mardi 31 mai 2011

Nucléaire allemand : poncifs vs faits

Poncif : les allemands sont des hypocrites, qui vont devoir importer de l'électricité nucléaire française ou réouvrir des centrales au charbon, polluantes, dans la Ruhr, limite ambiance Germinal.

Faits :

La France importe plus qu'elle n'exporte d'electricité made in Ruhr, en 2010.

Source : Réseau de Transport d'Electricité - France
Dossier de Presse 2010, page 18

Le nucléaire, en France, tout le monde est pour, surtout la CGT et le Parti Communiste (vive le CE d'EDF ! voir le billet d'Aurélien Veron à ce sujet), qui ont bien compris l'intéret de vendre au prix du marché un produit dont le cout marginal ne tient pas compte de tous les couts de revient (voir le post "prix appelé à monter, l'électricité), du 21 Septembre 2011). De vrais traders ultra court termistes, ces communistes !

Les electeurs français aussi, ils sont pour le nucléaire. Sauf quand il faut créer un site d'enfouissement des déchets (appelés à durer, pour certains, jusqu'à 10.000 ans) dans leur belle campagne.

NB : Les socialistes qui veulent gouverner avec les Communistes et les Verts, ils sont pour, ou ils sont contre le nucléaire ?

Se préparer à une sécheresse exceptionnelle



La région d’Ile-de-France subit, comme toute une partie du territoire national, une situation exceptionnellement précoce de diminution des niveaux des eaux superficielles et souterraines. 

En l’absence de précipitations significatives, les niveaux d’étiage des petits cours d’eau  présentent une évolution à la baisse particulièrement rapide et brusque :

Le débit de la Marne est passé en-dessous du seuil de vigilance. Celui de la Seine en est très proche ;  ce qui a conduit au déclenchement exceptionnellement précoce du dispositif de soutien d’étiage des Grands Lacs de Seine.
Dans ce contexte, Daniel Canepa, préfet de la région d’Ile-de-France, préfet de Paris, a activé les mesures correspondantes au seuil de vigilance à Paris , en application de l’arrêté préfectoral du 10 mai 2010. Cet arrêté définit pour Paris des mesures coordonnées de limitation provisoire des usages de l’eau par principe de solidarité entre les usagers d’une même ressource en eau ainsi que des mesures de surveillance sur la Seine et ses affluents.
Devant la sensibilité de la situation, il importe d’utiliser l’eau de manière raisonnée et économe.


Plusieurs attitudes possibles :

1. Save water, drink champagne ;-) 
2. questionner le bilan dit positif de l'agriculture française, puisque 43 % de l'au disponible en France a été consommée par l'agriculture, via l'irrigation.
source : CNRS


L'eau est elle à son vrai prix ? Arrivera t-on à du trading sur l'eau, comme le prévoit le PDG de Nestlé ? Que disent les écolos ? Voila un sujet un peu plus long terme que les emplacements de bornes Autolib.


lundi 30 mai 2011

La France a mieux resisté que ses voisines

173,7 milliards d'euros de déficit public en 2010, et 10% de chomage, notamment. On nous dit que la France a mieux resisté que ses voisines et concurrentes, en imaginant que les contribuables Français ou résident Français ne fassent pas partie de la France dont parle le gouvernement (puisque, rappel, in fine, les contribuables paient les dépenses de l'Etat). A ce prix, Luc Chatel peut effectivement se permettre de dire qu'il embauche 16000 nouveaux employés pour l'Education Nationale. 

Faut-il continuer à payer le CSA ?

Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel considère que le renvoi des téléspectateurs ou des auditeurs à la page de l’émission sur les réseaux sociaux sans les citer présente un caractère informatif, alors que le renvoi vers ces pages en nommant les réseaux sociaux concernés revêt un caractère publicitaire qui contrevient aux dispositions de l’article 9 du décret du 27 mars 1992 prohibant la publicité clandestine.
Source : CSA 

Pour Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, citer Facebook ou Twitter, c'est de la publicité, alors que citer Libération, Mediapart, TF1 ou Canal +, ca n'est pas de la publicité ?

Nonobstant le fait qu'une fois de plus, on constate que les meilleurs médias français sont situés hors de France, puisque c'est la RTBF qui rapporte la news, le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel doit comprendre qu'il y a plus de français sur facebook (source L'Expansion) que de téléspectateurs des "JT" de 20 heures de TF1 (source l'Express) ou de lecteurs de Ouest France+Le Monde+Liberation+Le Figaro+....

Question : à quoi sert le CSA, dans un monde ouvert où chacun peut non seulement recevoir 100 ou 200 chaines TV mais surtout, être soi-même le média ?

Fin de l'économie Keynésienne

D'ici un mois maximum, les Etats Unis d'Amérique auront à déterminer si ils continuent le délire des Quantitative Easing, ou bien s'ils admettent l'impasse économique dans laquelle l'Etat fédéral, coincé sur 3 fronts militaires, se trouve. 


D'ici la, après la Belgique, le Portugal ou la Grèce, la France se sera sans doute vu mettre la pression par Fitch, Moody's ou S&P. Heureusement, le fédéralisme budgétaire et la révolte des contribuables, seront une porte de sortie pour l'UE.


Entre temps, on continuera à accuser les spéculateurs, les paradis fiscaux et autres de tous les maux et de la source de tous les malheurs de la France incapable de capitaliser par elle même sur ses nombreux atouts et de trancher dans le vif, pendant qu'il est encore temps, dans tous les poids morts liés aux canards boiteux du conservatisme socialiste. 

Merci aux Linkers du Parisien Libéral



Aymeric Pontier

Hashtable

Le Cri du Contribuable

ataraxosphere

Quartier Libre

Liste générée à partir des infos du Top Blog Wikio par le Jegounotron


Merci à eux !

dimanche 29 mai 2011

Démission de Georges Tron

Celui qui est donc redevenu "simple" député-maire de Draveil (Essonne, 91, à 20 kilomètres du XVeme arr de Paris) doit donc quitter son HLM ILN (118m2 à 1993 euros par mois, voir sa quittance de loyer sur Rue 89 ) ou alors l'acheter au prix du marché (1,1 million d'euros). Les banques du XVeme se tiennent très certainement à sa disposition pour étudier sa solvabilité et lui proposer un crédit immobilier.

samedi 28 mai 2011

Toute la France soutient Christine Lagarde. Toute ? Non






Il parait que les qualités de Christine Lagarde en font une candidate idéale pour le FMI. On ne peut nier le fait que l'actuelle ministre de l'économie est manifestement une personne travailleuse et intelligente. Elle ne serait pas devenue numéro un de Baker & McKenzie sans cela.

