dimanche 31 juillet 2011

Hulot très critique vis-à-vis d' EELV



Il l'a mauvaise, on dirait ...

Paris vs Londres vs Barcelone : Paris ville musée ?

Est ce que Paris est prisonnière de son image ? Telle est la thèse d'un architecte français, Jacques Ferrier,, au sujet de Paris. C'est le concepteur du pavillon français de l'expo universelle de Shanghai

Il nous dit qu'on ne peut rien construire à Paris parce que nous aurions trop peu de faire fuir des touristes qui s'attendent à trouver le Paris de cartes postales. Paris serait bloquée, une ville musée qui subit la loi du tourisme. 

Il y a peut être du vrai dans ce qu'il nous dit, surtout quand il compare les évolutions architecturales de Paris, Londres et Barcelone. Au delà de son plaidoiyer pro domo (il rève de plus de batiments contemporains, quelle surprise pour un architecte ! ), il ne s'interroge pas sur les lois d'urbanisme en vigueur en France en général et à Paris en particulier.

Source : Paris London Ailleurs

Toujours est-il que les parisiens eux-mêmes sont aussi amoureux de leurs "vieilles" pierres haussmaniennes. Alors, étendre Paris en dehors de Paris, en profitant du Grand Paris qui pourrait d'étendre jusqu'à la mer ?

Retrouvez des photos de Paris et de ses concurrentes Européennes sur Paris London Ailleurs.

samedi 30 juillet 2011

Désamorcer la bombe prison ?

Cesser d'envoyer des personnes en prison pour cause de surpopulation ? C'était une bonne idée. Ce sont des professionnels des établissements pénitenciers qui l'affirment.


Du coup, on se dit que le changement d'opinion du juge Muller, suite à la pression de sa hiérarchie ministérielle est "un peu" (euphémisme) dommage, du type de celles que peuvent prendre des hiérarques completement déconnectés du réel, bien au chaud place Vendome. Tout le monde est d'accord, par nature, les prisons ne sont pas, ne peuvent pas être et ne seront jamais du 4 étoiles Hilton. Mais il parait que tous les cadres de la justice visitent des prisons en guise de stage d'initiation à leurs futures fonctions. Ils ne doivent pas voir les mêms prisons que celles que visitent le Génépi, le Sénat, à la Cour européenne des droits de l'homme, le contrôleur général des lieux de privation de liberté, la Commission nationale consultative des droits de l'homme, le Comité européen ou la Croix Rouge ?

On objectera que les gens condamnés doivent effectuer leur peine, et que la "société" (même si there is no such thing as society) doit se protéger des déviants et associaux. A quoi bon, si en sortant, les condamnés sont pires qu'en entrant ? Or, c'est prouvé, la prison :

- est bien vue parmi les primo délinquants mineurs, qui y gagnent des galons de crédibilité auprès des déliquants chevronnés.
- est à la petite délinquance ce que Harvard est à un consultant en stratégie : un accélérateur de carrière du fait du networking et des connaissances accumulées.

Dans ce contexte, saluons l'initiative d'Eric Ciotti (qui n'est pourtant pas connu pour son humanisme) de vouloir mettre en avant d'autres types de peines, comme le service civique pour les mineurs. En fait, Libération a beau faire de la caricature, les pistes explorées par le député Droite Populaire des Alpes Maritimes ne sont pas pour autant dénuées de bon sens : il faut que les peines soient appliquées, mais dans des bonnes conditions, et réeellement. Ca n'est qu'à ces conditions que l'Etat Régalien sera en mesure d'effectuer une de ses missions essentielles dans un cadre acceptable.
Simplement, Ciotti oublie qu'à coté de la construction de nouvelles places de prison, il faudrait aussi s'interroger sur les délits et peines également. Or, on sait que les incarcérations liées à des condamnations pour consommation ou revente de produits stupéfiants concerne 16% des peines au sens large, et 40% du travail policier. 

En attendant,  les délinquants présumés feraient mieux de s'inscrire au PS, de devenir haut fonctionnaire surpayé, de se marier avec une héritière, d'entretenir des contacts/connivences avec des médias et de se créer un fan club. Comme ca ils pourront profiter d'un bon plat de pates au truffes plutot que d'etre enfermés dans des cellules surpeuplées.

vendredi 29 juillet 2011

Avec Free, on a tout com-prix

Franchement, et bien que Free ne soit pas encore disponible en téléphone mobile, on peut, en tant que consommateurs, déjà se féliciter du fait que Xavier Niel ait pris la décision courageuse d'attaquer cet oligopole anti concurrentiel.

Oligopole anti concurrentiel ? Ca n'est pas une invention de libéral acharné, c'est une constatation officielle des autorités en charge de la concurrence :

- 1er décembre 2005 : Le Conseil de la concurrence a conclu que les trois opérateurs mobiles Orange, Bouygues Telecom et SFR  se sont partagé le marché français de 1997 à 2003, en s'échangeant des informations sur leurs abonnés et en définissant leurs parts de marché respectives. Source : ZD Net , Financial Times
- 30 Juin 2011 : La cour d'appel confirme une amende d'Orange dans le cadre de l'affaire d'entente entre opérateurs. Source : Combourse

Qu'un trublion vienne perturber ce petit jeu est donc une bonne chose, surtout quand on connait son apport au développement du triple play en France. Rappelez vous, en l'an 2000, à l'époque des start up, des Modem 56k, des GH 388 et d'Itineris. Il était impossible, disait-on, de proposer une offre Internet illimitée à 200 francs par mois. Free est arrivé, et maintenant toutes les offres coutent 30 euros par mois, en ADSL. Idem en 2011. La simple promesse de l'arrivée future de Free fait tout à coup réaliser à France Telecom qu'ils pourraient proposer une offre Orange low cost. Ce sont bien les consommateurs qui seront gagnants.

Dans ce contexte, il est surréaliste d'entendre Christian Estrosi demander la fixation d'une marge maximum dans la grande distribution. Déjà, les Auchan, Carrefour et autres Leclercs gagnent (relativement) peu par produit. Ce sont surtout les intermédiaires qui s'enrichissent. Ensuite, le gouvernement actuel n'a rien fait de significatif pour stimuler la concurrence dans la grande distribution. A t-on supprimé les lois Galland Raffarin ? Les commissions départementales d'urbanisme ? A part prouver son anti libéralisme, l'intervntion d'Estrosi n'ajoute rien au débat et ne change surtout rien pour les individus et les familles qui ont du mal à boucler les fins de mois, faute de salaire complet et de bas prix. Heureusement, Internet et les solutions alternatives comme les AMAP permettent d'envisager d'autres solutions que ce paysage anti concurrentiel qui fait tant plaisir aux grands groupes qui maitrisent déjà bien leur marché.

Alors, merci à Free et bon courage à Xavier Niel dans sa tentative de réformer un autre secteur archi dépendant des subventions et régulations étatiques : la presse papier.

Merci à Contrepoints, le webzine libertarien, pour la reprise de ce post.

Nos voisins Brits ont le scandale des écoutes ...

... mais nous, nous avons le scandale des sourds !

Comment le Parti Socialiste en premier lieu, et une partie de la classe politico-médiatique en second lieu pense s'en sortir à si bon compte dans le cadre de l'affaire DSK ?
Ne voient-ils donc pas le scandale qui consiste à ouvertement souhaiter un traitement de faveur au profit d'un homme riche et puissant ? La disproportion entre les protagonistes de cette affaire est si forte, si caricaturale, qu'il est quand même étonnant qu'aucun ténor du PS (et ils sont nombreux, les ténors, au PS) ne tienne un discours un peu différent de celui de Valls ou Hollande.

Rappelons quand même qu'un homme sain d'esprit, docteur en économie, ancien élu de la République et anciennement directeur général de l'institution financière la plus puissante du monde (puisqu'elle travaille avec l'argent du contribuable, et non pas l'argent d'un client) est accusé par une jeune femme employée d'hotel de viol. Cet homme habitait Washington, et il avait rendez-vous à Berlin avec Angela Merkel. Il a fait un petit crochet par New York où sa route a croisé celle de Nafissatou Diallo.

Les Etats-Unis sont un pays démocratique et ami de la France. Ils ont une justice qui fonctionne (même si on peut critiquer la peine de mort, qui d'ailleurs n'est pas en vigueur dans l'Etat de New York). Le premier réflexe des socialistes aurait dû être d'affimer leur entière confiance en la justice US. Au contraire, qu'avons nous lu ? Des réflexions partisanes et corporatistes qui ont fait honte à la France et aux français. A titre de comparaison, les socialistes se sont-ils mobilisés pour la libération de Gilles Moreau, français emprisonné au Mexique ?

Les socialistes auraient aussi pu couper les ponts avec DSK et le Président de la République aurait pu exprimer des regrets sur le soutien apporté à la candidature DSK au FMI. Après tout, quand des footballeurs, de jeunes hommes bac -12, avaient été pris dans un scandale de prostitution, que n'avait-on entendu sous prétexte qu'ils étaient censés représenter la France ? 

S'il n'était question que de morale, passerait encore. Après tout nul n'est parfait.  S'il ne s'agissait que de commenter le prix des pates aux truffes à New York, après tout, cela ne regarde que les électeurs socialistes. Non, le sujet est ailleurs. Il s'agit de la passivité de l'ensemble de la classe UMPS, disons le clairement, face aux vissicitudes de certains de leurs membres accusés de faits graves. Quelques journalistes, dont Jean Quattremer, avaient prévenu des risques qui pesaient sur DSK, au vu de son CV, mais globalement cette affaire permet de comprendre que les journalistes de médias mainstream filtrent l'info à un point tel qu'elle en est complètement dénaturée. Comment se fait-il que l'affaire Tristane Banon était connue des internautes ou des rares spectateurs de Paris Première mais qu'aucune grande chaine TV ne l'ait reprise ? Les socialistes ont ensuite beau jeu de parler "d 'opportun déterrage de vieilles affaires infondées". Si ca n'est pas en une du Monde ou de France 2, ca n'existe pas !  

On attend du PS qu'il mette ses actes en conformité avec ses mots. Le Parti Socialiste, qui se présente comme proche du féminisme ! (ils n'ont honte de rien !) devrait commencer par présenter des excuses aux victimes de viol et aux femmes dans leur majorité qui ont très bien saisi le triste message des Valls-Kahn-Lang & co. Ensuite, la majorité présidentielle devrait questionner les qualités de DRH du chef de l'Etat, dont on a du mal à croire qu'il ait pu ignorer les penchants de DSK, alors qu'il a été ministre de l'intérieur. Ca permettrait en plus d'évacuer les ténébreuses théories du complot qui impliquent à tort ou à raison Accor, le NYPD, des stagiaires en com de l'UMP, des "officines" voire la CIA. Enfin, en ce qui concerne les français, eux ont déjà fait leur choix. Ils s'abstiennent de voter.

Les bonus des traders du Sénat

Vous avez lu l'histoire. Alors que les finances publiques françaises frôlent (ont dépassé ....) la zone rouge, alors que les taxes pleuvent, alors que les prix explosent, nos amis sénateurs s'accordent 1,15 millions d'euros de bonus, soit 3300 euros par sénateur, pour se féliciter d'avoir bien travaillé. Ne tombons pas dans le "populisme", contentons nous de rappeler que nos amis sénateurs touchent 5000 et quelques par mois en cash, et des remboursements ou des gratuités dans tous les sens. Certains illustres élus du Palais du Sénat ont beau se plaindre de la faiblesse de leur pouvoir d'achat, comme cette élue EELV un peu agaçante, il n'empèche que dans l'échelles des revenus made in  France, ils ne sont pas à plaindre. Ils font bien partie des riches, "à 4000 et plus par mois" dixit François Hollande.

Du coup, on ne peut que faire le parallèle avec l'appel de la Croix Rouge au sujet de la Somalie. En dépit d'une large couverture médiatique de la famine qui sévit dans l'est de l'Afrique, les dons sont loin d'affluer. Il faut dire que la situation coté donateur est loin d'être favorable : c'est l'été, c'est la crise (sauf pour les sénateurs) et la Somalie ne fait pas autant rêver que la Thaïlande. Un beau geste de la part des Sénateurs serait de reverser intégralement les bonus perçus au profit de la Croix Rouge. La balle est dans le camp de nos amis du jardin du Luxembourg.

NB : au delà de la Somalie, continuez à donner aux sections locales de la Croix Rouge à Paris, vos dons sont entièrement dédiés à de l'action sociale de terrain, c'est à dire dans Paris. Et on ne peut pas dire, en dépit du fait que Paris soit officiellement socialiste, que les besoins en matière d'aide se tarisssent.

jeudi 28 juillet 2011

La vraie menace pour l'Europe : taxes, ultra étatisme et sous estimation de la Chine

Le drame de Norvège a permis, paradoxalement, de relancer le débat sur la menace que constituerait l'islam en Europe. Question : l'islam menace t-il l'Europe ?
Deux thèses s'affrontent. D'un coté, les amis de Fdesouche (mais pas uniquement) nous disent que l'islam se traduit par des troubles à l'ordre public du fait de :

  • la forme familiale liée aux pratiques des musulmans
  • les valeurs des jeunes musulmans
  • la théorie du home born terrorist
les musulmans donc les arabes et africains subsahariens (notez les glissement religion ==> groupe ethnique) seraient inassimilables et inintégrables en France.

De l'autre, le camp droitdelhommiste dit que la France doit accepter, aux conditions actuelles (c'est à dire ultra socialistes) l'immigration.

Déjà, on note que les deux camps ne parlent pas de la même chose. L'extrème droite ne parle pas juste de l'immigration, mais aussi de gens vivant déjà en France.

Il existe une façon de réconcilier ces deux opinions, c'est de faire appel au point de vue libéral sur l'immigration, afin d'arriver à la société apaisée que Hervé Morin et les centristes appèlent de leurs voeux.




Que disent les libéraux ? D'une part, que tout le monde est le bienvenu en France, et que, d'autre part, l'Etat doit s'occuper uniquement de missions régaliennes, mais s'en occuper vraiment. Jusqu'ou aller en matière d'immigration ? Le point de vue le plus cohérent est celui de Gérard Bramoullé, professeur d'économie à l'Université d'Aix Marseille III, et Bertrand Lemmenicier, professeur à Assas, qui rendent hommage à l'immigré clandestin. Il faut considérer chacun comme un touriste, de plus ou moins long terme. Supprimons les visas et autres barrières à l'entrée qui n'enrichissent que les passeurs, et laissons chacun s'installer. Simplement, ne donnons plus de droits (à la santé, à l'école publique ou au logement) à un immigré en dehors de la charité privée et de l'aide des associations. Ainsi, seuls les immigrés les plus dynamiques s'installeront en France. C'est une proposition des Liberaux. (voir LesLiberaux.fr). Ludovic Lassauce (candidat Alternative Libérale à Paris en 2007) propose sur Atlantico une solution un peu similaire.


Spécifiquement par rapport à l'islam, le point de vue est double. D'un coté, chacun est attaché en France et en Europe à la liberté de culte. De l'autre, on cherche à éviter le fait que l'islam devienne le Code Civil d'une partie de la population. Tout le problème réside dans la notion de libre consentement. Pourquoi ne pas imaginer, à l'instar des médiations privées dans les entreprises, ou des nombreuses dérogations au droit commun que s'autorise l'Etat quand il gère des services publics à vocation commerciale ou non, que des individus préfèrent dépendrent de tel ou tel droit, y compris la chariah, pourvu que les principes fondamentaux qui permettent le vivre ensemble en France soient respectés ? 
C'est une question de bon sens que d'imaginer impossible de réconcilier les points de vue anglais et français sur le coté de la route à utiliser. Par contre, une fois défini que tout le monde roule à droite, en quoi une boite auto ou manuelle ont un impact sur les autres ? 

Il faut avoir le courage de dire que vivre en France ne veut pas dire vivre tous ensemble, sur le même modèle. Il faut refuser l'apartheid, mais cela ne sert à rien non plus que de promouvoir la mixité sociale dans un pays où tout le monde la rejette. Ca n'est pas l'islam le problème, c'est evidemment l'usage politique qui en est fait par certains. D'ailleurs, pour ceux qui craignent une islamisation de la France, que font-ils pour rechristianiser le pays ? Souvent, leur comportement est en opposition totale avec les valeurs promues par la chrétienté, justement. 

Enfin, les opposants à la présence de l'islam en France ne sont pas cohérents. Ils ont pendant des années attribué des dérogations à une autre religion monotéisme venue d'orient : le judaisme. La surveillance policière des synagogues (mais jamais des églises, pourtant victimes de nombreux cambriolages), l'approbation des chartes de qualité de la nourriture kasher (le pendant parfait du halal) ou les réponses favorables aux requètes d'associations de femmes loubavitch désireuses d'avoir des horaires de piscine réservés aux femmes ont ouvert des brèches dans la fiction républicaine du vivre ensemble. Si on ne veut pas d'islam en France (voir d'islam de France, ce qui avait été une très bonne initiative de la part de l'actuel président de la République, en 2005), alors c'est qu'on ne veut pas de judaisme non plus, sur le plan philosophique. Et l'importation du conflit palestinien en France ? En réalité, il n'interesse que certains intellectuels, la presse et les casseurs à la recherche de prétexte. On parle de ce conflit simplement parce qu'il y a trop de journalistes présents sur un si petit territoire. Le musulman de base vivant en France, il a des préoccupations identiques aux autres français : avoir un boulot bien payé, se voir garantir son droit de propriété, baisser ses impots et pouvoir se payer des vacances. 

Sinon, pendant qu'on discute de la longueur des jupes et des tchadors, la République Populaire de Chine se met à construire des porte avions.

Source : Forum Marine


Voila la vraie menace pour la liberté et la sécurité en France et en Europe. 


La météo des contribuables, été 2011


Météo des Contribuables - été 2011 par Contribuables

mercredi 27 juillet 2011

Erreur de France Terre d’Asile

France Terre d’Asile fait un beau cadeau à Fdesouche, qu'on ne présente plus : porter plainte contre eux. Non pas que cette plainte crée de la notoriété, ils n'en n'ont pas besoin. Non, cette plainte leur donne une fois de plus le statut de victime officielle de la conspiration des associations de gauche, spécialisées dans l'anti racisme professionnel et pavlovien.

Les types sur Fdesouche émettent des propos outranciers ? Oui, on a envie de dire, et alors ? Le vrai problème, que France Terre d’Asile ne veut pas évoquer, c'est l'absence de proportionnelle à l'Assemblée Nationale, type de scrutin qui permettrait au parti politique de la fille à papa de Saint Cloud d'être enfin représenté à hauteur de leur audience en France. Disons le clairement : pourquoi considérer qu'il est plus choquant d'être l'héritier des collabos et du 3eme Reich que celui de l'URSS et des 100 millions de morts du communisme ? Les deux systèmes de valent en matière de criminalité et de négation de l'individu et des libertés. Plutôt que de lutter contre les idées du parti politique de la fille à papa de Saint Cloud, pourquoi nous ne commencerions pas enfin à lutter pour les idées libérales démocrates qui font la fierté de la France depuis 1789, au coté des Centristes (Hervé Morin, Nouveau Centre, Aurélien Véron, Parti Libéral Démocrate, Hervé Mariton, Réforme & Modernité, Louis-Marie Bachelot, Alternative Libérale, François Bayrou, Modem, Jean-Louis Bourlanges, Inst. du Centre, Alain Dolium, Modem, Alain Madelin et tous les proches de la famille UDF, Sophie de Menthon, Marielle de Sarnez  ou Lynda Asmani etc)  ? 

L'autre point que France Terre d’Asile ne soulève pas, ce sont toutes les questions autour de la tuerie de Norvège :
  • Y avait il un ou plusieurs tireurs, comme cela est suggéré y compris par la police ?
  • Combien de kilos de munitions faut-il pour tuer 90 personnes ? Comment et où ont-ils été transportés
  • Quelle a été l'arme utilisée ?
  • Entre son école de commerce et sa ferme bio, le tueur a travaillé dans un call center. Combien gagne un opérateur de call center en Norvège ?? D'ou vient son argent ?
  • Le tueur était franc maçon. Va t-on mettre en cause la franc-maconnerie dans ce meurtre de masse
  • France en 987 : Senlis, Paris, Orléans
  • Le tueur habitait un village dans lequel se situait la garnison d'une unité d'élite de l'armée Norvégienne. Y a t-il reçu un entrainement ?
Enfin, Fdesouche comme France Terre d’Asile tombent dans exactement le même travers : penser qu'ils sont légitimes représentants de ce qu'est ou devrait être la France. Sur Fdesouche, on trouve des marseillais, des nicois, des savoyards, des ch'tis ou des bretons qui se disent français de souche. Ils ont apparemment seché quelques cours d'histoire. Qu'ils regardent la carte ci-contre. La France, c'est historiquement et avant tout  le pays d'Hugues Capet. Donc les amis de Fdesouche, s'ils sont cohérents, devront aller jusqu'au bout de leur logique : il ne reste plus beaucoup de monde !

Chez France Terre d’Asile, on se balade avec la DDHC en bandoulière, en oubliant que la France c'est aussi les camps Harki (bravo l'accueil !), la ZAPI 3 de Roissy ou le problème Roms.

La France, c'est tout ca. Et pour une France apaisée, commençons par mesurer et accepter tout ce qui nous sépare, sans chercher à imposer son point de vue, surtout s'il est contestable.

N'est pas Turgot qui veut

N'écoutez plus France Infos le matin, parfois il y a de quoi en renverser son café. Exemple, ce matin, après avoir appris que les journalistes français disent que Nafisatou Diallo est discréditée dans l'affaire DSK car elle a menti sur certains faits (donc ils reconnaissent que la justice US a aussi du bon, surtout si elle tourne à l'avantage de DSK), vous tombez sur une interview de Martine Aubry (qui n'est plus malade ;-) ) , qui affirme que le Président de la République ferait mieux d’envoyer une lettre aux Français pour s’excuser. On croit rêver ! Elle se moque de nous, oui !

Le pouvoir actuel, effectivement, est dans la communication la plus totale et la plus absurde quand, après des années de déséquilibre budgétaire, il nous propose d'interdire constitutionnellement les déficits.



C'est une plaisanterie, c'est clair !

Seulement, Martine Aubry devrait féliciter le gouvernement actuel pour sa politique socialiste ! Et il ne s'agit pas que de rhétorique ! La preuve, c'est que Martine Aubry dit "la droite a doublé la dette" puis "la politique de la droite n'a pas crée de croissance, faute de plan de relance".

Autrement dit, la maire de Lille aurait crée encore plus de déficits et de dette ! Alors que la dette et les déficits ne créent pas de croissance, faut-il le rappeler. (Ou alors, la Grèce devrait être dans les 10% de croissance du PIB !).

Au vu de tout ce qu'on nous a vendu depuis 2007, les plans de relance, les soutiens aux agriculteurs, les stabilisateurs automatiques etc, on se dit qu'on est vraiment loin de la Lettre de Turgot au Roi, et proche du tract publicitaire.

mardi 26 juillet 2011

Le programme des libéraux en matière d'éducation ?

Commençons par écouter Nelly Guet, 1ere Conseillère Nationale d'Alternative Libérale et spécialiste du sujet puisque

- ancien professeur
- proviseur en France, puis en Allemagne au lycée français de Berlin puis en Suisse
- Membre du Conseil d’administration de ICP (International Confederation of Principals)
- Fondatrice & directrice de Alerte Education

Que nous dit Nelly Guet ? Réponse en image devant l'Institut Turgot le 1er mars dernier.


Nelly Guet (1) from Henri Lepage on Vimeo.

L'Ecole du XXIème siècle


Le constat est cohérent avec les mesures proposées telles que rapportées par  lesliberaux.fr ou Alternative Libérale.  Elles peuvent se résumer par l'expression suivante :  Un conventionnement ouvert :

* Accès de toute école au financement public à condition de respecter un cahier des charges comprenant l'obligation de participer aux évaluations nationales et de se soumettre aux procédures publiques d'évaluation et de contrôle.
* Définition d'un socle commun de disciplines, avec un nombre d'heures plancher par cycle.
* Fixation du règlement intérieur par l'établissement.
* Dotation financière annuelle proportionnelle au nombre d'enfants inscrits.
* Gestion des ressources humaines, enseignants et personnels administratifs par le chef d'établissement.
* Inspection régulière par un organisme de contrôle, qui peut retirer l'agrément à l'établissement en cas de non respect du contrat.
* Liberté d'organisation pédagogique.
* Libre fixation d'éventuels frais de scolarité.
* Libre embauche de toute personne comme professeur.
* Libre négociation des salaires, horaires et objectifs entre le directeur d'établissement et les professeurs.
* Possibilité pour les écoles publiques actuelles d'opter pour le statut associatif.
* Liberté pour les enseignants actuels de conserver leur statut ou de le quitter.
* Choix de l'établissement par chaque famille, pour chaque enfant.
* Obligation pour les établissements agréés les plus proches de recevoir tout enfant refusé ailleurs.
* Suppression du monopole des IUFM.
* Suppression du centre national pédagogique.
* Liberté d'enseignement.
* Morcellement des grands établissements des zones difficiles.

* Développement de l'internat.

Gauche Libérale insiste aussi sur le rôle que l'individualisation doit jouer dans l'Education et le Parti Libéral Démocrate formule deux propositions urgentes et simples, pour remédier à la baisse du niveau.

Les libéraux ont donc des propositions visant à sortir de la fiction de la soit disante "égalité républicaine".

