mardi 31 juillet 2012

La gauche socialiste ne manque pas de toupet !

Le gouvernement envisage de mobiliser une partie des sommes non affectées du grand emprunt vers les hôpitaux, mais pas pour combler leurs déficits, a affirmé mardi la ministre de la Santé Marisol Touraine, dixit Libération

On croit rêver ? 

Déjà, le Parti Socialiste était très réservé sur ce "grand emprunt". Le 20 octobre 2009, Martine Aubry avait dit, suite à une rencontre avec François Fillon, qu'elle était opposée à un grand emprunt national qui "coûterait très cher", réclamant à François Fillon "des mesures de soutien" au pouvoir d'achat (source le Parisien)
Ensuite, si jamais il y avait des sommes non affectées du Grand Emprunt, c'est une blague que de l'écrire ! Moscovici l'a suffisamment repeté, à la suite de Fillon : la France est en surendettement. Si jamais il reste de l'argent du Grand Emprunt, il est évidemment à affecter aux milliards que la France doit à ses créanciers !

Il est vrai qu'apparemment, il y a encore de la marge puisque Pierre Moscovici a trouvé le moyen de signer  mardi 24 juillet, un accord bilatéral d’annulation de la dette ivoirienne de 3,74 milliards d'euros.  Pourquoi ? Quelle est la logique d'une telle mesure ? La Cote d'Ivoire n'est-elle pas un pays riche de ressources naturelles et humaines capables de créer de la croissance ? Et quel est donc le mode de raisonnement d'un gouvernement qui annule de la dette dans un pays mais refuse à un autre d'attirer des emplois délocalisés d'Ile de France ?

D'ailleurs, le monde arabe et musulman est décidément un souci pour ce gouvernement socialiste. Hollande reçoit le tyran du Bahreïn en catimini, titre le blog Pas Si Dupe. A t-on lu cette info sur lemonde.fr, liberation.fr, France Culture ou France Television ? Non. C'était sans doute un de ces rendez-vous inscrit sur l'agenda secret, celui ou Flamby note le fait qu'il doit, comme Sarkozy, aider Dassault à vendre plus de matériel militaire et Ricard à vendre plus de spiritueux (lire L'agenda secret de François Hollande, Normal 1er sur Contrepoints). C'est ça la Présidence normale, recevoir des dictateurs à la chaine ?


Décidemment, le changement, ça n'est pas maintenant !

lundi 30 juillet 2012

Qu'est devenue la protection des minorités, toutes les minorités ?

11 décembre 1905 : Publiée au Journal officiel, la loi entre en vigueur au 1er janvier 1906. 

La loi affirme la neutralité de l’État dans les questions religieuses. L’article 2 met fin au régime des cultes reconnus et subventionnés par le budget de l’État. La liberté de conscience et la liberté collective de pratiquer une religion sans entraves sont garanties par la loi.



Depuis 1905, les autorités politiques ont décidé de mettre l'accent sur les attaques contre les minorités, religieuses notamment. 



Incendiée ce jeudi, la mosquée de Montbéliard a subi sa deuxième attaque en moins d'un mois. Dans l'indignation générale, les responsables du culte musulman craignent une montée de la violence raciste.
Martine Aubry en a profité pour « condamner fortement l'incendie d'une salle de prière musulmane à Montbéliard tout en refusant de parler de banalisation du racisme ». La première secrétaire du Parti Socialiste a rajouté que cet incendie était « un acte odieux et inadmissible. Il allonge la longue liste des dégradations de lieux de culte musulmans recensées cette année »

source : France Soir 12 Novembre 2011


Incendie du local associatif et de l’église de Belleroche : une enquête est ouverte

IncendieVers 06h45, hier matin, les locaux associatifs et l’église du quartier de Belleroche ont été touchés par les flammes.


Publié le 22/07/2012 à 06:00


(A ce jour, pas de réaction du PS ni de condamation)


Il y a deux conclusions à tirer :
  • pour les socialistes (mais pas uniquement pour eux), les musulmans sont une race, et non pas une option religieuse
  • pour avoir droit à la mobilisation des pouvoirs publics, il faut être créditeur au compteur de la culpabilité d'Etat. Les catholiques sont manifestement débiteurs. Ils n'ont donc droit ni à une protection policière des Eglises ni aux appels à la fin des actes christianophobes. Tant que les français ne discuteront pas de la guerre d'Algérie et des violences anti arabes et/ou anti musulmanes qu'ils y ont commis, certains musulmans activistes pourront tirer parti de la situation, aidés par toutes les filles à papa de Saint Cloud et les Anders Breivik du monde.
Question : qu'est devenue la protection des minorités, toutes les minorités, y compris, donc, les catholiques ?


Puisque, pour paraphraser Ayn Rand aussi bien que les laïcards les plus intransigeants de France, la religion est une affaire privée dans laquelle l'Etat n'a rien à faire, ce qui est bien vrai, alors les catholiques devraient demander l'égalité de traitement de toutes les religions devant la politique : fin des protestations émanant de partis politiques en cas d'attaques contre un édifice religieux, suppression des rondes policières devant tout édifice religieux.

dimanche 29 juillet 2012

Hollande attentif au marché des céréales (...)

sous surveillance !
Chers lecteurs,

en particulier celles et ceux qui pensent que l'Etat peut se battre contre la réalité, 

cet automne, les Kellogg's et autres reines du petit dej' vont peut-être vous couter un peu plus cher. Heureusement, Flamby Mollande rançois Normal 1er Hollande veille ! Il est attentif au marché des céréales, dixit le Figaro, et La flambée des prix des céréales l'inquiète, nous dit l'Humanité.

Que se passe t-il ?  Il se trouve que depuis mi juin, les opérateurs de la chaine du maïs (paysans, industriels de l'agro alimentaire, intermédiaires) savent que les cours ne peuvent qu'augmenter, pour cause de rareté, du fait de la sécheresse dans le Middle West des Etats Unis. 

180 euros la tonne cet hiver, 260 maintenant
Est-ce une surprise pour Flamby Mollande François Normal 1er Hollande ? Non. 
  • Il y a eu des reportages, et ce depuis des semaines et des semaines, sur BFM Business TV notamment, ou ailleurs.  
Bon, admettons que  Flamby Mollande François Normal 1er Hollande découvre le problème. Que peut-il faire concrètement ? D'après les Echos, il a demandé à Stéphane Le Foll (ministre de l'agriculture) de saisir les instances auprès du G20 qui doivent prendre toute la dimension de la volatilité des prix des matières premières et notamment des céréales ». Autrement dit, il a demandé à des observateurs de bien constater que les prix montent effectivement. 