Ceci étant dit, regardons objectivement les questions suivantes :

- quelles ont été ses performances en tant que ministre de l'économie et des finances ?
- a t-on besoin de son profil au FMI ?
- A ton besoin du FMI ??
- Y a t il de meilleurs candidats ?
- Qui pourrait être ministre des finances pour l'année qu'il reste avant les Présidentielles 2012 ?



Cela dit, toute la France soutient Christine Lagarde. Toute ? Non !


Georges Ugeux, banquier d'affaires et responsable du blog "démystifier la finance", avance de bons arguments contre la candidature de Christine Lagarde au FMi :



-Nous ne sommes plus en 1945, Bretton Woods, c'est fini,  Mettre à la tête du FMI un(e) Européen(ne) est loin de se justifier.
-  La capacité de gestion de la crise grecque par l’Eurozone est sérieusement battue en brèche. Elle a dû faire appel au FMI pour des raisons d’impuissance. La candidature de Madame Lagarde -ou de tout autre Européen- soulève une question qui n’est pas triviale : celle d'un conflit d'intérêt possible.
 - le  déficit budgétaire français de plus de 7% nous rapproche plus du Portugal que de l'Allemagne. Elle risque à tout moment de voir sa notation assortie d'une perspective négative. Madame Lagarde est essentielle à la confiance des investisseurs internationaux dans la France.


Le webzine Contrepoints (bien de chez nous, à la différence de Mr Ugeux, Belge à New York , pour ceux qui auront malicieusement noté que Georges Ugeux n'est pas français) soulève aussi quelques questions, celles relatives au too big to fail. La France est -elle trop grosse pour faire faillite ? Contrepoints note que Christine Lagarde épouse tout de même fermement les thèses de ce qu’on peut appeler le consensus des sauvetages  et "l’intervention étatique qui, comme nous l’avons maintes fois mentionné, est une impasse. Et il y a plein de monde qui semble être d’accord avec nous". 


L'intervention de ceux qui décortiquent le CV et les prestations réelles de Madame Lagarde sont assez bien vues, comme celle des "couloirs de Bercy".


Ceux qui pensent que l'affaire Tapie est trop importante pour être mise de coté s'opposent ausssi à la venue de Christine Lagarde au FMi. On peut citer Bayrou, Mediapart, Sarkofrance et autres gens soucieux du bon fonctionnement de la justice et de l'Etat de droit. 


FMI-Lagarde: Bayrou s'étonne du soutien de... par FranceInfo


Enfin, il y a l'immense majorité des gens, qu'ils soient de sensibilité libérale ou au contraire ultra socialiste et anti libérale, qui veulent qu'on ferme le FMI, tout simplement. Une revue de presse qui dépasse le point de vue du parti socialiste français exprimé dans le Monde, pour aller ce que disent les
Maliens, les altermondialistes français, les libertariens US et les amis de Ron Paul, des gens proches des Républicains, le Cato Institute, les Neo Zelandais,  Atlantico et bien d'autres encore, permet de savoir ce que veulent les gens : qu'on ferme le FMI, qui aurait du de toutes façons cesser toute activité le 16 Aout 1971.

jeudi 26 mai 2011

Le modèle social à la française est mort !

(ce sont les français qui le disent !)

Bonne nouvelle, on peut arrêter de vendre du flamby aux Français. Ils constatent eux-mêmes que le modèle social à la française est mort.

Non seulement, Plus de deux Français sur trois pensent que leur génération passera une retraite «moins bonne» que celle de leurs parents. Et 57% d’entre eux s’attendent à une baisse des pensions publiques de retraite (c'est une étude HSBC publiée ce Jeudi 26 Mai 2011 qui l'affirme, source : Boursorama), mais en plus, on apprend aujourd'hui également que les étudiants sont 26% à déclarer avoir "rencontré de réelles difficultés pour faire face aux dépenses courantes": alimentation, loyer ou encore factures d'électricité (normal, il n'ont pas de revenus) et surtout, un étudiant sur cinq renonce à se soigner. (source AFP) : indigne du niveau globale de la médecine française et de l'image que les français ont du niveau de santé de leurs concitoyens.

Voila où nous en sommes. Dans modèle social à la française, on met souvent le SMIC, la couverture médicale universelle, l'importance des services publics forcément gérés par des entreprises publiques (la Poste, RATP, SNCF, Education Nationale, hopitaux, EDF) et la recherche d'égalité de situations (une certaine gauche et les adeptes de la fille à papa de Saint Cloud ne parlent t-ils pas de salaires maximum ?).

Seulement voila, il n'y a pas que Alternative Libérale, le PLD,  l'IFRAP et l'Institut Turgot, et même le Monde qui dénoncent cette imposture. Les français la vivent douloureusement, tous les jours. Ils savent qu'ils payent en vain et que, quand ils auront vraiment besoin d'aide, personne ne sera là pour les tirer d'un mauvais pas. Usagers des RER C et D (et des autres lignes aussi), clients d'EDF en droit de réclamer un "remboursement pour trop perçu), jeunes sortis du système scolaire sans qualifications, chômeurs de longue durée contraints à la pauvreté, stagiaires  à 400 euros par mois, contribuables payant des taxes diverses et variées, automobilistes et deux roues slalomant entre les radars et les nids de poule, nous sommes trop nombreux à savoir que, décidemment, le modèle social à la française est mort.

57% des français s’attendent, en Mai 2011, à une baisse des pensions publiques de retraite ? C'est à peu près la même proportion de français qui se sont abstenus aux dernières échéances electorales.

La carte de l'immobilier à Paris depuis 1991

Un document lemonde.fr, d'après les chiffres des notaires de France


cliquez sur l'image pour accéder à l'infographie.

Principaux enseignements

- les prix peuvent baisser, comme entre 1991 et 1994
- les années Delanoé sont celles d'une hausse jamais vue, peu compatibles avec les principes socialistes
- East meets West, la hausse est spectaculaire dans les XVIIIe et XIXe arr.

