermer les frontières, car, en effet, nous ne serons jamais compétitif dans le low cost, pas à court terme en tout cas. 


(*) dans toute sa diversité régionale

Aucun commentaire:

Publier un commentaire