Il n'y a pas à dire, ce gouvernement a le sens de l'a propos. Surtout, on se souvient que Flamby Mollande François Normal 1er Hollande critiquait son prédecesseur qui mettait sur le compte de la crise ses échecs. Or, rappelez vous ! Sarkozy et Fillon voulaient aussi un mécanisme de lutte contre les marchés (lire G20 : La France va jouer à Sim City ?, un post du 25 janvier 2011), déjà avec le G20.

Pourquoi cette précédente initiative n'a pas marché ? Tout simplement parce que ni  Flamby Mollande François Normal 1er Hollande ni le G20 n'ont le pouvoir de faire tomber la pluie ! Le prix des matières premières fluctuera toujours, et les marchés de commodities permettent simplement de refléter la réalité de ce qui se passe. Quand à vouloir "surveiller le marché des céréales", que Flamby Mollande François Normal 1er Hollande se rassure : de nombreuses personnes sont payées pour cela, à commencer par la CFTC aux Etats Unis ou l'AMF chez nous.

moi aussi, j'adore la PAC ! Merci les gars !
Mais vous verrez. 


On entendra des anathèmes contre la spéculation, on accusera certains de s'enrichir, on craindra (à juste titre) de nouveaux troubles dans les pays fortement importateurs de céréales Européennes ou Nord Américaines, comme l'Egypte, mais au final, il y aura des payeurs (nous tous) et des gagnants, à commencer par les céréaliers exportateurs de la Beauce et tous ceux qui touchent à la fois du cash des clients et l'argent de la PAC (Albert de Monaco, etc). 


Le prix des. céréales ne fluctue pas à cause de quelques types qui jouent en bourse, il fluctue parce que la sécheresse a diminué les récoltes !

Questions, chers lecteurs : 

  • quand est ce qu'on demandera la fin des subventions de la PAC ? 
  • et si on disait, tous ensemble, à tous ces politiciens, de se taire quand ils parlent d'autre chose que de police, justice, armée et diplomatie ? 

La Reine flambe ! Flamby aussi ...

HRH Queen Elisabeth, nouvelle James Bond Girl ! ;-)
35 millions d'euros bien utilisés ! Cest ce qu'on peut dire du coût de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Londres ! Le spectacle "offert" a en effet été grandiose, et il eut été dommage qu'à ce prix la, les contribuables britanniques n'offrent pas un spot publicitaire à la gloire de Londres et du Royaume Uni des plus attractifs. Car ce qui leur pesera peut-être plus sur l'estomac d'un Christmas Pudding, c'est le coût total des Jeux Olympiques : 12 milliards d'euros et 7 ans de travaux.

Par contre, au delà de cette one-off charge (comme disent les comptables), il y a un élément permanent qui devrait nous interpeller, nous habitants de la Normalie, en ces temps de réflexion sur les problématiques budgétaires : le coût comparé de l'Elysée et de Buckingham Palace. Il y a justement ce professeur flamand, Herman Matthijs, professeur de sciences politiques à Vrije Universiteit, qui a calculé que le chef d'Etat le plus coûteux d'Europe n'est pas un monarque, mais un président : le palais de l'Elysée qu'occupe désormais François Hollande perçoit environ 115 millions d'euros pour ses frais de fonctionnement, soit plus qu'une bonne partie des familles royales réunies. Vous avez bien lu. Normal 1er coute 4 fois plus cher qu'Elisabeth II. C'est un peu fort de Flamby, non ?

Il faut dire que pendant qu'Elisabeth II gagne le gros de son argent en placements immobiliers ou à la bourse,  Flamby Mollande François Normal 1er Hollande n'est qu'un simple fonctionnaire qui a été pris en charge par le contribuable depuis qu'il est entré à l'ENA. Encore un argument pour le retour de la monarchie en France, puisque Louis XX est un gérant de patrimoine (et son concurrent, Jean d'Orleans, un chef d'entreprise). Si on estime (hypothèse discutable) qu'il faut un chef d'Etat distinct du chef de gouvernement à la tête de la France, alors que le chef de l'Etat devrait être à la tête de l'Union Européenne tout simplement, alors pourquoi ne pas, pour la France, envisager le retour des Bourbons ou des Orleans ? Ils nous coûteront moins cher !

Hollande l'a adopté !
Les socialistes avaient tant (et à juste titre) critiqué l'avion Air Sarko One, l'usage de la Lanterne par le Président de la République et autres symboles d'une république dépensière. Il faut croire qu'ils s'en sont accommodé, depuis.


samedi 28 juillet 2012

Comment les minorités visibles de France peuvent s'engager à gauche ?

Merci, Marie-Ségolène Royal ! Quel magnifique et triste aveu. Relisez cette dépèche AFP, chaque mot vaut son pesant d'or. 

"L'ex-candidate PS à l'Elysée Ségolène Royal a estimé que la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, ne "serait peut-être pas là" si elle s'appelait "Claudine Dupont", avant de déclarer "qu'elle ne se reconnaît pas" dans ces propos cités par l'hebdomadaire Le Point. "Elle s'appellerait Claudine Dupont, elle ne serait peut-être pas là. Elle doit assumer son identité et en être fière", a déclaré Ségolène Royal, citée par Le Point dans un portrait de Mme Vallaud-Belkacem, également ministre des Droits des femmes. "J'ai toujours voulu des ouvriers, des exclus, des jeunes issus de la diversité autour de moi", a ajouté, selon l'hebdomadaire, Mme Royal, dont Najat Vallaud-Belkacem a été l'une des porte-parole à la présidentielle de 2007 et la primaire de 2011. Mme Royal ajoute que la ministre, née au Maroc en 1977, doit "accepter d'être là pour ça", d'après Le Point daté du 26 juillet."

Ou, comme le résume Lyon Mag "Selon Ségolène Royal, Najat doit sa réussite à ses origines". Notons déjà que si un ténor de la droite ou du centre avait prononcé de tels propos, nul doute que la Terre entière de la planète victimaire lui serait tombé dessus. Certes, Najat Belkacem s'y connait en racisme (cf Najat Belkacem chahutée sur l'esclavage sur Lyon Capitale), mais la, l'affaire Royal montre de quel bois se chauffe la gauche socialiste française. 