E-G8 : le Net, ce grand incompris des Etats (et de Sarkozy)

Par Didier Salavert | Porte-parole d'Alternative Libérale


Le discours prononcé par Nicolas Sarkozy au e-G8 ce 25 mai va sans doute entrer dans les annales de l'histoire d'Internet – et donc du XXIe siècle – et sera vraisemblablement donné un jour en lecture aux élèves de nos écoles. Ils le liront avec le même effarement que le sinistre rapport Nora-Minc de 1978 sur l'informatisation de la société.
Ce serait risible si les conséquences n'en étaient pas aussi graves pour notre pays.
Le rapport Nora-Minc a eu pour conséquence d'entrainer la chute de toute l'industrie informatique française. Il n'avait vu ni la micro-informatique ni Internet. Décidément, nos élites n'apprennent rien de l'histoire, trop préoccupées qu'elles sont de consolider leur pouvoir.
Quand Nicolas Sarkozy parle de « nos limites, nos lignes rouges », on croirait entendre un monarque de l'Ancien Régime s'adressant à ses sujets. Ces limites et ces lignes rouges sont les frontières du pouvoir de l'Etat au sens le plus régressif, sinon répressif.

Nicolas Sarkozy, défenseur de la liberté sur le net ? 

Dans une démocratie moderne, ce sont les citoyens qui déterminent ces frontières. Or, ils refusent de voir le formidable espace de liberté ouvert par le net être contrôlé – car c'est bien de contrôle qu'il s'agit derrière le mot régulation – par l'Etat.
Il est extraordinaire d'entendre Nicolas Sarkozy se présenter en défenseur de la liberté sur le net. Son gouvernement n'a de cesse de faire voter des lois liberticides pour les internautes. Elles le sont tellement que peu de démocraties osent suivre la France dans le domaine.
L'apothéose est sans doute atteinte avec l'injonction du Président contre les monopoles du net. C'est le même qui gère le plus grand des monopoles : l'Etat, auquel toute concurrence est insupportable.
Ce discours démontre que notre Etat se sent dépassé. Il perçoit, sans vouloir l'accepter, qu'Internet inverse les perspectives démocratiques. L'Histoire accélère et les peuples veulent s'émanciper d'une forme de gouvernement en voie d'obsolescence. L'Etat perd le contrôle de l'information, des idées, et bien sûr, de l'impôt.

Les formulaires administratifs mis en ligne ne suffisent pas

Les Etats doivent réinventer leur mission et leur rôle dans la postmodernité ouverte par le net. Il ne s'agit pas simplement de rendre les formulaires administratifs accessibles par Internet.
La révolution en cours est un vrai changement de paradigme social et politique. Ce ne sont pas les pouvoirs en place qui sauront, et bien sûr voudront, procéder à ce changement. La société civile n'était pas invitée à ce e-G8. Tout un symbole.
Alors que les mots de liberté, d'ouverture, de création, d'entreprise auraient dû articuler le discours, ils étaient grandement absents.
En moins de vingt ans, Internet a fait bien plus pour les peuples en terme de liberté et de création de richesse que la plupart des gouvernements en cent ans. C'est peut-être cela qui est insupportable pour Nicolas Sarkozy.
La France n'a pas donné d'elle-même une image très enthousiasmante aujourd'hui. Il existe heureusement une consolation, cette image n'est pas celle des Français. Il est urgent de le faire savoir au monde.


initialement publié sur Rue 89


mercredi 25 mai 2011

Quadrature de l'automobile

Une idée forte est très présente au sein de certains dirigeants : le téléchargement (illégal, méchant, pas bien, bouh !) est à l'origine du déclin de la vente de disques, DONC il faut lutter contre le téléchargement.

ceci n'est pas un instrument de copie privée
Admettons que la copie privée ne date que de l'Internet et que le Ministre de la Culture ait toujours respecté le droit d'auteur, sans jamais rien copier.


Alors, esperons que le Ministre de la Culture souffle cette idée à son collegue de l'industrie. En  luttant contre le téléchargement illégal, Napster, BitTorrent, Scrib et autres, on permettra aux ventes d'automobile de cesser de piquer du nez.

Rappel : 2 155 724 berlines ont été venues en France en 1990,  1 527 676 en 2000 et  1 446 314 en 2009 (source CCFA) -32.9% en 20 ans, la faute au net et au téléchargement ?

Bravo à Jeremy Zimmerman d'aller défendre les internautes à l'e-G8 !

Il fait chaud

c'était peut être le jour que vous aviez choisi pour aller à la piscine.

Simplement, faites attention, certaines sont en grève ! (et n'y allez pas en taxi, ils sont en grève aussi !)

Comment ? Vous n'aviez pas vu l'info sur paris.fr ? Normal, le maire de la Capitale est assez busy ces temps-ci : il doit gérer :

- le débriefing de son voyage à Barcelone le 16 Mai dernier
- étudier les conclusions de la Chambre Régionale des Comptes
- expliquer ce qu'il a voulu dire en défendant son ami DSK
- savoir si Paris sera toujours la Ville Lumière
- se préparer "éventuellement" à prendre des responsabilités au Parti Socialiste
- calmer les Qataris qui veulent acheter le PSG
- trouver des sous-sous pour le TGV Paris Le Havre et l'axe Seine Normandie du Grand Paris

Comment voulez-vous qu'après tout cela, il informe les parisiens sur la gestion de ses piscines, un sujet très terre-à-terre et qui rentre vraiment dans son périmètre ?

Un bon site pour s'informer sur les piscines parisiennes : nageurs.com , vous trouverez les horaires, les recommandations des utilisateurs, des rankings et autres infos.

mardi 24 mai 2011

Escalade en Lybie



But :
- accélérer la chute du régime de Mouammar Kadhafi. source : France Soir
- accentuer la pression militaire sur le régime Kadhafi source le Figaro
- viser certaines cibles des forces de Mouammar Kadhafi que les avions de chasse ne parviennent plus à détruire source Le Progres de Lyon

Juste pour rappel, la résolution 1973 de l'ONU dit : Le Conseil de sécurité a décidé, ce soir, d’interdire tous vols dans l’espace aérien de la Jamahiriya arabe libyenne pour protéger la population civile et pour faire cesser les hostilités. source ONU

Question : est ce que les journalistes auraient mal compris les buts de l'intervention des forces armées coalisées en Lybie ?
En tout cas, les contribuables, eux, ont compris : ils risquent un nouveau Vietnam fiscal.

lundi 23 mai 2011

Fitch revises Belgium’s outlook to negative from stable; affirms at AA+

Communiqué disponible sur MarketWatch

Fitch Ratings on Monday revised Belgium's rating outlook to negative from stable, while affirming its rating at AA-plus. "The negative outlook refers to Fitch's concerns over the pace of structural reform in the coming years and the ability to accelerate fiscal consolidation without a resolution of the constitutional crisis," said Douglas Renwick, a director in Fitch's sovereign group. "However, despite ongoing political dispute, day-to-day fiscal management has remained strong, in keeping with Belgium's high-grade rating." Belgium has been ruled by a caretaker government for nearly a year as politicians have failed to overcome divisions in the wake of last year's elections.

D'un coté, la Belgique n'a pas de gouvernement depuis 1 an et s'en sort finalement pas si mal. On est encore loin d'une réelle monarchie libertarienne, puisqu'en fait le gouvernement précédent "expédie les affaires courantes" en coopération avec les nombreux échelons administratifs.

De l'autre, on voit bien que la France et les autres membres de l'Union Européenne ne vont pas pouvoir continuer à ignorer longtemps les règles prévues par le traité de Maastricht, notamment le respect des seuils maximaux de déficits et de dette publique.

En tout cas, c'est un peu un coup dur pour la candidature de Didier Reynders à la tête du FMi, pour peu qu'on ait vraiment besoin du FMI, ce qui, la encore, n'est pas dit.

Une rose pour Ophélia : bravo au collectif les libéraux !

Ont retransmis l'opération "Une rose pour Ophélia" :

- Aurélien Veron
- Corto 74
- Gérard Mentor
- Hashtable
- l'Heretique
- Institut Japon
- O Pied Humide
- Sud Ouest
- XalimanSN

Le message a aussi été repris sur 20 Minutes,  Au Feminin, Boursorama, Google Groups, Hellocoton, Jeux Videos, Médiapart, Le Parisien, Le Post, Orange, Paperblog, Resilience TV, RMC, Sud Ouest, Toluna, Zinfos974

Bravo au collectif les Libéraux,  et transmettons nos meilleures pensées à la victime présumée, "Ophélia" Nafissatou Diallo, en attendant que justice puisse être rendue.

Les centristes battent les socialistes en Europe, pourquoi ?

La Convergence Démocratique de Catalogne (CiU) remporte Barcelone et Girona, deux villes, dirigées depuis 32 ans par le Parti Socialiste de Catalogne. Barcelone vote donc pour un parti de centre-droit (voir l'article Wikipedia) partisan d'une Catalogne beaucoup plus autonome que ce que souhaitaient les socialistes. Le Parti Popular, de droite, conserve Madrid. 

L'ALDE-'ELDR, le groupe des libéraux démocrates Européens dont est membre la CiU (à l'instar du FDP, des LibDem ou du Modem) peut, à l'image du logo des centristes catalans, retrouver le sourire ! 

Barcelone n 'est pas la seule capitale économique, culturelle ou politique Européenne à passer du socialisme à la démocratie libérale centriste ou à la droite conservatrice.

- En 2006 déjà, Annika Billström les socio démocrates ont perdu la mairie de Stockholm, au profit de Anna Kristina Axén Olin et des Moderate (Centre Droit), sur fond de protestation contre la hausse des taxes.
- En Mai 2008, Alexander Boris de Pfeffel Johnson (Conservatives, droite) a remplacé Ken le Rouge (Labour, gauche) à la tête de Londres. Aux dernières législatives, les LibDem ont également conquis 3 circonscriptions londoniennes de Bermondsey & Old Southwark, Richmond Park ou Twickenham.

http://www.lbc.co.uk/london-parliamentary-constituencies---full-details-20841
Circonscriptions Londres


- En 2008 toujours, Gianni Alemanno (Popolo della Libertà, droite Berlusconiste) a battu Walter Veltroni (Democratico, Gauche) à Rome.

C'est donc au tour de Jordi Hereu à céder se place à Xavier Trias si ce dernier peut compter sur les voix du Parti Popular (PP, Droite). 

Est ce que cela augure de la conquête de Paris par les centristes libéraux démocrates, voire du retour de l'UMP dans la Capitale ? Rien n'est moins sur ! Déjà, contrairement au PS national où, à la différence de ce qui se passe en ce moment avec les primaires pour la présidentielle 2012, les socialistes parisiens ont un futur candidat bien identifié : Anne Hidalgo, et la volonté d'y aller seul, sur un programme très clair : hausse des impots, poursuite de la centralisation du pouvoir au niveau de la Mairie Centrale. On aime ou on aime pas, mais au moins les choses sont bien identifiées.

Pendant ce temps, l'UMP :
- réfléchit à ses parachutages (François Fillon va t-il venir ? Rachida Dati ne gagne t-elle pas assez à Bruxelles ? Chantal Jouanno abandonne t-elle la banlieue ?) au lieu de miser sur ses talents locaux
- marchande des places de fonctionnaires aux "fils de" (cf l'affaire Dominique Tiberi relatée par le Monde, Europe 1 ou le Parisien), à croire que l'Affaire du Prince Jean de l'EPAD de la Défense n'a pas suffi.
- fait des deals avec les socialistes (qui a dit "UMPS?") pour éviter qu'on discute des années Chirac (cf le post "Merci les Amis" du 28 septembre 2010)



En 2014, il ne suffira pas de faire constater aux électeurs que Delanoé a directement ou indirectement fait exploser les impots, fuir les entreprises, plombé la circulation automobile, muséifié Paris et restreint les libertés civiles par sa politique de vidéo surveillance généralisée pour qu'il y ait alternance. 

Il faudra aussi et surtout que l'opposition présente un vrai programme anti socialiste, un programme libéral.

dimanche 22 mai 2011

Une rose pour Ophélia

 Le collectif «Les Libéraux», issu du PLD et d'Alternative Libérale, qui a pris la suite de Démocratie Libérale d', lance sur Internet l'opération «Une rose pour Ophélia».

«Chère Ophélia,
Une rose pour nous excuser de ne pas avoir assez pensé à vous. Nous avons beaucoup parlé de notre compatriote, de ses conditions de détentions, de ses émotions, pas assez des vôtres. C’est pourquoi, sans présumer du jugement qui sera rendu dans le respect de la présomption d’innocence, nous vous envoyons ces fleurs
»

Tous les trente clics, une rose sera offerte à Ophélia. «Cette opération symbolique a pour objectif de faire savoir à la présumée victime que les Français, sans préjuger de l’issue de cette affaire, pensent également à elle».


http://www.une-rose-pour-ophelia.fr/

samedi 21 mai 2011

L'ultra étatisme en action du coté de Bordeaux ?


Comptoir Paysan Harcelé à Bordeaux... par Ali-Fredo

Incendie rue des Acacias : comment se protéger des feux d'appart ?

Il aura fallu deux malheureuses victimes pour qu'on prenne conscience qu'un appartement de 100m2, dans un immeuble en bon état, dans un quartier de qualité, peut aussi être, y compris en pleine journée, un piège mortel.

Du coup, ca peut faire réfléchir sur le coté prévention. Certes, la loi prévoit de rendre obligatoire la présence de détecteurs de fumée, d'ici le 8 Mars 2015. Mais d'ici la, nous pouvons tous identifier les risques, et les prévénir, sans attendre qu'une commission à l'Assemblée Nationale rende obligatoire un diagnostic incendie, par exemple lors de la revente de bien ou de changement de locataire.

Les incendies en ville ont majoritairement pour origine 
- des  appareils électriques (branchements sauvages,  multiprises surchargées, gaines de fil endommagées, installation vétuste et inadaptée aux nouveaux appareils,  halogène imprudemment positionné)
- des problèmes en cuisine ( flamme de gazinière, huile de friteuse)

On le voit, les drames pourraient être évités par la prudence, même si la vétusté les fils et cables électriques n'est pas toujours très visible.

Il ne faut pas hésiter à s'équiper de matériel, comme le font les entreprises. Combien de parisiens ont un extincteur chez eux ? On en trouve pourtant à partir de 50 euros. Simplement, soyez prudent, ces appareils nécéssitent une petite formation et une maintenance.

En tout cas, espérons que la préfecture de police communique rapidement sur les causes de cet incendie.

vendredi 20 mai 2011

Le week end s'annonce chargé !


- La crise de la dette publique, en Europe aussi bien qu'aux Etats Unis, est toujours la.
- Les manifestations en Espagne ne faiblissent pas.
- Le Royaume Uni subit une inflation record, alors que la Bank of England met en garde sur les difficultés que les banques brits pourraient rencontrer.

Alors, en attendant que les gouvernements s'attaquent enfin au problème des finances publiques, quelques conseils de lecture :

- L'Etat est mort, Vive l'Etat, de Charles Gave (Sept. 2010) aux éditions Bourin
- Le jour où la France a fait faillite, de Phlippe Jaffré et Philippe Riès (Oct 2006) aux Editions Grasset & Fasquelle
- France, la faillite ? Les scénarios de crise de la dette, de Phillipe Herlin (Sept 2010) aux Editions d'Organisation

Le Nouveau Centre pour une société apaisée ?

Edith Cuignache-Gallois, conseillère de Paris (Nouveau Centre) et conseillère régionale, a invité son collègue Jean-Christophe Lagarde (maire de Drancy), le sénateur centriste Yves Pozzo di Borgo ainsi que le rappeur Rost,  créateur du label CMP Section Prod et auteur d'"Enfants des lieux bannis" ainsi que du "Guide du votant".  
Le sujet était "quelles solutions pour une société apaisée ?". Vaste sujet.

Commençons par les mots, quelles solutions pour une société apaisée ? La France est-elle une société ? Un Etat et une Nation, certainement, mais une société ? Admettons que les Centristes et Rost ne soient pas trop Thatcheriens (remember, "there is no such thing as society") et qu'ils pensent qu'ils suffit que nous soyons plusieurs à se rassembler sous la bannière bleu blanc rouge pour etre une "société".

Jean-Christophe Lagarde a commencé par présenter son parcours, sa vision et sa méthode. En terme de parcours, c'est brillant : il a repris à l'age de 31 ans une mairie gérée depuis 70 ans par les kamarad communistes. En terme de vision, c'est intéressant : il s'agit de commencer à s'occuper des gens et non plus juste des situations. En termes de méthodes, par contre, ca soulève des questions. On oppose souvent Paris 75, où il y aurait tout, à la banlieue dont notamment la Seine Saint Denis, où il faudrait donner plus, afin de faire vivre la devise républicaine, liberté égalité fraternité, et donner corps à la méritocratie républicaine, largement bafouée par la réalité d'inégalités à tous les niveaux. Sans aller completement dans le sens d'une nécessaire politique de discrimination positive, Jean-Christophe Lagarde soutient les ZEP, la loi SRU (les 20% de HLM par commune) etc. Et même si  Jean-Christophe Lagarde reconnait que les barrières sont autant dans les têtes des gens que dans les faits, il pense qu'il faut faire plus pour ceux qui ont moins.

Rost a un parcours moins linéaire mais tout aussi interessant. Ancien membre de bandes de zoulous qui se faisaient un plaisir de défier la RATP et le contribuable ou de racketter les blousons Chevignon qui ont fait lla fortune des petits malins du Sentier, il a fini par passer à la musique puis à l'action sociale. Il plaide pour une France où l'administration, et plus spécifiquement la police, la préfecture de Bobigny (93) et l'école seraient plus respectueux des gens et plus en phase avec la "société". Vu de la où on part, ca n'est pas difficile. A ce niveau, d'ailleurs, les libéraux rejoignent à 100% ce que dit Rost :
- le principe de responsabilité n'est pas à sens unique. Si vous ne votez pas, ne vous plaignez pas
- l'administration est souvent autiste, voire étouffe le citoyen

Maintenant, il y a quand même quelques questions, puisqu'il parait qu'en gros, nous vivons dans une "société" pas apaisée du tout parce que l'accès à l'école et au logement sont ultra-inégalitaires.