La Revolte d'Atlas - Ayn Rand



La Revolte d'Atlas (Atlas Shrugged) French Translation - Ayn Rand
Disponible en téléchargement sur Internet Archive.org

Vous ne connaissez pas Ayn Rand ? Il s'agit d'une philosophe et romancière américaine  dont vous pourrez lire le profil sur Wikilibéral ou sur Catallaxia.
La presse française la découvre progressivement. Ces derniers mois, Télérama (1), Médiapart (2), le Monde (3) ou la Tribune (4) en ont parlé, sur un mode assez critique.
L'Institut Coppet ou Contrepoints la présente de manière plus posée. Vous pouvez également en discuter sur liberaux.org

(1) Pourquoi tant de Ayn ? Telerama
(2) Ayn Rand, l’égérie du Tea Party Mediapart
(3) Prendre le thé avec Ayn Rand Le Monde
(4) Les causes de la crise : cherchez la femme ! La Tribune

"Nos" entreprises

L'expression "nos" entreprises n'est-elle pas de celles qui vous agace ? On l'entend à la fois chez
  •  Manuel Valls ("Et ma proposition de "TVA-protection" vise à doper notre compétitivité et à protéger nos emplois industriels"),
  • les internautes comme Marco29 sur France Soir ("Enfin avec leurs énormes capitaux les Chinois vont bientôt acheter nos entreprises pour les piller et les désosser".),
  • Marie-Ségolène Royal (le qualitatif de la relation humaine, ou la plus-value humaine qu’apporte un bon management ou un bon respect des hommes et des femmes qui sont dans l’entreprise, est très rarement enseigné aux ingénieurs et aux futurs dirigeants de nos entreprises)
  • à l'UMP aussi, on parle de nos entreprises !
etc.

S'il s'agissait d'un raccourci employé pour désigner les entreprises à coté de chez nous, on pourrait à la rigueur en admettre son usage. Mais il se trouve que dans la tête de ceux qui l'emploient; nos entreprises veut bien dire nos entreprises, et non pas "les boites du coin".

Du coup, sur le plan politique, on se retrouve avec des inepties du genre "empécher les délocalisations", "plafonner les rémunérations", "sauver les banques en difficulté" et autres "plans Marshall pour les PME". Ce faisant, on oublie que  l'entrepreneur, c'est juste un homme ou une femme qui a mis du temps et de l'argent dans un business qui s'il marche, tant mieux, et s'il ne marche pas, tant pis. Ceci est vrai de quasiment toutes les sociétés, y compris celles du sevice service public. Les GDF, SNCF, Air France et autres RATP ont été crée par des entrepreneurs, un jour, avant d'être nationalisées.

"On" objectera que les entreprises utilisent des salariés qui se sont formés grace à l'argent public, bénéficient des routes, de la sécurité et du cadre juridique. Sur les 3 derniers items, qui sont typiquement des "biens publics" au sens "économique du terme (encore qu'une route soit privatisable), on rappelera simplement que l'Impot sur le Bénéfice est justement la pour payer les services publics. Quand à la formation des salariés, en admettant que
  • il y a zero travailleurs immigrés non qualifiés ou hyper qualifiés en France
  • tout le monde a bénéficié d'une formation publique en France (malgré le succès du privé secondaire ou supérieur)
  • les gens formés en France en ont eu pour leur argent (malgré les 10% d'illetrés)
C'est justement pour cela qu'il faut être cohérent, et individualiser les parcours scolaires, voire les privatiser également.

Du coup, on comprend bien ce qu'implique le "nos entreprises". C'est bien la volonté d'instaurer ce système de capitalisme socialisé, ou communisme de marché, dans lequel on socialise les pertes et on privatise les bénéfices, le tout  au profit d'une oligarchie fermée.

Pour laisser se développer des entreprises comme Apple, Microsoft mais aussi, comme le note Contrepoints, l'usine de mats d'éoliennes qu'Enercon GmbH implante à Longueil-Sainte-Marie ou l'unité de production de Magna International à Henriville, pas besoin d'un Ministère du Plan et du Patriotisme Economique, juste de la liberté du respect du droit de propriété.

NOS entreprises ? Non. Les entreprises des gens qui en détiennent les titres de propriété, tout comme la maison du voisin n'est pas notre maison mais sa maison.

dimanche 24 juillet 2011

Arretez les jeux vidéos !



Mais aussi le visionnage de films policiers / de guerre / d'action / d'aventure (bref, 90% de la production dite commerciale), sans parler des séries TV où on tire avant de discuter



Car une fois de plus, un tireur fou qui a tué des dizaines de personnes s'est revelé être un adepte, parait-il, de ces fictions.
Preferez la collection complète des DVD de Candy ou des Bisounours.

En attendant, toutes nos condoléances à nos amis Norvégiens.

samedi 23 juillet 2011

повсюду ¿

Bon, on peut douter que vous ayez des amis communistes / anti libéraux / alter bobo ^^, mais si jamais, merci de leur faire visionner cette excellente publicité Renault datant de 1992, soit 3 ans après la Chute du Mur et 1 an après la fin de l'Union des Républiques SOCIALISTES Soviétiques (URSS de son doux nom)




Le paradis communiste, c'est à dire l'endroit susceptible d'aider les gens les plus humbles à bénéficier du confort du développement, ce sont les démocraties libérales à économie de marché, pas la Corée du Nord ou Cuba.