Quel aveu sur la réalité de l'idéologie de gauche ... Les socialistes ne voient pas des individus libres et capables de s'accomplir par eux-mêmes. Ils voient des membres de castes, plus ou moins discriminés, à qui il faut accorder des droits, afin de gérer des rentes de situation comme la victimisation. Les propos de Royal sont très clairs : elle dit explicitement qu'elle donne la priorité à une femme au nom arabe, que les ouvriers, les jeunes, la diversité, c'est du pareil au même (une clientèle) et que Najat Belkacem ne sera jamais autre chose pour elle, avant tout, qu'une native du Maroc.  

En même temps, les minorités ethniques et religieuses étaient prévenues.



Eric Zemmour, écrivait, dans son Mélancolie Française où il note que la France poursuit secrètement un rêve impérial "Si vous n'êtes romain, soyez digne de l'être". Zemmour pense que la matrice républicaine (et laïque) peut intégrer, comme Rome a intégré des peuples différents. Il pense aussi que le projet de la gauche  socialiste n'est pas de mettre en oeuvre cette matrice républicaine.

Camille Bedin, Secrétaire nationale de l'UMP en charge de l'égalité des chances, moins pessimiste que Zemmour, a écrit dans « Pourquoi les banlieues sont de droite » que "les jeunes des quartiers portent en eux des valeurs « de droite » : loin d’être des supporters de l’égalitarisme et de l’assistanat, ils font preuve d’une inextinguible soif de liberté et de réussite individuelle, d’une volonté de voir leur travail et leur mérite reconnus, d’un besoin de transmission familiale, culturelle, religieuse. Enfin, ils ne sont pas dupes d’un Etat-providence, à leurs yeux inefficace."





Il y a également Alain Soral qui mêne une forte réflexion sur les notions d'identité. Pour lui, les choses sont claires, il y a du racisme dans le discours de gauche.




Certes, les choses sont complexes, tout le monde a une origine. On sait bien qu'en France, la politique est traversée par des clans : les Corréziens, les natifs de Tunis, ceux du Maroc, les Bretons, les Corses, etc... C'est là où on voit à quel point l'UMPS a en réalité besoin du parti de la fille à papa de Saint Cloud. Quand cette dernière défend une minorité, l'individu de type Européen, ni femme, ni arabe, ni gay, ni franc maçon, la gauche, elle, peut du coup s'attribuer d'autres minorités.

C'est pourquoi les centristes, libéraux democrates ne peuvent pas être surpris par les propos de Marie-Ségolène Royal. Ils sont d'une triste banalité pour qui connait le mode de fonctionnement de la gauche et ses associations anti racistes. C'est aussi pourquoi les libéraux, qui pensent que les gens sont avant tout des individus libres et non pas des pions au sein de ce qui serait "la société", proposent d'en finir avec l'idéologie anti raciste et de reconnaitre que le communautarisme est, de fait, le mode de fonctionnement normal de la France.

Quand aux arabes, quels que soient leur condition sociale, ils feraient mieux de se détourner, électoralement parlant, d'une gauche qui les méprise autant qu'elle dit les cajoler, à moins qu'elles préfèrent continuer à se voir materner par un Etat nounou qui les préfère pauvres, démunis et dépendants.

A quand un socialisme de l'excellence, plutôt qu'un socialisme de rentes, et une république de d'excellence, plutôt qu'une république ploutocrate ?


Vous êtes arabe ou noir, ou blanc, ou rouge, ou vert et anti égalitariste ? Adhérez en masse à Alternative Libérale
http://www.alternative-liberale.fr/index.php/index.php/adherer.html , et entrez en contact avec les libéraux 
leliberal@hotmail.fr


vendredi 27 juillet 2012

Le marché, c'est vous, c'est moi, c'est nous tous

Vous avez remarqué comme les étatistes et les ultra socialistes, de gauche comme de droite, reviennent à leurs fondamentaux, à l'occasion de l'affaire du plan social de PSA ?

Prenez Laurent Pinsolle, le Porte-parole du parti Debout la République. Il ose écrire Le néolibéralisme a conduit PSA dans le mur. Ce "gaulliste libre" nous parle de libre échange déloyal et de nécessité de s'en prendre aux importations de voitures coréennes, qui ont augmenté de 40%.

NB : D'après le Monde,  PSA Peugeot Citroën et Renault ont respectivement 30 % et 23 % du marché automobile français tandis que Kia a 2,99 % sur la période. La presse spécialisée souligne en effet le dynamisme des coréens.

A l’extrême gauche, c'est pareil, on dénonce "l'ultra libéralisme", mais quand on redevient un consommateur, on fait des choix rationnels, et on achète une Dacia, une voiture solide et pas chère. Tant pis si elle est assemblée en Roumanie et non pas à Flins. 

Belle DACIA ! Source : Parti de Gauche Vaucluse  http://www.kizoa.fr/diaporama/d2543273k3249224o1/parti-de-gauche-et-front-de-gauche-au-sommet-du-ventoux
C'est tout le drame des étatistes. Ils parlent de pays, de macro économie, de concepts flous, alors que les gens, y compris les étatistes, vivent dans le réel. Les consommateurs n'achètent pas "une voiture française" ou "une voiture allemande" ou "une voiture coréenne" mais une "Renault", une "BMW" ou une "Kia", ou encore "la voiture qu'ils trouvent, au moment où ils cherchent, au prix qui les intéresse".

H16 résume ça intelligemment en écrivant "Il faut bien comprendre que Montebourg ne veut pas que les Français payent des petites cylindrées coréennes à pas cher. Arnaud, qui a plus de 7000€ net d’émoluments en provenance directe de vos poches de contribuables, considère que la préservation du pouvoir d’achat des Français est scandaleux et que leur lamentable tentative de ne pas payer de petites cylindrées au prix fort devrait être stoppée aussi tôt que possible. Eh oui : un matin, on accepte de payer des voitures moins cher, et à la fin, on se retrouve avec de l’argent en fin de mois, on épargne, et on rembourse ses dettes. C’est le début du n’importe quoi, vous en conviendrez aisément." (lire l'excellent post "Montebourg aide PSA. Le constructeur, résigné, s’attend au pire.).