Commençons par celle du logement, un sujet qui intéresse tous les franciliens. Il parait que la mixité sociale est un objectif souhaitable, et que la loi qui impose 20% de HLM par commune un bon moyen.
On peut douter de tout cela.
Déjà, rappelons qu'en réalité, la mixité sociale, les gens n'en veulent pas. Dans 99.999% des cas, quand une famille habite un quartier qui, pour x raisons, est peu désirable, quand ses moyens financiers s'améliore, elle part. C'est pas juste un truc de français, ca se vérifie partout. La Seine Saint Denis rassemble trop de familles pauvres ? Oui, et alors ? Le tout est de leur donner une chance de mobilité sociale et des opportunités, et non pas plus de moyens pour rester dans le 93. (Au passage, les socialistes, même quand ils ne dépensent pas 3000 dollars pour une nuit d'hotel, habitent rarement les quartiers des gens qu'ils disent défendre, ils préfèrent plutot les petites rues tranquille du VIeme. fermons la parenthèse ...). La mixité sociale version Zola-Balzac-naturalistes du Paris des années 1860, il faut l'oublier.
De plus, quand on parle de HLM et d'aider les gens à accéder au logement, on en vient souvent à la solution du HLM réparti sur tout le territoire, pour éviter que "toutes les difficultés se retrouvent concentrées sur les mêmes portions du pays".
Prenons Drancy. 33% de HLM en 1999. Seulement, Drancy a 66.000 habitants (un peu plus que dans le Veme arr). Sa voisine, Bobigny a 55% de HLM (et 47.000 habitants, comparable au 6eme arr.) La plus grande ville de Seine Saint Denis, Montreuil, a 33% de HLM et 103.000 habitants (un peu plus que le 10eme arr) et l'une des plus petites, l'Ile Saint Denis, 68% de HLM mais seulement 7300 habitants (moins de la moitié du 1er arr).
Questions :
- étant donné les couts fixes inhérents à chaque ville, un tel morcellement du territoire est il logique, ou, autrement dit, les 1200 communes d'Ile de France ont elles un sens ?
- mesurer un taux de HLM à Drancy (66.000 habitants) est ensuite le comparer à celui de Paris (2 millions d'habitants) est-il pertinent ?

L'école, ensuite. Tout le monde qui réfléchit un péu sérieusement est d'accord pour dire que l'école ne peut plus fonctionner en 2011 comme on a revé qu'elle puisse fonctionner en 1885. En revanche, on nous vend souvent la version années 50, qui en donnant un enseignement "républicain", aurait permis de générer des élites méritocratiques. Or, il est toujours un peu difficile de faire des comparaisons avec les années 50 et 60, une période atypique en terme de pyramide des ages et de modèle économique, ces deux éléments ayant un impact sur l'emploi et le chomage. Mesure t-on l'efficacité de l'école par l'insertion professionnelle ou par le niveau de culture générale atteint ? Vaste débat que vous pourrez trancher avec Dr Friederike Sözen (Chambre de Commerce et d'Industrie de Wien), Nelly Guet (Alternative Libérale) et Martin Stevens (entrepreneur britannique) à l'occasion du débat "L'éducation et l'Economie" - une conférence organisée par de l'Institut Turgot, mais la où tout le monde se rejoint, c'est pour dire à quel point l'école Républicaine est une fiction qui aboutit à ce qu'à Polytechnique, un élève sur deux a un parent prof. Question : pourquoi continuer, en tant que contribuable, à payer pour ça ? le salaire d'embauche des Polytechniciens étant de 41.780 euros en moyenne en 2009, (source : Polytechnique), ne pourraient-ils pas payer pour leur éducation supérieure ?

Malgré ces remarques, le Nouveau Centre fait bien d'ouvrir le débat de l'inégalité des chances en France et il a l'enorme mérite de poser les questions pendant que d'autres gardent la tête dans le sable. Réduire les inégalités, ca parait difficile, mais si déjà les citoyens et les étrangers résidents avaient l'impression que nous étions tous égaux devant la loi, et qu'en dépit des inégalités, nous avions tous une chance (opportunités équitables) alors on se dirigerait très certainement vers une société apaisée. Ca tombe bien, moins et mieux d'Etat, ce sont les valeurs que les libéraux partagent et mettent en avant. Et les opportunités émergeront quand le dynamisme retrouvé de l'économie decrispera la situation des gens accrochés à leurs privilèges, ce qui est rationnel de leur part. Dans un pays où quand l'Etat dépense 1 euro, il en emprunte quasiment 40 cents. Il n'y aura pas plus d'Etat. Ca tombe "bien" parce que cet Euro est de toutes façons actuellement dépensé sur des postes qui en réalité renforcent les inégalités existantes, à commencer par l'Education. Le Moins d'Etat permettra donc de faire plus de social, paradoxalement.

Valls revient sur l'affaire DSK : triste ...



Valls :
- "[par le débat sur ce que savaient les journalistes et les politiques sur DSK] on est en train de créer les conditions d'une rupture profonde entre les citoyens et leur dirigeants politiques"
- "j 'étais inquiet pour Dominique Strauss-Kahn, inquiet pour ma formation politique, inquet pour le pays (admirez le glissement sématique)"
- "Cette femme qu'on ne connait pas"
- "C'est suffisamment lourd, pour nous Français"

Bon, vous êtes tous prévenus. Les seuls bons citoyens sont ceux qui soutiennent DSK et non pas la victime, "cette femme qu'on ne connait pas, qu'on a pas vu".

Le Parti Socialiste avait l'occasion de se démarquer de l'impression désagréable laissée par l'affaire Polanski (dans laquelle l'UMP était par ailleurs bien partie prenante) et ils ne l'ont pas fait. Tant pis pour eux.

NB : la rupture entre les citoyens et leur dirigeants politiques existe déjà. Le taux d'abstention a été de 65% aux cantonales 2011 à Evry Sud.

jeudi 19 mai 2011

Innocent until proven guilty

Une petite remarque, principalement à l'attention des observateurs de l'affaire DSK et des différences entre les systèmes judiciaires Européens et Etats-Uniens.

Reprenons les remarques des socialistes. Martine Aubry, s'est ainsi dite «sidérée», «bouleversée par les images» de DSK menotté, et , accrochez-vous «On ne pourrait pas, on ne devrait pas voir ces images», . Élizabeth Guigou, ancienne ministre socialiste de la Justice, parle d'«une brutalité, d'une violence et d'une cruauté inouies». Le très Républicain Jean-Pierre Chevènement a sorti «Le coeur ne peut que se serrer devant ces images humiliantes et poignantes qu'on donne de lui». Jack Lang s'est  demandé si le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (français !) ne devrait pas se prononcer sur le sujet.

Ne lit-on pas, ici ou la, que Le Post : "Affaire DSK : justice américaine, mode d'emploi", alors que Christophe Caresche s'exprime, sur LCP, "au sujet de la justice américaine."

Non seulement ces réactions sont choquantes (cf le post Affaire DSK : insupportable réaction de Manuel Valls) mais en plus la confusion de langage traduit une méconnaissance de ce qu'est le fédéralisme US. De plus, ces réactions prouvent, outre le fait que les socialistes comme leurs amis de l'UMP ne semblent vraiment pas habitués à la réalité de l'exercice concret de la violence dite légitime (monopole d'Etat), échappent souvent largement à la Justice, et ne voient pas non plus la violence quotidienne, fictive ou réelle, qui s'étale à la télévision.

Si on reprend dans l'ordre, on remarque que les amis ou soutiens de DSK le disent confrontés à la justice US. C'est evidemment faux. DSK est confronté à la justice de l'Etat de New York et non pas à celle des Etats-Unis. Le New York Police Department et La Cour Criminelle de Manhattan sont des institutions locales et non pas fédérales. C'est bien au nom du peuple de l'Etat de New York que l'acte d'accusation est rédigé (cf l'acte d'accusation).
En ce qui concerne la violence des images, apparemment les socialistes ne savent pas que la police française menotte des suspects (donc eux aussi, encore innocents) lors d'interpellation, comme à l'issue de manifestations par exemple. 


Arrestation musclée près des Galeries Lafayette par rue89

Comme un certain nombre d'entre eux est trop occupé à consulter leurs conseils juridiques (pour se défendre dans des procès pour sang contaminé, fausses factures, écoutes illégales à l'Elysée, travail non déclaré et autres), ils ne regardent pas la télévision, du coup ils ne voient ni les fictions type Les Experts ou les infos comme l'arrestation de Bernard Ebbers (ex PDG de WorldCom, condamné à 25 ans de prison), Dennis Kozlowski (ex PDG de Tyco, condamné à 15 ans de prison pour abus de bien social) et autres ex stars du CAC 40 Nasdaq. Et même s'ils sont soupconnés de viol, les élus dee droite comme de gauche arrivent à se maintenir en poste. Les électeurs ont-ils sanctionné Patrick Balkany (cf  l'article de Libération de 1996 )? La Parti Socialiste a t-il emis la moindre réserve  vis-a-vis de Jacques Maheas, sénateur maire de Neuilly sur Marne, condammné par la justice pour attouchements forcés à 4 mois avec sursis en 1ere instance et à 10.000 euros d'amende en appel ? L'UMP va t-elle statuer sur le cas de Maurice Gutman, conseiller municipal du Mesnil-Saint-Denis, qui contacte une petite fille par mois sur des chats ?

Passons sur le fait que la violence télévisuelle est un fait quotidien auquel les enfants notamment sont exposés sans même qu'on n'y réfléchisse plus vraiment. Pendant que Marie-Ségolène Royal, en 1989, cherchait à interdire Dragon Ball et autres Nicki Larson (admirez le chemisier rouge flash, tres vintage années 80!),



elle laisssait passer Tien An Men. Le maillet de 100 tonnes de Laura (Kaori Makimura pour les puristes), la conduite de Mini sans ceinture de sécurité dans les rues de Tokyo, les coups de feu intempestifs ou les obsessions de Tortue Géniale pèsent-elles plus lourd qu'un jeune étudiant face à un char d'assaut de l'Armée Populaire de Libération ? C'est ce même raisonnement aberrant que tiennent implicitement ceux qui regrettent que l'on voit DSK menotté, oubliant le reste de ce qui est vu-à-la-télé.

On ne peut qu'être sincèrement peiné par des gens déconnectés à ce point qu'ils ignorent la réalité du monde dans lequel ils vivent. 60% des français croient à une théorie du complot dans cette affaire DSK mais 100% (ou presque) se souviendront que des suppositions ou des faits averés de viol ou de pédophilie n'ont empeché aucun ministre, aucun sénateur de continuer à exercer alors que des faits similaires rendent impossibles une carrière dans la plupart des corps de métiers que ces mêmes ministres dirigent.

L'indignation d'Alternative Libérale vis-a-vis de notre système judiciaire à nous est donc plus que jamais d'actualité.




Selon que vous serez puissant ou misérable... par AlternativeLiberale

In the meanwhile, DSK is innocent until proven guilty, and he has the right to keep silent.

Ah bon, pas de SMIC dans le canton de Vaud ?

C'est toujours difficile de faire des comparaisons internationales vraiment pertinentes sur les modèles économiques (1). D'une région à l'autre, les niveaux de paye ne donnent pas, par exemple, les mêmes niveaux de revenu réel (pouvoir d'achat).
Par exemple, en Suisse, les salaires sont bien plus elevés qu'en France (de l'ordre de 20 à 60% selon le secteur d'activité) mais les salariés paient eux-mêmes leur protection sociales, auprès d'assurances privées (un peu sur le principe du salaire complet que défendent les libéraux français).

Mais au final, et malgré l'absence de SMIC en Suisse, les gens sont mieux payés, ce sont les travailleurs frontaliers qui le disent, en votant avec leurs pieds : combien de Vaudois ou de Genevois travaillent en Rhone Alpes ou Franche Comté, par rapport aux Français qui travaillent en Suisse ? 

Du coup, on se dit qu'au vu des résultats réels, de meilleurs niveaux de revenus et un taux de chomage plus bas, nos amis et voisins Vaudois devraient y réfléchir à deux fois avant d'introduire le SMIC chez eux (2). Comme en Suède, comme en Allemagne, l'absence de SMIC garantit au travail non qualifié une meilleure flexibilité, donc de l'emploi. Car en France, on a beau dire que le SMIC ne permet pas de vivre (c'est à 100% vrai en ce qui concerne le cas de Paris du fait de l'immobilier), il faut aussi bien voir que son niveau malgré tout élevé est la cause de la pénurie d'emplois peu ou non qualifié et du chomage des jeunes notamment. On devrait donc se poser a minima la question de la régionalisation du SMIC, pour ne pas mentionner sa disparition pure et simple. Et évidemment, fusionner les cotisations salariales et dites patronales, en payant les gens à leur salaire complet (3) pour les laisser libre de déterminer eux-mêmes l'usage de leur argent.

