vendredi 14 janvier 2011

La Tunisie, un bon business

D'un coté, on a un peuple qui cherche à ne plus subir ce que les Organisations de Défense des droits de l'Homme dénoncent depuis des années, que ce soit la FIDH, la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (septembre 2005 !). Les Droits de l'Homme (rappel), c'est quoi ? C'est, au minimum le droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne, le droit à une justice équitable, etc.

De l'autre, on a nous, les français, pour qui la Tunisie est
- une destination de "vacances soleil" très bon marché
- un marché d'exportation de notre expertise en repression policière
- une zone franche pour le textile

Ne soyons pas injuste, nous ne sommes pas tous à mettre dans le meme sac.


Certes, Michelle Alliot-Marie propose de mieux former encore les policiers tunisiens.

ALLIOT-MARIE propose d'aider la Tunisie dans la répression
envoyé par SuperBeurkMan. - L'actualité du moment en vidéo.

Madame la Ministre des Affaires Etrangères (on ne comprend plus rien, on pensait que la police dépendait de l'intérieur, à croire que Hortefeux, Alliot Marie, Besson et Juppé sont devenus complêtement interchangeables (1)).  a raison de sauter sur l'opportunité ! Est ce que vous connaissiez le Service de Coopération Technique Internationale de Police ? Non seulement il faut les occuper, mais en plus, comme on s'est engagé à verser 08% de notre PIB au service du développement, plus on forme des policiers à l'étranger, plus on gagne (la refacturation de ces formations vient en déduction de notre "aide" au développement (2)).

Et puis, il n'y a pas que le gouvernement. Il y a les milliers de français qui vont en vacances en Tunisie. Nous avons beau être prevenus, comme ici sur France 24, l'attrait d'offres telles que ce genre de promos.


Cela donne de belles photos sur les blogs, tels que celui-ci (Legizz), celui la (Delphled) ou encore celui la (Mamou), si on cadre en plan bien serré en évitant de prendre les trucs qui font tache dans le decor.

Mais à coté de ceci, Bertrand Delanoé, par ailleurs bon connaisseur de la Tunisie, a dénoncé depuis longtemps la situation Tunisienne (un bon point, pour une fois, pour le Maire de Paris, qui s'est sans doute senti seul chez les Socialistes français, très pro Ben Ali, socialiste laic).

Résumons. Voulons nous, collectivement en tant que français, que la Tunisie accède au statut de pays où les gens jouissent des droits de l'homme ? Pas évident. Pour le moment, les politiques restent timides, en dehors d'Hervé Morin (Nouveau Centre), et le Modem de Bayrou. Alternative Libérale souligne également le fait que depuis longtemps la situation en Tunisie est insupportable, cf la Tribune "Pour une diplomatie de la liberté : stop au soutien de la censure en Tunisie ! " du 19 Mai dernier.  Les Tunisiens ne devront compter que sur eux-mêmes.



(1) si on reprend : le Maire de Bordeaux et Ministre de la Défense s'occupe d'enquètes policières au Mali et au Niger (voir le post We Don't Negotiate With Terrorists ) au lieu de s'occuper du développement de nos forces de cyberwarfare ou de refuser de vendre des armes à  la Chine ou à la Russie, le Ministre de la suppression de Wikileaks de l'Industrie supervise l'amitié franco-chinoise, le Ministre de l'Intérieur se préoccupe du soutien de la France aux chrétiens coptes d'Egypte et la Ministre des Affaires Etrangères vend donc nos forces de l'ordre.

(2) c'est bien pour ca que les libéraux, quand ils arriveront au pouvoir, supprimeront purement et simplement la coopération et dénonceront ce cadre contraignant de 0.8% du PIB. La coopération publique n'aide ni les populations visées ni les français. Préférons lui l'humanitaire privatisé et les ONG.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire