mercredi 29 février 2012

Incompréhensible intérêt de Libé pour le Nouveau Centre

De manière assez incompréhensible, Libération, le quotidien acheté par seulement 125 000 clients chaque jour, et qui sur un chiffre d'affaires de 50 millions d'euros, touche 7 millions de subventions, dont 4 millions au titre de la presse à faibles ressources publicitaires et 2 millions au titre de l'aide au portage (source Le Monde), trouve l'argent et le temps, alors que Hollande est à Londres, de mettre un journaliste sur les affaires du Nouveau Centre. 

Leur vidéo, Nouveau Centre, vieilles rancœurs, est pourtant intéressante. 

D'une part, en tronquant la vérité et en présentant Jean-Christophe Lagarde (à ne pas confondre avec le Jean-Christophe Lagarde de l'affaire DSK) sous un jour favorable, ils donnent à Hervé Morin une importance qu'ils ne lui reconnaissaient pas tant qu'il était encore candidat. A n'en pas douter, Hervé Morin sera au centre de la recomposition de la droite post 2012. 
(Parenthèse : les autres candidats bas dans les sondages comme Galouzeau de Villepin, Lepage, Poutou et autres, ont ils droit à des sobriquets du type yaourt 0% ?). 

D'autre part, Libération espère sans doute enfoncer le clou en mettant l'accent sur les divisions qui traversent la droite, y compris et jusqu'au sein des différents partis dont le Nouveau Centre, mais aussi l'UMP (qui présente 3 candidats : Nicolas Sarkozy, Nicolas Dupont-Aignan et Dominique de Villepin *) ? Qu'ils ne se fatiguent pas. Les sondages montrent qu'il faudrait que François Hollande, malgré l'indigence de son programme, soit arrêté par la police en état d'ébriété au volant d'une voiture volée après avoir renversé une mère et son bébé pour qu'il perde l'élection présidentielle 2012. C'est normal. La droite, incapable de faire en France ce que Monti a fait en Italie, Thatcher au Royaume Uni, ou Merkel et ses alliés du FDP en Allemagne, court après la gauche, dont la fille à papa de Saint Cloud est sans doute la meilleure représentante.
C'est bien tout le drame de la droite française, et de la presse qui les suit, dans son ensemble. Alors que l'Europe ploie sous le poids de la dette publique, que les Russes et les Chinois étendent leurs dépenses militaires, que l'hyperinflation menace, que nos libertés civiles sont menacées par des Etats toujours plus interventionnistes, on préfère s'intéresser aux nombres de bus qui font le trajet Drancy-Nogent sur Marne. 

Puissent les Centristes, libéraux démocrates, laisser tomber le pugilat présidentiel qui n'intéresse de toutes façons toujours pas vraiment les français (l'abstention, le nul ou le non réglementaire comme le choix Frédéric Bastiat 2012 est le vote numéro 1 **), et se concentrer sur l'élection de députés libéraux qui bloqueront les initiatives ultra étatistes, keynesiennes, liberticides et interventionnistes de leurs camarades UMPS ! 

* qu'est ce qu'il est laid, le blog de Villepin ! http://www.dominiquedevillepin.fr/ Qu'en pensez vous ? Pourquoi, au moins sur ce sujet, ne fait-il pas appel à des pros ? 

** Puisque certains libéraux ont affirmé qu'ils ne voteraient pas Sarkozy (cf Nouvelles de France), pour celles et ceux qui veulent voter pour un vrai candidat et non pas Frédéric Bastiat 2012, outre Sarkozy ou Bayrou, il y a quand même Patrick de Villenoisy (Alliance Royale) ou Hélène Féo (Parti Fédéraliste Européen).

Le XVIeme n'est plus ce qu'il était ...

Si à l'angle des paisibles boulevard Murat et rue Molitor (source le Figaro), on ne peut plus sortir tranquillement sortir sans se faire agresser sauvagement par une bande d’extrême droite, ou va t-on ? 
Au delà de l'ironie, quelques remarques. 
le Loft géant promis est arrivé

- Madame Pulvar et Monsieur de Montebourg devraient, comme tous les parisiens victimes de la délinquance, aller se plaindre auprès de Bertrand Delanoé et de son réseau de caméras de videosurveillance qui, preuve supplémentaire s'il en est, ne réduit en rien la délinquance. 

- que Madame Madame Pulvar et Monsieur de Montebourg appellent leur alliée idéologique objectif, la fille à papa de Saint Cloud, à condamner l'agression, c'est bien, mais on aurait aimé qu'ils appelent aussi Hollande, Mélenchon, Artaud et Poutou à condamner les incidents de la fac de Dauphine (lire "Incidents à Dauphine", un post du 7 décembre 2011) où des groupuscules d'extrème gauche (extérieurs à Dauphine !) avaient empeché la fille à papa de Saint Cloud de s'exprimer. 

- on attend de la presse qu'elle nous donne des précisions sur le profil et la cohérence d'individus qui profèrent des insultes antisémites en agressant deux individus non juifs, en allemand, tout en se réclamant d'un certain "nationalisme". A priori, cela relève plutôt de la psychiatrie que du militantisme, même d'extrème droite. 

- Enfin, suite aux tags du GUD de cet été (lire "cailleras, GUD, même combat", un post du 27 Aout 2011), on espère toujours lire dans le journal municipal du XVIeme autre chose que des satisfecits en terme de gestion des affaires de l'arrondissement.

NB : ce blog condamne avec force toute agression de toute personne et ne saurait prendre la défense de la courageuse bande de 15 personnes qui ont agressé Pulvar et Montebourg.

mardi 28 février 2012

Bloquer le prix de l'essence ...

Station BP Porte Maillot, février 2012

habitants de l'Ouest parisien, indignez vous !

On avait déjà eu droit à la réduction de la concurrence, merci les législations vertes, ce qui a abouti à une sorte de duopole entre BP et Total.
Mais à 1,72 le litre de sans plomb 98, ça n'est pas Total, BP, Shell ou les traders qu'il faut blâmer, c'est bien Bercy. N'oublions pas que 80% du prix de l'essence, ce sont des taxes.

De plus, l'Etat est tellement transparent qu'il refuse que le montant de TIPP figure sur vos tickets de caisse de stations service.

lundi 27 février 2012

Mario Monti prouve que tous les pays sont réformables

snapshot sur Monti publié en Nov dernier par l'AFP
En cent jours, Mario Monti a

- assouplit les  règles de licenciement,
- entamé une réforme des retraites.
-  interdits le cumul les mandats.
- réformé contre les lobbies des taxis, des pharmaciens, des avocats ou des stations service
- annoncé vouloir réduire les effectifs de l'armée italienne de 20 %.
- forcé  les ministres à publier l'étendue de leur patrimoine.
- soumis l'Eglise Catholique au paiement de l' impôt foncier comme les autres propriétaires
- réintégré la résidence principale des particuliers dans le patrimoine taxable par les communes, comme partout ailleurs en Europe.
- renoncé à organiser les JO de 2020

Lire BFM Business pour la liste des mesures prises

De quoi desserrer l'étau qui pèse sur le meilleur du Made in Italia.




Tout n'est pas idéal dans les mesures Monti, mais il prouve que même dans les pays soit disant non réformables du fait de soit disant spécificités culturelles, on peut réformer, tout comme Margaret Thatcher a sauvé son pays, entre 1979 et 1990, alors qu'il était sous tutelle FMI.

dimanche 26 février 2012

Libéraux, pour quel président voter ?

Comme en 2007, les libéraux sont privés de candidature authentiquement libérale, désireuse de défendre le reflux du service public à ses seules fonctions régaliennes, le vote de budgets en équilibre (donc la très forte baisse des prélèvements obligatoires), le maintien des libertés civiles, l’arrêt des politiques publiques liberticides. 

Du coup les stratégies divergent. Aurélien Véron, Arnaud Dassier, Louis-Marie Bachelot et le Parti Libéral Démocrate penchent pour François Bayrou. Alternative Libérale , Nelly Guet ou Frédéric de Harven ont confirmé leur soutien à Hervé Morin et à sa stratégie de "recentrage" du Nouveau Centre sur un parti de centre droit, libéral et européen, à l'image de nos amis libéraux allemands FDP. Les Libéraux du Modem, logiquement, soutiennent Bayrou. D'autres, comme l'Amiral Woland, penchent pour Nihous (!?) qui n'est plus en lice.  
Bref, on comprend bien qu'on manque d'un Alain Madelin, d'une Margaret Thatcher, d'un Ron Paul en France et de manière plus générale, Gauche Libérale fait une bonne analyse des divergences d'analyse entre libéraux.

Ceux qui avaient voté pour Nicolas Sarkozy en 2007 en sont pour leurs frais : 51 taxes et impôts relevées ou crées en 5 ans (lire démocratie libérale le blog, contribuables associés, politique.net, lemonde.fr ...), progression de l'ultra étatisme dans à peu près tous les domaines, et derive (comme prévu) ultra droitière dont le summum est atteint avec le recrutement de Guillaume Peltier en tant que porte parole. Qui est Guillaume Peltier ? C'est l'ancien FNJ puis Villiériste. Tout le monde fait des erreurs de jeunesse mais, comme les "jeunes" des médias, Peltier n'est plus un jeune. C'est un prof d'histoire géo et père de famille de 36 ans. Il est le chainon manquant entre l'UMP et le parti de la fille à papa de Saint Cloud. 


Les réflexions de l'entourage de Bayrou peuvent faire peur également. Quand on lit, en réaction à ce qui se passe à Florange chez Arcelor Mittal, sur le par ailleurs excellent blog de l'Hérétique : 

L"état français n'a vraiment pas joué son rôle en 2006 en favorisant avec des collusion avec des grands hommes d"affaire la "vente" d'Arcelor à Mittal. Il a sacrifié Les intérêts de la Françe et ceux de l'Europe à Moyen Long terme pour le "plaisir" d'experts des marchés et sous prétexte de "modernisation économique" et d'intérêts à court terme. F. Bayrou a depuis longtemps les idées très claires et réalistes dans ce domaine.

on peut se dire que la culture économique au Modem n'est pas au top (ou inégalement répartie).

Du coup, il reste un candidat. Certes, il est né il y a 211 ans. Mais il ne pourra pas être pire que les hommes et femmes politiques qui nous endettent depuis 30 ans.
Votez Frédéric Bastiat !


Et surtout, restez mobilisés pour les législatives ! Vous pourrez y voter libéral.



Hervé Morin conforté à la tête du Nouveau Centre


Discours de clôture d'Hervé Morin - Congrès... par nouveaucentre

http://www.nouveaucentre.fr/page/congres-extraordinaire-du-nouveau-centre-les-deux-enseignements-du-vote-des-adherents

vendredi 24 février 2012

Question sur la guerre d'Afghanistan

Une réflexion intéressante de François Asselineau, de l'Union Populaire Républicaine (voir facebook)
 au sujet de la guerre d'Afghanistan. 

"Que diraient les Français si des troupes afghanes, pakistanaises, irakiennes, saoudiennes, qataries, etc. occupaient notre pays depuis une décennie, s’y livraient à des crimes de guerre innombrables, y organisaient du trafic de drogue, y soutenaient un gouvernement fantoche, prenaient un malin plaisir à y faire des autodafés de la Bible ou de la Déclaration des Droits de l’Homme, et le tout au motif que des terroristes présumés se seraient réfugiés dans une grotte des Pyrénées il y a une douzaine d’années ?"

Sur quoi s'appuie Asselineau pour sortir un truc pareil ? La guerre d'Afghanistan a commencé pour la France dès les questions à l'Assemblée Nationale du 6 Octobre 2001 (voir Assemblée Nationale). Quelques semaines après le 11/9, une guerre assez incompréhensible (car ses objectifs ont changé en cours de route) a commencé, rassemblant une force multinationale avec les Etats Unis, le Royaume Uni, la France, l'Allemagne, le Danemark,  l'Espagne, l'Italie, l'Australie ... voir la liste des participants à l'ISAF. Le point commun des armées de la force internationale : ce sont des pays Occidentaux à 90% + la Turquie, les EAU et le Tonga.  
Les crimes ? Ils sont apparemment inévitables en période de guerre, et ce de tous les cotés.
Le trafic de drogue ? Asselineau s'appuie sur le fait que d'une part, depuis le début de la guerre, le trafic d'opium a explosé (lire le dossier du New York Times), l'Onu a sorti un rapport de 272 pages à ce sujet (voir CBS). Certains comme RT News vont plus loin et affirment que des officiels des Etats Unis ferment les yeux sur le trafic de drogue en Afghanistan, tout comme des employés de la CIA ont, durant les années 80, financé des opérations illégales en Amérique du Sud en récupérant de l'argent de drogue vendue à Los Angeles (il ne s'agit pas d'une fiction, lire "Affaire Iran-Contras sur wikipedia et ailleurs).
Le gouvernement fantoche ? Hamid Karzai est "accusé" d'être un ancien consultant d'Unocal et donc à ce titre un simple pion dans la stratégie d'approvisionnement pétrolier.
Quand aux autodafés de livres religieux, le président Obama s'est suffisamment confondu en excuses ces jours ci pour que chacun sache que des soldats ont brulé des corans. 

Est ce que le monde est plus sûr depuis que nous avons envahi l'Afghanistan ? Les morts de Londres et de Madrid pour ne citer qu'eux doivent penser le contraire. Ce qui est sûr, c'est que cette guerre coute une fortune en hommes et en argent. Il est difficile de dire si un conflit de civilisation est vraiment en train de se jouer la bas (parce qu'après tout, quel est notre but ? convertir les afghans et leur faire renier l'islam ?), mais ce qui est certain, c'est que la guerre d'Afghanistan ne fait pas l'objet de débat politique, sauf chez les libertariens comme Ron Paul, pour qui les choses sont claires : bring the troops home because we have nothing to do there !

Congrès du Nouveau Centre - communiqué officiel d'Alternative Libérale

Chers Amis, Chers sympathisants libéraux, 

Lundi 20 février nous avons tenu une réunion de Bureau comme nous le faisons plusieurs fois par mois. Son ordre du jour comprenait évidemment des réflexions sur les événements de ces derniers jours : le retrait d’Hervé Morin de l’élection présidentielle, la tenue du congrès du Nouveau Centre samedi 25 février et la position de notre association en fonction de ces situations. 

Comme vous le savez, depuis plus d’un an, nous avons une convention d’association avec le Nouveau Centre. Après une phase où nous avons appris à nous connaître et à travailler ensemble, nous sommes passés à une participation pleine et entière. L’intégration de membres d’Alternatives Libérales dans l’équipe de campagne d’Hervé Morin et la désignation de candidats communs aux Législatives de 2012 en est la meilleure preuve. Alternative Libérale se félicite d'autant plus de ce choix qu'Hervé Morin, porteur d'un projet de candidature à la Présidence de la République, a prêté une oreille attentive aux idées d'Alternative Libérale, avant d'intégrer dans son programme quelques-unes de nos valeurs, comme l’abandon du strict contingentement du temps de travail, ou l’impératif du fédéralisme européen par exemple. Hélas, deux écueils sont venus contrarier temporairement la diffusion des idées libérales au sein d'une sphère centriste que nous estimons pourtant très réceptive. 

Des stratégies personnelles, puis le retrait de la candidature à la présidentielle d'Hervé Morin faute de signatures, ont bloqué l'élan pris par le Nouveau Centre. Pourtant, le Nouveau Centre, libéral et démocrate, héritier de l'UDF, touche un électorat très sensible aux idées libérales : les indépendants, les entrepreneurs, les petits patrons, et les classes moyennes en régions. Le partenariat entre Alternative Libérale et le Nouveau Centre n'est pas remis en cause. Un certain nombre de chantiers, visant à poursuivre la construction d'un centre droit libéral, démocrate, européen, se poursuivent. Alternative Libérale y prend part et vous en verrez bientôt les fruits. Le retrait d'Hervé Morin de la course à la présidentielle suscite une déception certaine, mais ne remet pas en cause la volonté d'Alternative Libérale de construire un pays débarrassé des contraintes imposées par l'ultra-étatisme pratiqué par les partis de gauche comme de droite. 

Alternative Libérale choisit donc de rester cohérent et fidèle à sa démarche, charge à nous aussi bien qu'à nos partenaires centristes de poursuivre sur le chemin du rassemblement autour de nos valeurs de liberté et de responsabilité individuelle. En ce temps de campagne et d’échange avec nos concitoyens, sachons rester unis. Notre unité est essentielle pour garantir le succès de nos valeurs et la refonte d’un courant de centre droit que nous appelons de nos vœux.

Librement vôtre,
Frédéric de Harven
Président d’Alternative Libérale.

jeudi 23 février 2012

Welcome to federal Europe !

C'est bien ce qu'il faut se dire, en réaction à la discrète adoption à l'Assemblée Nationale du MES, le Mécanisme Européen de Stabilité. Ca n'est pas ce blog, à 100% aligné sur la position pro fédérale européenne que défend Alternative Libérale et le Parti Libéral Démocrate, qui dira le contraire. en France, le taxland comme dirait Libertarian Mind, on a besoin de mécanismes externes qui impliquent des contraintes budgétaires en contrepartie d'outils de solidarité entre pays Européens.

Simplement, il y a deux petits soucis, en dehors de l'incohérence des socialistes qui veulent des eurobonds mais pas de Mécanisme Européen de Stabilité.

Le premier problème est que, comme le notent un certain nombre d'observateurs, on parle, depuis l'aggravation de la crise des finances publiques, des façons d'augmenter la dépense publique (dont le Mécanisme Européen de Stabilité est un avatar) et jamais des moyens pour baisser la dépense publique. Chez nous tout comme aux Etats Unis, les stimulus budgétaires ne fonctionnent pas, comme le note le Liberales Institut Allemand (lire Drei Jahre Stimulus) , mais quelque part, dans la tête des technocrates au pouvoir, le dieu Keynes n'est pas encore tout à fait enterré. 

D'autre part, le deuxième problème réside dans le fait que le Mécanisme Européen de Stabilité laisse la possibilité de faire un déficit de 0.5% du PIB. Le traité de Maastricht prévoyait déjà des mécanismes de sanctions en cas de déficits excessifs (au dessus de 3% de déficit par rapport au PIB). La France et l'Allemagne, en septembre 2004, se sont assis dessus, et plus personne n'a entendu parler de sanctions. Tant que Bruxelles ne sera pas doté d'une police, et que nous serons dans ce système intergouvernemental et non pas fédéral, en réalité, tous les traités du monde ne changeront rien à la façon dont les Etats traitent la dépense publique et les contribuables, c'est à dire avec légèreté. 

Certains libéraux comme la Dette de la France sont même plus radicaux et parlent de schema ponzi en analysant le MES. Nous ne sommes pas loin, au vu de ce que l'on a vu des hommes politiques jusqu'à présent, de partager leur avis (n'est ce pas, H16 ;-) ? C'est pas Hollande et les socialos qui rassurent sur ce plan). Ces libéraux fondent leur avis pessimiste sur l'irresponsabilité totale d'un certain nombre de dirigeants, comme le note Lupus. Pour sortir ce cette impasse, il n'y a qu'un seul mouvement possible : le recentrage des Etats sur leurs seules missions régaliennes (police, justice, armée, diplomatie) gerées au niveau fédéral, à Bruxelles, par un gouvernement fédéral contrôlé par un parlement qui existe déjà (il siège à Strasbourg), tout le reste (éducation, culture, écologie, santé, transports et autres) devant être géré par les individus, les régions, les entreprises ou les ONG. On peut croire en une Europe 100% fédérale sans avoir à s'aliéner notre liberté dans des mécanismes keynésiens gérés par des technocrates. Pour paraphraser Charles Gave (lire la faillite de l'Etat), "apres tout, qui peut être contre le retour a l’équilibre budgétaire ?".

Des hommes et des femmes, à la fois pro Européens et libéraux, peuvent, si les électeurs le choisissent, arriver à concilier une politique de retour à l'équilibre budgétaire et de préservation de nos libertés. On peut penser à Aurélien Véron, Didier Salavert, Douce de Franclieu, Nelly Guet ou d'autres. Ils feront l'objet d'un post ultérieur intitulé "pour qui voter en 2012 ?).

Bon careme à toutes et à tous !

Et profitez de ce temps de prière pour profiter des nombreuses initiatives prises par toutes les paroisses, notamment dans le diocèse de Paris

http://www.paris.catholique.fr/-Careme-2012-.html

mercredi 22 février 2012

Un monde dans tous ses états

Grand moment  hier soir sur Arte, la chaine publique payée par les contribuables.  Qu'est ce qui faisait le plus peur ? Le conservatisme d'Hubert Védrine ? Le degré de désinformation des étudiants de Sciences Po Journalisme ?

Reprenons les inexactitudes les plus flagrantes d'un Monde dans tous ses Etats et démontons les une à une.


- Arte/Védrine:  la prospérité des 30 glorieuses était dûe à la politique volontariste de gouvernements planificateurs
- Faits :  Entre 1945 et 1989, des Etats particulièrement volontaristes, et mûs par la sans doute sincère idée qu'il est possible de faire mieux que le marché, ont controlé leur économie à 100%. Ils n'ont pas superformé les démocraties libérales malgré des ressources gazières et pétrolières (URSS), de la main d'oeuvre, parfois formée (Allemagne RDA, Cuba). Ils ont même connu une forte paupérisation. De plus, il ne faut pas négliger, pour les Etats démocratiques à économie de marché, le rôle du rattrapage lié à la reconstruction post WWII. Enfin, bien que nous n'ayons plus, en France, de Plan, l'Etat intervient bien plus en valeur absolue et relative en 2012 par rapport aux années 60. Pourtant, tout cet argent ne produit pas de croissance économique. La vérité est que la prospérité des 30 glorieuses a existé malgré la volonté des Etats de tout contrôler. Enfin, les 30 glorieuses sont une parenthèse historique qui n'a pas concerné les 3/4 de la planète. Le Monde de Védrine s'arrête aux frontières de l'hexagone, étonnant, pour un socialiste.

- Arte/Védrine: les propos de Ronald Reagan, "government is not the solution, government is the problem" sont une religion
- Faits :  en 1979, le Royaume Uni était en faillite, sous tutelle FMI. Les Etats Unis n'étaient guère mieux. Les travaillistes ont sans doute été mauvais, mais peut-on leur reprocher d'avoir appliqué leur programme ultra interventionniste ? Le UK était plus socialiste que la France. Est ce le rôle d'un État de tout fabriquer, y compris des Jaguar ou du transport Aérien ? Du coup, on comprend bien la phrase de Reagan. Le socialisme n'a fait reculé ni la pauvreté ni le chômage. Ce qu'on peut reprocher à Thatcher et Reagan est éventuellement, au contraire, de n'avoir pas suffisamment fait reculé l’État.

- Arte/Védrine: Bear Stearn, la finance dérégulée et les crédits subprime sont à l'origine de la crise économique
- Faits  Bear Stearn a connu des problèmes en Mars 2008 mais c'est dès le dernier trimestre 2007 que les prix de l'immobilier ont chuté. Le ralentissement économique a précédé la crise bancaire. De plus, depuis 2008, la finance à 100% dérégulée (hedge funds) n'a pas connu de problèmes, tandis que la finance régulée (Dexia, Northern Rock, Lehman Brothers) a crée des problèmes. Enfin, le subprime, rappelons le, a été crée par Bill Clinton.

Sur le même sujet, lire Rappel : subprime, fin du Glass Steagall Act : merci Clinton !un post du 20 septembre 2011

- Arte/Védrine: Stiglitz a prévu la crise parce qu'il était convaincu que l'ultra libéralisme allait s’effondrer
- Faits  Joseph Stiglitz est un économiste, Prix Nobel, d'optique plutôt keynesienne, qui enseigne à Columbia et a conseillé le gouvernement démocrate de Clinton. Il a aussi travaillé pour la Banque Mondiale. Dans un de ses livres, the Roaring Nineties, il soutient la politique de bas taux de la Fed (source de la bulle immobilière). Stiglitz écrit beaucoup entre 2002 et 2007 mais ne prévoit pas de crise, à la différence des autrichiens qui eux la voient venir dès 2001.



- Arte/Védrine: Allan Greenspan est un fidèle disciple de Milton Friedman
- Faits : Greenspan n'est que très partiellement libertarien ! Certes il n'a pas sur régulé les marchés, mais il les a inondé de dollars. Friedman était contre la manipulation de la masse monétaire sur ordre gouvernemental.

- Arte/Védrine:  la dette et les déficits des Etats Européens ont été crées en 2008 pour sauver les banques
- Faits: en 2004, la France et l'Allemagne s'assoient sur le traité de Maastricht. Les déficits sont une réalité depuis 30 ans en Europe, nous n'avons pas attendu la crise de 2008 pour tomber dans l'excès de dette et de déficits.
Sur le même sujet, lire le liberalisme n'est pas responsable de la crise, un post du 4 février 2011

- Arte/Védrine: les banques sauvées par les Etats se sont retournées contre les Etats en leur prêtant trop cher
- Faits : les banques ne prêtent pas aux États, elles mettent en relation des préteurs et des États. A la base, les banques ne sont que des intermédiaires dans la crise de la dette.Ensuite, les États leur ont forcé la main.


Crise bancaire : qui est coupable ? par buildfreedom


Sur le même sujet, lire banques francaises, droit de propriete suspendu, un post du 24 octobre 2011

- Arte/Védrine: le défrichage "sauvage" des forêts partout sur la planète est lié à l'avidité des gens
- Faits : Pour Hubert Védrine, seule l'Europe, civilisation supérieure surtout si elle est diplômée de l'ENA, a le droit de défricher. Les Chinois, les Brésiliens sont priés de rester sous développés et de ne pas faire fondre les glaces du Pole Nord.


S'il y a une conclusion à retenir, c'est, au vu de tous les efforts déployés par les gouvernements depuis 2008 pour nous soit disant sortir de la crise, on constate qu'il est vraiment temps, en Occident, de revenir à une forme plus rationnelle de l'Etat, qui ne doit s'occuper que d'une seule chose : les fonctions régaliennes (police, justice, armée, diplomatie) de préférence, en Europe, gérées au niveau communautaire. Le reste (monnaie, économie, environnement, nos vies) peut être géré par nous mêmes, par les entreprises ou par les ONG. 

mardi 21 février 2012

Rappel : la Grèce est déjà en régime dérogatoire

Quand un pays était en faillite, jusqu'à présent,on disposait d'outils clairs pour traiter le problème, appelés consensus de Washington. En quoi ça consiste ? Globalement, des fonctionnaires du FMI (basé à Washington, donc) débarquaient avec le kit suivant :
  1. une stricte discipline budgétaire et la réforme fiscale (élargissement de l'assiette fiscale, diminution des taux marginaux) ;
  2. la libéralisation des taux d'intérêt  et un taux de change unique et compétitif (sortir du triangle des impossibilités de Mundell, disent les spécialistes) ;
  3. la libéralisation du commerce extérieur et éliminer les barrières aux investissements directs de l'étranger ;
  4. privatisation des monopoles ou participations ou entreprises de l'État,
  5. la déréglementation des marchés (par l'abolition des barrières à l'entrée ou à la sortie) ;
  6. la protection de la propriété privée, dont la propriété intellectuelle.
Apparemment, ces mesures ne peuvent pas s'appliquer en Grèce. Pourquoi ? Mystère. Quand il s'agit de la Roumanie ou d'un petit pays d'Afrique ou d'Amérique du Sud, on prend moins de gants. 

Puisque tout l'argent investi en Grèce est perdu (dixit Jean-Louis Bourlanges, fin connaisseur des problématiques Européennes), le moins qu'on puisse attendre de nos amis Grecs est qu'ils cessent les protestations contre la fédéralisation de leur budget public. A moins qu'ils préfèrent devenir vraiment indépendants (sortir de l'Europe).



Jean-Louis Bourlanges : La situation de la... par FranceInfo

Notre vision de la société n'est pas la même

François Fillon a lancé un appel à voter Sarkozy « dès le premier tour ». Il s'est adressé en particulier aux « électeurs centristes car, sur bien des points, notre vision de la société, a-t-il insisté, est la même »., nous dit France Soir.
Même constat dans le Maine Libre et dans de nombreux autres titres de presse.
Avec tout le respect que l'on doit au Premier Ministre, où est-il allé cherché le fait que sur bien des points, la vision de la société version UMP est la même que celle que les centristes peuvent avoir ? 

Les centristes sont des libéraux démocrates, profondément Européens, adeptes de plus de fédéralisme. Les conservateurs sont (ils l'ont prouvé pendant 5 ans) pour, au niveau Européen pour des Etats Nations indépendants qui font de l'intergouvernemental, et au niveau économique, ils privilégient l'ultra interventionnisme étatique (Dexia, Photowatt, Lejaby, etc ...). Quand au plan des moeurs politiques, n'en parlons pas.

Notons, la chance de l'UMP réside peut-être dans le fait que personne ne cherche à incarner les valeurs centristes, libérales démocrates. Quand on voit François Bayrou proposer un ministère de l'égalité (!!!), on croit rêver. (lire le Figaro)
Ce ministère existe déjà, il s'appelle Ministère de la Justice. Il est capital qu'on se rappelle le fait que l'égalité devant la loi est le fondement même d'une démocratie. En revanche, tout le monde sait que l'égalité n'existe pas sur les plans autre que la justice, et d'ailleurs des politiques de promotion de l'égalité dérivent souvent sur l'égalitarisme combiné à l'égalité plus forte chez certains que chez les autres (relire la Ferme des Animaux, de Georges Orwell).

Aux centristes, libéraux démocrates, de lancer un appel : l'UMP doit choisir entre les valeurs du Front National et celles du libéralisme. Pour l'instant, on sent que certaines ont plus la cote que celles défendues par Alain Madelin, Jean-Louis Bourlanges, Hervé Morin chez nous, ou  Graham Watson, Rainer Bruederle, Cécilia Malström et tant d'autres en Europe.

Enfin, permettons nous de citer Margaret Thatcher : "there is no such thing as society" 

lundi 20 février 2012

Jean-Louis Borloo pressenti à la tête de Veolia

Jean-Louis Borloo pressenti à la tête de Veolia, nous dit le Monde ? Alors, Jean-Louis Borloo, le cofondateur de l'ARES (voir le blog Nouveau Centre 78), le centriste bobo qui correspond tellement à la sociologie de Paris qu'il devait permettre de reconquérir la ville en 2014 (cf le blog de David Alphand) irait plutôt rejoindre le CAC 40 ? 

Notons, ça n'est pas forcément un choix stupide. Après tout, l'ancien ministre du Grenelle de l'Environnement, avocat d'affaires, maitrise les sujets que Veolia traite. 

On se demande juste comment une personnalité aussi liée au monde politique pourra vendre la branche transport, régler les soupçons de corruption qui pèsent sur la branche eau  ou trouver une solution pour le problème CGT Marseille de la SNCM, sans entrer en conflit d’intérêt entre ses amitiés et son devoir de PDG.

dimanche 19 février 2012

Les hommes politiques sont déconnectés du réel




18 rue de la Convention, dans le XVe arrondissement de Paris = quartier de la classe moyenne.


source meilleurs agents 
http://www.meilleursagents.com/prix-immobilier/m2/rue-de-la-convention-2280/18/#mb=48.84389683701042|2.2755110263824463|48.846029148512784|2.2819483280181885

Humble remarque pour les politiciens qui ne lisent pas les petites annonces immobilières, et qui ne réalisent pas que pour louer un 2 pièces dans le XVeme, il faut gagner 4000 euros par mois minimum, le XVeme n'est PAS un quartier de la classe moyenne. Les franciliens moyens (ceux qui gagnent entre 1500 et 3000 euros par mois) habitent en zone 4 ou 5 du RER. 






NB : le PS n'est pas mieux placé, on se souvient de leur choix de l'Avenue de Ségur, un autre quartier populaire.  http://leparisienliberal.blogspot.com/2011/12/59-avenue-de-segur-75007-paris.html 



samedi 18 février 2012

Idée de référendum (qui ne sera jamais proposé)

Français, 


êtes vous d'accord pour être payé à votre salaire complet, libre à vous ensuite de souscrire librement un contrat de protection sociale, (auprès de la Sécurité Sociale, d'Axa, d'Allianz ou autre ?).

Des questions sur le salaire complet ? Réponse sur Wikilibéral http://www.wikiberal.org/wiki/Salaire_complet



Découvrez votre salaire complet ! par Liberte_Cherie

DON'T TELL MY BOOKER supports "La Croix Rouge"

"When Fashion meets "

La Croix Rouge Francaise de Paris"

///////////

Black Tie and White sneakers "Gala Diner" au sublime

" salon OPERA"

table de 8/10/12 uniquement 1 chef de table 110 e par pers
(menu a suivre sur l event)

cocktail reception pour les participants du diner a 20h30 // 21h

tables limitées RSVP higly recommended on contact@donttellmybooker.fr

//////////

* Dancefloor Party*

salon Berlioz

ouverture//opening 23h/11pm

Tables pre-booking required



http://www.facebook.com/events/192452927528389/


DON'T TELL MY BOOKER supports "La Croix Rouge"

vendredi 17 février 2012

SRU, HLM, GAV

GAV ? Garde a vue.

C'est là où  pourraient se retrouver Christophe Borgel, secrétaire national du PS aux élections, maire-adjoint de Villepinte (93), conseiller régional d'Ile-de-France et candidat aux législatives 2012 en Haute-Garonne ; et Razzy Hammadi, ancien président du MJS et candidat à la députation à Montreuil (93). Un article du Point suggère que Christophe Borgel et Razzy Hammadi auraient bénéficié des largesses de sociétés de conseil auprès d'offices HLM.

Encore un argument en faveur de la privatisation des HLM. 

Le président allemand démissionne

Le Président Allemand démissionne !

Ach, vous chaviez pas que nos amis et voisins allemands ont aussi un Président de la République ?
Si si, il s'appelle Christian Wulff.

Il a beaucoup moins de pouvoirs que Sarkozy et Merkel, bien sur, et son rôle est purement honorifique.
Il n’empêche que ce personnage purement honorifique a fait des choses pas bien !

Quoi donc ? Il est soupçonné d'avoir autorisé l'exportation de matériel militaires dans des pays instables contre rétro commission ? Il a placé son fils à la tête de l'établissement public de la City of Frankfurt ? Il a aménagé un kolossal Airbus ? Il s'est fait hebérgé chez une personne soupçonnée de narcotrafic au Mexique ? Il a reçu des malettes de liquide de la fille héritière de Nivéa ? En fait non. A la base, il y a une histoire de prêts et de trop forte proximité entre un politique et un industriel millionnaire. Cette histoire dérive ensuite en affaire à la Soprano, avec menaces téléphoniques. 

Voir le blog de Caroline - Berlin Berlin http://carolineb.net/berlinberlin/2012/01/name-wulff-vorname-christian-beruf-bald-ehemaliger-bundesprasident/ pour la genèse de l'affaire.

Bon, on va voir si la convergence franco allemande va aussi jouer sur ce terrain la ? ;-) 

Randonnée à roller du 17 février 2012

Habitants du VIIeme arr, notamment, attention au passage de la randonnée à roller ce soir entre 22h00 et 1h00.



Qui en veut au crêpier du Trocadéro?

Le Parisien pose une bonne question, ce matin.

qui en veut au crêpier du Trocadéro?

Claude Goasguen, maire UMP du XVIe, a demandé à la Ville de Paris l’ouverture d’une enquête administrative sur cette affaire « extrêmement grave ».

Bonne chance au marchand de crêpes du Troca !

jeudi 16 février 2012

le Figaro donne enfin la parole à Hervé Morin

Le Figaro, le journal de référence de la droite (mais seulement 344 000 exemplaires vendus par jour, selon Wikipedia), donne enfin la parole à Hervé Morin, le président du Nouveau Centre. Il est annoncé qu'Hervé Morin renonce à la présidentielle 2012, faute d'audience auprès du public et de signatures auprès des élus. 

Comment un parti de 11.000 membres, 23 députés, 12 sénateurs et 3 députés européens, bien implanté outre mer et en régions (Hérault, Eure...)  en plus de l'Ile de France (Paris, Yvelines notamment) a pu ne pas collecter 500 signatures alors que tous les 5 ans, 4 ou 5 représentants de l’extrême gauche communiste et anti libérale arrivent à se présenter à la présidentielle ? Mystère. Sans doute que les vice présidents du Nouveau Centre qui en soutenaient pas Hervé Morin, comme Jean-Christophe Lagarde (le maire de Drancy visé par deux plaintes en novembre 2010, voir 20minutes, à ne pas confondre avec le  Jean-Christophe Lagarde policier impliqué dans l'affaire DSK) ont leur petite idée. 

La rumeur du retrait de Morin courait déjà depuis quelques jours, comme le rappelle le blog le Centrisme. Reste que les libéraux; largement représentés au Nouveau Centre, se posent à nouveau la question du positionnement du libéralisme en France. On sait qu'il n'est pas à l'UMP. C'est le Président de la République qui l'a affirmé et répété, de discours de Toulon en speech à l'Elysée. 


Deux des trois seules réformes valable du quinquennat  ont beau avoir été portées par les ministres libéraux (le statut de l'auto entrepreneur, crée par Hervé Novelli et la réforme de la carte militaire portée par Hervé Morin), on préfère parler de Lejaby ou de Photowatt. 

La galaxie libérale est à nouveau dispersée entre les Réformateurs, le Parti Libéral Démocrate, Alternative Libérale, Le Nouveau Centre, les libéraux du Modem, le Parti des Libertés ou Gauche Libérale. A 2 mois de la présidentielle 2012, on ne peut que souscrire au constat du blog Gauche Libérale : "le  petit monde libéral français a été brillant et impressionnant dans l'analyse, dans la prévision et dans les mises en garde - c'est indéniable - il l'est beaucoup moins lorsqu'il s'agit de présenter des solutions crédibles ou de parler d'une voix unie.". Le combat continue, donc. Peut être que cette multiplicité d'étiquettes sera une chance, voire, aux législatives, en tenant compte des situations locales. 

Par contre, ce qui est certain, c'est que tous les amis du Nouveau Centre qui ont préféré ne pas soutenir Hervé Morin pour s'attirer les bonnes grâces de l'UMP en seront pour leurs frais. Le parti majoritaire n'arrive déjà pas à calmer les velléités de candidatures dissidentes, en "interne". Comment peuvent-ils espérer être seuls sur le créneau du centre droit dans les circonscriptions dans lesquelles ils se présenteront ?

la Grèce peut s'en sortir

 La Grèce peut s'en sortir, et pas forcément, comme dirait l'Heretique, en faisant la peau aux armateurs et à l'Eglise Orthodoxe, ou, comme le suggère certainement Charles Gave (lire la faillite de l'Etat), en les sortant de l'Euro.  

Qu'est ce que la Grèce ? Un petit pays méditerranéen, membre de l'Union Européenne, doté d'une monnaie trop chère pour son économie, et dont le PIB est en train de s’effondrer.
Les créanciers ne seront pas remboursés, ils le savent bien, il n'y à qu'à suivre le blog à lupus , la dette de la France ou Ecofi Edu pour en prendre conscience si ce n'est déjà fait. Faut-il pour autant créer une nouvelle génération emprunt russe ? Pas forcément. 

1ere priorité pour la Grèce : certes, desserrer l'étreinte de la dette (et donc squeezer les bondholders) mais surtout, transformer de la dette en capital. Quels actifs ? Ils sont nombreux : les iles Grecques, comme le suggérait le député allemand Franck Schäffler (FDP), ou les entreprises que la Grèce n'arrive pas, soit disant, à privatiser.

2eme priorité : monétiser les actifs dont la Grèce n'avait pas conscience qu'ils puissent avoir de la valeur, comme la nationalité Grecque donc Européenne.

3eme priorité :   baisser drastiquement les dépenses publiques, ce qui passe par la paix avec la Turquie et la recherche d'une solution au sujet de Chypre.

4eme priorité : investir sur des business d'avenir, comme la production d'énergie, solaire par exemple. 

5eme et dernière priorité : rebondir sur le fédéralisme Européen et remplacer sa classe politique inutile par les fonctionnaires européens de Bruxelles, pour ce qui concerne les fonctions régaliennes (police fédérale, justice, armée, diplomatie) en mettant les autres pays Européens, à commencer par la France, devant la contradiction qui consiste à proposer le fédéralisme budgétaire sans fédéralisme politique. Ca permettra de faire d'une pierre deux coups : rendre au privé ou aux associations tout ce qui ne relève pas du régalien, et demander des comptes à Catherine Ashton et Herman van Rompuy, officiellement en charge de l'exécutif Européen, mais néanmoins singulièrement absents.

Le marché et l'Europe peuvent être des solutions pour la Grèce qui de toutes façons aura beau jeu de protester contre la baisse du niveau de vie imposée par les conditions économiques actuelles. Le problème est qu'on n'avait pas entendu  les Grecs protester contre le surcroit de croissance et l'amélioration de leur niveau de vie que les subventions européennes avaient rendu possibles. Ce qui est certain, c'est que Wall Street permet d'ouvrir les yeux là où Eurostat et la troika Européenne préférait les fermer.



mercredi 15 février 2012

Lettre ouverte aux adhérents et sympathisants d'Alternative Libérale


Lettre ouverte aux adhérents et sympathisants d'Alternative Libérale




Chers adhérents d’Alternative Libérale, 
Chers amis libéraux, 

Il y a un peu plus d’un an, je signais avec Hervé Morin la convention d’association entre Alternative Libérale et le Nouveau Centre. Cette association était le fruit d’une année d’échanges et de rencontres entre nos deux formations au cours de laquelle nous avons redécouvert que centristes et libéraux partagent des valeurs (humanisme, responsabilité individuelle, liberté d’entreprendre, juste récompense de la prise de risque, ouverture au monde) et des préoccupations communes (dette et dépense publique, rétrécissement des libertés individuelles, fonctionnement des institutions, inflation législative). Cette association a également été rendue possible par la convergence de nos positionnements politique. 

Le Nouveau Centre avait en effet dès le mois de mars 2010 pris progressivement ses distances avec la dérive jacobine et autoritaire de l’UMP, et se voulait moteur dans la dynamique de rassemblement de la famille centriste, libérale et démocrate. Nous avions de notre côté compris la nécessité de rompre avec un isolement souvent, dans l’état actuel des choses, contre-productif pour nos idées. Or, à l’approche des échéances et face aux difficultés rencontrées par Hervé Morin dans sa campagne présidentielle, certains parlementaires du Nouveau Centre font aujourd’hui marche arrière en proposant un soutien sans conditions à Nicolas Sarkozy dès le premier tour. Quelles que soient les raisons de leur choix, celui-ci ne peut convenir à Alternative Libérale. 