Taux de chomage 2010 - canton de Vaud



(2) Non à un SMIC Cantonal, le blog du Parti Libéral Radical Vaudois
(3) Salaire complet http://www.salairecomplet.com/  
 
NB : il était possible de vivre avec le SMIC à Paris il y a 10 ans, serait ce encore le cas aujourd'hui ? cf Vivre avec le SMIC (2006) http://leparisienliberal.blogspot.com/2010/09/vivre-avec-le-smic-2006.html
 

mercredi 18 mai 2011

La crise de la dette menace, on fait quoi ?

Ne nous laissons pas abuser par les quelques bonnes nouvelles sur le front économique, comme le retour à une croissance légèrement meilleure que prévue en France au Q1 2011. Ne nous trompons pas non plus quand à la pertinence de la soit-disante règle d'or adoptée par les députés.

Certes, au premier trimestre 2011, la croissance du PIB s'est portée à +1% contre 0,3% sur les trois mois précédents (nb : en ce qui concerne l'Allemagne, c'était +1.5% sur la même période). Et le gouvernment mettra aussi, sans doute, en avant la volonté de maitriser les déficits publics, par l'affirmation de la volonté de constitutionnaliser l'équilibre des finances publiques. Au passage, il était temps. Le dernier budget public voté en équilibre date de 1980. 

Toutefois, ni le vote de finances publiques équilibrées, pour peu que ce soit possible, ni 1% de croissance ne seront suffisants pour  nous permettre d'atteindre la trajectoire de croissance économique forte que certains optimistes comme Alain Madelin pensent possibles pour la France. 

Les raisons sont multiples. 
La première est que 1%, c'est peu, en termes relatifs. Certes, la plupart de nos partenaires Européens, à commencer par le Royaume Uni, font pire. Mais le reste de la planète avance 4 ou 5 fois plus vite, du Mexique à la Corée du Sud, en passant par l'Indonésie ou le Nigeria. Ces pays partent de plus bas en terme de revenu par tête, donc ils restent loin derrière en termes absolus, mais l'idée est que nous n'avançons pas vite. 

La deuxième idée est que même si nous parvenions à voter des budgets en équilibre, il resterait la dette. Pour la réduire, il faut en réalité voter des budgets en excedent. Or, les impots sont déjà élevés. C'est donc des coupes franches dans les dépenses publiques qui sont nécessaires. Bien plus que les électeurs, la plupart des hommes politiques ne sont pas près à cela, car ils s'adressent à diverses clientèles qui ne comprendraient pas que l'on réduise la part du budget public qui les concernent. De plus, contrairement à la vocation première d'un parlement, les députés n'ont que très peu de levier sur le budget, qui décidé dans ses grandes lignes à Bercy, et est à 80% reconduit d'une année sur l'autre. Pour le moment, on ne voit pas quelles dépenses vont être fortement réduites. 

C'est tout le paradoxe. La France est un pays riche en valeur absolu, et encore plus en valeur relative. Le revenu par habitant y est elevé. Simplement, nous vivons doublement au dessus de nos moyens. Sur le plan privé, nous avons jusqu'à présent profité de l'importations de biens et matières premières agricoles ou minières venues d'ailleurs, et sur le plan public, l'Etat emprunte pour financer des dépenses courantes, ce qui n'est pas tenable à moyen terme. C'est donc au moment à la fois le prix des matières premières doit monter et que les dépenses publiques ne peuvent pas baisser que nous devons réduire notre dépendance à l'argent public et aux bénéfices dérivés de la mondialisation. Comment ca va se traduire pour chacun d'entre nous ? C'est simple, il va falloir accepter plus d'inégalités, à moins que nous adoptions une voie d'austérité uniformisée. Le pouvoir d'achat de l'Euro reste ce qu'il est, elevé, mais en cas de renchérissement du coût de la dette, tout va devenir plus cher : l'argent que l'Etat emprunte pour boucler ses fins de mois, le crédit immobilier, etc. Dans un scénario catastrophe mais pas totalement fictif, c'est la version "Le jour où la France a fait faillite" (du titre de l'essai de Philippe Ries et Phillipe Jaffré) qui nous attend. L'exemple argentin de 2001 donne une idée très précise de ce qui se passe dans ce cas la. Est ce que la baisse de la dépense publique, préalable à la diminution de la dette, est tant un problème que cela ? Non, car l'argent public, contrairement à ce que laisse penser la thèse de la bienveillance neutralité de l'Etat, n'aide pas le citoyen. Il s'agit de sommes prelevées au profit de missions parfois mal effectuées (sécurité, éducation et enseignement, transports publics) et parfois liberticides (défense, police, justice, poste et télécoms etc).

Il existe donc trois pistes de sortie de crise de la dette. La première est la voie empruntée par les Etats -Unis, qui eux aussi sont confrontés à une crise de la dette publique : acceptation de la dévalorisation constatée du dollar (ce qui en plus peut avoir un effet positif sur leurs exportations) + recherche de nouvelles sources d'énergie comme le gaz de schiste domestique ou le pétrole irakien + acceptation des chocs assymétriques touchant quelques parties du territoire par accompagnement de l'Etat fédéral (comme au Tennessee ou dans l'Etat du Mississipi, où 20% des gens dépendent des aides publiques pour manger
La deuxième voie est la piste empruntée par l'Union Soviétique à plusieurs reprises, qui consiste à faire défaut, tout simplement. De l'emprunt russe qui a touché tant de familles françaises aux GKO bonds de 1998 qui ont surtout frappé les spéculateurs comme Edouard Stern, c'est toujours la même histoire d'un pays qui ne respecte pas sa parole et qui se restructure dans la violence interne et externe.
La troisième piste c'est celle que tente de suivre l'Union Européenne, qui consiste à se fixer des règles et à les respecter (traité de Maastricht, par exemple), à créer un marché commun pour que les chocs assymétriques soient atténués par la possibilité de faire circuler les hommes, les marchandises, les capitaux, les idées et à rechercher un nouveau chemin de croissance fondé sur l'économie de la connaissance. 

Quelle piste emprunteront nous ?