NB : "повсюду ¿" veut dire, si on en croit le wiktionary, "partout ?"

vendredi 22 juillet 2011

La France, l'Allemagne et l'Euro sont dans un bateau

La France et l'Allemagne balancent l'Euro à l'eau, Qui reste dans le bateau ?

Facile ?

Alors pourquoi la France et l'Allemagne triomphent aujourd'hui ?

Petit retour en arrière. Pourquoi a t-on construit l'Euro ? Réponse : pour créer des solidarités entre pays voisins telles qu'ils ne seraient plus amenés à se faire la guerre, parce que si on se souvient, la WWI et la WWII sont quand même à la base des conflits entre pays Européens.

Et l'Euro, alors ? Les Pères Fondateurs de la CEE, Monet et Schuman, ont pensé que le commerce est le meilleur moyen de créer des solidarités de fait. Pour échanger, il faut de la sécurité, et de l'échange nait le contact puis la connaissance. Or, au bout d'un moment, une fois qu'on a construit le marché commun (1957) puis le marché unique (1986) et qu'on s'est élargi de 6 (1957) à 12 (1986), on se dit que sur le plan pratique, avoir à gérer 12 monnaies c'est pas facile. Et puis on se dit aussi que la monnaie est peut être un moyen de rendre tangible ce marché unique, duquel doit découler une nation Européenne un jour.

Problème : une monnaie, ça n'est pas qu'un stock de pièces et billets. C'est en fait tout un référentiel donc la valeur, vis à vis de l'extérieur, doit refleter les perspectives d'évolution économique, synthétisées par notamment : le taux d'inflation. Pourquoi ? Parce que la monnaie est un crédit (c'est à dire un droit actuel ou futur de pouvoir acheter un bien ou un service sur un marché donné). C'est pour ca qu'on a inventé les critères de Maastricht. Il fallait s'assurer qu'au delà de la volonté politique, chacun des particopants marchaient à peu prêt dans le même sens. Quand en 1997, les autorités ont regardé qui était éligible à l'Euro ou pas, il "semble" qu'on ait fermé les yeux sur le cas Grec pour des raisons politiques. La Grèce étant un petit pays mais archi symbolique, il était envisageable d'être plus flexible.

La crise de l'Euro, la faute à la crise et aux spéculateurs ? Explication pratique mais fausse. Au début des années 2000, toute l'Europe est dominée par les socialistes (source : Citizen Land). Jospin, Blur Blair, Schroeder, d'Alema, Papandreou, Guterres, vous pensez qu'ils auraient pu profiter de la bulle Internet et des 3 à 5% de croissance pour baisser la dépense publique ?
Non, au contraire, on crée les 35 heures, on fabrique des Stades de Foot pour l'Euro ou on achète les Jeux Olympiques d'Athènes. Voir l'analyse d'Alain Madelin à ce sujet, datant de Juillet 2003.  

On a eu une première alerte en septembre 2004. Il faut savoir qu'en cas de déficit excessif, le traité de Maastricht prévoit des sanctions financières. Problème : Bruxelles n'a ni police ni armée. Les Etats peuvent toujours appliquer le droit du plus fort vis à vis des lois qu'ils adoptent, surtout si ce sont des grands Etats. Regardez un peu ce tableau publié sur le site du Sénat. On voit que trop d'Etats sont dans le rouge. Quand c'est la France et l'Allemagne qui sont menacées de sanctions, que fait-on ? On torpille "assouplit" le pacte (voir le commentaire du Trésor). L'U.E. avait pourtant écrit texto  "En ce qui concerne l'Allemagne et la France, la probabilité de ramener les déficits en dessous du seuil de 3% du PIB en 2004 était très faible au regard des projets de budget présentés en 2003. "  sur le Site de la Commission. Pourtant, Six pays ont défendu le respect "sans discrimination" du pacte de stabilité (source : Le Temps / fonjallaz.net)  . Probleme : ils étaient un peu trop petits, (Portugal, Espagne, Pologne, Italie, Estonie et Pays-Bas) pas assez axe franco-allemand.

On a un peu beau jeu de venir maintenant clamer victoire et en appeler au respect des règles que nous avons nous même amendé. On voit aussi que les messages germanophobes qui se multiplient dans la classe politique française n'ont pas lieu d'être. L'Allemagne a le même Euro que nous. Au lieu d'être jaloux de leur compétitivité, que les socialistes de gauche ou de droite créent ces fameuses PME/Mittelstand dont la France manque.
Quelle solution pour l'Euro, alors, pour peu qu'on veuille conserver ce symbole politique ? "Simple". Appliquons les textes, laissons la BCE poursuivre son mandat au lieu de lui faire jouer un rôle de prêteur en dernier ressort, laissons les marchés créer de la discipline budgétaire en proposant des taux aux Grecs tels qu'ils n'ont pas d'autre choix que celui de gérer un budget en équilibre, et surtout dépossédons les Etats de leur pouvoir budgétaire, ce qui passe par la privatisation de l'ensemble des services publics non régaliens, et la gestion au niveau fédéral de l'armée, la justice et la diplomatie.

Jour de libération fiscale !