Si chacun d’entre vous choisira en son âme et conscience ce qu’il fera le 22 avril prochain, Alternative Libérale en tant qu’institution ne peut cautionner ce choix sans renier ce qu’elle porte et ce qu’elle est depuis plus de six ans. Ce message doit être énoncé avec force et clarté en interne comme auprès de notre partenaire et du grand public. Il n’est pas trop tard. Par ailleurs, à ceux qui, à l’occasion de l’abandon de la qualité de parti politique par Alternative Libérale, ont également adhéré au Nouveau Centre, je les encourage à voter massivement, le 25 février prochain lors du Congrès du Nouveau Centre, en faveur de la position défendue par le Sénateur Yves Pozzo di Borgo et le Président des Jeunes Centristes, Jérémy Coste, proposant un soutien du Nouveau Centre à François Bayrou. Il ne s’agit pas d’un blanc-seing donné à François Bayrou, mais d’un soutien de raison à l’unique candidat qui ne soit pas l’instrument d'un seul parti ou d'un seul courant de pensée. François Bayrou c’est l’espoir d’un nouveau souffle pour notre démocratie, d’un déverrouillage du système bi-partisan, qu’il nous appartiendra de transformer en opportunité de renouveau pour les idées de liberté. A l’heure des choix, il faut assumer ses responsabilités et rester fidèle à ses convictions. 

Librement, 
Louis-Marie Bachelot 
Ancien Président d’Alternative Libérale

gauche droite / libéral antilibéral

Une des forces de Nicolas Hollande et de François Sarkozy, c'est peut être le fait que des gens qui auraient eu intérêt à s'entendre, ne le feront pas. 

Les communistes du Front de Gauche - PCF ont expulsé Nicolas Dupont Aignan d'une manifestation organisée devant l'ambassade de Grèce à Paris, contre le méchant ultra libéralisme. (Lire le récit sur sur RTL, sur le blog de Lucien Oulahbib ou sur le blog Gauche Toujours ! du Monde).

Les cocos (oui, 23 ans après la Chute du Mur de Berlin, il en reste !) sont, comme beaucoup, prisonniers de l'axe gauche droite, et assimilent NDA à un type de droite, ce qui n'est que partiellement vrai. Ils refusent de voir qu'il n'y a rien de commun entre Madelin ou Morin et Nicolas Dupont Aignan, et bien plus à voir entre le président de Debout la République et une partie de l’extrême gauche anti Europe fédérale. 

Tant pis pour eux, et tant mieux pour l'UMPS dont finalement les Fronts (de Gauche ou National) ne sont que des auxiliaires. 

 

Le film du jour pour une des personnalités du XXeme siècle


mardi 14 février 2012

La cohérence de la vision libérale

Est ce que vous vous souvenez du nom de l'adversaire que combattent, ensemble, la fille à papa de Saint Cloud, le Président de la République, Nicolas Dupont-Aignan, Hollande, Mélenchon ou Arthaud ?


UMP


PS
 

Hollande

NB quand Hollande raconte d'emblée de jeu que le Président de la République a baissé les impôts, il ment, en oubliant les 51 taxes crées ou relevées depuis 2007 (la preuve, à 1'30'', il dit lui même que la droite ne parvient pas à baisser les impôts). En réalité, l'UMP et le PS sont d'accord pour toujours plus d’État.

L'ennemi, c'est évidemment le libéralisme. Mais c'est quoi exactement le libéralisme ? C'est très simple, du point de vue des libéraux : c'est l'idée suivante : les gens sont assez grands pour se prendre en charge eux-mêmes. Ils n'ont pas besoin que maman-Etat leur tienne la main quand ils traversent la rue.

Si les libéraux sont contre les hausses d’impôts, c'est bien pour une raison philosophique avant tout : ce qui est prélevé et mutualisé 1. L’État crée en notre nom des biens et services que nous ne voulons pas 2. n'est jamais susceptible de baisser. 3. L'action publique n'est pas forcément plus efficace que celle des gens, des associations ou des entreprises. 

Chez les libéraux, nous ne sommes pas pour la loi de la jungle, nous sommes contre la loi du plus fort, celle de l’État, seul agent autorisé à être armé. Le seul loup face aux contribuables moutons, c'est le fisc. Si les socialistes de gauche ou de droite sont satisfaits des 3 ou 5 millions de chômeurs, des centaines de milliers de SDF, du déficit public qui s'accroit malgré des taxes toujours plus lourdes, arriveront-ils pour autant à convaincre les contribuables et électeurs ? 

Les libéraux proposent une France du libre choix, et non pas une fiction d'un État qui résoudrait tous nos problèmes. Il est possible de faire baisser les impôts, de ramener le budget à l'équilibre, de diminuer le harcèlement des automobilistes ou les bavures policières, d'en finir avec les politiques publiques qui aboutissent au contraire de ce pourquoi elles ont été crées (lutte contre la drogue, vaccinations publiques obligatoires, lois de protection des locataires) et où le contrat librement consenti entre individus libres remplace toutes ces lois incompréhensibles.

Sur le même sujet :
Le Libéralisme et les Libéraux en France - état des lieux 31 Janvier 2011
Le Libéralisme n'est pas responsable de la crise - 4 février 2011
La mondialisation libérale sauve la planète - 4 avril 2011
Sans feux rouges, les bouchons disparaissent - 14 septembre 2011

lundi 13 février 2012

Espace Bénévolat en réponse à Zone Interdite spécial grand froid

pour toutes celles et tous ceux qui ont regardé Zone Interdite spécial grand froid hier soir sur M6 : EspaceBenevolat http://espacebenevolat.org/ #M6 #ZoneInterdite

dimanche 12 février 2012

Collecte Fleur de Bitume Dauphine - Croix Rouge


2012 les JO de l'augmentation de taxes

Ils sont drôles les socialistes. Ils dénoncent les hausses d’impôts du gouvernement actuel.




Nicolas Sarkozy : premier créateur de taxes... par PartiSocialiste

En même temps, ils ne font que répéter le discours du Cri du Contribuable, de Contrepoints.org, d'Alternative Libérale, du Parti Libéral Démocrate, de quelques centristes (Modem, Nouveau Centre) bref, des libéraux.



Et puis surtout, ils oublient, les socialistes, de dire qu'ils sont d'accord à 100% avec ces hausses d'impots !



Hollande: "Les hausses d'impôts sont inévitables" par Lexpansion

Le titre est clair "les hausses d'impots sont inévitables" pour Hollande, qui dans son projet, ne prévoit pas de baisses.

L'UMPS dans toute sa splendeur.

DJ Mosey, Mazarine, même combat ?

Ca fait des semaines qu'on nous explique qu'il y a volonté de "cliver", dans cette campagne, de montrer que la gauche et la droite, ça n'est pas pareil.

A droite, et ses stratèges (à l'UMP, en tout cas), semblent l'avoir oublié, on a tous été choqués, à l'époque, d'apprendre que Mazarine Pingeot, fi-fille de Mitterrand, en plus d'avoir vu son existence protégée par les journalistes, habitait un HLM de luxe de la République ou que des gens du GIGN organisait sa protection (voir l'article du Point de Mars 2010 à ce sujet, Quand les super gendarmes protegeaient Mazarine la fille de Mitterrand).
Alors, quelle réaction peut-on avoir quand on apprend que Pierre Sarkozy - DJ Mosey est accompagné de deux policiers du GSPR qui l'accompagnent au Brésil pour sa tournée de DJing (source Médiapart, TF1, Pure People).

