lundi 23 mars 2015

Pendant ce temps, les choses sérieuses continuent !

Vous n'avez rien compris aux élections départementales 2015  ? Vous n'êtes pas seul ! Chacun s'est revendiqué vainqueur d'un scrutin à forte abstention, grâce à des des chiffres pleins d’amalgames pour masquer le fait que le FN est bien le 1er parti de France (1). Et surtout, les candidats se sont donc présentés à un scrutin devant déboucher sur des assemblées départementales dont on ne connait rien des futures attributions, puisque la création des grandes régions devrait aboutir à une réorganisation de la répartition des missions publiques !
Enfin, peu importe. Ils appelleront ici ou la au Front Républicain, à la mobilisation générale, la vérité c'est que les électeurs voteront pour des partis qui proposeront soit encore plus de dépense publique départementale, soit  encore plus de dépense publique départementale.
Ca, c'est le premier point d'accord entre tous ces partis politiques qui ont finalement tous choisi de nationaliser un scrutin local. 

Le second point d'accord entre tous ces partis politiques soi disant en concurrence, c'est sur la lutte anti terrorisme et la supposée nécessité de réduire nos libertés au profit de la sécurité.

Sur ce point, il n'y a pas de débat, puisque "l'opposition" UMP-UDI a décidé de voter, à l'Assemblée Nationale, la loi sur le renseignement portée et défendue par Manuel Valls et son ministre de l'intérieur, Bernard Cazeneuve. Sarkozy a affirmé que l'UMP voterait la loi sur le Renseignement si elle "n'est pas dénaturée dans le cadre du débat parlementaire" (2) (vive l'autonomie et la liberté de vote des députés ...!). Quand à l'opinion de l'UDI, elle est à ce jour inconnue. La seule opposition politique au projet de loi renseignement semble émaner du Parti Libéral Démocrate (ainsi que quelques courageux députés isolés comme Laure de la Raudière, UMP), qui dénonce la violation des libertés (3) ainsi que la fin de la protection de la vie privée des français (4). 


Les libéraux s’appuient sur les conclusions :

  • de la Ligue des Droits de l'Homme qui pense que la loi Urvoas sur le renseignement s'inscrit dans la dérive antidémocratique de la politique actuelle (5)
  • d'anciens officiers en renseignement qui affirment la loi renseignement nous fait gagner trop peu en efficacité pour justifier les atteintes aux libertés qu’elle comporte (6)
  • des blogueurs comme Authueil qui pensent que la séparation des pouvoirs n'est pas un élément mineur de notre ordre juridique (7)
  • de la CNIL qui émet de fortes réserves face à certaines dispositions clés du projet de loi qui comportent des mesures de surveillance beaucoup plus larges et intrusives que ce qui existe actuellement (8)
  • de la CGT (!) Police (!) qui déplore le fait que le projet de loi ne concerne pas que le terrorisme mais aussi les "intérêts majeurs de politique étrangère" et les "violences collectives pouvant porter gravement atteinte à la paix publique" (9)
  • des think tanks comme la Quadrature du Net
On nous dit "les gens honnêtes n'ont rien à cacher". Si de tels propos émanaient de Vladimir. Poutine, de Robert Mugabe ou de Kim Jong, n'hurlerait-on pas ? Ne dirait-on pas que ces propos sont dignes de ceux de la RDA ou de l'URSS ? 
La preuve, c'est que quand des SSII françaises vendent des systèmes de surveillance de masse à des pays comme la Lybie, chacun est d'accord pour dire que ce n'est pas bien. Alors pourquoi accepte t-on ce genre de propos quand ils sont prononcés par des socialistes de gauche (PS) ou de droite (UMP) français ou des démocrates ou des républicains américains ?

Quand aux français qui acceptent ce genre de déclarations, pourquoi ne pas aller jusqu'au bout de la logique de la transparence et publier sur son mur Facebook son numéro de carte bleue, un extrait de casier judiciaire, sa feuille d’impôts ou le montant et la raison des dernières amendes payées ? 
Même les politiciens refusent de publier leurs avis d'imposition, c'est dire !
Si la videosurveillance ne dérange personne, pourquoi ne streame t-on pas les images en permanence et en direct sur le net ? Après tout, cela ne devrait déranger personne, pas même les législateurs, que l'on puisse surveiller par Internet son voisin ? 

Et même si vous pensez que vous êtes une personne normale, ne vous y méprenez pas : vous ne savez absolument pas ce qui sera interdit ou considéré comme déviant dans le futur. Qui, par exemple, aurait pu penser que manifester contre le mariage pour tous puisse être considéré par le pouvoir comme étant le signe d'une proximité avec des mouvements "réac", "facho" et donc digne d'une répression policière violente, pour ne prendre que cet exemple ?
Inversement, pour le cas où vous ne vous reconnaîtriez pas dans la Manif pour Tous, si un pouvoir anti gauche, anti "progressisme" (au sens PS du terme) arrive, serez vous toujours dans la légalité ?

Sans même parler de la théorie des 6 degrés (nous sommes tous à 6 relations les uns des autres), pensez-vous que surveiller l'ensemble des français aurait pu éviter l'attentat de l'Hyper Casher et la tuerie de Charlie Hebdo ? 
La littérature, le cinéma, nous ont déjà décrit le monde que Valls ou Cazeneuve tentent de mettre en place. Revoyez Ennemi d'Etat (10) ou Matrix ou relisez 1984 pour comprendre à quel point le projet de loi sur le renseignement est néfaste pour nous tous !

Enfin, puisque l'objet est la lutte contre le terrorisme, voyons les choses au moins sur le plan factuel : que recherchent les terroristes ? Certainement pas des victoires militaires contre un pays comme la France, cela parait difficile. Ce qu'ils recherchent, outre le fait de convaincre des nouveaux soutiens, ce sont des victoires symboliques, telles que l'altération de notre mode de vie. Restreindre les libertés civiles en Occident est un objectif des terroristes. Ne leur offrons pas cette victoire. 



(3) Parti Libéral Démocrate La loi sur le renseignement viole nos libertés 18 mars 2015

Aucun commentaire:

Publier un commentaire