C'est pourquoi on ne peut être qu’atterré par toutes les volontés affichées, exprimées ou revendiquées de vouloir faire intervenir l'argent du contribuable dans la régulation du marché automobile. Celui-ci est pourtant simple. D'un coté il y a des producteurs, tous motivés pour produire et vendre, de l'autre il y a des consommateurs, dont la propension à acheter dépend de beaucoup de facteurs, dont l'envie et la possibilité financière. Qu'est ce que le gouvernement a à voir la dedans ? Et en quoi les par ailleurs, chacun dans leur genre, très bons Klapisch et Besson payés par le gouvernement, peuvent faire mieux que Besson réalisateur de la série Taxi ?

Si vraiment vous tenez à faire fonctionner l'industrie automobile française Made in France, alors vous n'avez pas besoin du gouvernement. Vous avez tous les outils nécessaires puisque si vous êtes ici, c'est que vous avez un accès à Internet. Vous pouvez donc aller sur Wikipedia, Catégorie:Usine de montage automobile en France, pour mieux choisir votre prochaine voiture, qui ne sera pas, du coup, forcément de marque "française" puisqu'il pourrait s'agir d'une Toyota Yaris aussi bien que d''une Smart ou d'une Bugatti. Et la, vous verrez que pour les véhicules populaires en France (Clio, 307, etc), la situation est complexe puisqu'ils peuvent venir aussi bien de Slovaquie que d'Espagne. Rien, au passage, ne vous empêche, si vous avez le temps et l'argent d'attendre plutôt que d'acheter sur stock, de demander à votre concessionnaire un véhicule en provenance de telle ou telle usine.

Enfin, pour définitivement tordre le coup à cette idée selon laquelle le Le néolibéralisme a conduit PSA dans le mur (lol ...), posons-nous juste trois questions :

  • faut-il acheter une voiture Made in France équipée de freins Bosch et designée par Pininfarina, ou une voiture Made in Germany qui fait travailler les usines Faurecia France
  • est-ce que le néolibéralisme a empêché Michelin from Clermont Ferrand de devenir le meilleur fabriquant de pneumatiques au monde ? 
  • est-il logique que les voitures françaises soient vendues plus chères en France qu'en Belgique ou au Danemark, ou bien l'Union Européenne a t-elle raison de vouloir créer un marché compétitif pour les voitures et les pièces détachées
Ceux qui font le marché de l'automobile, c'est nous tous. Le gouvernement n'a rien d'autre à y faire que de s'assurer qu'effectivement, la concurrence y est bien libre et non faussée. 

jeudi 26 juillet 2012

Le retour des années 80, la 205 GTi en moins

Qui aurait cru que les socialistes iraient aussi loin dans le délire ? PSA : la gesticulation gouvernementale va couter cher.
Françoise Fressoz, la journaliste du Monde, avait mis en garde contre un retour au socialisme de 1981 sur son blog (le 12 avril 2012le 7 mai 2012  et le 20 juillet 2012) et l'ensemble des observateurs avait prévenu Flamby Mollande François Hollande que l'état de grâce durerait au maximum deux jours. 

Jusqu'ici, on a pas été déçu : les socialistes se sont montrés plus vrais que leur caricature. Retraite à 60 ans, hausse du SMIC, blocage des loyers, recrutement de prof, celles et ceux qui n'attendaient pas de bon sens n'ont pas été surpris. Mais Hollande a aussi réussi à trahir son propre électorat et les valeurs qu'il était censé incarner. Restaurant le Laurent, jets privés Tulle Paris, république des fils à papa, népotisme, légions d'honneur distribuées sans discernement, affaires de famille médiatisées, les électeurs de Flamby en ont eu pour leur argent. 

Mais là où ca devient triste, c'est sur la politique économique et industrielle du gouvernement. Face à un Sarkozy un peu désemparé lors du débat télévisé du 2 mai 2012 (relisez le verbatim du débat sur le site de Ouest France), Hollande, de manière assez prétentieuse, reprochait à l'ex-président de ne pas pouvoir grand chose contre les contraintes du monde réel. Avec Hollande, et surtout Montebourg, on allait voir ce qu'on allait voir !! 

Face à un marché automobile atone et en surcapacité, qu'est ce que nous sort le ministre ? "Les 8 leviers d'action du Plan automobile"  
  • Encourager l'achat de véhicules écologiques populaires 
  • Soutenir la trésorerie et l'investissement des acteurs de la filière, en particulier les PME 
  • Permettre à la filière de rebondir grâce à l'innovation 
  • Faire émerger les entreprises stratégiques par une solidarité accrue entre les entreprises de la filière
  • Préserver l'emploi dans le cadre d'un dialogue social exemplaire 
  • Faire émerger de nouveaux emplois à travers la création d'une véritable filière française de la déconstruction et du recyclage automobile 
  • Mettre en place une collaboration étroite avec les collectivités locales, très impliquées dans le soutien au secteur automobile 
  • Réorienter les règles européennes et internationales en faveur d'un juste échange
source Ministere et Challenges.

Ajoutons la palme : Promotion du Made in France. Les cinéastes Cédric Klapisch et Luc Besson vont réaliser des "publicités en faveur de l'automobile française", pour mettre en valeur le savoir-faire "made in France".

La vérité, c'est. que le plan de Montebourg, socialiste de gauche, est une copie conforme du plan de Fillon, socialiste de droite. Rappelez vous les Etats Généraux de l'automobile le 20 janvier 2009


Il y avait déja : la prime à la casse  (pour soutenir le marché et encourager les propriétaires d’un véhicule ancien et polluant à le remplacer par une nouvelle voiture plus « verte »)+un milliard d’euros pour soutenir l’activité de crédit des filiales bancaires des constructeurs +un fonds d’investissement de la filière de 600 M€ +crédit impôt recherche+400 M€ d’aides d’ici 2012, dont la moitié sera consacré à des études sur le véhicule plus propre)+des prêts bonifiés seront octroyés pour le financement de projets collaboratifs en faveur du véhicule décarboné (source : Industrie Gouv.)

