mercredi 31 octobre 2012

Au coeur du Tea Party - Arte

Après que Telerama ait caricaturé Ayn Rand la semaine dernière, y compris avec des jeux de mots douteux (montée de Ayn... ), Arte schématise le Tea Party !





Quand les médias de la gauche Bac +8 française étudient le phénomène libéral (au sens Européen) américain, les barrières sautent !

Il n'y a qu'à lire la présentation du reportage par Arte : 

Bienvenue à Nashville, capitale du Tennessee et coeur battant d'un mouvement qui veut tirer le parti républicain vers la droite. Qui sont ses militants ? Ben Cunningham se bat depuis des années contre les hausses d'impôts et pour la défense du droit de propriété tandis que Ken Marrero et sa femme préfèrent faire cours eux-mêmes à leurs enfants plutôt que de les envoyer à l'école publique. De leur côté, après le 11-Septembre, Tess Saint Clair et Ralph Weber ont acheté un camping-car pour se mettre à l'abri en cas de nouvelle attaque terroriste. La voix des déçus Américain blanc, de sexe masculin, âgé de 50 ans ou plus, ayant un emploi et appartenant à la classe moyenne : tel se présente le partisan lambda du Tea Party. Mais Astrid Schult a aussi rencontré de nombreux déçus de tous bords, qui ne font plus confiance à la classe politique pour améliorer leur vie et défendre leurs intérêts. Le mouvement, qui met au pinacle les valeurs traditionnelles et l'indépendance de l'échelon local vis-à-vis de Washington, séduit et élargit ainsi sa base. Pèsera-t-il dans l'élection présidentielle ?

carte des membres du caucus Tea Party par Etat
Commençons par le commencement : bienvenue à Nashville. Déjà, sur 61 représentants Tea Party (lire Members, 112th Congress sur Wikipedia), seuls 2 viennent  du Tennessee. Pourquoi ne pas être allé au Texas ? Mystère. Un peu comme si, pour comprendre le FN, on interrogeait Arnatu (une élue FN au conseil régional d'Ile de France) au lieu d'aller à Orange ou Vitrolles

Continuons sur le bienvenue à Nashville. Le Tennessee est un état pauvre et rural. Pourquoi essayer de comprendre l'Amérique à partir de ce cas particulier où les démocrates et les républicains y sont aussi plus marqués par la réalité locale d'une histoire raciste, sudiste et sécessionniste ?  Quand les journalistes Américains débarquent pendant des émeutes dans une banlieue de Seine Saint Denis et tirent des conclusions d'ordre général, les Français hurlent et ils ont raison. Arte ne se permet pas ce genre de précautions. Si Arte avait poussé son reportage jusqu'au bout, ils auraient vu que le Tennessee a 9 représentants au Congrès à Washington, et que sur ces 9, deux sont démocrates (le parti d'Obama). L'un deux, Jim Cooper, est un ami de la NRA, la célèbre association pro armes. On montre un reportage de gens surarmés en disant voila le Tea Party, mais on oublie que dans le Tennessee, tout le monde est armé. Voila la déontologie et la rigueur journalistique d'Arte. 

Ensuite, les valeurs du Tea Party. Contre les hausses d'impôts/pour la défense du droit de propriété/faire cours eux-mêmes à ses enfants plutôt que de les envoyer à l'école publique. En effet, quel extrémisme ! Que ce soit des valeurs compatibles avec la Constitution US ne semble pas important. Mais même du point de vue de la gauche Européenne dont Arte est un bon représentant, comment peuvent-ils approuver sans réserves les hausses d'impôts et les atteintes au droit de propriété ? Comment peut-on en même temps critiquer une Amérique ultra interventionniste, qui part faire la guerre aux 4 coins du monde, et ostraciser ceux qui ne veulent pas que l'Etat fédéral prenne de plus en plus de poids, grâce aux impôts notamment ? Pourtant, en bonne gauchiste, la réalisatrice de "Au coeur du Tea Party" veut aussi être aussi une "humaniste" prenant le temps de verser une larme sur la souffrance des GI's de retour de combat (voir Dokumentar : Der innere Krieg sur le site du Zeit). 

sondage Gallup
La voix des déçus Américain blanc, de sexe masculin, âgé de 50 ans ou plus, ayant un emploi et appartenant à la classe moyenne, c'est ça le Tea Party ? Mais comment peut-on, une fois de plus, tirer des conclusions de portée générale à partir de micro trottoirs ? D'abord, les blancs représentent 86% de la population du Tennessee. Il est donc logique d'en retrouver dans les partis politiques. Un sondage de Gallup d'Avril 2010 montre qui sont les sympathisants du Tea Party. Leur profil n'est pas éloigné de celui de l'ensemble de la population. Les hommes y sont 55% (contre 49% dans l'ensemble de la population), ce qui est plus que la moyenne mais pas écrasant.

Allen West, Tea Party
Autrement dit, la thèse qui consiste à confondre le Tea Party avec le Ku Klux Klan ne tient pas la route, même s'il y a forcément des racistes au sein du Tea Party, comme chez les Démocrates et les Républicains. Evidemment, la réalisatrice de "Au coeur du Tea Party" qui ne doit lire que le Spiegel, le Monde et le Guardian n'a probablement jamais entendu parlé d'Andre Carson, Lenny McAllister, Lloyd Marcus, Deneen Borelli, Allen West et autres "non white persons who support the Tea Party movement".

Michele Bachmann, Tea Party
Est ce que le Tea Party pèsera dans l'élection ? Probablement pas. Sa faiblesse réside justement dans le fait que le représentant républicain qui, quand il était gouverneur du Massachusetts, a appliqué au niveau local les idées d'Obama. Certes, Ryan Paul est présent dans la course. Mais si Ron Paul ou Michele Bachmann avaient été choisis par les Républicains, les idées du Tea Party auraient été mieux représentées. 




