lundi 4 mai 2015

Quand est-ce qu'on se débarrasse de l'Etat ?

Loin l'idée de vouloir trouver des bouc émissaires à la situation actuelle de la France, dont le Parti Libéral Démocrate rappelle à quelle point elle peut être tendue en ce qui concerne la vie des entreprises (1), mais force est de constater que les français sont à la fois pessimistes pour le futur (2) et cependant parfaitement capables de trouver des solutions par eux-mêmes, loin des plans des hauts fonctionnaires qui fonctionnent en vase clos dans les ministères.

Ainsi, la question du chômage trouve un début de solution non pas auprès de Pole Emploi, mais chez le Bon Coin (3).



Les étatistes, de gauche comme de droite, répondent souvent aux libéraux "si on ne paye pas d’impôts, qui construira les routes  (variante soignera les malades/s'occupera des personnes âgées, éduquera les jeunes/fera la police sur la route etc) ?

Mais dans la réalité, il semble que partout, des solutions locales, décentralisées et inattendues soient capables d'émerger pour peu que les acteurs aient un peu de liberté d'action. 

Dès lors, on obtient un début de réponse à la question de l'ampleur du recentrage de l'Etat qu'il conviendrait d'opérer : nous pourrions aller aussi loin que possible.
Il n'y a pas besoin, par exemple, d'une agence nationale pour l'emploi, publique et bureaucratique.

Peut être qu'en allégeant l'Etat, ce qui contribuerait notamment à alléger la pression fiscale et réglementaire sur les individus, on relancerait la machine économique, sans plan prédéfini, et on pourrait enfin aboutir à la situation de nos voisins allemands qui licencient au sein de leur ANPE locale (4), faute de chômeurs ...




(1) Parti Libéral Démocrate 18000 failites au premier trimestre 17 avril 2015

Aucun commentaire:

Publier un commentaire