Apparemment, ça n'a pas marché. Alors pourquoi Montebourg s'acharne t-il avec des solutions qui coutent de l'argent au contribuable et ne serviront pas à aider les employés de PSA ? De plus, est-il logique d'aider, par des bonus, les acheteurs de voitures à 40 000 euros

Les libéraux ont un plan pour le secteur automobile : ne rien faire ! Il faut faire confiance au marché. Les gens qui travaillent pour PSA ne sont pas idiots. Ils veulent que leur entreprise vive, malgré le fait que le marché Européen soit saturé. La stratégie qu'ils doivent suivre pour que leur firme survive, eux seuls sauront la trouver, et tout comme la 205 a sauvé PSA au milieu des années 80, ce sont bien les clients de Peugeot et de Citroen qui décideront du sort de PSA, pas le gouvernement. PSA, comme toutes les entreprises, a besoin, non pas d'aide, mais de stabilité juridique et fiscale.
Peut-être que cesser de prendre des mesures anti voitures (radars, voies sur berges parisiennes fermées pour cause de plage, impots et taxes en tout genre) fait partie de la stabilité juridique et fiscale requise.


compilation pub peugeot 205 par Peugeot_sport206


En plus, franchement, on peut dire que même dans la bétise, le gouvernement Hollande-Ayrault n'a pas de  chance. Quel coup du sort que le jour de l'annonce de leur plan d'aide au secteur auto, Renault annonce avoir des problèmes de finalisation de son prochain véhicule électrique ...? Flamby la poisse !


Sur le même sujet
Peugeot un licenciement boursier ?
PSA Aulnay Game Over
Peugeot Moissy-Cramayel : une bonne leçon pour les amateurs de politique industrielle
Milliards jetés par la fenêtre (de la mondialisation)
Face à la désertification intellectuelle : contrer Terra Nova
Encore une très belle pub Peugeot

mercredi 25 juillet 2012

Indemnités des députés : 45 millions d'euros qui échappent à la République


Indemnités des députés : 45 millions d'euros qui échappent à la République


Une tribune de Charles de Courson 


Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, seuls 24 députés sur les 145 présents, ont voté en faveur d’un amendement visant à rendre vérifiable par l’administration la part de l’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) non utilisée à des fins professionnelles, déposé avec Jean-Louis Borloo et quelques membres du groupe de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI). Les autres groupes parlementaires ont appelé à voter contre cette proposition.
Ainsi le principe constitutionnel d’égalité, notamment devant l’impôt, énoncé à l’article 14 de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen, ne s’applique pas aujourd’hui aux parlementaires.
Les 45 millions d’euros dépensés chaque année au titre de l’IFRM, à des fins professionnelles ou non, ne sont donc pas contrôlés. En 2002, un amendement voté au Sénat, a interdit le contrôle de l’administration fiscale sur l’IRFM. Mon amendement visait à supprimer cette disposition.
À quoi sert cette fameuse IRFM ?
En effet, l’IRFM est destinée à couvrir l'ensemble des frais afférents à l'exercice du mandat parlementaire, qui ne sont pas directement pris en charge ou remboursés par l'Assemblée, et la partie de la rémunération des collaborateurs qui excède le crédit alloué spécifiquement à cet effet. Elle s'élève à 6.412 € bruts mensuel, et subit un prélèvement au titre de la CSG et de la CRDS, mais n’est pas assujettie à l’impôt sur le revenu. Elle est versée sur un compte professionnel que chaque député doit ouvrir en début de mandature et qui lui sert à payer tous les frais liés à son mandat (loyer de la permanence, déplacements, matériel et fournitures de bureau, entretien des locaux, abonnements internet et téléphoniques…).
Pour ce qui me concerne, je dépense plus que le montant net d’IRFM qui m’est attribué. Actuellement, les discours de toutes sensibilités politiques souhaitent l’avènement d’une République exemplaire. Même si la séparation des comptes personnel et professionnel est obligatoire, il faudrait aller beaucoup plus loin :
1. Exiger la présentation de notes de frais afin de justifier que chaque euro dépensé sur cette enveloppe, substantielle aux yeux des citoyens, l'est bien dans le cadre du mandat parlementaire.
2. Instaurer un contrôle de la Commission des comptes, du collège des Questeurs ou du Déontologue de l’Assemblée nationale sur ces notes de frais, afin de préserver l’indépendance des députés. L'existence, ou tout du moins la menace d'une sanction, permettrait aux députés d'être plus raisonnables dans l'utilisation de cette enveloppe.
3. Moduler cette enveloppe en fonction de la détention d’autres mandats, et notamment d’un mandat exécutif local. Les élus concernés disposent de nombreux moyens alloués par la ville dont ils sont maire, ou le Conseil général ou régional qu'il préside. Philippe Séguin, lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale, l’avait déjà proposé. La justification de leurs frais serait déjà un premier pas vers le rétablissement de l’égalité entre les parlementaires.
Jean-Louis Borloo, président du groupe UDI, qui a soutenu personnellement mon initiative, va écrire au président de l’Assemblée nationale pour lui faire part de ces propositions. Nous exigerons un engagement précis avec un calendrier clair. Nous ne pouvons plus attendre, au vu des récents scandales qui ont perturbé la dernière campagne législative.
Sachant que certains collègues utilisent une partie de cette indemnité pour des dépenses autres que des frais professionnels, il y aura un jour un grand scandale, comme en Grande-Bretagne ; la démocratie en souffrira et l’image du Parlement sera dégradée.
Je ne désespère pas que la transparence finisse par l’emporter. En cette période de difficulté financière pour chaque citoyen en particulier et pour les Etats en général, il est vital pour la démocratie de mettre fin à ce système opaque. Si rien ne change, le populisme se déchaînera à juste raison.

La famille centriste pour celles et ceux qui n'ont pas suivi

UDI, FED, Modem, AL, PLD, Nouveau Centre, Alliance Centriste, vous aussi, vous n'avez rien compris ? Petit récapitulatif.




Déjà, qui sont les centristes ? 

Réponse, les centristes sont les héritiers de l'UDF, une confédération de trois partis présidée par Valery Giscard d'Estaing :

  • le Parti Républicain, proche des républicains américains des années 80 ("libéral conservateur"), avec des personnalités comme Alain Madelin, Gérard Longuet, Hervé de Charette, Hervé Mariton , Jean-Pierre Raffarin, Dominique Bussereau, Jean-Pierre Fourcade, Charles Millon, Gilles de Robien, Henri de Raincourt
  • le Centre des démocrates sociaux (CDS), qui prend la suite du MRP, parti démocrate-chrétien s'inspirant de la doctrine sociale de l'Église catholique romaine, avec des personnalités comme Pierre Méhaignerie, François Bayrou, Bernard Bosson, Edmond Alphandery, Jean Arthuis, Jacques Barrot, Philippe Douste-Blazy
  • le Parti radical valoisien, le plus vieux parti de France encore existant, avec des personnalités comme Henri Queuille, Edgar Faure, Félix Gaillard, Pierre Mendès France, ou plus récemment Jean-Louis Borloo, Rama Yade, Yves Jego   
Et aujourd'hui ? 