Alors, pour suivre cette élection présidentielle sans suspense (c'est encore un diplômé de Harvard qui va gagner ;-)  ), pensez à suivre les scores de Gary Johnson (candidat Libertarien), car, oui, contrairement à ce que les médias laissent penser, il y a plus que deux candidats à cette Présidentielle US 2012 (http://en.wikipedia.org/wiki/United_States_presidential_election,_2012). Il y a même une écolo !  Que le Président Obama séduise par son charisme et son parcours personnel hors des sentiers battus, o.k. Mais ne nous laissons pas abuser : Guantanamo n'est pas fermée, les GI's sont toujours aux 4 coins du monde, la FED fait toujours n'importe quoi, la TSA pelote en toute impunité, les libertés civiles reculent aux Etats Unis, le Patriot Act n'a pas été aboli. 

Egalement sur Contrepoints - 

Le Tea Party selon Arte

http://www.contrepoints.org/2012/11/02/102916-le-tea-party-selon-arte

mardi 30 octobre 2012

Touche pas à mes 35 heures ...

Touche pas à mes 35 heures, titre Libération. Vraiment ? 

Les journalistes de Libé ont-ils discuté avec Jean-Marc Ayrault qui, manifestement, vu son état de fatigue ces jours ci, fait plus que 35 heures par semaine ? 

Les journalistes de Libé ont-ils demandé l'avis des ouvriers et des caissiers que les 35 heures ont pressuré tout en dégradant leur pouvoir d'achat ? 

Les journalistes de Libé sont-ils allés dans les hôpitaux pour voir l'état de désorganisation des services, au niveau des urgences notamment


Les 35 heures, c'est cool pour une partie des Bac +3/+5 fonctionnaires du public ou employés du CAC 40 qui, grâce à des emplois stables et relativement bien payés, en CDI, disposent d'une certaine liberté d'organisation du travail et d'argent pour occuper le temps de loisir. Pour tous les autres, c'est une calamité. A quoi servent des RTT, si on a pas d'argent pour aller en week end culturel en Croatie ou à Dublin ? 

De plus, est ce qu'il est juste raisonnable de parler de durée légale du temps de travail dans une économie du savoir et de l'entrepreneuriat ? Déjà, il y a les cadres au forfait. Ensuite, il y a les indépendants, qui par définition ne comptent pas leurs heures. Et il y a aussi toutes ces personnes salariés pour qui le travail ne s'arrête pas aux portes du local de la pointeuse, soit parce que l'entreprise force à rester connecté au travail (Smartphones ...) soit parce que le salarié trouve de lui-même un intérêt à continuer à penser à son travail en dehors du travail, pour trouver de nouvelles idées par exemple. 

35 heures, ça renvoie à un univers mental Germinalesque un peu caricatural. Alors, à quand l'adoption de la proposition des libéraux d'Alternative Libérale et du Parti Libéral Démocrate : la liberté de contracter directement déléguée aux personnes concernées, à savoir l'employeur et l'employé ? Supprimons de la loi toute référence à une durée légale du travail !
Comme diraient Frédéric de Harven, président d'Alternative Libérale, oui à la liberté du temps de travail.
Il n'y a pas que des libéraux qui portent cette revendication de souplesse et de liberté. Les Radicaux comme Frédéric Poitou partagent cette analyse. Les Centristes comme Hervé Morin avaient bien perçu que les 35 heures sont un corset trop serré et qui étouffe la France.

Les acquis sociaux sont fait pour être contournés. La preuve, Martine Aubry, a qui on doit les 35 heures, n'a toujours pas pris sa retraite alors qu'elle a 60 ans passés.


Egalement sur Contrepoints

Sur le même sujet

New York inondée ! Et Paris ?

Certes; nous ne sommes pas au bord de l'Atlantique. La mer est à deux heures de voiture de la capitale, ainsi on ne risque pas de tsunamis sur les bords de la Seine, à la différence des New Yorkais ou des Lausannois (lire Quand un tsunami géant balayait le Lac Léman sur letemps.ch).

Toutefois, Paris n'est pas immunisée contre certains risques.


Déjà, à une échelle réduite, vous vous souvenez tous des inondations du 5 août 2011 (lire le post Inondations Vendredi dernier à Paris). 

Du coup, l'interview du chef d'état-major de la zone de défense et de sécurité de Paris, Serge Garrigues, par le Nouvel Obs, tombe à point. Dans cet article intitulé Comment se déroulerait une évacuation massive à Paris, on voit la complexité d'une éventuelle évacuation de Paris en cas de problème. 
En plus, les inondations sont toujours un risque, notamment pour tout le XVeme arr à l'ouest de la rue Lecourbe (voir les plans de zones inondables sur le site de la Mairie de Paris). 

Mais à la lecture d'autres sources, comme EELV Aube ou Caradisiac, on se dit que chacun devrait quand même prendre conscience des scénarios déjà envisagés. De manière plus générale, le jour où il y aura un gros problème, les pouvoirs publics ne pourront plus grand chose pour vous. On verra alors que les relations humaines et la solidarité volontaires sont plus fortes que les solidarités forcées

  

lundi 29 octobre 2012

SNCF : désinformation du Monde

Commençons par signaler à Philippe Jacqué, journaliste éco transports une petite fôôôôte de grammaire qui fait un peu tache dans un article publié par le quotidien de référence de la France, le Monde.

article du Monde rédigé par Philippe Jacqué



La Grande-Bretagne avait totalement privatisé son système, avant de renationalisé le gestionnaire du réseau après de nombreux accidents. NON

 La Grande-Bretagne avait totalement privatisé son système, avant de renationaliseR le gestionnaire du réseau après de nombreux accidents. OUI

Pourtant, le correcteur d'orthographe de Blogger repère la faute. Pas celui du Monde ? 


Passons !

Parlons plutôt du fond : le journaliste écrit "La Grande-Bretagne avait totalement privatisé son système, avant de renationaliser le gestionnaire du réseau après de nombreux accidents.
En toute logique, on comprend que 
  • il y a eu privatisation
  • il y a eu de nombreux accidents suite à la privatisation
  • on a renationalisé pour lutter contre les accidents 
  • (et en toute logique, depuis que c'est renationalisé, il n'y a plus d'accidents, tout comme il n'y a pas d'accidents dans les pays où le rail est nationalisé). 
Le problème est que tout ceci est totalement FAUX !