De plus en plus tard, comme le note le Cri du Contribuable ... !

jeudi 21 juillet 2011

Serres d'Auteuil/Roland Garros, la solution LPL arrive au Conseil de Paris

Merci à l'Heretique, bon suiveur de tout ce qui se passe au Conseil de Paris !

Vous vous souvenez du fait que pour le moment, en ce qui concerne Roland Garros, on s'est fait avoir ! (voir le post Il faut relancer Roland Garros Ver'chailles ! du jeudi 23 juin 2011).

Or, nous avions proposé que Roland Garros certes reste à Paris, mais s'étende au dessus de l'autoroute A13 plutot que sur les Serres d'Auteuil. ( Sauver Roland Garros à Paris et préserver les Serres d'Auteuil du 18 octobre 2010)

Clairement, tout le quartier de la Porte d'Auteuil est contre : l'artiste Françoise Hardy (oui, celle sélectionnée pour la playlist des bloggeurs, avec sa chanson de 1986, VIP), l'élu local UMP David Alphand, le Modem du XVIe, L'Hérétique, les 44 000 signataires de la pétition !, le collectif Sauvons les Serres d'Auteuil ...

Du coup, c'est une bonne surprise de voir que la proposition de couvrir la A13 sorte de la blogosphère et arrive, par le biais de Jean-François Martins (élu parisien Modem), devant le Conseil de Paris et même dans le quotidien le Parisien. Affaire à suivre !

mercredi 20 juillet 2011

L'Etat ne protège pas les plus démunis

Tout le monde connait le SAMU Social, ainsi que le 115, le numéro de téléphone à appeler pour rechercher un hébergement d'urgence. Ils font un travail énorme, d'écoute et d'orientation, si on en croit les chiffres rapportés par Le monde de l'exclusion, Le blog d'informations sur l'exclusion sociale de François Michelot. Par contre, on apprend que l'Etat est le seul financeur du Samu Social. Dans ce domaine comme dans d'autre, alors que nous payons des impots censés assurer le fameux filet de sécurité pour tous, l'Etat est en réalité incapable d'assurer ou de faire faire les missions pour lesquelles il s'est auto mandaté.

Il faut dire aussi, qu'en matière de lutte contre l'exclusion, l'Etat (ou plus exactement la gestion ultra socialiste et ultra étatique des politiques publiques) est un peu pompier pyromane. On ne fait rien pour restaurer les mécanismes de marché en matière de logement par exemple, et on crée le droit au logement opposable, dont nombre de gens soulignait son caractère déresponsabilisant (cf ce point de vue du Quebecois Libre).

Comment on s'occupe des gens qui dorment dans la rue, alors ? Plusieurs étapes.
  • A très court terme, il n'y a pas grand chose à faire si ce n'est qu'espérer que fils et filles de logés en HLM Parisien ou les bobos qui manifestent souvent aux cotés des associations a-politiques (^^) hébergent chez eux, dans leurs  lofts de 300 m2 à Bastille ou Bruxelles, des gens en difficulté (NB : l'ILN du XVeme arr de Georges Tron, maire de Draveil, se libère t-il ?)
  • A court terme, on peut donner de l'argent aux autres associations qui s'occupent d'action sociale dans Paris, comme la Croix Rouge ou Fleur de Bitume.
  • A moyen terme, il est vraiment urgent de désétatiser le pays afin que 1/ nous touchions tous notre salaire complet, préalable au libre choix des missions que nous voudrions financer (ou pas), librement 2/ l'accès au logement soit facilité car la sortie du logement sera rendue plus simple (ou plus expéditive, selon le point de vue) 3/ le foncier se libère.
Il est vraiment temps de sortir de cette prise en otage qui consiste à taxer les gens au maximum et à ensuite organiser la solidarité, au lieu de laisser les gens s'organiser spontanement autour d'associations et d'ONG.

La radio de l'été des blogueurs 2011



Elle est arrivée !
Merci Lolobobo, ainsi qu'à tous les participants à ce travail collaboratif : Disp, Le coucou, Guillaume, Euterpe, Nicolas, Marie, Chob, Dadavidov, Simon, Princesse 101,Romain, Matfanus, JSB, Seb Musset, Dominique, David, Marco, El Camino,Elmone, Nat (Nateuh?), Pierre-Antoine, Pascale, Nicolas, Flavien, David, Juan, Eric, Gabale, DF,Mariel75, Angele, Yann, Lhisbei, Marie, Le mike, Bembelly (mais ailleurs), Melclalex, Mrs Jagger Dagger, Sylviane, Cui cui fit l'oiseau, Isabelle B, Littlecelt, corto74, Falconhill, Lucrecia Bloggia,BiBi, La CdM, Vlad, Gael, Gildan, André, Petit Louis, Jujusete, Cécile, Romain, Céline,Ladyapolline, MaO, Mateo, Martine, Alain BEMBELLY, Philippe, Trublyonne, Homer, ValLeNain,zorey dé ô.


Bonne écoute et bonnes découvertes à toutes et à tous !

NB : étaient proposés

Françoise Hardy - VIP (pour les fans des années 80)
Pillar Bauman - Fuck on a Washing Machine (pour les poètes ;-) )
Thorunn - complicated (pour les fans du Cat Club - Luxembourg)