L'ancienne UDF semble se reconstituer. Elle est aujourd'hui incarnée par l'Union des démocrates et indépendants (UDI), qui n'est pas un vrai parti mais un groupe parlementaire à l'Assemblée Nationale (voir le blog de Laurent de Boissieu), même si on peut imaginer, qu'à terme, l'UDI remplace l'ancienne UDF et devienne une confédération des 4 partis suivants :
  • Le Nouveau Centre, présidé par Hervé Morin. Le NC est est un parti inspiré par le libéralisme et le fédéralisme européen. Ses principales personnalités sont Charles de Courson, Philippe Vigier, Jean-Marie Cavada .
  • Le Modem, présidé par François Bayrou.  Le Modem est un parti inspiré par le "social-libéralisme", la démocratie chrétienne et le fédéralisme européen. On y trouve Jean Lassalle, Yann Wehrling, F-X Penicaud .
  • La Force Européenne Démocrate, présidée par Jean-Christophe Lagarde. La FED est inspirée par la démocratie-chrétienne, la démocratie sociale et l'humanisme. Ses principales personnalités sont André Santini, Jérémy Coste, Michel Mercier, Florent Montillot .
  • Le Parti Radical, présidé par Jean-Louis Borloo. Yves Jego, Laurent Henard ou François Loos en sont membres. Le Parti Radical revendique ses racines dans l'humanisme, le radicalisme et la laicité. 
En plus de ces 4 partis, on trouve Alliance Centriste, présidée par Jean Arthuis, ainsi que le Parti Libéral Démocrate, authentiquement libéral, avec à sa tête Aurélien Véron. Ces deux partis ne semblent pas avoir vocation à rejoindre l'UDI, pour le moment, bien qu'ils partagent une grande partie de leur ADN avec leurs cousins centristes membres de l'UDI.

Et les valeurs libérales dans tout ca ?  

Force est de constater que bien que le Nouveau Centre, associé à Alternative Libérale, ou le Modem, membre de l'ALDE et dont un groupe est clairement libéral (les Libéraux du Modem) se revendiquent d'un certain libéralisme, les électeurs libéraux ont du mal à identifier cette offre en tant que telle. Pourquoi ? Parce que, à la différence de leurs homologues Européens, le Frei Demokratische Partei (FDP) en Allemagne, le LibDem au Royaume Uni, le Center Partiet ou le Folkspartei en Suède, les centristes français peinent, en dépit de leur héritage et de leurs valeurs, à couper les ponts avec le socialisme (de gauche ou de droite) qui a pénétré la quasi totalité du spectre politique, de Mélenchon à la fille à papa de Saint Cloud. 
Face aux limites. du toujours plus d'Etat, l'ensemble de nos partenaires ont choisi de baisser la dépense publique et de faire le ménage dans les fonctions qu'exercent l'Etat. Chez nous, même les centristes, dans leur majorité, pensent que l'Etat doit s'occuper de plus de choses que la police, la justice, l'armée et la diplomatie. 

Avec la crise qui resurgit un peu partout en Europe, gageons que les centristes affûteront leur discours et se démarqueront des solutions étatiques que prônent les socialistes et les conservateurs. En France notamment, alors que les dépenses collectives dépassent 56% du PIB, les centristes ont au moins trois bonnes raisons de proposer une alternative (libérale)
  • trop d'impot tue l'impot, Flamby Mollande va vite s'en rendre compte 
  • lutter contre le jacobinisme, l'ultra socialisme et l'ultra étatisme permettra de remettre en oeuvre le principe de subsidiarité (fédéralisme européen et régionalisme)
  • aucun de nos partenaires européens ne propose la retraite à 60 ans, 1/4 de la population active fonctionnarisée, la non transparence sur les frais des politiciens ou un Etat qui produit tout sauf de la sécurité et de la justice. 

Suivre les centristes sur le net



mardi 24 juillet 2012

Libération Fiscale - message de contribuables associés


Chaque année, les Français travaillent environ 200 jours pour payer les dépenses des administrations publiques. Cette année, ils travailleront 2 jours de plus qu’en 2011…
Le « Jour de libération fiscale » tombera le 24 juillet.
L’Etat et ses administrations dépensent chaque année plus de la moitié de la richesse créée par les Français.
Gaspillages, inefficacité, connivences et corporatisme… Autant de ressources mal employées par la classe politique qui nous conduisent en 2012 à une dépense publique de 56,1% du produit intérieur brut, soit l’équivalent de 205 jours sur une année.

Ce n’est donc qu’à partir du 24 juillet 2012 que les Français seront libérés du poids de la dépense publique, et pourront enfin dépenser ce que l’Etat leur a laissé !
Cette situation place la France à la deuxième place des administrations les plus dépensières, derrière le Danemark et juste devant la Finlande.
Ceci traduit une absence totale de maîtrise des pouvoirs publics sur les finances de la Nation depuis plus de 30 ans, là où nos voisins sont plus vertueux.
Les Français travaillent ainsi en moyenne plus de 50 jours par an de plus que les pays de la zone euro pour payer leurs dépenses publiques.

Depuis 1974, date du dernier budget français à l’équilibre, la dépense publique a augmenté sans discontinuer. Les Français consacrent aujourd’hui près de 2 mois de plus de leurs ressources pour payer les administrations qu’il y a 40 ans.
Certes, en contrepartie, ils bénéficient de services (santé, retraites éducation, sécurité…) mais sans aucune liberté du choix de ces services ni aucune amélioration notable de leur qualité.

Plus de la moitié des ressources des Français échappe totalement à leur contrôle !
205 jours d’absence de liberté, de dépenses imposées et de gestion calamiteuse des deniers publics… Pour l’association Contribuables Associés, le 24 juillet est le symbole du bagne fiscal qu’est devenu la France

Source : Contribuables Associés

A quoi sert Montebourg ? Bonne question !

A quoi sert Montebourg ? Bonne question que pose Libération ! Il était temps !