Ce qui est pratique, c'est que la France et le Royaume Uni ont à peu près la même population (60 millions et quelques) , à peu près le même niveau de développement économique , à peu près la même organisation (en étoile autour d'une capitale.

Pourtant, entre 1985 et 2008, il y a eu plus de morts liés au rail en France qu'au Royaume Uni. Contrepoints en parle (lire Le rail public français fait plus de morts que le rail privé britannique), Paperblog également, Le rail public français fait plus de morts que le rail privé britannique, ainsi que Euro 92 et Wikipedia.Vous avez bien lu, chers lecteurs, le rail français tue, et même plus que le rail britannique, alors que ce dernier a entre 30 et 50 ans de plus, et qu'il utilise un réseau moins étendu mais plus intensivement exploité (voir l'étude de l'IFRAP).   

Passons sur les accidents les plus dramatiques comme la Gare de Lyon en Juin 1988 (était-ce l'ultra libéralisme qui a tué ?) ou Zoufftgen en 2006 (entre deux compagnies nationalisées). Prenons simplement ces motrices du RER C qui prennent feu, ces rails qui deviennent impropres au trafic, ces problèmes de signalisation. C'est la privatisation qui les génèrent ? 
Non.
Il n'y a pas de lien entre accidents et privatisation, et en regardant ce qui se passe dans les Eurostar Paris Londres Bruxelles, dans les Lyria, en Suède ou dans tous les pays où la SNCF participe à la privatisation des réseaux locaux, alors on se dit que ne peut être plus dangereux que chez nous.

Alors, chers lecteurs, un petit jeu. Des trains SNCF se cachent dans la photo ci-dessous. Saurez-vous les retrouver ? 


Et pour celles et ceux qui pensent que nationalisation rime forcément avec sécurité, souvenez-vous de l'incident de Villeneuve Saint Georges en Septembre 2003. (lire « On l’a échappé belle, pour parler clair » • 23 septembre 2003 sur le blog Metro Pole Actu). 



Le socialisme est forcément nationaliste

Quand Nisrine Zaïbi, militante socialiste de Saône et Loire (Montebourg land) et vice-présidente du conseil régional de de Bourgogne exprime sa joie d'être "au congrès du parti national... socialiste".



Cette militante socialiste a raison. Contrairement à ce que raconte Anne Hidalgo (lire "Le FN est un parti qui a soutenu pendant la guerre la collaboration avec les nazis" (!?), un post du 25 septembre 2012), la gauche fut la mère de toutes les collaborations, d'une part (voir sur Youtube La gauche fut la mère de la collaboration !), et, d'autre part, le keynesianisme protectionniste qui inspire la gauche socialiste suppose, comme en RDA en 1945 et 1989, la fermeture des frontière si on veut qu'il soit efficace. 

Sur le même sujet 

Le socialisme est forcément nationaliste, un post du 16 septembre 2012
La France sur la pente du communisme, un post du 10 septembre 2012
Patriotisme, un post du 24 septembre 2011

dimanche 28 octobre 2012

Carrefour Porte d'Auteuil vs So Ouest

Qui avait anticipé le succès du lancement de So Ouest, le nouveau centre commercial de Levallois Perret ? Apparemment, ni la Mairie de Paris, ni celle de Levallois, ou alors elles n'ont pas réussi à discuter ? Un article du Parisien du 17 Octobre et les élus du dix-septième arrondissement prévenaient pourtant déjà des risques de bouchons liés aux 10 millions de visiteurs attendus par an.

Fashionmag ne disait pas autre chose quand il écrivait So Ouest se situe à bonne distance d’une gare transilienne et du métro 3. Quant au périphérique voisin, la porte d’Asnières y est synonyme de bouchon. 


Agrandir le plan

La rue Victor Hugo de Levallois semble complètement sous dimensionnée.

Néanmoins, So Ouest devrait être un succès grace à ses enseignes et à leurs produits.

A contrario, un groupe qui a du mal, c'est Carrefour. Nul n'ignore la crise que le groupe affronte. Mais si au moins Carrefour, qui n'est pas, si on en croit Leclerc, le meilleur marché des distributeurs français, mettait l'accent sur la qualité ?
Ca n'est pas toujours le cas, cf ce jambon déjà en train de se périmer alors que la date de péremption est encore lointaine.



Jambon de Savie Aoste acheté chez Carrefour Porte d'Auteuil. Un produit à éviter, donc.

Sinon, au dela de ce cas particulier, on peut dire que So Ouest va obliger ses concurrents à se moderniser un peu !

vendredi 26 octobre 2012

Le changement de premier ministre, c'est maintenant !

Homer, 1er Ministre
Bouh il est pas content le K-zero le Ayrault ! Regardez-le, ce pauvre petit (lire Ayrault fustige «les chroniques quotidiennes de démolition» sur lefigaro.fr). 

Le pauvre ... les gens, ils sont méchants avec lui !

En plus, quand Ayrault était de l'autre coté de la barrière, simple député cumulard d'opposition, lui se comportait bien. 

  • Jamais il ne critiquait l'action de Sarkozy et Fillon 
  • Jamais il ne privilégiait le PS plutôt que la France et l'Europe
  • Jamais il ne quittait l'hémicycle en pleine séance pour protester contre l'UMP
Ayrault est fatigué par les attaques ? Nous sommes fatigués par ses attaques. 

Et que disent les écolos, qui manifestent contre Dame des Landes, l'aéroport tant voulu par Ayrault ? Ils sont toujours solidaires des socialistes ou bien ils réalisent qu'ils n'ont rien à voir avec eux ?

jeudi 25 octobre 2012

Les apprentis

Non, ça n'est pas le titre d'un nouveau film. Les apprentis, c'est le titre que Libé, le quotidien de la gauche bobo pro-Hollande, choisit de mettre en une aujourd'hui. Pourquoi ? Parce que trop, c'est trop !

Passait encore, du point de vue de gauche, le dogmatisme économique, la haine de certains riches, la lutte contre les banques, le non respect de la charte des ministres, les promesses non tenues sur le cumul des mandats, les jet privés Paris Tulle, les scandales d'ordre privé avec les ex ou les copines du moment, les conflits d'intérets ministère-banque x-magazine y.

Mais la, le Premier Ministre Ayrault, que l'on disait social démocrate modéré bon teint, vient tout simplement de s'essuyer les pieds sur un principe à valeur constitutionnelle : la séparation des pouvoirs. Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution. Article XVI de la DDHC.

A une échelle moins grave, on avait eu une première alerte la semaine dernière quand François Hollande a demandé, samedi 20 octobre, l'ouverture d'une enquête administrative afin de "tout connaître" des circonstances de la mort sur l'autoroute A20 d'un nouveau-né dont la mère n'avait pu accéder à une maternité. Déjà, pour un président qui ne voulait pas faire comme Sarkozy, c'est à dire ne pas "être le chef de tout mais responsable de rien", c'est raté.

Ensuite, selon l'article 20 de la constitution de 1958, c'est le Le Gouvernement qui détermine et conduit la politique de la Nation et dispose pour cela de l'administration et de la force armée. En France, le pays que Hollande est censé présidé, le gouvernement est nommé par le président de la République et est placé sous l'autorité du Premier ministre, qui est le chef du gouvernement. C'est donc Ayrault qui, logiquement, aurait dû demander l'ouverture d'une enquête administrative.

Arguties, diront les supporters socialistes. Après tout, Hollande et Ayrault sont tous les deux en charge du pays. Répondons leur simplement que pour des gens qui ont passé 5 ans à dénoncer, à juste titre parfois, les violations de la séparation des pouvoirs pratiquées par le précédent gouvernement, ils ne sont pas cohérents. Mais surtout, en ne donnant pas une valeur absolue à ce principe des pouvoirs, ils acceptent par avance un monde dans lequel une autorité administrative sera dotée du pouvoir judiciaire ou inversement. Tiens, ça vous rappelle l'Hadopi ?
Enfin, étant donné que la France va faire la leçon un peu partout aux quatre coins du monde, il serait de bon ton de ne pas prêter le flan à la critique sur notre propre respect des principes démocratiques.



Sur le même sujet

Des semaines qui deviennent des années, un post du 8 juin 2012
La déception Flamby (pour celles et ceux qui y ont cru), un post du 3 juillet 2012
catastrophique et honteuse gauche socialiste !, un post du 13 Juillet 2012

mercredi 24 octobre 2012

Votez égoiste ?

Télérama s'intéresse à Ayn Rand ... c'est pas triste !

On avait déjà eu droit Pourquoi tant de Ayn ? le 26 avril 2011 mais la, en terme de haine, on franchit un nouveau cap.

Alors, posons juste trois questions à Juliette Cerf, la journaliste spécialisée en littérature et cinéma mais ni en philosophie, manifestement, ni en civilisation américaine :


  • Quand les français votent, au hasard, socialiste, ils votent par altruisme ou par égoisme ? (indice : 30% des salariés du secteur public ont donné leur voix à François Hollande au 1er tour de 2012. Source : trop-Libre.fr)
  • Les américains sont tous des migrants. Ont-ils traversé l'Atlantique ou le Pacifique pour retrouver en Amérique la Sécurité Sociale à l'Européenne ou le collectivisme Asiatique ou bien sont-ils partis chercher une terre de liberté ? Lire Ils sont fous ces Américains! sur le blog de Guy Sorman.
  • Ayn Rand est née en Russie en 1902 et est arrivée aux Etats Unis en 1926. Ayn Rand est-elle plus ou moins qualifiée de Juliette Cerf pour juger le communisme ?  




Ne faites pas comme Telerama, approfondissez le sujet, en allant par exemple sur le blog de Nicomaque lire Atlas Shrugged, part II ou sur le blog de l'Institut Turgot.

Sur le même sujet
Atlas shrugged (La grève), de Ayn Rand un post du 5 octobre 2012

170 jours de Normalie, pas de paradis sur terre

Déjà 5 mois que Normal 1er est à l'Elysée. Français qui avez glissé un bulletin Hollande dans l'urne, plutôt que Sarkozy ou blanc, êtes vous satisfaits ?

Sur le plan économique, il n'y a pas eu de miracle. Flamby Mollande François Normal 1er Hollande avait beau nier la crise (jusqu'au 31 Août 2012) et demander à ce que l'UE décrète le retour de la croissance, rien en s'est passé. Étonnant. Socialistes, si vous creusez la question juste une minute, ne pensez-vous pas que si le prédécesseur de Hollande avait eu la possibilité d'appuyer sur un bouton pour relancer la croissance, il l'aurait fait car ça l'aurait lui aussi arrangé ? Quand est ce qu'on commencera à écouter les libéraux qui affirment que la croissance ne se décrète pas mais ne peut provenir que de la conjonction d'un climat favorable à l'entrepreneuriat et d'une hausse de la qualité et de la quantité de travail fourni ? 

La majorité de gauche, même sur les engagements sociétaux du candidat Hollande, est une blague. On a beau, comme sur le cannabis, le droit de vote des étrangers ou le mariage des gays essayer d'activer un clivage gauche droite en accusant l'UMP de rejoindre les positions du parti de la fille à papa de Saint Cloud, la vérité c'est qu'à gauche, tous n'ont pas la même définition du "progressisme" degôche.
Ayrault s'oppose à Peillon sur la fumette, Bruno Le Roux et François Rebsamen divergent de Valls sur l'opportunité de pousser le droit de vote des étrangers (61% des français sont contre), les maires socialistes du Lamentin (Martinique), Farébersviller (Moselle) ou de Quimper (Bretagne) émettent des doutes sur le mariage des gays.

#Geonpi entrepreneurs, contribuables, familles, médecins, ouvriers floués d'ArcelorMittal Lorraine ou de PSA Peugeot Citroen, les 5 millions de chomeurs et précaires, du SDF au PDG du CAC 40, quel français n'est pas atterré par Hollande ?

Alors du coup on tombe sur un Flamby Mollande François Hollande qui devient hyperprésident (terme employé par 20 Minutes) et se met à promettre tout (comme des mutuelles pour tous) et n'importe quoi (être à moins de 30 minutes d'urgences).  «Un président qui ne veut pas être un président de tout, chef de tout et en définitive responsable de rien.», disait-il ? Hollande, comme Sarkozy, s'occupe des raffineries de pétrole et des banques des autres pays.

http://www.francois-tacravate.fr/
Comme il n'y a pas grand chose à attendre de  Flamby Mollande François Normal 1er Hollande, au moins on peut compter sur son apport à la rubrique people de la presse (apparemment, il se rapproche de Ségolène Royal ?) ou suivre ses (non) progrès en matière de noeuds de cravates (suivre l'excellent http://www.francois-tacravate.fr/).

Français qui pensiez que Sarkozy nous ridiculisait à travers le monde (vous n'aviez pas forcément tort), lisez simplement ce qu'on raconte de l'actuel président qui a en commun avec son prédécesseur la même taille. :
En place et lieu de changement, nous avons l'irrespect des procédures du Conseil Constitutionnel, la poursuite de l'expulsion des Roms, la mise à la poubelle du rapport Gallois, le sauvetage de PSA, la poursuite du projet de carte d'identité nationale biométrique, la non remise en cause de la Hadopi, la poursuite du cumul des mandats par les députés socialistes, bref toujours plus d'Etat et moins de libertés.


Devant l'ampleur de ce désastre, il n'y a plus qu'une seule solution : que Hollande entame une procédure de dissolution de l'Assemblée Nationale, comme le suggèrent Borloo et VGE, afin de permettre à une nouvelle majorité centriste et libérale démocrate de prendre en charge le pays en refusant le protectionnisme de Montebourg, l'ultra étatisme de Valls et l'ultra socialisme de Hollande. Une démission du Président de la République serait bienvenue, également.



mardi 23 octobre 2012

53% des Parisiens sont... des Parisiennes

Que devient Anne Hidalgo ?

Parce que c'est pas tout ça, entre les militants UMP stigmatisés (lol ...) de Copé, le lancement de l'UDI, le Flambysme en in-action à l'Elysée et la poursuite des délogements de camps de Roms (tiens, pourtant la gauche devait arrêter ces "pogroms), il y a Anne Hidalgo et ses troupes qui continuent leur travail de destruction massive. 

53% des Parisiens sont... des Parisiennes. C'est la phrase clef de l'interview de la candidate socialiste au portail aufeminin.com. Whaou, ça c'est de l'analyse. Le pire, c'est que c'est la journaliste qui relaie ce message, qui correspond à la stratégie de communication de la candidate socialiste (lire Anne Hidalgo doit être élue car c'est une femme, un post du 5 septembre 2012) : on est dans la posture de victimisation pure et dure. En effet, écrire : "Les femmes sont enfin prises au sérieux en politique" veut clairement dire qu'elles ne l'étaient pas avant.

Ah bon ? Ce genre de phrases est une insulte à l'histoire. Ne mentionnons même pas Sainte Geneviève, une grande parisienne, regardons près de nous.

femmes politiques prises au sérieux


Evidemment, si Anne Hiladgo ne faisait référence ni à Golda Meir, ni à Margaret Thatcher, ni à Angela Merkel, ni à Simone Veil, ni à Viviane Reding, ni à Anne San Su Ki, ni à Condoleeza Rice, ni à Yulia Timochenko mais plutôt à d'autres femmes politiques, on peut comprendre ...


femmes politiques moins prises au sérieux, pour diverses raisons

Question : comment les femmes qui sont séduites par le discours "il faut voter pour des femmes car nous les femmes sommes majoritaires" marient-elles ce concept avec celui de l'égalité hommes-femmes ? Est-ce que les femmes font vraiment de la politique autrement ? Comme a priori la réponse est non, c'est bien pour des politiciens, et non pas pour des hommes politiques et des femmes politiques, que l'on vote

En plus, ce genre de discours qui catégorise, il n'est apparemment pas assumé jusqu'au bout. On nous dit 53% des Parisiens sont... des Parisiennes , à bon entendeur, salut, votez pour des femmes. Mais oserait-on écrire
  • 51% des parisiens sont célibataires, il nous faut un ou une maire célibataire
  • 45% des parisiens sont nés à Paris ou en Ile de France, il nous faut un ou une maire francilien 
  • seulement 38% des parisiens sont propriétaires occupants de leur logement donc il nous faut un ou une maire locataire
  • les fonctionnaires ne sont pas majoritaires donc il nous faut un ou une maire ouvrier, employé ou cadre du secteur privé marchand *
et que dire d'autres statistiques telles que l'orientation sexuelle, les orientations religieuses ou le type racial ? Faudra t-il également une représentation proportionnelle ? Pour une personne comme Anne Hidalgo qui se définit comme une républicaine au sens socialiste du terme, avouez que ça n'est pas très cohérent. NB : ce genre de propos ne se limite pas au PS. A l'UMP aussi, on entend ce genre de discours, lire Aucune femme députée à Paris ! (?) , un post du 7 juin 2012.


Il est grand temps que les femmes répondent à Anne Hidalgo. Elle est au pouvoir à Paris depuis 2001. En tant que première adjointe, il ne s'agit pas d'une obscure conseillère d'arrondissement mais de l'une des principales responsables de l'équipe de Delanoë  Les résultats, vous les connaissez tous, qu'il s'agisse de manque de crèches, de dégradation de la voirie, de saleté, d'emploi qui fuit Paris, d'insécurité qui explose. Comment Anne Hidalgo peut se présenter, dans ce contexte, comme une personne neuve ? Ne vous laissez pas abuser.
Si vous voulez, Mesdames, prendre le contre-pieds des absurdes propos d'Anne Amnésidalgo, il y a les Femmes Libérales Démocrates, animées par Dominique Baud, ou l'International Network of Liberal Women animé par Christine de Saint Genois et probablement énormément d'autres groupes intéressants.