On se dit que UMP et PS, c'est vraiment le même combat ! 

Est ce que DJ Mosey est trop petit pour se défendre lui-même ? S'il est vraiment en danger, comme pourraient l'imaginer les millions de français qui se déplacent hors d'Europe pour pour le travail ou le tourisme, ne peut-il pas souscrire un contrat d'assurance (superexpat.fr par exemple), une police de rapatriement par le biais d'une société militaire privée (type Secopex) ou même un garde du corps privé (Securitas ou autre) ? 

On dirait que l'affaire de la présidence de la Défense, ou les affaires des scooters de Thomas Hollande et   Jean Sarkozy n'ont pas fait tilt dans l'esprit des élites UMPS.

Pendant que DJ Mosey, né en 1985, mobilise les ressources du contribuable, le prince Harry, né en 1984, se prépare à repartir combattre en Afghanistan (pendant que son grand frère défend les Falklands).


samedi 11 février 2012

Hervé Morin répond au Cercle des Européens

Cercle des Européens: L'Europe, est-ce un des grands sujets de cette présidentielle ?

Hervé Morin : Ce devrait en être un car on voit bien qu'on est dans un monde nouveau. Ce monde n'est plus construit autour de l'Atlantique mais devient multipolaire. Les océans pacifique et indiens deviennent des zones de prospérité et de croissance. Nous avons besoin de créer une Europe puissance, capable de construire un rapport de forces avec les autres puissances du XXIe siècle.

Par ailleurs, l'Europe capable doit bénéficier d'institutions lui permettant de régler les défis qui lui sont propres: comment peut-on avoir une politique de l'immigration efficace si elle n'est pas européenne ? comment peut-on maintenir une zone monétaire si elle ne va pas vers plus d'intégration budgétaire, fiscale et sociale dans le même temps ? Ces sujets sont centraux, c'est une partie de la résolution de nos problèmes. Pourtant, c'est un sujet encore mis à la trappe parce qu'on a le sentiment aujourd'hui que ce n'est pas porteur.

la suite sur hervémorin2012.fr http://www.hervemorin2012.fr/media.php?id=88


Hervé Morin et l'Europe dans la présidentielle par Cercle-des-Europeens

http://www.ceuropeens.org/

vendredi 10 février 2012

L'Elysée coute 130 millions, SAR Elisabeth II : 46

Comme disent les allemands, c'est Wie Gott in Frankreich à l'Elysée. Avec 113 millions d’euros de dépenses par an relevées à l’Elysée, la reine Elisabeth est battue à plates coutures. Les dépenses de Buckingham pour subvenir aux besoins de la Reine et du duc d’Edimbourg ne se seraient en effet élevées qu’à 45,6 millions d’euros sur l’année fiscale 2009-2010, selon les chiffres publiés par sa Majesté.

Si on en croit MyEurop, les  luxembourgeois paient ainsi chacun 17,7 euros pour entretenir les Grands-ducs de Luxembourg, une somme très supérieure à la Norvège (5,77 euros), aux Pays-Bas (2,38 euros) et au Danemark (2,30 euros). Après la Suède (1,31 euros) et la Belgique (1,28 euros), le Royaume-Uni (0,79 euros) et l’Espagne (0,20 euros). En toute logique, plus un pays est grand, moins sa classe royale pèse sur les contribuables.
Or, pour la France on est donc à 1,73 euros par personne, (ou plus exactement 4,52 euros par contribuable assujetti à l'IRPP).

 Notez bien : "jamais, la souveraine britannique, H.E.R Elisabeth II  n’oserait s’offrir 12.000 d’euros de frais de bouche par jour – incluant les grands crûs, ni même 200.000 livres de fleurs par an (près de 240.000 euros) (lire le DailyMail qui a ce titre assez drole : Austerity, moi? Nicolas Sarkozy spends £10k a day on food and keeps 121 cars under his palace).

Jean d'Orléans
Louis XX
Alors certes, comme le note Challenges, la transparence a progressé. Mais tout ceci est encore un argument de plus pour la restauration d'un roi en France. 
D'ailleurs la transparence n'est pas une caractéristique de l'Elysée uniquement : la famille royale espagnole la pratique également. 

Comme en France on fait les choses bien, on a deux prétendants, tout deux professionnels, ni fonctionnaires ni avocats. Louis XX ,duc d'Anjou, l’héritier des Bourbons, est manager d'une banque, tandis que Jean d'Orléans, duc de Vendome est consultant. 

Question : comment revenir à une monarchie dans un système républicain ? Réponse : voter pour un parti royaliste, dont le président élu se désistera au profit du roi (c'est ce promet Patrick de Villenoisy, d'Alliance Royale). En plus, cela permettrait de rendre la création d'un équivalent du Saint Empire Romain Germanique possible en Europe, avec tout ce que cela promettrait en terme de décentralisation.

En tout cas, ça n'est pas en continuant à voter UMPS que nous aurons un quelconque levier d'action sur les dirigeants.


jeudi 9 février 2012

La vérité, Figaro, tu m'as encore décu !

Il sont de mauvaise humeur, au Figaro. Non seulement le candidat UMP ne se déclare pas, ce qui force ses soutiens à compter les points que marquent Arthaud, Bayrou, Boutin, fille-à-papa-de-Saint Cloud, Hollande, Morin (voir son site) ou Poutou. Mais en plus, l'équipe de la Vérité si je mens ! 3 ne les a pas invité à une projection de presse. Du coup, il boudent !




Allons bon ! vulgaire et ennuyeux, carrément.
Le problème, c'est que ça n'est pas bien, de raconter n'importe quoi. 

extrait du Figaro 
"Les lascars de la série ont affaire à de nouveaux concurrents: les Chinois. Aubervilliers est leur terrain de chasse. Ces gens-là, on le sait, sont fourbes, travailleurs. Leurs sourires cachent de sombres manœuvres. Il ne serait pas étonnant que ces hypocrites étrangers aient fichu les douanes sur le dos des héros qui sont au bord de la faillite. Pour s'en tirer, une seule solution: partir pour Shanghaï traiter avec les autochtones. Cela signifie manger des vers vivants, se saouler à l'alcool de riz, participer à d'interminables karaokés. La mondialisation a son prix. José Garcia, en roue libre, vole dans le sac de sa mère, s'affole à l'idée de faire analyser son sperme. Vincent Elbaz joue les tombeurs. Gilbert Melki tombe amoureux d'une contrôleuse fiscale. Enrico Macias perd la mémoire (quelle chance il a: au moins, il ne se rappellera pas avoir participé à cette entreprise). Bruno Solo pousse Aure Atika à divorcer. Amira Casar veut reprendre ses études de droit" ==> FAUX ! Elle reprend des études de psycho.

C'est pas grave, que des journalistes écrivent n'importe quoi, ça ne sera pas la première fois. En général, ça porte sur des sujets un peu plus graves, comme l'absence d'armes de destruction massive en Irak, la non baisse de la délinquance à Paris malgré la multiplication des lois sécuritaires etc, quand des faits essentiels sont tous simplement ignorés. 

Eric Neuhoff n'est pas dans le top 10 des écrivains qui ont vendu le plus de livres en France l'année dernière (source : Le Figaro). Laissez ce juge, qui est en même temps partie, dans les profondeurs du classement de ceux qui distraient les français.