Il faut dire que le Ministre du Redressement Productif cumule tout ce qu'on peut reprocher au socialisme : 


  • la vanité de croire qu'un ministre est plus compétent qu'une foule d'entrepreneurs pour savoir ce que veulent les consommateurs
  • la prétention de vouloir mettre en oeuvre les solutions de Keynes, alors qu'elles ont prouvé leur inefficacité
  • la capacité, assez incroyable, de lancer des anathèmes, sans fondement.
rouge de rage !
Quels anathèmes ? De quel droit Montebourg attaque -il les Peugeot, comme demande KerdrelQuand Montebourg accuse un groupe de mensonges et de dissimulation, se rend t-il compte qu'il accuse aussi des centaines de comptables, de contrôleurs de gestion et de financiers qui travaillent pour ce groupe ? Si Montebourg pense qu'il y a eu mensonge, pourquoi ne demande t-il pas à la brigade financière d’enquêter et à l'Autorité des Marchés Financiers de sanctionner ? Le défaut de communication est un délit, pour les entreprises cotées. 

Le problème de Montebourg est double. Comme les autres ministres, il n'a jamais travaillé dans une entreprise. C'est une première dans un gouvernement qu'aucun ministre n'ait d'expérience de plus de 2 ans dans le secteur privé. Mais surtout, les interventions de Montebourg sont contre productives. 
En ce qui concerne PSA, les investisseurs anglo-saxons se demandent, à juste titre, pourquoi l'Etat se mêle du sort d'une entreprise privée. Quand un fond qatari ou chinois aura racheté et liquidé Peugeot, peut-être que Montebourg sera content ?
Un autre exemple, c'est Fralib, l'usine de thé près de Marseille qu'Unilever cherche à fermer. Montebourg est fier de remettre les parties prenantes autour d'une table de discussion. Mais sait-il que tant que le cas Fralib n'est pas reglé, Unilever ne peut pas embaucher et se développer comme ils le souhaite ?
Sans doute le sait-il, mais il est aussi au courant du fait que 10 gusses avec des banderoles CGT ou Sud ont plus de poids médiatique qu'un entrepreneur, dans son coin, qui crée un, deux ou dix emplois.



Il y a un problème de demande de thé Lipton ou de Citroen C3. Est ce que Montebourg pense sérieusement savoir mieux que les consommateurs eux-mêmes ce qui est bon pour nous ? Est ce qu'il pense aussi qu'en rapatriant les hotlines en France, nous allons résoudre le problème de pouvoir d'achat dans ce pays ?

Alors, comme se demande la Tribune, Montebourg... Zorro ou Don Quichotte ? Bruno Bertez, sur le blog à lupus, parle d'erreur de casting. Pour H16 Hashtable, PSA montre que Montebourg n’est qu’un petit fusible 
L'Hérétique, un centriste posé et modéré, écrit carrément que Montebourg est un guignolo !

Ne soyons pas si méchants. Montebourg aura au moins servi à une personne. Après avoir négativement impacté la carrière d'Audrey Pulvar (sur un juste retour de flamme,  voir Arnaud Montebourg : l'arroseur arrosé sur YouTube), Montebourg lui aura indirectement servi à retrouver un job aux Inrocks, une publication possédée par un financier proche du PS (lire une connivence "normale", sur le blog de Jean Quattremer). Tout n'est donc pas perdu ! 

Le changement promis par Flamby, ça n'est pas pour maintenant, mais le redressement productif, lui, marche pour certain (e)s ! Pauvre électeur socialiste, roulé dans la farine ... et bon courage aux employés de Sanofi, Jet Aviation, Bouygues Telecom, Fram, Doux, Sony Music France, Microsoft France, Cheuvreux, Air France, HP, Voyage Fram ... qu'ils n'oublient pas que si Montebourg ne peut rien pour eux, des créateurs de PME, eux, créent des emplois. Ils sont simplement discrets et inconnus, à l'image de Augment, Feel Like Ohm et tant d'autres.




Sur le même sujet, le cas Montebourg ...

Le reniement c'est maintenant, un post du 21 mai 2012
Montebourg l'inutile ?, un post du 11 juillet 2012
catastrophique et honteuse gauche socialiste !, un post du 13 juillet 2012
Plan de soutien à la filière auto à revoir ..., un post du 19 juillet 2012

lundi 23 juillet 2012

Haut commissariat à la protection des intérêts financiers publics

Le "Haut commissariat à la protection des intérêts financiers publics", c'est la proposition d'Eric Bocquet, un sénateur communiste (oui, en 2012, soit 23 ans après la Chute du Mur de Berlin, il y a encore des communistes en France). Son blog http://www.ericbocquet.fr/ vaut le détour. Alors qu'il gagne 6000 euros par mois, il ose écrire "Il reste de nombreuses Bastille à prendre, celles de l’argent, du mépris et de l’ignorance".  

La proposition de Bocquet survient en réaction au rapport de Tax Justice Network, qui affirme que entre 17 000 et 25 000 milliards de dollars détenus par des particuliers seraient placés dans des paradis fiscaux. (lire l'article dans la Tribune). 

Déjà, haut commissariat à la protection des intérêts financiers publics, c'est tout un poème programme. 
Ensuite, on ne peut que regretter cette propension qu'ont les politiciens français de vouloir réglementer le monde entier, y compris en employant des moyens illégaux comme Eric Woerth l'avait fait quand il a utilisé des fichiers volés chez HSBC Genève.

Enfin, puisque nos sénateurs sont si intéressés par la protection des intérêts financiers publics, pourquoi ne commencent-ils pas par supprimer la prime de chauffage des Sénateurs ?


Une suggestion : adopter un système fiscal juste et simple devrait permettre de limiter la fraude. Exemple : la flat tax : 15% de l'ensemble des revenus, dès le 1er euro gagné, pour tous, y compris les députés et leur IRFM. 

dimanche 22 juillet 2012

PSA : il ne faut pas lire Marianne


Sacré SarkoFrance ! L'un des blogueurs leaders de la gauchospère croit trouver en Marianne des spécialistes en stratégie de l'automobile. (lire PSA: il faut lire Marianne sur Sarkorance les coulisses de Juan) 
Helas, leurs questions réponses tombent un peu à coté de la plaque. 

1. Le gouvernement pris au piège ? Vrai Faux
Les dirigeants socialistes s’attendaient à un plan social, dont l’annonce a été retardée pour des raisons politiques; mais pas d’une si grande ampleur.
Le 12 Juillet 2011 (deux mille ONZE), Mediapart écrit Fermer l'usine PSA d'Aulnay: une «catastrophe sociale». Peut-être que l'équipe de Hollande, dont Fleur Pellerin nous apprend qu'elle ne diffère en rien de "la firme" qui entourait Sarkozy puisqu'eux aussi jouaient à West Wing (lire Fleur Pellerin a un "ministère sexy" sur Pasidupe), était trop occupée à évaluer les retombées de l'affaire DSK au lieu de s'occuper de l'économie française. 