*
http://www.statistiques-locales.insee.fr/FICHES/DL/DEP/75/COM/DL_COM75056.pdf
http://www.liberation.fr/politiques/2012/10/02/anne-hidalgo-cosmopolitique_850421
http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1278
http://www2.cnrs.fr/presse/thema/593.htm

Obama ou Romney ?


Il parait, selon les derniers sondages, qu'Obama est légèrement en tête. Cette élection se jouera donc sur la ligne finale. En attendant, qui "choisir" ?

Obama - Romney

Pour Charles Beigbeider, Arnaud Dassier, Philippe Karsenty, Aurélien Véron et Thomas Zlodowski, alias le Bureau national du Parti Libéral Démocrate, le choix est clair : c'est Romney. Pourquoi ? "parce que Barack Obama aura été un mauvais président des Etats-Unis. Mais surtout parce que Romney et Ryan ont effectué le bon diagnostic et qu’ils proposent des solutions inventives et libérales pour sortir l’Amérique du déclin économique." (Lire leur tribune dans Libération). 
C'est une analyse que partagent D.J et liberté, ou Guy Millière (seul contre tous à "ce soir ou jamais" du 9 octobre 2012). Libertarien ajoute qu'Obama n'a réglé aucun problèmes en 4 ans. 

Pourtant, il est difficile d'être enthousiasmé par Mitt Romney. Il n'y a quasiment pas de différences idéologiques entre Mitt Romney et Barack Obama. Mitt Romney n'a rien d'un Ronald Reagan. 

Bush - Kerry
D'un coté, nous avons un diplômé de Harvard  âgé de 65 ans, qui parle français, ancien financier à Wall Street et qui a dirigé le Massachusetts, de l'autre nous avons un diplômé de Harvard âgé de 51 ans et qui est au pouvoir à la Maison Blanche depuis 4 ans. Est ce que, comme Bush et Kerry, d'autres anciens de la même fac, ils sont également membres des Skulls & Bones ;-) ?  

La première vraie différence vient de leurs vice présidents potentiels.

Ryan - Biden

 D'un coté, un lecteur de Ayn Rand, de l'autre, un professionnel de longue date de la politique politicienne américaine (lire le profil Wikipedia de Joe Biden). 

change we can believe in
Mais sur le fond, qu'est ce qui pourrait différencier Obama de Romney ? Vous vous souvenez de "hope" et  "change we can believe in". Obama a remplacé W. Bush. Est ce que les guerres dans lesquelles l'armée américaine est engagée ont cessé ? Un petit tour sur le site officiel de l'armée américaine permet de soulever quelques doutes, et ce malgré le Prix Nobel de la Paix (un prix hélas impossible à décerner à un président des Etats Unis en exercice). Est-ce que le Patriot Act a été abrogé ? La prison de Guantanamo Bay a t-elle été fermée ? Hélas, non, les choses ne sont pas si simples. Comme en Europe, en plus de se voir imposer une Sécurité Sociale obligatoire, les américains doivent maintenant composer avec des forces policières au sens large (telles que la TSA) dotées de larges pouvoirs dont la constitutionnalité est l'objet de débats, aux Etats Unis. 

Ron Paul
Il est toujours difficile de vouloir analyser le spectre politique Américain avec un regard Européen, encore plus si on est français, car on a du mal à comprendre que le Parti Démocrate a un programme proche de celui de l'UDI, c'est à dire pas vraiment ultra interventionnisme comme nos socialistes savent le faire. Mais il est encore plus difficile de vouloir parler de Ron Paul. Déjà, de manière globale, les Européens en général et les français en particulier ont tendance à reprocher des choses contradictoires aux Américains : on leur reproche d'intervenir (Vietnam, Somalie, FYROM, Irak, Lybie) mais aussi de ne pas intervenir (Corée du Nord, Bosnie, Palestine, Syrie). On dit qu'ils ont une culture impérialiste (CNN, Disney) et on dit qu'ils n'ont pas de culture. Ron Paul a une solution à ce problème d'anti américanisme, ainsi qu'à celui de déficits budgétaires et déficits de libertés civiles : vraiment moins de gouvernement, la fin des interventions armées extérieures (comme les Suisses), un audit de la FED, la fin de la guerre contre la drogue, bref une politique vraiment libertarienne.

Michele Bachmann
C'est bien ce qui manque à Romney. Il n'est pas vraiment un libéral (au sens Européen du terme) mais plus un centriste qui, quand il était gouverneur du Mass., pratiquait au niveau local ce qu'Obama voulait faire au niveau national. Obama était le roi du téléprompteur, Romney sera le roi du Powerpoint !

Les Républicains avaient Ron Paul ou, dans un autre genre, Michele Bachmann, ils ont préféré prendre Mitt Romney, qui cristallise sur lui la haine du monde entier vis à vis de la finance. Choix courageux. Résultat d'ici 3 semaines. On verra si David  Palmer  fera une nouvelle saison ou bien si Gordon Gekko arrivera au pouvoir. Les deux sont de bons personnages de fiction. 





lundi 22 octobre 2012

Marseille ...

Deux images.

D'une part, ce tableau qui fera plaisir à tous les fans du PSG.

source LFP


PSG leader de la ligue 1, Marseille en deuxième position (à défaut de D2 ;-) )



D'autre part, on a trouvé la rue la moins chère de Paris. Non, ca n'est pas Belleville ou Courcelles. C'est la rue de la Marseillaise, dans le XIXeme arr.


source : JOL Presse, Meilleurs Agents


Pas d'erreurs ;-) !


dimanche 21 octobre 2012

Accouchement dramatique sur l'A20 : évitons la démagogie

Vous avez tous vu les chaines d'info continue comme BFM TV ou lu Google Actualités, l'accident sur la A20 et cet accouchement qui s'est mal terminé est évidemment une triste histoire dont les parents auront du mal à se remettre, si jamais cela est possible. 