2. PSA, victime de la crise ? Vrai.
Le marché européen s’est effondré depuis 2008 et, en France, depuis l’artificielle prime à la casse de Nicolas Sarkozy.
La prime à la casse, une mesure que les libéraux combattent car il n'y a aucune raison de sponsoriser l'achat de voitures, a fait remonter dans un premier temps le marché en France.  De plus, le PS n'a jamais critiqué la prime à la casse, ils ont reproché à Sarkozy de ne pas donner assez d'argent public. Citons le PS : Le Parti socialiste, par la voix de Martine Aubry, Première secrétaire, a fait des propositions. Nous demandons solennellement au Président de la République et président en exercice de l’Union européenne de prendre des initiatives fortes dans deux directions : - Une mobilisation par les pouvoirs publics, au plan européen comme national, de moyens financiers et institutionnels pour soutenir le secteur automobile. Rien ne justifie que ce qui a été rendu possible pour venir en aide au système bancaire ne le soit pas pour sauver le secteur automobile. Source : http://industrie.parti-socialiste.fr/

3. PSA pas assez mondialisé ? Faux ! Vrai 
PSA produit davantage de voitures hors de France que Renault. Et boum !
PSA pas assez mondialisé ne veut pas dire que PSA ne produit pas assez de voitures hors de France, cela veut dire que PSA ne vend pas assez de voitures hors de l'Eurozone ! 

4. Le coût du travail trop élevé en France ? Faux ! Vrai
Primo, dans l’industrie et notamment automobile, la main d’oeuvre coûte moins cher qu’en Allemagne qui exporte mieux que la France.


Deuxio, la main d’oeuvre ne compte que pour 5% du prix d’une automobile…

Primo, PSA et Renault ne sont pas en concurrence avec Mercedes, BMW, Porsche et Audi mais avec Fiat ou Opel.

Deuxio, il faut être très fort pour affirmer que  la main d’oeuvre ne compte que pour 5% du prix d’une automobile. Quel rapport entre une Dacia, produite en Roumanie dans une usine avec beaucoup de main d'oeuvre peu chère, une Clio assemblée à Flins dans une usine plutot mécanisée et une Bugatti assemblée en Alsace avec une main d'oeuvre nombreuse et chère ? 


Tertio, ce qui compte avant tout, c'est la flexibilité. 

5. La faute à la famille Peugeot ? Pas faux. Faux
Les actionnaires se sont largement servis avant 2007 (environ 50% des bénéfices contre 20% chez VW).
Facile de prendre 2007 ... ! De 2008 à 2011, il n'y a eu qu'une année de dividendes. PSA n'est pas un super investissement. Quand à Renault, Le conseil d'administration (où l'Etat est représenté) a proposé, à l'approbation de l'Assemblée Générale du 27 avril 2012 une résolution visant le versement d'un dividende de 1,16 euro par action pour l'exercice 2011. Est ce que les socialistes n'ont pas honte de bénéficier des bons résultats de Nissan dans le monde pour rapatrier des dividendes en France ?


En ce qui concerne PSA comme à propos d'autres sujets, les socialistes (de gauche ou de droite) peuvent aller réviser leurs chiffres !

Transparence totalitaire

Les députés du PS et de l'UMP nous disent que la transparence est totalitaire, s'ils avaient à justifier de l'utilisation, euro par euro, de leur indemnité pour frais de mandat (IRFM). 
C'était aussi l'argument utilisé par Henri Guaino pour ne pas avoir à donner le montant exact de son traitement quand il travaillait à l'Elysée pour Nicolas Sarkozy (1). 

 Or, le fisc a un accès sans limite à nos comptes bancaires (2), et peut utiliser tous les moyens pour traquer nos revenus. Donc, nous devons, nous citoyens et contribuables, être à 100% transparents (3). Si on suit la logique des députés, nous sommes donc en régime totalitaire. C'est bien ce que sont près de penser les libéraux, comme l'ont à maintes fois rappelé Alternative Libérale et le Parti Libéral Démocrate : le socialisme (de gauche ou de droite) impose de mettre en place un contrôle de plus en plus étroit des citoyens.
D'ailleurs, il ne s'agit pas que d'une opinion. On a vu, sous Eric Woerth notamment, l'Etat utiliser des moyens illégaux (4) pour traquer des détenteurs de comptes bancaires qu'ils n'auraient pas déclaré. 

Est-ce que vraiment les députés qui n'ont pas voté l'amendement Courson (5) pensent échapper à l’opprobre, alors que, en ce qui concerne les socialistes notamment, ils ont été élus en réaction au Sarkozysme et à son prétendu mépris du peuple et des français les moins fortunés ? 
Charles de Courson, le "révolutionnaire"

Bravo à Charles de Courson, le député (Nouveau Centre) de la Marne, pour avoir porté à l'agenda des médias ce sujet. Mais apparemment, le changement, c'est pas maintenant (6) ! 




















(1) "Son salaire révélé, Guaino dénonce «une transparence totalitaire»" Libération, 2 décembre 2009
http://www.liberation.fr/politiques/0101606287-son-salaire-revele-guaino-denonce-une-transparence-totalitaire


(2) http://www.optimisationfiscale.org/risque-big-brother-gouvernement/vos-comptes-bancaires-sont-surveilles


(3) http://www.lefigaro.fr/impots/2009/04/23/05003-20090423ARTFIG00656-declarer-ses-frais-reels-mode-d-emploi-.php


(4) http://www.ifrap.org/La-liste-HSBC-et-les-limites-de-la-lutte-contre-l-evasion-fiscale,11448.html


(5) Contrôle des frais des députés (IRFM): qui a voté pour qui a voté contre ? Huffington Post
http://www.huffingtonpost.fr/2012/07/19/controle-frais-deputes-assemblee-nationale-vote-pour-contre_n_1688351.html?utm_hp_ref=fb&src=sp&comm_ref=false


(6) Transparence chez les députés, le changement, c'est pas maintenant ! http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/07/21/transparence-chez-les-deputes-le-changement-cest-pas-maintenant-234013?sort_by=thread&sort_order=ASC&items_per_page=50&page=1