Par contre, ce drame avait-il besoin de l'exploitation politique qui se met en route, notamment du fait que Hollande exige une enquête (comme si les services médicaux ou la police avaient besoin qu'on leur dise quoi faire dans ce cas) et prend l'engagement que d'ici à 5 ans, aucun Français ne doit se trouver à plus de 30 minutes de soins d'urgence" ?




Cet accident d'accouchement de la A20 est certes dramatique, mais il ne devrait en aucun cas déboucher sur des questions d'ordre général.

Sur le strict plan médical, les medias ont-ils souligné que le bébé, qui en était à 7 mois de gestation, était peut être tout simplement non viable ? La mort existe, la mort prénatale existe, aucun Président de la République ne peut rien contre cela.


Martin Malvy, le président socialiste du conseil régional de Midi Pyrénéees, se demande si ce drame se serait-il produit s'il y avait eu une maternité plus proche ?
On peut poser une autre question : quand on habite à mi chemin entre ailleurs et nulle part, dans la région de Figeac - Gourdon -Villefranche-de-Rouergue - Decazeville, est ce qu'on est en droit d'attendre une densité de services publics (étatiques, non gouvernementaux ou privés) aussi élevée que si on vivait dans le Veme arrondissement de la capitale ? Non. C'est évidemment impossible.

Rappelons aussi que les gouvernements successifs ont fermé les petits hôpitaux de proximité parce qu'ils ne pratiquaient pas assez d'actes médicaux pour que leur personnel soit suffisamment formé et donc, non dangereux. Les petites maternités sont considérées comme dangereuses.

Donc, face à ce drame, notons simplement que la responsabilité en incombe probablement également à une multitude de facteurs et non pas juste à une politique de regroupement des maternités.

Enfin, soulevons les points suivants : pourquoi cette femme était-elle seule ? Son conjoint l'accompagnait, mais n'y avait-il pas une amie, une grand mère ou une sage femme proche en mesure de l'aider ? Et pourquoi sommes nous à ce point dépendant du système médical ? Pendant des siècles, les enfants sont nés sans maternités.


mise à jour Lundi 22 octobre 2012
H16, alias l'affreux libéral mangeur de chatons et de petits enfants, a lui aussi posté un avis divergent sur ce triste fait divers. Lire « Trop peu de maternités ! » : une presse si unanime, ce qui renvoit indirectement à une question posée dans le post "Google vs France : un métro de retard pour le Gouvernement" : comment se fait-il que les opinions divergentes ne soient jamais représentées dans la presse  Sur le strict plan marketing, et ce alors que les journaux français ont du mal à se vendre, il y a de la place pour un ou des quotidien(s) qui exprime(nt) juste quelque chose de différent de Libé-Le Monde-Le Nouvel Obs-L'Express-Le Figaro.
Un peu le créneau d'Atlantico ou de Contrepoints, en fait. (Lire Drame sur la route de l'hôpital de Brive : les fermetures de petites maternités sont-elles vraiment coupables ?).

samedi 20 octobre 2012

Comme la Suisse ? Facile !


Il paraît qu'en appliquant le libéralisme à la France, la France deviendrait une sorte de Suisse. C'est ce que pense Libertarien, mais d'autres, comme omelette16oeufs, en doutent. 
La première objection réside dans le fait que les Suisses sont moins nombreux que les Français. Il se trouve qu'il y a à peu près 8.000.000 Suisses en Suisse, contre 65.000.000 Français en France. omelette16oeufs oublie qu'il y a 12 millions de Franciliens, 6 millions de Rhone Alpins, 5 millions de Provenceaux, 4 millions de Chtis, etc. Ramenées à une échelle plus concrète, celle de la région, les choses deviennnent plus gérables. 

Ensuite, omelette16oeufs note qu'en France, les ouvriers et employés pèsent pour 50 % dans la population. Il pense que ne seront jamais des libéraux, car ils passent leurs temps à travailler pour quelqu'un d'autre. Ils ne seront jamais des créateurs d'entreprise.  
La encore, peut - être que l'on peut adopter une perspective différente. Déjà, tous les chefs d'entreprise ne sont pas des libéraux. Certains (rares, heureusement) trouvent un intérêt à ce que l'Etat soit ultra interventionniste. Ensuite, des ouvriers et des employés peuvent etre libéraux. Prenez la liste des auteurs de Libres ! 100 auteurs 100 idées. Tous ne sont pas des chefs d'entreprise sous LBO. Pourquoi ? Parce que le libéralisme n'est pas une doctrine économique, mais une philosophie politique de liberté individuelle et de séparation des pouvoirs. D'ailleurs, les ouvriers pourraient avoir intérêt à ce qu'une politique libérale soit mise en oeuvre. Si par exemple ils étaient payés au salaire complet, alors ils comprendraient que l'Etat providence leur coute plus cher que cela ne leur rapporte. Ils comprendraient aussi que les études supérieures gratuites ou à faible cout son une arnaque pour eux. Ensuite, en Suisse, il y a, comme en France, 60% d'ouvriers qualifiés ou non et d'employés en Suisse. Chacun peut le vérifier sur le site du BFS, l'Insee Suisse. Apparemment, le fait qu'il n'y ait pas UNE Securité Sociale mais DES assurances privées (en concurrence) ne les fait pas vivre moins bien que chez nous.

Alorsomelette16oeufs aborde un autre poncif ;-). 
Car dans le PIB de la Suisse, les banques font leur part, avec 14 %, tandis que dans notre France obèse, les banques ne représentent même pas 3 % du PIB. En fait ce chiffre est minoré. en France comme en Suisse, les activités bancaires, financières et assurancielles représentent un peu plus de 20% du PIB (source : Seco.ch ). Il y a un million de français qui travaillent dans les fonctions financières. Quand au secret bancaire, en théorie nous en bénéficions aussi. Après, il ne s'agit que d'une simple loi ... que l'on peut toujours bafouer, surtout si les citoyens ne se défendent pas ! C'est vrai que l'Etat, dirigé par la droite ou par la gauche, se permet de bafouer les lois, sur le recel notamment (cf les listes volées chez HSBC et exploitées par Eric Woerth).

Alors oui, reste le poids de l'histoire ... mais il y a une opportunité : à la faveur de la crise actuelle, nous pouvons choisir de fédéraliser nos fonctions régaliennes (police, justice, armée, diplomatie) au niveau Européen et régionaliser la gestion du reste. Rien n'est définitivement figé. Nos amis et voisins Allemands n'ont pas de bac national, pour parler du seul domaine de l'éducation, cela n'en fait pas des gens fondamentalement moins bien formés que les jeunes français. 

Sur le même sujet : ah bon ? Pas de SMIC pour le Canton de Vaud ? un post du 19 mai 2011

vendredi 19 octobre 2012

Google vs France : un métro de retard pour le Gouvernement

Regardez un peu nos ultra étatistes nationalistes rouges de rage devant la dernière sortie de Google :

Pour une fois, Juan SarkoFrance a une réaction intelligente, dans son billet ""Google et notre liberté". Il voit dans un problème une opportunité pour entreprendre. 

On résume : un secteur en crise, archi subventionné au niveau des entreprises (aides directes à la presse) et au niveau de ses employés (niche fiscale des journalistes) mais qui existe depuis 381 ans, se dit dépositaire d'une sorte d’intérêt général, et veut donc faire payer une entreprise née il y a 14 ans mais néanmoins accusée d'être la source de tous leurs maux. 

ils vous "informent"
Première question : est ce que Joffrin et les étatistes considèrent que toute la presse a un rôle d'information ? Y compris Minute, L'Humanité, mais aussi, pour sortir des sujets politiques, Voici, Gala ou VSD ? 

Deuxième question : si la démocratie existe par la confrontation libre des idées, comment se fait-il que les opinions divergentes ne soient jamais représentées dans la presse ? Une majorité de français ne croit pas à la version officielle des évènements du 11 septembre. Est-ce que leur vision des choses est débattue par la presse ? Une majorité d’électeurs se sont prononcés contre le traité de Maastricht. Sont-ils représentés par Libé-Le Monde-Le Nouvel Obs-L'Express-Le Figaro ? Assange et Wikileaks ont révélé des secrets que les journalistes savaient parfois, parfois non. Aurait-il pu le faire sans la puissance du Net ? Que dire du fait qu'un électeur sur deux ne se reconnait ni dans le PS, ni dans l'UMP ? Pourtant, la presse refuse de croire que les centristes puissent, comme en Allemagne ou au Royaume Uni, être une force distincte des deux autres. 

Troisième question : si Google siphonne les ressources publicitaires de la presse, pourquoi les titres de presse ne changent pas de business model ? Médiapart ou le Canard Enchainé arrivent à s'en sortir, sans publicité, à la fois on et off-line, parce qu'ils attirent des lecteurs qui sont prêts à payer !

C'est drole, car à lire Joffrin, on pourrait croire que les difficultés de la presse française datent de l'apparition du Net et de Google. Pourtant, dès la fin des années 80, on adoptait des Décret (n°89-528 du 28 juillet 1989) instituant une aide aux quotidiens régionaux, départementaux et locaux d'information politique et générale à faibles ressources de petites annonces  . 

Disons le clairement, les geignards comme Joffrin n'ont rien des démocrates qu'ils disent être. Laurent Joffrin, c'est le genre de personne à demander une "régulation (publique) des emails", un peu comme au bon vieux temps de la RDA quand la Stasi ouvrait le courrier des gens. 

vous vous souvenez ^^ ?
Quand à Google, dont il faut soutenir le combat contre les états en général et contre la France socialiste et ultra étatiste en particulier, c'est de toutes façons un combat de retard. 
Au moment même où nos députés, toujours à la pointe de l'actualité et de la technologie, discutent d'une taxe Google, la bourse, elle, constate que le modèle Google ralentit et que, peut être d'ici quelques années, Google rejoindra ICQ, MSN, Netscape, MySpace et AOL au cimetière des entreprises-qui-ont-cartonné-mais-qui-sont-quasi-mortes-bouh. Les gens auront-ils toujours besoin de Google quand chacun aura sa liste de flux RSS ? Pas sûr. 

Enfin, il y a quand même quelque chose de triplement comique à opposer la grosse méchante multinationale américaine face au gouvernement élu de la 6eme puissance mondiale. D'une part, Joffrin montre ses limites en matière de droit constitutionnel. Le gouvernement n'est pas élu mais nommé. Ensuite, Joffrin sous-entend que s'affranchir du droit vis-à-vis des petits pays (Afrique, micro états Européens), ça passe, mais la France, die große Nation, mon Dieu, mais quel crime de lèse-Joffrin ! Enfin, alors que les citoyens français subissent et subiront pendant encore 1625 jours Flamby, ils peuvent tous les jours choisir librement d'abandonner Google au profit de Seek, Altavista, Lycos, Bing, Baidu et les autres.

La seule menace contre les sites d'informations français, ce sont tous ces professionnels de la presse française, francophones et jamais polyglottes (où sont les sites en langue étrangère comme chez nos voisins Allemands), tournés uniquement vers l'Hexagone alors que la Francophonie s’étend du Quebec à la Nouvelle Calédonie, en passant par le Gabon ou le Luxembourg, tous du même bord politique, et incapables de faire des journaux quotidiens qui se vendent. Qu'ils ferment. Tous les jours, des entreprises ferment.

Google menace la presse française la France ? Qu'en pensent l'Hérétique, H16, Libertarien, Nicomaque, Ordre Spontané, Vlad ou Val le Nain